samedi, juin 30, 2018

La panthéonisation de Simone Veil

serait-elle une cérémonie rendue à Baal ?




« Je le dis avec toute ma conviction : l’avortement doit rester l’exception, l’ultime recours pour des situations sans issue. »

Simone Veil




Simone Veil, décède le vendredi 30 juin 2017. Elle entrera au Panthéon le 1er juillet 2018 pour avoir obtenu, dit-on, le "droit à l'avortement". Or Simone Veil n'a jamais défendu de droit à l'avortement. 

Les politiciens ont-ils modifié l'esprit de la loi Veil afin d'offrir un gigantesque holocauste aux forces des ténèbres ? Forces qui sont, n'en doutons pas, au cœur des loges occultes où l'on coopte les valets de la république.

Le nombre d'IVG dépasse les 200 000 par an

Simone Veil était opposée à la banalisation de l’avortement dont elle considérait qu'il "restera toujours un drame" et précisa au sujet de sa loi que "si elle n'interdit plus, elle ne crée aucun droit à l'avortement".

Le droit d’accès à l’interruption volontaire de grossesse (IVG) a été renforcé, en 2014, par la suppression de la condition de détresse, prévue initialement dans la loi du 17 janvier 1975. Le délai de réflexion de sept jours entre les deux premières consultations a également été supprimé... 

 La loi Veil fut définitivement enterrée sous François Hollande


"Le 26 novembre 2014, écrit Pascal Borie, l'Assemblée Nationale votait une "résolution réaffirmant le droit fondamental à l'interruption volontaire de grossesse en France et en Europe". Adopté à l'unanimité moins sept voix, ce texte symbolique prétendait célébrer solennellement les 40 ans de l'adoption de la loi Veil de 1974. Le Monde titrait "Le droit à l'avortement a 40 ans", Libération "La bataille de Simone Veil pour le droit à l'avortement" et Madame Figaro "Le droit à l'avortement menacé en Europe"...

Problème : la malheureuse Simone Veil n'étant plus en âge de le faire, personne ou presque n'a fait remarquer qu'il s'agissait au contraire d'enterrer définitivement sa loi, et que tous ces titres relevaient d'un révisionnisme éhonté. A l'occasion de son propre discours devant l'Assemblée le 26 novembre 1974, celle qui était à l'époque ministre de la Santé avait exposé on ne peut plus clairement l'esprit de sa loi : "Si elle n'interdit plus, elle ne crée aucun droit à l'avortement."

Le Monde, Libération ou Madame Figaro ont donc tout faux: Aucun droit à l'avortement n'a jamais été proclamé en France. Pas plus qu'en Europe, puisque la Commission de Strasbourg réaffirmait à l'inverse le 10 décembre dernier (2014) que l'IVG ne saurait être un "droit". En 1974 déjà, Simone Veil affirmait la nécessité de ne pas confondre l'avortement, "que la société tolère mais qu'elle ne saurait ni prendre en charge ni encourager", avec la contraception.

Son discours était limpide: "L'avortement doit rester l'exception, l'ultime recours pour des situations sans issue." Et sa loi ne devait s'appliquer que pour une durée limitée à cinq ans, le temps de trouver de meilleures solutions. Concernant la génération politique de ses successeurs, la ministre de la Santé déclarait: "Sachons lui faire confiance pour conserver à la vie sa valeur suprême." Elle ne doutait pas qu'ils agiraient de façon responsable.

En attendant, la loi Veil "interdit l'incitation à l'avortement par quelque moyen que ce soit car cette incitation reste inadmissible". Et ce, pour une raison évidente: "C'est toujours un drame et cela restera toujours un drame. C'est pourquoi, si le projet qui vous est présenté tient compte de la situation de fait existante, s'il admet la possibilité d'une interruption de grossesse, c'est pour la contrôler et, autant que possible, en dissuader la femme." Ainsi parlait madame Veil il y a 40 ans.

"Qui est pour l'avortement ? Personne. Il faudrait être fou pour être favorable à l'avortement", écrivait quant à lui Pier Paolo Pasolini dans ses Lettres luthériennes. "Eh bien moi, ajoutait-il, je me suis prononcé contre l'avortement et pour sa légalisation". Exactement comme Simone Veil, lorsqu'elle confiait: "Personne ne peut éprouver une satisfaction profonde à défendre un tel texte." Car enfin: "Personne n'a jamais contesté, et le ministre de la Santé moins que quiconque, que l'avortement soit un échec quand il n'est pas un drame."

Alors qu'elle jugeait inconcevable d'en tirer une quelconque fierté, c'est lui faire la pire injure aujourd'hui que de falsifier ainsi le sens de la loi qui porte son nom, pour la travestir en un "droit fondamental" aberrant: celui de recourir encore et encore à ce qu'elle a toujours considéré comme une tragédie, et de prolonger indéfiniment ce qu'elle espérait n'être qu'une solution d'exception, faute de mieux. Non seulement madame Veil n'a pas mérité ça, mais elle aurait mérité qu'un peu plus de sept voix défendent son réel combat."




*******

La cérémonie du 1er Juillet, évoquant l'holocauste des anges (l'avortement est faiseur d'anges, disait-on), est précédée d'un hommage au Mémorial de la Shoah (l'holocauste des juifs), dont l'exploitation a permis à la Cabale d'affirmer sa domination mondiale.

jeudi, juin 28, 2018

La rencontre du golem rothschildien et de l'antipape

Manu & Chico 
(Chico : diminutif de Francisco - Franciscus papa)

François est en train de faire de l’Eglise une ONG droit de l’hommiste

par Ivan Rioufol


S’il est une personnalité dont il ne faut pas suivre les conseils concernant l’immigration, c’est le pape François. C’est pourtant ce que risque de faire Emmanuel Macron. 


A l’issue de sa rencontre avec le Saint Père, mardi (26 juin 2018) au Vatican, le chef de l’Etat a confié que la conversation avait notamment porté sur "les populismes". Selon La Croix de ce mercredi, les deux hommes partagent la conviction qu’il faut aujourd’hui "entendre les angoisses dans la société, mais ne pas céder à la manipulation de ces peurs". Or la position que défend le pape, d’une ouverture de l’Europe à l’Autre, n’est qu’en apparente conformité avec le message du Christ ("J’étais étranger et vous m’avez accueilli", Matthieu). 

Le 16 avril 2016, sur l’île grecque de Lesbos, François a invité les Européens à l’accueil sans limite des étrangers, comme le rappelle Jean-Philippe Vincent dans une note pour la Fondation pour l’innovation politique (Ethique de l’immigration, juin 2018, Fondapol) : "L’Europe est la patrie des droits humains, et quiconque pose le pied en terre européenne devrait pouvoir en faire l’expérience (…)", avait-il notamment déclaré. 

Le christianisme n’a jamais eu pour prétention d’être une doctrine politique destinée à changer le monde

Cependant, cette vision millénariste, qui voudrait faire la cité de Dieu sur terre en oubliant les nations, est contestable et dangereuse. Le christianisme n’a jamais eu pour prétention d’être une doctrine politique destinée à changer le monde. "Mon royaume n’est pas de ce monde", dit Jésus.Comme l’écrit Jean-Louis Harouel dans un livre déjà cité (Revenir à la nation, Editions Jean-Cyrille Godefroy, 2014) : "La manière chrétienne de changer le monde consiste à se changer soi-même", tandis que la démarche millénariste vise "à changer les autres". C’est ainsi que François est en train de faire de l’Eglise une ONG droit de l’hommiste, insensible aux angoisses identitaires des Européens qui se tournent vers les populistes honnis.

Immigration le pire est à venir 

Légitimes sont les peurs de ceux qui s’affolent de l’angélisme du Vatican et de l’entêtement de Macron à ne pas percevoir la crise migratoire. Le président préfère parler de "crise politique", au prétexte que les flux de clandestins ont effectivement baissé depuis 2015. Mais cet argument factuel ne tient pas, si gouverner c'est prévoir. Or la pression migratoire actuelle n’est rien en comparaison de ce qui s’annonce. 

Selon un rapport de l’ONU de 2016, 60 millions de jeunes arabes se retrouveront, dès 2020, devant un marché du travail saturé.

Quant à l’Afrique, qui compte 1,2 milliard d’habitants (Europe : 510 millions), elle sera forte de 2,5 milliards d’habitants en 2050, tandis que l’Europe en aura perdu 60 millions. Si rien n’est fait dès à présent pour protéger l’Europe de l’immigration, il n’est pas besoin d’être prophète pour annoncer de profonds déséquilibres culturels et religieux à venir. 

Ce mercredi matin, le navire humanitaire Lifeline attendait encore d’être autorisé à accoster sur l’île de Malte, l’Allemagne n’ayant toujours pas donné son aval à la solution commune retenue hier pour répartir les "migrants". Jeudi et vendredi, le Conseil européen, qui a toujours vanté les mérites de l’immigration, va devoir se confronter à ses erreurs et à leurs conséquences politiques. Elles mettent en péril l’avenir d’Angela Merkel. Si les européistes persistent dans leur ouverture impensée, en se contentant de la bénédiction papale, les peuples ne tendront pas l’autre joue.

SOURCE

Ivan Roufiol est l'auteur de Macron, la grande mascarade, La guerre civile qui vient, La nouvelle révolution française...


Le but de la Compagnie de Jésus

En modernisant le catholicisme, la Compagnie s’en servira pour abattre ce qu’il reste des sociétés traditionnelles à travers le monde : que ce soit par la force, accompagnée d’armées européennes comme ce fut parfois le cas en Amérique ou, plus subversivement, par les idées, la propagande et l’enseignement comme ce fut plutôt le cas en Asie.

La Société de Jésus va s’imposer comme une nouvelle église, et bien qu’elle commença en Europe par prendre le masque du catholicisme afin de le récupérer, elle fera de même dans le monde avec le confucianisme, le bouddhisme, les idolâtries des Indiens d’Amérique du Sud, le brahmanisme, le chamanisme – bref, avec toutes les croyances traditionnelles qui n’avaient pas encore été éteintes par le monothéisme. Rapidement, les jésuites poseront les bases d’une « nouvelle religion mondiale », en promouvant une théologie qui vise à mettre en relief les points de ressemblance entre les différentes cultures et croyances.

Le catholicisme ne devint plus qu’un instrument parmi d’autres pour la Compagnie de Jésus qui, fondamentalement, méprisait cette religion.

« La Compagnie surpasse l’Église, tant parce qu’elle est le monument qui a révélé à la Terre les merveilles du Christ, que par les prérogatives singulières qu’elle octroie et décerne à ses fils. (…) Saint Ignace dépasse et surpasse tous les fondateurs d’ordres religieux. C’est lui qui s’est le plus rapproché du Christ. Il a vu intuitivement la Divine Essence. En fondant la Compagnie, il fonda pour la seconde fois l’Église. »

Les jésuites ne modèrent pas leur arrogance. Ignace disait déjà en son temps : « De cette chambre, je gouverne le monde entier ». Et, en quelques décennies, la Compagnie de Jésus devint le pouvoir international le plus important qui soit. [...]

Un matérialisme spirituel

La Compagnie de Jésus va, en fait, amener une nouvelle conception étrangère au catholicisme : Dieu est celui de la raison, et le progrès technique et intellectuel est son oeuvre. Les missionnaires doivent d’ailleurs convaincre les peuples non pas par la foi, mais par la raison.

Au sein de la Compagnie va donc proliférer ce qu’on appelle « le matérialisme spirituel » qui sacralise ce qu’il y a de plus matériel et de plus humain. La religion se résume à la vie terrestre et à une philosophie intellectualiste, sans aucune transcendance. Le salut de l’âme proposé par les jésuites est en fait sa perdition dans la contingence de l’incarnation. Plus aucune référence sacrée et authentique ne va persister dans leurs enseignements.

« L’énoncé le plus exact est que toutes les choses inanimées et irrationnelles peuvent être légitimement vénérées », affirme le père jésuite Gabriel Vasquez, énonçant là ce qui sera à compter parmi les fondements de l’athéisme, du nihilisme ou encore de la pseudo-spiritualité du Nouvel Âge.

Les jésuites ont introduit dans le catholicisme l’idolâtrie de la matière, véhiculée entre autre par la sacralisation du progrès scientifique.

Et lorsqu’ils affirmeront combattre l’idolâtrie, ils combattront en fait, comme en Asie, des systèmes religieux et philosophiques plurimillénaires qu’ils ne peuvent absolument pas comprendre, tout d’abord parce que ceux-ci sont adaptés aux Orientaux, et ensuite parce qu’ils sont à l’opposé des conceptions matérialistes de la Société de Jésus.

Extraits du dossier "La Compagnie de Jésus. Pour la plus grande gloire... de qui ?"



Un PDF gratuit de Freddy Malot "Un ANTI-PAPE de plus, François Dernier", "(...) un faux “François” flattant Jean XXIII, Vatican II et la clique épiscopale française, un faux “Dominique” nous pend au nez, jouant du Pie IX (Vatican I), et à la clique jésuitique des “Ultramontains” du Syllabus (menés par Mgr Manning – semence de Newman – High church de Westminster)."

mardi, juin 26, 2018

Les sayanim, ils mentent, ils trahissent...



En France, des journalistes, des responsables d'ONG, des francs-maçons, des politiciens... sont des sayanim, autrement dit, des traîtres au service d'une puissance politico-financière et de son mondialisme messianique. (Israël n'est que la partie visible de l'iceberg occulte.)

Le Mossad et ses collabos français 

Jacob Cohen
: Les sayanim – informateurs en hébreu – sont des juifs de la diaspora qui, par « patriotisme », acceptent de collaborer ponctuellement avec le Mossad, ou autres institutions sionistes, leur apportant l’aide nécessaire dans le domaine de leur compétence. (Ils sont quelques milliers en France mais personne ne les connaît. Leur existence est niée. Leur force vient justement de leur infiltration secrète dans tous les secteurs de la société. Ils agissent en citoyens français, mais en réalité ils travaillent pour une puissance étrangère.) [...]

La puissance médiatique du lobby pro-israélien

JC
: Je suis d’assez près l’actualité proche-orientale, et je consulte les médias des 2 bords. Et je suis sidéré, presque fasciné, par la puissance médiatique du lobby pro-israélien. Et comment il arrive à faire rentrer dans les esprits, jusqu’à devenir des banalités admises, des concepts comme « la seule démocratie de la région », ou tellement aberrants, comme « assurer la sécurité d’Israël ».

Le fait de savoir que des sayanim sont en grande partie le moteur de cette propagande permet une lecture plus lucide et plus pertinente de l’actualité. [...]


Un million de sayanim  

JC
: En France ils seraient près de 3000. Ostrovski, ex-agent du Mossad, estime leur nombre à 3000 rien qu’à Londres. On peut imaginer leur importance aux Etats-Unis. Mais le « réservoir » est infini. Si on associe le B'nai Brith (franc-maçonnerie juive internationale), la WIZO (organisation internationale des femmes sionistes), les organisations judéo-sionistes nationales, comme l’UPJF, l’UEJF, le CRIF… en France, ainsi que les sympathisants, on arrive facilement au chiffre de un million de juifs prêts à travailler pour le Mossad.

(Le B’nai B’rith, la franc-maçonnerie juive mondiale, forte de 500 000 membres, représente un réservoir inépuisable dans lequel le Mossad puise ses futurs « sayanim ». Mais on peut devenir « sayan » sans être lié au B’nai Brith.)...

Pour en savoir plus sur les sayanim :



"Le printemps des sayanim", le cinquième roman de Jacob Cohen, a révélé de façon prémonitoire l'influence prépondérante, et en particulier ses moyens d'action et de pénétration, d'une certaine communauté juive organisée et liée à Israël, pour renforcer l'alliance avec ce pays, et délégitimer toute forme de critique à l'encontre des politiques sionistes, en les faisant passer pour de l'antisémitisme.

lundi, juin 25, 2018

Action des Forces Opérationnelles & guerre civile en France



Dix membres d'un groupe armé baptisé «Action des Forces Opérationnelles » (AFO) sont actuellement en garde à vue. Ils sont suspectés de vouloir commettre des attentats contre des musulmans, "des imams radicalisés, des femmes voilées, des détenus islamistes sortis de prison...".

Ces attentats auraient provoqué un affrontement entre le monde « caucasien » helléno-chrétien et l’Islam présenté comme obscurantiste, terroriste et sanguinaire. Autrement dit, leur but était de générer le chaos de la guerre civile en France.


Il existe une "mystique du chaos" dans de redoutables mouvements messianiques qui œuvrent à la destruction de l'Europe helléno-chrétienne.


Laurent Obertone




Le jour où tout s'embrasa

La guerre civile était inévitable. 
Vivez l'Apocalypse des trois derniers jours de la France.


Dans une France proche et obscure, une descente de police dans une cité sensible tourne au drame : un policier pris dans un guet-apens perd son sang-froid et tire aveuglément.

La cité s'embrase et tout le pays vacille. De villes en villes, le feu se propage et la République explose.

Forces de l'ordre, voyous, terroristes, responsables, journalistes, citoyens, tous sont submergés par le raz-de-marée du chaos.

Rapidement, réseaux électriques et hydrauliques tombés, faute d'approvisionnements, d'ordre, de moyens de communication, de transports et de secours, la déferlante gagne la campagne, la société vole en éclats et les villes sont la proie de violences, de pillages et de gigantesques incendies. Des terroristes, dépassés par les troubles, déclenchent des actions de grande ampleur depuis les terres, la mer et le ciel.

Privés de tout, livrés à eux-mêmes, les citoyens s'apprêtent à faire face au carnage.

Les événements décrits dans "Guerilla" reposent sur le travail d'écoute, de détection et les prévisions du renseignement français. Après deux ans d'immersion au contact d'agents des services spéciaux et des plus grands spécialistes de la terreur et des catastrophes, l'auteur du chef-d'oeuvre "Utøya" (l'affaire Breivik) et de l'enquête phénomène "La France Orange Mécanique" livre un roman météore ultra-réaliste et nous plonge dans le récit paroxystique de la guerre civile.

La France Big Brother, enquête sur un sujet tabou : le conditionnement d'une population.

dimanche, juin 24, 2018

Révélation sur ceux qui manipulent l'information

Révélation sur ceux qui manipulent l'information pour inciter à la haine entre les peuples.



Michel Collon : La guerre de l'information fait rage sur Internet. Des fanatiques disposent de moyens considérables pour neutraliser et détruire la réputation des personnes qui dénoncent les crimes de l'entité sioniste.

Jacob CohenEn France, la cinquième colonne d'Israël est composée de milliers d'agents nommés les sayanim, tous collaborateurs du Mossad. Ils occupent des postes importants dans de nombreux secteurs de la société française et notamment dans le domaine des médias...

Michèle Sibony, ex-présidente de l'Union juive française pour la paix (UJFP), réclame que Benjamin Netanyahou soit "jugé par la Cour européenne de justice pour crimes de guerre". Pour elle, le Premier ministre israélien, reçu par Emmanuel Macron à Paris, "a porté avec lui le sang de milliers de blessés pendant la marche du retour à Gaza et de plus de 100 morts, tirés à bout portant comme des lapins par des snipers alors qu'il s'agissait de gens désarmés qui manifestaient pacifiquement".


L'attentat du Bataclan : De nouvelles zones d'ombre...


samedi, juin 23, 2018

Les secrets sanguinaires de la Synagogue de Satan

Bien qu'Israël ne soit pas situé en Europe, il se considère comme faisant partie de la « famille européenne ». "Il a été admis à prendre part au Concours Eurovision de la Chanson depuis 1973, et la Israeli Broadcasting Authority (Autorité Israélienne de Radiodiffusion) est membre de la European Broadcasting Union (Union Européenne de Radio-Télévision) depuis 1957. Les clubs de football israélien ont commencé à disputer les compétitions européennes en 1991, et Israël est devenu membre de l’UEFA en 1994" (E&R). Paul MG Lévy, juif (marrane ?) converti au catholicisme, contribua à la création du drapeau de l'Europe dans les années 1950 en collaboration avec Arsène Heitz. On prétexta que ce dernier s'était inspiré des représentations de la Vierge Marie couronnée de 12 étoiles. 



Les secrets sanguinaires de la Synagogue de Satan

par Texe Marrs

Un groupe, et un groupe seulement, est responsable de presque toutes les guerres et les bains de sang sur la surface de notre planète. 


Cette cabale malfaisante n’est pas nombreuse, mais, à l’image d’une pieuvre mortelle, elle étend ses tentacules pour agripper et étrangler une indicible multitude de victimes innocentes. Les initiés de chacune des sociétés secrètes et des organismes internationaux, du Conseil des Relations Étrangères et des Jésuites aux Bilderbergers, en passant par l’Ordre des Skull and Bones, tous obéissent aux dictats de ce groupe sinistre et ils tremblent en se présentant devant ses leaders.

L'élite satanique est très riche et puissante

Le groupe cabaliste auquel je me réfère, c’est la Synagogue de Satan, une élite ancienne, mais toujours moderne, tellement puissante et si riche que même l’histoire du passé a été tordue, reformulée et révisée pour rencontrer sa version prioritaire de l’avenir totalitaire et lugubre de l’humanité.

De nature religieuse et raciale, la Synagogue de Satan est, par essence, un culte monstrueux et satanique. Son grand conseil se constitue de Grands Prêtres de Lucifer ; ces hommes adorent littéralement la mort par la pratique de magie sexuelle et de rituels occultes de la nature la plus noire.

Tristement, cette cabale luciférienne de grands prêtres est soutenue par plus de dix-huit millions de gens autour du globe se qualifiant de « Juifs ». Plusieurs de ces personnes, un grand nombre, soutiennent la Synagogue de Satan avec fanatisme. Ils portent le nom de « sionistes ». Les autres ne donnent à la cabale qu’un support minimum, souvent nominal.

Des complices si Gentils

Se vantant également d’être sionistes, un grand nombre de Gentils pleins de zèle se joignent à ces dix-huit millions de Juifs. Bien que, dans leur ensemble, les supporters gentils ignorent cruellement l’horrible but ultime de la Synagogue de Satan, leur soutien et leur service à la cause de Lucifer contribue à l’action de la fructueuse et incessante campagne globale de la Synagogue de Satan menant aux révolutions, aux guerres, à la famine, aux calamités financières et aux bains de sang.

Étant donné le fait vérifié que l’élite des Grands Prêtres de Lucifer, comprenant la Synagogue de Satan et ses serviteurs, possèdent presque toutes les maisons de publication du monde, il est donc rare que soit imprimé un livre ou un volume ayant le courage et l’audace requise pour dénoncer la conspiration en cours de ce groupe monstrueux.

Hitchcock, le maître de la Révélation

Je suis, par conséquent, extrêmement heureux de recommander aux hommes et aux femmes réfléchis l’excellent volume écrit par le britannique Andrew Hitchcock, "The Synagogue of Satan". Vous y trouverez un guide historique utile, révélateur et précis concernant les crimes sinistres et les sombres événements ayant propulsé la Synagogue de Satan au bord du pouvoir mondial.

Le terme Synagogue de Satan est d’origine biblique. Comme M. Hitchcock en fait la remarque, le Livre de l’Apocalypse de la Sainte Bible ne mâche pas ses mots. Dieu nous avertit du pouvoir épouvantable et diabolique qu’exercera, dans les derniers jours, l’entité identifiée comme la « Synagogue de Satan ».

Les leaders malfaisants ne sont pas des Juifs

Ce qui est toutefois le plus fascinant, c’est que les Écritures nous disent clairement que les leaders malfaisants de cette entité ne sont même pas des Juifs ! Oui, ils se disent Juifs, et le monde les reconnaît en tant que Juifs, même en tant « qu’Israël », mais ils mentent ! Voyez ce que révèle la Parole de Dieu :

« Je connais tes œuvres, et ta tribulation, et ta pauvreté (quoique tu sois riche,) et les calomnies de ceux qui se disent Juifs, et ne le sont point, mais qui sont une synagogue de Satan » (Apocalypse 2:9).

Ahurissant, n’est-ce pas ? Ces méchants agents du pouvoir mondial veulent nous faire croire qu’ils sont juifs, ils se vantent d’avoir Israël comme héritage. Mais, en réalité, ce ne sont que des menteurs blasphématoires. Alors, qu’est-ce qui se passe ?

Vu que les maîtres de la Synagogue de Satan d’aujourd’hui exercent une influence si incroyable et si extraordinaire sur les médias, il va sans dire que le citoyen moyen du monde tombe facilement dans ce mensonge. Des gens de partout font confiance à ces grands leaders bienfaiteurs qui disent : « Nous sommes Juifs ». Et ils croient qu’ils sont effectivement Juifs. Pas étonnant que l’apôtre Paul nous ait averti que les disciples de Satan viennent déguisés en « ministres de justice » et en « anges de lumière ».

Dans le cas des sous-fifres de la Synagogue de Satan, ils nous viennent déguisés en « Peuple Élu », en « Israël », en Race Unique sélectionnée par Dieu afin de produire dans le futur un Messie (pas Jésus !) pour l’éternité. « Nous sommes juifs ! » se vantent-ils fièrement, alors qu’en même temps, ils suggèrent que Dieu oblige les autres — c’est-à-dire, les races inférieures défectueuses — à les bénir, à suivre leur exemple, à s’agenouiller et à les servir en tant que « Peuple Élu de Dieu ».

« Oui, » expliquent-ils avec arrogance, « nous sommes juifs et vous êtes des goyim (du bétail) et nous avons été choisis par décret divin pour vous diriger, vous et toute la planète. »

Les chrétiens évangéliques ont accepté en grande partie, les croyant légitimes et provenant directement de Dieu, ces déclarations choquantes faites par les prétendants juifs à la suprématie raciale, et même à une Super Conscience Raciale. Les chrétiens évangéliques disent que c’est le lot des Gentils de plier, de se mettre à plat ventre devant les Juifs, ainsi que devant leur entité politique nouvellement formée, Israël, et de leur accorder un statut presque divin, sinon Dieu Se mettra en colère et Il maudira et punira ceux qui résistent aux Juifs et à leur pays artificiellement créé « d’Israël ».

Plan machiavélique pour conquérir le monde 

Malheureusement, on ne peut trouver nulle part aujourd’hui, dans les églises chrétiennes établies, un pasteur ou un évangéliste possédant la sagesse spirituelle, ou même le simple bon sens, de demander la question cruciale : « Où est la Synagogue de Satan de laquelle Dieu nous met en garde dans le livre de l’Apocalypse ? » Et pas la moindre âme ne semble demander la question correspondante : « Qui donc sont ces méchants imposteurs dont Dieu nous dit qu’ils se diront « Juifs », mais n’en seront pas et mentiront ? »

Une chose est sûre — ces imposteurs menteurs et faux-Juifs, la Bible les considère comme des vaisseaux dangereux et meurtriers entre les mains de leur seigneur infernal, Satan. Apocalypse 2:10 dit que la Synagogue de Satan mettra plusieurs chrétiens en prison et en tuera bien d’autres. Leur plan machiavélique pour conquérir le monde par le vol et la séduction amènera finalement une précaire « Heure de la Tentation » chez toute l’humanité (Apocalypse 3:10). Donc, pourquoi les pasteurs et les évangélistes modernes ne nous avertissent-ils pas de prendre garde aux imposteurs Juifs de la Synagogue de Satan ?

Les Khazars

Le mystère de ceux qui se disent Juifs, mais n’en sont pas et mentent, peu s’expliquer par le fait que de nombreux chercheurs fort respectés ont prouvé que les hommes occupant le premier tiers du pouvoir dans l’organisation de la Synagogue de Satan sont des « Juifs khazars », qu’on appelle également « Juifs ashkénazes ». Les Khazars étaient un peuple turco-mongoloïde ayant vécu il y a des siècles dans le Royaume de la Khazarie, pour se voir éventuellement intégrer dans l’Empire russe par les Tzars. Le Roi des Khazars força ses citoyens, sous peine de mort, à se convertir au judaïsme. Plus tard, après leur prise aux mains d’ennemis hostiles, les démographes et les historiens disent que les Khazars émigrèrent dans l’Est de l’Europe, particulièrement en Pologne, en Lituanie, en Roumanie et en Hongrie.

Là, en Europe, les Khazars — disant être « Juifs » et pratiquant une forme mystique et païenne de judaïsme — se rassemblèrent en communautés en se séparant des gens des alentours qu’ils classifiaient de « Gentils ». En fait, les Juifs khazars étaient eux-mêmes des Gentils et, ayant adopté la religion raciste juive, ils considérèrent les autres Gentils comme des races inférieures. C’est leur Talmud qui leur enseignait cette infériorité raciale des Gentils

Religion pharisaïque, judaïque babylonienne

L’Europe devint bientôt peuplée de gens qui se dirent juifs, ayant procédé à une acculturation juive, qui adoptèrent et pratiquèrent la Religion pharisaïque, judaïque babylonienne, mais qui ne furent pas de vrais Juifs. La plupart de ces gens-là n’ont pas une goutte de sang juif dans le corps et, pourtant, ils prétendent être « juifs ».

Beaucoup croient sans doute à leur propre mensonge historique. D’autres connaissent la vérité, mais ils essaient de cacher leur véritable héritage non-juif pour gagner des avantages, car il est payant d’être juif.

Les Palestiniens auraient un sang plus juif que les "Juifs" modernes

Jusqu’à aujourd’hui, les Juifs ashkénazes, héritiers de la lignée généalogique khazare, fuient les tests d’ADN. Ils ne veulent pas que des preuves soient produites démontrant qu’ils ne sont pas des Juifs. Ils continuent à mentir et dire qu’ils sont juifs.

En effet, un nombre croissant d’études et d’analyses d’ADN ont été publiées dans la dernière décennie. En chaque cas, il a été établi scientifiquement qu’une vaste majorité des gens qui, aujourd’hui, se disent juifs n’ont que peu ou pas du tout d’ADN en relation avec l’ancienne lignée des Israélites. Un chercheur a même rapporté que les Arabes et les Palestiniens détiennent probablement un plus grand pourcentage de l’ancien sang israélite coulant dans leurs veines que les « Juifs » modernes.

C’est un peu comme si les descendants modernes d’Attila le Hun, de Gengis Khan ou de l’empereur du Japon de la Deuxième Guerre Mondiale, Hirohito, déclaraient faussement, sans la moindre preuve ou évidence pour soutenir leur prétention, qu’ils sont « juifs », et que le monde entier accepterait bêtement leurs proclamations de lignée de sang ridicules, juvéniles et sans fondement scientifique.

Pourquoi ces imposteurs juifs persistent-ils à dire, face aux écrasantes preuves du contraire, qu’ils sont des « Juifs » ?

Pourquoi prétendent-ils être de la lignée directe des patriarches d’Israël, Abraham, Moïse, Isaac, etc. ?

La raison est claire : pour les avantages ! Quand fut formé l’Israël des temps modernes, en 1948, les Juifs ashkénazes/khazars s’emparèrent de tous les postes de leadership du nouveau pays. Des hommes, mentant et disant qu’ils étaient juifs sans l’être, reçurent bientôt des milliards de dollars en aide étrangère gratuite des payeurs de taxe américains et des centaines de millions de plus à titre de réparation de la part d’une Allemagne vaincue.

De plus, ces imposteurs juifs recueillirent la sympathie et le soutien de milliards de dupes abusés de par le monde se sentant coupables et désirant aider les victimes de l’holocauste juif — quoique bien peu de Khazars aient été victimes.

En effet, voilà un Culte de personnalité et de race de masse, composé de faux « Juifs » qui prétendent avec enthousiasme qu’ils sont le Peuple Élu de Dieu, la « prunelle » de Ses yeux, mais, en réalité, ce sont des blasphémateurs contre Dieu, d’extraordinaires menteurs et des artistes de l’escroquerie mondiale ! Ils sont donc les habitants de l’infernale Synagogue de Satan, si bien exposée dans le livre d’Andrew Hitchcock.

Partout où ceux qui se disent juifs ont choisi de résider dans le monde d’aujourd’hui, ils prospèrent et fleurissent.

Le pouvoir d’Israël aux États-Unis

En Amérique, c’est doublement vrai. Dans son livre perspicace, "The Power of Israel in the United States" (Le pouvoir d’Israël aux États-Unis), le Professeur James Petras documente le contrôle atterrant exercé sur la politique étrangère et domestique des USA par le lobby juif et par Israël. Dans les données démographiques, les Juifs représentent seulement 2.2 % des Américains en âge de voter. Le fondement de leur pouvoir, dit Petras, c’est la richesse juive. En d’autres mots – l’Argent.

« La base du pouvoir du Comité de soutien du lobby (juif) est enraciné dans une grande proportion chez les familles juives comptant parmi les familles les plus riches des États-Unis. Selon le magazine Forbes, 25 à 30 pour cent des milliardaires et multimillionnaires sont juifs. »

Dû à leur volonté d’exercer ce Pouvoir de l’Argent pour faire avancer leur race propre et ses perspectives, écrit Petras, les Juifs ont créé une « tyrannie aux États-Unis » — une tyrannie, nous avertit Petras, « qui a de graves conséquences pour la 
paix et la guerre mondiales, la stabilité et l’instabilité du commerce mondial et l’avenir de la démocratie aux États-Unis. »

Dans son livre, Petras démontre de façon convaincante la nature vile de l’indécente influence juive sur l’establishment politique américain. À cause des exigences juives continuelles, les États-Unis sont devenus le fondé de pouvoir militaire et économique d’Israël au Proche-Orient et sur tout le globe, commettant des actes de violence, de torture, d’assassinat, de terrorisme, de vol de ressources et de brutalité sur une grande échelle. Lorsque le Pouvoir juif nous dit de faire quelque chose, nous nous empressons de le faire. On va même jusqu’à l’horreur du génocide, si c’est à l’avantage des Juifs.

Planète concentrationnaire

En fait, les États-Unis sont devenus une colonie du Grand Israël. Nous, le peuple d’Amérique, agissons comme les gardes-du-corps, les combinards, les tueurs à gages globaux des Juifs. Conduits par les marionnettes/Gentils, nous faisons servilement ce que nous ordonnent les Maîtres de l’Argent juifs ; nous sommes des capos mondiaux.

Pour le bien des intérêts juifs, nous nous occupons à convertir le monde entier en un seul camp de concentration géant. Nous sommes les gardes du camp et les bourreaux, les « Juifs », sont les commandants, et les gens de la planète Terre en sont les détenus.

Au moindre caprice de la Synagogue de Satan, on affame les détenus, les faisant travailler à mort pour ensuite les éliminer.

Des kapos Gentils récompensés puis jetés

Les meilleurs et les plus brillants des Gentils sont récompensés avec des amusements choquants et des plaisirs lascifs et passagers. Jusqu’à ce que leur utilité soit épuisée et là, eux aussi sont amenés au bord du gouffre et meurent d’alcoolisme, d’artères bouchés, d’Alzheimer et d’autres maladies provoquées par les médicaments débilitants vendus par les géants pharmaceutiques appartenant aux Juifs.

S’il vous plaît, gardez en tête que Dieu ne fait acception de personne et que les avantages raciaux ne jouent aucun rôle dans la Jérusalem céleste de Dieu. En vérité, contrairement aux doctrines de démons répandues par les menteurs évangéliques sionistes, Dieu ne fait aucune distinction de races quant au choix du peuple portant Son nom. Galates 3:28-29 dissipe de manière merveilleuse les notions sataniques de supériorité raciale. Dieu ne favorise pas ceux qui sont « Juifs » ou quelque autre race ou héritage ethnique. À la place, la Bible invite les hommes et les femmes de toute nation et de toute race sur terre à venir boire de l’eau de vie de Jésus : « Et si vous êtes de Christ, vous êtes donc la postérité d’Abraham, et les héritiers selon la promesse. » Paul explique à la perfection les applications spirituelles de ce principe vivifiant quand il déclare que, selon la Parole de Dieu, « ce ne sont pas les enfants de la chair qui sont enfants de Dieu; mais que ce sont les enfants de la promesse qui sont réputés être la postérité » (Romains 9:8).

Quelle chose extraordinaire ! Indépendamment de la race ou de la lignée d’une personne, et en dépit de son physique humble et de ses origines géographiques, tout homme et toute femme peut être élevé au haut statut éternel des Élus de Dieu. 
Comment cet exploit incroyable peut-il se faire ? 

Par la foi en Jésus-Christ seulement, car c’est le don de Dieu, un don accordé, non pas par l’héritage racial d’un homme, mais par le trésor spirituel qui réside dans son cœur.

Talmud et Kabbale

Malheureusement, je constate que beaucoup, en fait, la grande majorité des Juifs, croient aux mensonges de la Synagogue de Satan. Leur fierté nationale, raciale, xénophobe et fausse a vaincu beaucoup trop de Juifs. Les Juifs séculiers, ainsi que les « Juifs » religieux sont tombés dans le piège. Croyant les doctrines mensongères des rabbins, élaborées dans les saints livres du judaïsme, empoisonnés et infusés de racisme, soit le Talmud et les textes de la Kabbale, ceux qui se disent Juifs aiment souvent présumer qu’ils sont plus intelligents, meilleurs, plus spirituels, plus divins que leurs camarades Gentils.


La race supérieure 

Ces « Juifs » peuvent être dans le secret ou alors loin de comprendre le plan et les desseins haineux des « Juifs » sataniques et « sabbatiens » de la Synagogue de Satan.
Néanmoins, ils se sont laissé séduire par la flatterie. Donc, ils s’assoient, se livrent aux délices et se prélassent à la lumière de leur prétendue supériorité de lignée de sang. Ils acquiescent également aux concepts impériaux des bouchers qui dirigent le gouvernement fasciste du pays physique moderne d’Israël. Ils croient à cela, quand leurs rabbins leur disent qu’en tant qu’Élus de Dieu leur destin est de diriger le monde et d’acquérir toutes ses richesses. Ils donnent de l’argent aux politiciens et aux causes juives qui mènent à la violence et aux bains de sang des Palestiniens et des Arabes assiégés. Après tout, d’après eux, les Arabes ne sont-ils pas une race inférieure ? De nombreux rabbins s’empressent de classer les Arabes et les autres Gentils parmi les insectes, au mieux des goyim (bétail), destinés au tas de fiente de l’histoire. Longue vie à la race supérieure juive !


Il est vrai que ce n’est pas tous les Juifs qui expriment des points de vue aussi déviants. Pourtant, beaucoup de « Juifs » demeurent silencieux. Dans leur for intérieur, ils ont un besoin maladif des flatteries rabbiniques et talmudiques répandues sur eux. Ils réalisent aussi qu’ils y gagnent parce qu’ils sont « Juifs », donc, ils ne disent et ne font rien pour empêcher la Synagogue de Satan d’aller de l’avant. En vérité, les silencieux se font complices eux-mêmes. Omission ou commission, c’est la même chose. Et « ne pas décider » de faire le bien équivaut à décider de faire le mal. Dans tous les cas, la lâche inaction de la « Majorité Silencieuse » a toujours conféré pouvoir et références à la Minorité Active qui dirige. 

Irak, le massacre des innocents

Selon une étude de l’Université de Médecine Johns-Hopkins publiée dans le très respecté journal médical Lancet, lors de la dernière guerre américaine contre les malheureux citoyens
souffrants d’Irak, les Forces armées des USA ont massacré plus de 655 000 Irakiens. Cette épouvantable statistique ne concerne que les hommes, les femmes et les enfants innocents et non combattants.


Mais attention ! – Ne sont pas coupables de ce génocide que les huiles et les leaders militaires de l’Administration. Chaque citoyen américain, par son inaction et son manque de protestation, est coupable de cette destruction et de ces meurtres.

Banquiers et autres coupables de crimes sataniques

De la même manière, toute personne qui dit, « Je suis juif », et, de par son préjudice racial et sa bigoterie, tend à préférer sa soi-disant tribu ethnique (les Juifs) à toutes les autres en discriminant et maltraitant les prétendus Gentils (goyim) inférieurs, est coupable de ces crimes sataniques. C’est le cas spécialement de tous ceux se disant sionistes, tous ces gens sont coupables de faire partie et de soutenir la Synagogue de Satan. Cela comprend les banquiers juifs, les directeurs généraux d’entreprises juives, les éducateurs juifs, les enseignants juifs, les personnalités juives des médias — tout le bazar de gens qui se disent « Juifs » !

Par extension, presque tous les Juifs sont de la Synagogue de Satan. Un Juifs dira, « Non, ça ne se peut pas. Je n’ai pas voté pour ces individus malfaisants. Je n’approuve pas leurs actions monstrueuses. Je ne fais que vivre ma vie quotidienne à la poursuite du bonheur et de la prospérité. »

Ne soyez pas séduit. Vous avez tort. Vous êtes coupable. Vous pouvez garder le silence, mais votre inaction fait de vous un complice volontaire des crimes et des desseins de la Synagogue de Satan. Vous êtes un co-conspirateur, et vous payerez un jour le plein prix de vos crimes haineux commis soit par omission, soit par commission.

Est-ce une « culpabilité collective » ? 

Oui, ça l’est en vérité, et, bien que l’homme puisse la désapprouver, Dieu l’a ordonnée. Vraiment, toute l’humanité est sous le coup d’une malédiction collective, due à la chute d’Adam et Ève dans le Jardin d’Éden. Voilà pourquoi l’homme a besoin d’un rédempteur pour le racheter et le
délivrer de cette malédiction. Quant aux Juifs, Jésus Lui-même a déclaré solennellement cette prophétie :

« Et vous comblez la mesure de vos pères. Serpents, race de vipères, comment éviterez-vous le châtiment de la géhenne ? … Afin que tout le sang innocent qui a été répandu sur la terre retombe sur vous … Voici, votre demeure va devenir déserte » (Matthieu 23:32-38).

Que l’homme aime cela ou non, Jésus a placé une terrible malédiction collective sur les épaules des Juifs. Si, de sa propre bouche, un homme s’identifie en tant que Juifs, même s’il ment en le faisant, il se place imprudemment sous cette malédiction épouvantable. Il devient alors un rouage de la terrible machine inhumaine appelée la Synagogue de Satan. Pourtant, qu’il soit connu de chaque homme et de chaque femme, Juif et Gentil, qu’il leur est offert la liberté et le moyen d’échapper à la malédiction par la foi en Jésus-Christ, notre Seigneur. Une malédiction peut être collective ou individuelle, mais les bénédictions du salut et de la délivrance sont toujours tendues vers les individus.

Des Gentils sont également coupables 

Donc, pour qu’on ne m’interprète pas mal, je formule le même avertissement et la même accusation aux Gentils. Vous, les Gentils qui soupçonnez et connaissez les façons de faire malsaines des leaders de la Synagogue de Satan et ne faites rien pour les arrêter — ou pire, qui agissez comme complices — vous êtes également coupables de leurs crimes. En conséquence, la Synagogue de Satan est composée, non seulement d’hommes et de femmes blasphémateurs et menteurs qui se disent Juifs, mais aussi de Gentils qui collaborent avec eux. Tous sont complices et servent Lucifer.

Quel est le but ultime de la Synagogue de Satan ? 

Son but est de corrompre l’âme des hommes, détruire tous les gouvernements indépendants et rendre le monde esclave d’une dictature luciférienne conduite par leur propre Roi Despote. Dans le processus de cet effort, ils ont pour méthode de provoquer le chaos qu’ils font suivre de leur propre établissement bien planifié de l’ordre. Ordo ab chao. Par cycles perpétuellement joués sur la scène mondiale, ils causent des guerres et des révolutions nourrissant le chaos économique et l’instabilité sociale. 

Esclavage luciférien

Le chaos leur sert de moteur du progrès jusqu’à ce que, éventuellement, l’humanité devienne tellement épuisée qu’on s’attend à ce que les gens de partout appellent désespérément une Autorité Mondiale pour amener l’ordre et la paix globale. Mais pour les infâmes qui se disent Juifs, il ne doit pas y avoir de paix. Seuls une police d’état et l’esclavage absolu de toute l’humanité les satisfera.

Maîtres du monde possédés

Pourquoi ces infâmes sont-ils si déterminés à causer des ravages, des bains de sang et à démolir la terre pour entraîner leur « Utopie juive » à la vaine gloire et qu’ils attendent depuis si longtemps ? Je vous déclare droit dans les yeux, de manière claire et sans ambages que les pires parmi ces méchants pervers sont lucifériens. Les gens aux plus hautes positions de la Synagogue de Satan sont possédés par des démons.

Leur complot a pris des proportions bibliques. Et il est également à caractère intergénérationnel. Les mêmes démons qui, hier encore, infestaient Mayer Rothschild, Napoléon, Marx et Lénine 
œuvrent aujourd’hui dans la coquille humaine des disciples du 21e siècle. Depuis la séduction luciférienne du Jardin d’Éden et le meurtre d’Abel le juste par le Caïn de Satan, ces partisans de l’enfer ont trimé dur.

Leurs plus récentes incarnations ont produit les horreurs des Première et Deuxième Guerres Mondiales, et la prétendue Guerre Froide avec ses nombreux conflits.

Maintenant, au travers de leurs agressions et de leurs guerres au Moyen-Orient, ils menacent d’annihiler le monde en l’engouffrant dans le cauchemar nucléaire de la Troisième Guerre Mondiale. La mort et la misère n’auront de cesse que lors du Retour de Jésus-Christ.

Sans interruption, la Synagogue va continuer de séduire, de diffamer, de tuer et de comploter jusqu’à ce que vienne la fin. Ils n’ont pas d’autre choix. Il y a de cela une période incommensurable, le démon et ses anges déchus ont roulé les dés, façon de parler, et ont perdu. Ils se sont bêtement rebellés et doivent maintenant subir la pénalité complète. Il en sera de même de tous ceux qui se sont alliés à la démoniaque Synagogue de Satan d’aujourd’hui.

Un jour, tous ceux qui ont joint la Synagogue de Satan, y compris ceux qui tentent de se tenir à l’écart et choisissent de demeurer silencieux, seront forcés de ramper aux pieds mêmes de ceux que la Synagogue de Satan a si vicieusement et si cruellement volés, persécutés et tués.

« Voici, je t’en donnerai de la synagogue de Satan, qui se disent Juifs, et qui ne le sont point, mais qui mentent; voici, je les ferai venir, afin qu’ils se prosternent à tes pieds, et qu’ils connaissent que je t’ai aimée » (Apocalypse 3:9).

Annexe II du livre de Texe Marrs, "La science de l’ADN et le sang de la lignée juive", traduction française de Roch Richer.

PDF gratuit ICI
D'autres PDF gratuits :  http://moissondeselus.org/


Version papier en anglais 



La France a-t-elle une autonomie politique par rapport à l’État d’Israël ?

Qui gouverne la France ?

Deux bateaux pour Gaza ont été interdits d'accoster à Paris par la préfecture, le 17 juin. "Ces bateaux font partie de la flottille internationale de la liberté qui tous les deux ans environ tentent de briser le blocus illégal de Gaza," dit Claude Léostic, coordinatrice en France pour la flottille pour Gaza. "On est dans une dérive extrêmement grave de l'État français. Ici ils interdisent des bateaux qui ont une vocation pacifique. La politique française actuelle prend une tournure qui est extrêmement inquiétante."


Monsieur le Président de la République, monsieur le Ministre de l’Intérieur,

La France a-t-elle une autonomie politique par rapport à l’État d’Israël ?

Dimanche dernier, 17 juin, une flottille de deux petits voiliers en route vers Gaza, dont ils tentent de briser le blocus imposé par Israël depuis 11 ans, s’apprêtait à accoster au Quai Saint Bernard, à Paris, où l’attendaient quelque 300 personnes.

Le matin, à l’écluse de Suresnes, ont surgi des zodiacs de la brigade fluviale de la Préfecture de Paris, qui ont imposé une fouille si pointilleuse que 2h30 ont été perdues. Enfin repartis, nos bateaux furent brutalement accostés près du lieu du rassemblement par les zodiacs de la police, qui les ont repoussés au milieu du fleuve, en les heurtant violemment. L’amarrage sur la berge de la Seine et l’accueil par les Parisiens mobilisés contre le blocus de Gaza – les élu.e.s et les personnalités dont M. Lang, président de l’Institut de Monde Arabe – n’auront pas pu avoir lieu.

En raison de quoi ? En quoi la sécurité publique parisienne était-elle menacée ? Pourquoi cet énorme déploiement policier sur la Seine, les berges et le quai St Bernard ? Quel était le donneur d’ordre ? L’Elysée ? Le Ministère de l’Intérieur ? L’ambassade d’Israël en France, dont on sait qu’elle a fait pression pour interdire cette escale de la Flottille ? La France est-elle sous influence d’un pays tiers ?

La semaine passée, un rapport révélait que trois sociétés françaises à capitaux publics sont impliquées dans la construction des lignes de tramway destinées à relier Jérusalem aux colonies israéliennes, toutes illégales, situées en Cisjordanie. Ainsi la France, qui dénonce officiellement la colonisation, continue, par l’action de sociétés comme Systra, Egis Rail et Alstom, de participer à la colonisation de Jérusalem.

D’où vient la consigne de bafouer les recommandations de l’Union européenne sur les relations économiques avec les colonies israéliennes en Cisjordanie ? De Bercy ? De l’Elysée ? De l’ambassade d’Israël en France ? La France est-elle sous influence d’un pays tiers ?

Le 12 juin, la mairie de Bezons, qui venait d’honorer par la pose d’une plaque la mémoire des Palestiniens dépossédés et violemment chassés de chez eux en 1947-49, s’est vue contrainte de l’enlever sur ordre du ministre de l’Intérieur et sous les pressions du Crif, l’officine de propagande israélienne en France. La France est-elle sous influence d’un pays tiers ?

S’y ajoute la scandaleuse visite, le 5 juin dernier, du criminel de guerre Netanyahou. Le Premier ministre israélien a été reçu avec tous les honneurs à l’Elysée, alors même que les manifestants pacifiques de Gaza tombaient par milliers, morts ou blessés, sous les balles israéliennes. Sans parler de la détention arbitraire de notre compatriote Salah Hamouri, dont on attend toujours la libération, demandée officiellement par Emmanuel Macron. Quelle humiliation pour la France !

Le président français doit affirmer les principes qui fondent la République. Paris n’est pas Tel-Aviv, la Seine ne coule pas en Israël.

Nous n’acceptons pas l’ingérence d’un État tiers dans les affaires de notre pays.



Paris, le 20 juin 2018



Les signataires :



Jérôme Gleizes, conseiller de Paris

Claude Léostic, coordinatrice de la Flottille de la Liberté en France

Raphaëlle Primet, conseillère de Paris,

présent.e.s sur les bateaux le 17 juin.

Avec Danielle Simonnet, conseillère de Paris
et les membres de la Plateforme des ONG françaises pour la Palestine et/ou du Collectif pour une Paix Juste et Durable entre Palestiniens et Israéliens :

AMANI (Association franco-palestinienne d’aide & de formation médicale )
AFPS (Association France Palestine Solidarité)
AJFP (Association de jumelages entre les camps palestiniens et les villes françaises)
Américains contre la Guerre
AURDIP (Association des universitaires pour le respect du droit international)
CICUP (Collectif interuniversitaire pour la collaboration avec les universités palestiniennes)
CJACP (Collectif judéo-arabe et citoyen pour la Palestine)
CJPP5 (Comité justice et paix en Palestine)
CVPR-PO (Comité de vigilance pour une paix réelle au Proche-Orient)
EELV (Europe Ecologie-Les verts)
ENSEMBLE
FEN (Femmes en noir)
LDH (Ligue des droits de l’Homme)
MIR (Mouvement international de la réconciliation)
MJCF (Mouvement des jeunes Communistes de France)
Mouvement de la paix
MRAP (Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples)
NPA (Nouveau parti anticapitaliste)
PCF (Parti communiste français)
PCOF (Parti communiste des ouvriers de france)
PG (Parti de gauche)
UAVJ (Une autre voix juive)
UJFP (Union juive française pour la paix)



L'évangile d'Israël est plus grand que l'Évangile de Jésus

(...) les Écritures disent que « le salut vient des Juifs », mais cela veut simplement dire que c’est par l’intermédiaire de cette nation que Dieu jugea bon d’inaugurer le Royaume de Dieu par la foi en Son Fils, Jésus. [...]

Dans son livre excellent, "Le sionisme chrétien – en route pour Armageddon" (Christian Zionism: Road-map to Armageddon), Stephen Sizer se plaint des principes des sionistes et des judaïsants, « Israël est élevé à un statut au-dessus de l’Église… Israël remplacera l’Église sur terre… des nations entières seront bénies au travers de leur association et leur support pour Israël… »

Il y a au milieu de nous une apostasie et une hérésie qui font rage. Un changement fondamental a eu lieu dans les dernières brèves décennies, changement qui a fait des dommages sévères et qui continue de causer des ravages à la foi chrétienne et à son message rédempteur. Jésus a dit : « …quand j’aurai été élevé de la terre, j’attirerai tous les hommes à moi » [Jean 12:32]. Les sionistes n’ont pas élevé Jésus, mais la juiverie mondiale et Israël. Leur message d’Israël alpha et omega a pris d’assaut de nombreuses églises et a détourné des dizaines de millions de personnes du message profond et vivifiant de Jésus et de la croix.

Pour les chrétiens sionistes, l’évangile d’Israël est plus grand que l’Évangile de Jésus.

Texe Marrs