Tuesday, October 28, 2014

La vie de l'initié shivaïte


Les règles de conduite du « participant » (bacchant ou bhakta), du « compagnon » (kaula) qui veut se consacrer à la recherche de la sagesse, sont, d'après le Linga Purâna (I chap. 89, 24-29), au nombre de cinq : ne pas voler (astéya); errance et non-mariage (brahma-chârya) ; absence d'ambition (ahbha); renoncement aux biens matériels (tyâga) et non-violence(ahimsâ). A celles-ci, s'ajoutent pour les apprentis : absence de colère (akrodba) ; service du maître (gurusushruta) ; propreté (shaucha) ; modération dans la nourriture (ahâralâghava) et études (adhyaya).

Dans le monde chrétien, les membres des ordres religieux prononcent trois vœux, de chasteté, de pauvreté et d'obéissance, c'est-à-dire qu'ils renoncent, en faveur du supérieur de l'ordre considéré comme représentant de « Dieu», aux trois biens essentiels de l'homme, le plaisir, la richesse et la liberté. La différence entre la conception chrétienne et shivaïte est profonde. Le non-mariage n'implique pas nécessairement la chasteté, mais le fait de rester en dehors des responsabilités sociales que le mariage implique. Il ne s'agit pas d'absence d'actes sexuels, ce qui est d'ailleurs une impossibilité pratique. Nous retrouvons quelque chose de similaire dans l'agéla grecque. La pauvreté, absence de convoitise et de possession exclut chez les bhaktas la propriété collective, le monastère. Le bhakta errant est un solitaire et un vagabond. Il mendie sa nourriture et ne fait pas de provisions.

L'obéissance n'est une vertu que pour l'étudiant, et encore se limite-t-elle au service du maître. Jamais le disciple n'abdique son libre arbitre, son indépendance. Jamais le maître ne doit prendre la responsabilité d'imposer un mode de vie ou de penser. Il ne répond qu'aux questions qu'on lui pose et son avis n'est que consultatif. La propreté, le soin du corps, est un devoir essentiel. Le corps est une image du dieu et doit être considéré comme tel. Il est l'instrument de toutes les réalisations. Il faut le maintenir par l'exercice, les bains, les massages dans le meilleur état d'harmonie physique. [...]

La société shivaïte est originellement matriarcale. La propriété, la maison, les terres, les serviteurs appartiennent aux femmes. L'homme n'est qu'un fécondateur, un errant qui s'intéresse aux arts, à la guerre, au jeu, ou bien se consacre à la vie intellectuelle ou spirituelle. Dans les sociétés sédentaires qui s'adonnent à l'agriculture, la propriété normalement appartient à la femme, l'héritage se fait de mère à fille. Le système de la dot en est une survivance. Par contre, dans les sociétés nomades fondées sur l'élevage, c'est l'homme qui prédomine. La femme s'achète. Le principal problème des sociétés issues des invasions aryennes réside dans le fait qu'elles sont devenues des sociétés sédentaires tout en maintenant un système patriarcal de société nomade. La femme représente la propriété, le monde matériel, l'esclavage de l'homme. […]
 

La réalisation de soi-même sur le plan érotique est un aspect essentiel du développement de l'être humain. La prostitution qui permet à l'errant, au moine, au pauvre, mais aussi à l'homme marié, dont les rapports à but procréatif n'ont pas la même valeur, de pratiquer l'extase érotique devient une profession bénéfique et sacrée. Elle correspond, sur un autre plan, à l'aumône, abri et nourriture, due aux errants. Dans l'Inde, de nombreuses jeunes filles étaient dédiées au temple pour y accomplir ce devoir social et religieux qu'est le don de l'amour. Elles recevaient une éducation raffinée comprenant la musique, la danse et les techniques érotiques. Nous voyons de même dans le monde grec, en particulier à Corinthe, la prostitution considérée comme une sorte de service divin. Les Hébreux ont connu eux aussi la prostitution sacrée féminine et masculine.

En dehors de son rôle religieux qui est de permettre à tout homme d'expérimenter l'extase érotique, la prostitution joue également un rôle social essentiel pour la stabilité de la famille. Les traités de politique tels que l'Artha Shastra lui attribuent une grande importance et en définissent les règles. Lorsque le gouvernement Nehru voulut interdire la prostitution dans l'Inde, une délégation de sévères brahmanes se rendit à Delhi pour protester et rappeler que, selon la parole des textes sacrés : « Dans les pays sans prostituées, toutes les maisons deviennent des bordels. » Comme les membres des autres professions artisanales, les prostitués des deux sexes forment des associations très organisées. La corporation des prostitués masculins avait, au moment de l'indépendance de l'Inde, offert son support au gouvernement du Congrès national.

L'institution des danseuses-prostituées des temples, qui en comptaient parfois des milliers, fut interdite par le législateur anglais et provoqua, entre autres, un déclin des arts de la musique et de la danse très liés à cette institution.

La prostitution masculine, principalement sous la forme de travestis, existe toujours dans beaucoup de petites villes et villages indiens, comme elle existait à Athènes. Elle a joué également un rôle rituel lié au culte de l'Androgyne, comme c'est le cas aussi dans le Shamanisme, mais semble aujourd'hui décadente. Toutefois, les prostitués travestis ont une place dans la société. Ce sont eux qui jouent le rôle des bergères amantes de Krishna dans les représentations populaires du Krishna-lîlâ. Les prostitués travestis sont installés généralement à la périphérie des villes, comme autrefois les sanctuaires de Shiva-Dionysos. Par contre, les prostituées femmes sont établies dans l'enceinte même du temple.

Le Shivaïsme est une religion de la nature. Il préconise, pour les initiés, la vie dans la forêt, l'errance, l'éloignement de la cité. Cela implique une obligation d'assistance de la part de ceux qui restent dans la vie active. Les hommes qui se consacrent à l'acquisition des biens matériels ont pour fonction et pour devoir de financer les temples, les prêtres, les moines, les artisans et les artistes, et d'avoir toujours table ouverte pour les errants. L'hospitalité est un devoir absolu. L'errant, le voyageur égaré ne doit jamais trouver une porte fermée. Avant de prendre sa nourriture, chacun doit regarder s'il n'y a pas près de la porte un moine mendiant ou quelque voyageur qui a besoin de nourriture et qui doit être servi en premier.

Théoriquement, les devoirs envers les hôtes sont sans limites. « Vénérer un hôte est la meilleure façon d'acquérir des mérites. Le sage Sudarshana (Bel-àvoir), qui voulait par ses vertus vaincre le dieu de la Mort, dit un jour à sa chaste épouse : Jamais vous ne devez refuser d'honorer un hôte. Un voyageur est toujours l'image de Shiva et tout lui appartient. Dharma (la loi morale) prit alors l'apparence d'un moine errant et s'approcha de la maison du sage en son absence. L'épouse de Bel-à-voir lui offrit l'hospitalité d'usage. Une fois rassasié, il dit : J'ai assez de riz cuit et d'autres nourritures, vous devez maintenant vous donner à moi. Elle s'offrit donc à lui. C'est alors que Bel-à-voir revint et appela son épouse. Ce fut l'hôte qui répondit : Je suis en train de faire l'amour avec ta femme. Dis-moi simplement ce qu'il y a à faire maintenant, car j'ai terminé et suis satisfait. Bel-à-voir lui dit : Excellent homme ! Prenez en paix votre plaisir, je vais m'éloigner un moment. Dharma alors se révéla à lui et lui dit : Par cet acte de piété, tu as vaincu la mort. Tout hôte doit être honoré de la même manière. » (Linga Purâna)
 

Alain Daniélou, Shiva et Dionysos.





Sunday, October 26, 2014

Le retour de Shiva-Dionysos


Le Shivaïsme représente l'héritage d'expériences religieuses et humaines accumulées depuis les origines de l'humanité. Sa codification, telle que nous la connaissons, n'est apparue nécessaire que lorsque se développèrent des civilisations urbaines importantes qui pouvaient menacer l'équilibre de l'ordre naturel.

Selon la doctrine des Tantras, le culte de Shiva-Dionysos et les pratiques du Tantrisme sont les seules voies ouvertes pour l'humanité dans l'Âge des Conflits où elle se trouve à présent. Sans un retour au respect de la nature et à la pratique des rites érotico-magiques, qui permettent l'épanouissement de l'être humain et son harmonisation avec les autres formes d'êtres, la destruction de l'ensemble de l'espèce humaine ne saurait tarder. Seuls les fidèles du dieu pourront survivre et donner naissance à une humanité nouvelle.

Toutes les religions qui se sont opposées au Shivaïsme, au Dionysisme, aux sectes mystiques, ont accentué les tendances qui mènent à la destruction de l'harmonie du monde. Chaque retour à des conceptions shivaïtes - même lorsqu'il ne s'agit que d'une tendance – équivaut à une ère nouvelle d'équilibre et de créativité. Les grandes périodes de l'art, de la culture, sont toujours liées à un renouveau érotico-mystique. Tout au long de l'histoire, le Shivaïsme est resté dans l'Inde la religion du peuple. Il reprit graduellement une place très importante dans la vie religieuse des hautes castes grâce au Tantrisme. Il s'infiltra également dans le monde bouddhiste sous la forme du Mahâyâna. Il apparaît revivifié, vers la même époque, dans le monde égyptien, dans le Moyen-Orient, en Grèce et en Italie. Le culte de Dionysos, comme le dieu, renaît toujours de ses cendres.

Maintes fois au cours des âges, la tradition éternelle, liée au culte de Shiva-Dionysos, a été vaincue par les religions nouvelles, issues des ambitions et des illusions des hommes. Pourtant, elle est toujours réapparue, est née à nouveau de ses cendres, comme elle doit renaître dans l'âge moderne.

De nos jours, les conditions semblent favorables pour un retour vers les conceptions traditionnelles du Shivaïsme. Même dans le monde occidental dans lequel les survivances dionysiaques ont été sauvagement persécutées, un retour instinctif vers les valeurs shivaïtes est apparent. Un instinct de survie dans un monde menacé se manifeste sous des formes velléitaires telles que l'écologie, la réhabilitation de la sexualité, certaines pratiques de Yoga, la recherche d'états extatiques par les drogues. Ces velléités, généralement dévoyées et perverties, sont toutefois les indices d'un besoin profond pour retrouver une approche du monde, de l'homme, de la vie, qui soit fondée sur des valeurs réelles, soit conforme à la nature véritable de l'homme et à son rôle dans la création. Ces formes d'expérience ne trouveront leur logique et leur épanouissement que dans un retour au Dionysisme. Ce retour exige la reconnaissance de certains principes fondamentaux, car c'est avec leur aide qu'il peut être possible de retrouver les bases d'une civilisation véritable et de contribuer à limiter les désastres d'un anthropocentrisme aberrant. Ces principes tels que l'on peut les résumer sur les bases des données shivaïtes apparaissent comme les suivants :

1) La création est une. Les divers aspects du monde, de l'être, de la vie, de la pensée, de la sensation, sont inextricablement liés et interdépendants. Les sciences, les arts, les systèmes sociaux et religieux ne sont valables que comme les applications diverses de principes communs.

2) L'être humain est un. Il ne saurait être divisé en un corps, un esprit et une âme. On ne peut séparer les fonctions vitales des éléments émotifs et intellectuels, les activités du corps physique de celles du mental. Nos croyances, qui ont souvent le caractère de passions irraisonnées, et les tendances de notre pensée sont dirigées par des forces cachées qui nous habitent et dont nous devons prendre conscience pour pouvoir les contrôler.

3) La vie est une. Il n'existe pas de séparation entre le monde végétal, animal et humain. Ils sont interdépendants et leur survie commune dépend du respect de leur harmonie où nul n'assume le rôle de prédateur, nul ne s'arroge le droit d'altérer l'équilibre de la nature.

4) Les dieux, les esprits subtils et les êtres vivants sont issus des mêmes principes, sont indissolublement liés. Les dieux et les énergies subtiles sont partout présents dans le monde et en nous-mêmes. Il n'est pas possible pour l'être vivant d'atteindre ou de concevoir le principe causal au-delà de ses manifestations multiples. Il n'existe pas pour l'homme de Dieu unique, mais des dieux multiples.

5) La vérité est une. Il n'existe pas une sagesse orientale et une autre occidentale, une science qui s'oppose à la religion. Il ne peut s'agir que de formes diverses d'une même recherche. Les religions ne sont valables que dans la mesure où elles représentent les efforts de l'homme pour appréhender le divin, pour comprendre la nature du monde, pour mieux jouer le rôle qui lui est dévolu dans l'ensemble de la création. C'est une recherche qui doit rester toujours ouverte, qui ne saurait s'exprimer par des dogmes intangibles.

D'après les textes orphiques et pythagoriciens, c'est durant la deuxième partie de l'Âge de Fer, du Kali Yuga, que doit reparaître la suprématie de Dionysos et que seule la forme de religion que représente son culte reste valable. Cela est également l'affirmation du Shivaïsme. Seules les méthodes du Yoga tantrique sont efficaces dans cet âge où les valeurs se confondent et les rites, l'ascétisme et les vertus des autres âges sont sans effet. Nous pouvons observer que les découvertes récentes des sciences humaines, de la psychologie des sciences naturelles, de l'écologie, suggèrent des approches à des problèmes humains et universels que le Shivaïsme a toujours préconisé. « Il n'est pas exclu que notre époque passe à la postérité comme la première qui ait redécouvert les « expériences religieuses diffuses », abolies par le triomphe du Christianisme... On pressent que tout ces éléments préparent l'essor du nouvel humanisme qui ne sera pas la réplique de l'ancien, car ce sont surtout les recherches des orientalistes, des ethnologues, des psychologues des profondeurs, des historiens des religions, qu'il s'agit maintenant d'intégrer pour arriver à une connaissance totale de l'homme. » (M. Éliade, Méphistophélès et l'Androgyne.) Cette connaissance de l'homme implique celle de la place qu'il occupe dans la création, la reconnaissance de ses limites, du rôle qu'il peut jouer dans la hiérarchie des êtres. Le retour à la sagesse shivaïte apparaît comme la seule voie qui puisse assurer un répit à une humanité qui court vers sa perte à un rythme sans cesse accéléré.

Selon René Guénon : « Il ne s'agirait donc, en somme, que d'une reconstitution de ce qui a existé avant la déviation moderne, avec les adaptations nécessaires aux conditions d'une autre époque... L'Orient peut très bien venir au secours de l'Occident, si toutefois celui-ci le veut bien, non pour lui imposer des conceptions qui lui sont étrangères, comme certains semblent le craindre, mais bien pour l'aider à retrouver sa propre tradition dont il a perdu le sens. » (René Guénon, La Crise du monde moderne.) 


Alain Daniélou

Sunday, September 28, 2014

La joie intérieure


 photo
tumblr_m0sujhZ24z1rrdywqo1_400_zps4208c4a2.gif

"L'homme est Dieu si la joie coule à flots de lui jusqu'au ciel" Râmatîrtha


Les principales Upanisads enseignent que la Joie Suprême - la Félicité, le bonheur, l'ananda universel - est partout et imprègne tout cet univers visible, est l'essence de cet univers et de chaque être vivant : "Et il est heureux partout ! Autrement, où y aurait-t-il vraiment joie si cette joie suprême n'était pas l'âme véritable de tous les êtres" (Kathrudva Upanisad.)

Car l'on est heureux que lorsqu'on a reçu (perçu ?) l'essence - qui respirerait, qui vivrait, si la Félicité qui est dans l'espace n'était pas ? C'est cette essence seule qui donne la Félicité." (Taittiriya Upanisad)

Dans "Sâdhanâ", Tagore ne fait que répéter que l'Upanisad (sans dire que c'est la Taittiriya Upanisad) exprime : "C'est de la Joie que sont nées toutes les créatures, par la Joie qu'elles sont soutenues, vers la Joie qu'elles progressent et dans la Joie qu'elles pénètrent".

Oui, la Joie est l'essence de l'univers mais comme le souligne Michel Hulin quand en se détourne de son âme, de son essence, on cherche à se réunifier "(...) chaque fois qu'un sujet humain - ou même un quelconque être pensant fini - se détourne de son âtman et selon la pente de son désir extraverti cherche vainement à travers la jouissance des choses extérieures et la domination de ses semblables à se réconcilier avec lui-même, en quelque sorte à se ressouder."

Mais toute cette société détourne les individus de leur âme, de leur essence et de l'essentiel - de leur essence qui est celle de tout dans l'univers, qui est pourtant la seule source de bonheur - et, cela dès l'enfance, avec le "dressage scolaire" qui consiste à éradiquer, à mutiler l'âme de l'enfant, à l'empêcher de la trouver (pour E. Fromm, l'école est un processus d'asservissement qui assassine la créativité de l'enfant). Et pas de meilleur moyen pour "assassiner l'âme" (l'expression est de l'Isha Upanisad) que la futilité, le divertissement et le spectacle, encore plus intensif avec l'audio-visuel qui agresse la vie humaine dès l'enfance, futilité sur laquelle Râmatîrtha avait prophétisé dès 1903 : "Que le monde européen et yankee soit en train de réussir dans sa dévotion complète à la futilité, personne ne peut le nier."

Michel Fromaget a osé dire que dans tout ce système d'éducation "l'esprit, à peine levé, se rétracte et s'atrophie. Et c'est l'enfant lui-même qui finira par étouffer son propre esprit. Car tout enfant aime être aimé, aime être valorisé, il a naturellement peur d être rejeté, ridiculisé. Or, un tel pilonnage s'exerce avec force dès l'enfance la plus tendre, au moins dès l'entrée en cours préparatoire, pour ensuite ne plus guère cesser."

C'est encore Michel Hulin, dans le même petit ouvrage excellent, qui insiste sur le fait que : "l'ignorance métaphysique ne se contente pas de voiler nos pouvoirs naturels de connaissance, elle nous cache également la béatitude incréée, innée, en laquelle nous baignons à chaque instant puisque nous sommes ce "brahman". Et elle n'y parvient cependant pas totalement puisqu'il existe des joies et des plaisirs de caractère "mondain" en lesquels cette béatitude transparaît, quoique émiettée, déformée et souillée par l'avidité du désir et la crispation de la crainte."

Trouver son âme, son essence, sa véritable identité pour cesser de faire du mal à autrui, de l'exploiter ou d'exploiter son pays, de s'enrichir en l'appauvrissant ["La voie du ciel enlève à l'excédent pour compenser le manque, mais la voie des humains enlève à l'indigent pour engraisser le riche." (Lao Tseu)] de détruire la nature par cupidité et désir d'un haut niveau de vie, d'arrêter la violence et l'injustice sur Terre, issues de l'insatisfaction et des frustrations de l'ignorance de l'âme, de la dichotomie entre le corps-mental et l'âme (Atman) qui est la véritable identité de chacun et que l'ignorance métaphysique ambiante occulte dès l'enfance - Et pourtant, on oublie que dans l'Inde antique (si différente de la violence de l'Inde moderne,que je regrette) pour les Dharma-Sûtra, la société devait "mettre en place toutes les conditions possibles pour favoriser un développement moral et spirituel de l'être humain et pour le conduire à travers les différentes étapes de l'existence et quelque soit son niveau social et psychologique, vers un bien suprême, le plus haut but de la vie humaine qui est appelé l'obtention du soi (âtma-lâbha), c'est-à-dire la réalisation de la nature essentiellement divine et immortelle de son être intérieur" (Tara Michaël). La société devait donc favoriser les moyens pour chacun de trouver son âme, son Atman (l'esprit pour Michel Fomaget) et non en être la répression sous des prétextes économiques ou idéologiques...

Avec l'âme, la vie ne peut être que poétique et la vie poétique c'est de percevoir l'essence (la "vérité") à chaque instant, ce que l'Ishâ Upanisad exprime si bien : "Voir que tout ce qui existe demeure en vérité en Soi, et que l'on est soi-même en tout ce qui existe, cela met un terme au désir de pensée."

La poésie commence (ou l'Intuition) quand s'arrête la pensée discursive qui fragmente et découpe la réalité, qui refoule ou néglige ce besoin d'unité. Comme l'écrit Yves Bonnefoy qui précise "La poésie est la mémoire de l'Un (...), la poésie est aussi la théologie de la terre"...

Et ce très bon choix des "Œuvres complètes" de Râmatîrtra, de mon ami Jacques Vigne, ce florilège, nous montre que Râmatîrtra était un "poète à l'air libre", que réalisation du Soi et poésie se rejoignent, que trouver son âme mène à la vie poétique, à la Joie sans objet de trouver son essence, son âme, en toute chose...

Il pouvait dire : "J'aime la terre et je sens sa vie comme une partie de moi. Ma seule prière, c'est le bonheur que j'aime."

"La Joie de se mêler avec soleil et brise ! Oh ! la Joie d'errer dans les profondeurs de la forêt céleste(...)"

"La brise qui nous embrasse et les rivières qui murmurent etc.. ne doivent pas être mises de côté comme des aides extérieures ; tout est en nous (...)"
Michel Jourdan, poète.

Thursday, September 25, 2014

Que faire ?


Tout «faire», toute activité nécessite un but. Cela commence par un concept venant du passé, qui ensuite est projeté dans un fantasme du futur. «Faire» ne peut jamais vous amener ailleurs que dans le connu ou dans ce qui a déjà été conceptualisé. Remontez à la racine de la pensée qui déclenche le «faire». Là, vous découvrirez la fin du voyage qui, en fait, n'a jamais commencé. «Faire» ne peut jamais vous amener à ce que vous êtes déjà. «Faire» vous en éloigne et ne vous en rapproche jamais.

Y a-t-il encore des désirs après l'Éveil ?

Avant l'Éveil, le désir doit être celui de l'Éveil. Cependant, ce n'est pas un vrai désir, c'est l'attraction du Soi. Et pour qu'un tel désir apparaisse, d'autres désirs doivent disparaître. Les désirs ordinaires doivent s'effacer afin de créer l'espace pour le vrai désir, le désir de l'Éveil.

Après l'Éveil, le Soi Réalisé est au-delà de la forme, au-delà des sens, et par conséquent il n'est pas affecté par des désirs ordinaires. Ceux-ci peuvent continuer d'apparaître, mais ils n'affectent en rien le Soi.

Un jour, Krishna se tenait au bord de la rivière lors d'une célébration religieuse. Toutes les laitières portaient leurs offrandes et désiraient traverser la rivière pour se rendre au temple situé sur l'autre rive. Mais il n'y avait aucun bateau ni aucun pont pour le faire.

Alors Krishna leur déclara : « Dites à la rivière que si Krishna n'a jamais embrassé de jeunes filles, elle s'ouvre pour leur laisser le passage. »

Les femmes ne pouvaient croire en ses paroles. On disait qu'il avait eu seize mille amantes. La rivière ne s'ouvrirait jamais ! Krishna ayant déjà embrassé chacune de ces femmes, elles ne pouvaient le croire. Pourtant, elles s'adressèrent à la rivière : » Si Krishna n'a jamais embrassé une femme, ouvre-toi pour nous. » Et la rivière s'ouvrit pour les laisser passer.

C'est parce que le Soi (Krishna représente le Soi véritable) est immaculé et hors du temps. Il n'a jamais embrassé ou été embrassé.

Je viens de voir le Dalaï-lama. Il a parlé des problèmes de ce monde et du besoin que chacun soit dans l'action juste. Qu'est-ce que l'action juste ?

Un être Éveillé ne tient pas compte du passé et de l'avenir. Aucune considération n'est donnée aux fruits de l'action. Plus précisément, l'action naît dans l'instant et vient du Vide. Les fruits se prendront en charge d'eux-mêmes.

Le Dalaï-lama s'adressait à l'homme ordinaire qui a besoin d'une morale pour guider ses actions. L'être Éveillé, lui, reconnaît que la morale est elle-même vide, comme l'est toute chose. Ainsi, l'action juste, la parole juste et le chemin des huit étapes de Bouddha peuvent être une conséquence du Vide, mais ne conduisent pas au Vide. Par conséquent, un chercheur de Vérité cherchera uniquement le Vide et tout le reste suivra.

Quelle pratique recommandez-vous alors ?

Aucune pratique. Laissez-moi vous donner un exemple. Un jour, une lavandière travaillait au bord de la rivière, quand une lionne apparut pour se désaltérer. Un chasseur, caché dans les buissons la
tua... Il ne voulait que sa peau. Tandis qu'il dépeçait le corps de l'animal, il en retira un lionceau et le laissa sur la berge.

La lavandière prit le nouveau-né, le nourrit et l'éleva. Le lionceau la suivait partout où elle allait. Lorsqu'il fut assez fort, la lavandière le chargea de linge, comme elle le faisait avec ses ânes. Ainsi, le lion grandit, ponant le linge sur son dos et fin traité comme s'il était un âne.

Un jour, un lion qui chassait dans les environs découvrit des ânes en train de brouter l'herbe dans un champ. Il ne pouvait en croire ses yeux... Parmi les ânes, un lion broutait de l'herbe !

« Comment est-ce possible ? pensa le lion. Les ânes sont normalement de la bonne nourriture pour un lion et en voilà un qui mange de l'herbe ! » Le lion sortit du buisson et se dirigea vers le troupeau. Tous les ânes s'enfuirent, ainsi que le lion apprivoisé. Ce dernier avait aussi peur que les ânes ! Le lion sauvage poursuivit le lion apprivoisé et l'attrapa. Il lui sauta dessus et le mit à terre.

Le lion apprivoisé était terrifié. « S'il vous plaît, Monsieur, ne me mangez pas ! Laissez-moi repartir et retrouver les miens. - Mais tu es un lion ! lui répondit l'autre. - Non, Monsieur, je suis un âne. » Alors, le lion chasseur le souleva et l'emmena à la rivière. « Regarde ton reflet, nous sommes identiques » dit-il. Le lion se regarda dans l'eau et vit deux lions qui le regardaient. « Rugis maintenant ! » dit le lion chasseur. Et le lion rugit !

C'est aussi simple que ça. Ne vous exercez pas à être un lion. Rugissez !

Mais Monsieur, combien de temps cela pend-il pour se réaliser ? Combien de temps dure l'enseignement ?

Aucun temps ! Combien de temps cela prend-il pour rugir ? Vous ouvrez la bouche et c'est fini !

Eli Jaxon-Bear, Satsang avec H.L.W. Poonja, « LE SECRET DE L'EVEIL ».


LE SECRET DE L'EVEIL
La transmission de Poonjaji

Ce livre présente au monde une avancée extraordinaire. Le plein éveil est possible ici et maintenant pour chacun, peu importent les circonstances personnelles, le passé ou la pratique à laquelle on s'adonne. C'est cette possibilité qu'offrent l'enseignement et la transmission de Sri H.W.L Poonja.

Beaucoup de chercheurs ont entrevu la Vérité à travers des pratiques psychédéliques, en méditant ou pendant des moments de grâce inattendus. Pourtant, par une compréhension erronée, ces moments sont assimilés par l'ego comme une expérience parmi tant d'autres. Une croyance ancrée nous fait croire qu'il n'est pas possible d'être pleinement Éveillé dans cette vie. Le secret de l'éveil, la transmission de Poonjaji révèle la possibilité de découvrir la véritable Liberté maintenant.

Aucune pratique, aucun délai ne sont nécessaires ! Voici l'offrande de Poonjaji à ce monde.

Swami H.W.L. Poonja fut un des êtres les plus remarquables qu'il m'ait été donné de rencontrer dans ma vie.
Charles Antoni



Extrait de l'avant-propos

Le 1er janvier 1990, j'ai quitté ma vie active et suis parti en quête de l'Illumination. Mon épouse et mes amis pensaient que j'étais fou, et puisque j'approchais de mes quarante-trois ans, ils mirent ce départ sur le compte de la crise de la quarantaine. Une irrésistible force me poussait, et bien que je ne connusse pas ma destination, ni ce que je découvrirais, je n'avais pas le choix. N'étant pas novice sur le chemin, j'avais certains critères en tête : couper définitivement le mental égotique et m'éveiller dans la réalité non-duelle.

Je suis de la génération qui découvrit les psychédéliques : les années soixante furent l'époque où, dans ma quête de liberté, j'expérimentai différents hallucinogènes. Grâce à cela, je découvris que «ma» réalité n'était qu'un rêve et fis l'expérience du Soi, Conscience immortelle. Pourtant, cela ne me suffisait pas, car la souffrance égotique subsistait. Et cette expérience, cette réalisation, fut rapidement absorbée par l'ego qui se l'appropria.

J'offris ma vie au service de la terre et de l'humanité et mis à l'épreuve mes convictions dans les mouvements pour la paix et la défense des droits civils. Je pensais que «je» devais faire quelque chose pour arrêter la souffrance du monde, mais constatai que ce quelque chose conduisait inéluctablement à la souffrance, et rien ne s'arrêtait.

A la suite d'une réelle ouverture de conscience, que beaucoup de personnes de ma génération expérimentèrent grâce aux psychédéliques, la première vague des gurus arriva en Amérique. Je suivis les aventures de Râm Dass avec Neem Karoli Baba et autres maîtres. J'aimais lire Rajneesh et Da Free John. Je découvris la Shakti et la Bhakti en présence de Muktananda.

Je n'aurais jamais cru possible qu'un état non-psychédélique pût être aussi puissant, et pourtant j'en faisais l'expérience. Cependant, je ne me sentis pas particulièrement attiré par la vie en ashram. De tous les gurus que je connaissais, de Sai Baba à Maharaji, je constatais, en voyant les disciples de leurs ashrams, qu'ils ne s'éveillaient pas, mais devenaient seulement des dévots.

Je ne cherchais rien d'autre que l'Illumination et quelqu'un qui pourrait directement me la transmettre. Aussi riches et réjouissants que puissent être les états de shakti, ils ne conduisaient pas à la pleine Réalisation du Soi, du moins pour moi-même ou quiconque que je connaissais.

Puis, la lecture de Carlos Castaneda, des travaux de Gurdjieff, d'Evans-Wentz et du Livre des morts tibétain m'attira vers le bouddhisme tibétain. En 1976, je partageais la lecture des livres d'Evans-Wentz sur le bouddhisme tibétain avec ma future épouse et je voulus rencontrer les véritables héritiers de cette lignée. C'est en 1978, dans notre petite ville de Californie, que je fis la connaissance de Kalu Rinpoche, maître de méditation de la lignée Kagyu. Il me confia plus tard la direction du centre Dharma. Nous faisions des pujas, méditations, chantions en tibétain... Mais là encore je restai insatisfait.

Au début des années quatre-vingts,je rencontrai le plus vieux maître zen de cette époque au Japon. Je l'appelais O'ji isan et l'aimais profondément. Je fis l'expérience d'un Éveil profond lors d'un séjour au monastère Saikoj en présence du maître des lieux. Je fus honoré par tous, et une grande fête qui dura toute la nuit fut organisée pour l'événement. Malheureusement, le même mental réapparut le lendemain et mon insatisfaction persistait. 


Biographie de l'auteur
Eli Jaxon-Bear est un enseignant spirituel et auteur américain. Il vit à Ashland, Oregon avec sa femme, Gangaji. Avant de rencontrer son Maître, Sri HWL Poonja, en 1990, il était surtout connu pour son travail sur la dimension spirituelle de l'Ennéagramme.








Wednesday, September 24, 2014

GetEasy, la vérité




GetEasy (traduisez « Obtenez facilement ») est une escroquerie qui se développe particulièrement bien en France.

Malgré ses tentatives pour se présenter comme une entreprise «globale internationale », GetEasy est une chaîne de Ponzi (Ponzi scheme en anglais) c'est-à-dire un montage financier frauduleux qui consiste à rémunérer les investissements des clients essentiellement par les fonds procurés par les nouveaux entrants.

L'adresse de la société à Macao (20 / F, AIA Tour, 251A-301, Av. Comercial de Macao) est uniquement de nature virtuelle. Une recherche sur Google révèle que plusieurs autres entreprises utilisent cette même adresse. Ce sont des "bureaux virtuels" référencés par L'Executive Center du 20ème étage de la Tour de l'AIA.

Le nom de domaine de GetEasy "geteasygroup.com" (NDD en notation abrégée française ou DN pour Domain Name en anglais) a été enregistré de façon anonyme.

Les prétendues opérations commerciales effectuées depuis Macao n'existent pas, c'est un mensonge. L'adresse fournie sur le site Web GetEasy ne fonctionne pas avec Google Maps, même si plusieurs vidéos sur YouTube montrent un immeuble, le pseudo siège de GetEasy. Il s'agit en fait d'un montage utilisé pour duper les victimes de la chaîne de Ponzi nommée GetEasy.

GetEasy prétend vendre à grande échelle des services : tracker GPS, Bitcoin et GetMusic. C'est faux, GetEasy ne se livre pas à des activités commerciales légitimes pouvant générer un important chiffre d'affaires.

Une véritable activité commerciale fondée sur la vente de services, notamment de traçage par GPS, est introuvable sur Internet. En réalité, inviter les gens à rejoindre la société, puis à investir dans des «packs de participation» est la seule source de revenus que GetEasy génère.

Le succès de GetEasy démontre que les populations soumises au culte de l'argent font preuve d'une avidité incommensurable et d'un manque total de scrupule. Il révèle ainsi toute la médiocrité de la mentalité moderne.



Monday, September 22, 2014

Regard oriental sur l'empire mondial européen



Pour la première fois dans l’Histoire de l’humanité, un seul peuple domine et contrôle totalement le monde entier, son argent, sa politique, ses affaires internationales, son économie, son marché, sa culture, sa nourriture, ses informations, le sport, la communication, le divertissement, la mode, etc. Ils détiennent un pouvoir absolu qui ne cesse de croître et qu’aucune coalition rivale ne peut défier. En outre, aucune preuve tangible ne peut servir à affirmer que leur puissante emprise sur le monde pourrait être un jour défiée avec succès.

Ils font bien plus que contrôler le monde. Ils ne cessent de le transformer selon leurs désirs en brisant toutes les barrières qui ont été préservées durant des générations, ainsi que la merveilleuse diversité des sociétés humaines qui différenciait les peuples les uns des autres. Ils ont déjà globalisé le genre humain de telle sorte qu’une unique société mondiale impie a émergé pour la première fois dans l’Histoire.

Ils ont créé la civilisation laïque Occidentale moderne ainsi qu’un ordre mondial Européen comme modelé par lequel ils ont poursuivi leurs objectifs. Par le biais de leurs interminables révolutions technologique, industrielle, de l’information, féministe et sexuelle (dont la pornographie fait partie intégrante), ils ont impacté la société au point de rendre l’ancienne obsolète. Ils ont fait en sorte que les nouveaux et derniers gadgets, styles ou modes soient assimilés avec joie comme étant les meilleurs. Grâce à ce procédé, ils sont parvenus au fait que l’humanité reconnaisse leur mode de vie comme le progrès suprême.

Ils se sont continuellement déployés, changés, et réinventés, ce qui entraîna aussi le changement de toute la société mondiale impie et globalisée avec eux, devenant finalement une copie conforme de leur mode de vie. Mais ce mode de vie est néanmoins décadent et destructeur du bonheur humain et de la stabilité sociale. Ils ont séduit les femmes, par exemple, en les déshabillant au point ou elles se vêtissent tout en étant nues aujourd’hui. Les hommes furent tellement provoqués par cette nudité (entre autres) qu’une révolution sexuelle en a découlé, et dans laquelle le sexe est devenu aussi gratuit que la lumière du Soleil. Le mariage devient obsolète, la plupart des enfants naissent hors mariage, et les gens suivent de plus en plus le mode de vie ou promiscuité et banalité sexuelles se rencontrent et abondent. La pornographie utilisée pour attiser la convoitise et les désirs charnels, a abouti a une telle frénésie que le harcèlement sexuel et fatalement le viol sont devenus monnaie courante. En fin de compte, la soif insatiable créée par la luxure ne peut plus trouver de satisfaction sexuelle au sein d’une relation privée normale, ainsi, le sexe en public l’emporte, et les gens finiront bientôt par avoir des rapports sexuels en public à l’instar des ânes. Aussi, les rapports entre hommes et femmes ne suffisent plus à satisfaire la soif sexuelle, ainsi, l’homosexualité et le lesbianisme émergent rapidement comme remplacement ou substitut. [...]

Leur succès a été si spectaculaire, qu’indépendamment des fois Chrétiennes, Juives, Hindoues, Bouddhistes ou Musulmanes, et en dépit de l’avertissement sérieux du Prophète Mohammad aux Musulmans disant que « vous les suivrez même dans un trou de lézard », toute l’humanité y compris les Musulmans ont imité et suivi leur mode de vie décadent, et essentiellement impie.

L’alliance Judéo-chrétienne

Les Européens Juifs et Chrétiens ont forgé une alliance étrange en réconciliant leurs haines et hostilité mutuelles. Ils se sont associés à la lumière d’une alliance et d’une amitié réciproque toute deux mystérieuses. Ils sont devenus les dirigeants du monde entier, et c’est un phénomène unique de l’histoire. Ils dirigent cependant un ordre mondial racial menaçant, pour les non-européens en général et pour les Arabes et les Musulmans en particulier, qui osent résister à leur chauvinisme racial, à la mondialisation, à l'injustice et à l'oppression. Leur ordre mondial a mené des guerres impitoyables d’agressions dans le but d’occuper presque tous les territoires non-Européens de la planète. Le monde a assisté aux nettoyages ethniques en Amérique du Nord, en Afrique australe et en Australie, etc., qui ne pouvaient avoir été commis que par ceux qui avaient des cœurs de bêtes sans la moindre graine de moutarde de foi Juive ou Chrétienne.


Le règne colonial Judéo-chrétien sur le reste du monde a été utilisé pour voler, piller et exploiter les richesses appartenant au reste de l’humanité. Mais cette colonisation avait un calendrier qui transcendait l’exploitation des ressources de ces territoires. Plutôt, le projet ultime consistait au placement d’institutions politiques, économiques et d’éducation par lesquelles les Judéo-chrétiens Européens pouvaient poursuivre leur transformation de ces territoires coloniaux, même après la décolonisation. La transformation avait pour but de laïciser la société par un procédé de démantèlement de toutes les institutions qui offraient un soutien au mode de vie religieux en général, et celui de l’Islam en particulier.

Leur sécularisme a déjà tellement transformé le Christianisme Européen qu’il a donné lieu a une incroyable civilisation moderne décadente laïque. Mais ils ont poursuivi leur calendrier au moyen de ce pouvoir d’imposture faisant que « l’apparence » et la « réalité » soient toujours opposées dans toutes leurs actions passées et présentes. Par conséquent, ils ont réussi à tromper la plupart de l’humanité qui a rejoint et adhère à leur impiété et à leur décadence.

Ils ont utilisé leur puissance absolue en vue de corrompre, d’opprimer et de s’engager dans des actes d’injustice et de malveillance sans pareils dans l’Histoire. Leur méchanceté et leur oppression est en croissance constante même en présentant leurs excuses publiques pour l’esclavage Européen. Même les Chrétiens et les Juifs Européens qui mènent une vie de piété, de foi et de droiture qui se dressent contre l'injustice et l'oppression ne sont pas épargnés. L'ancien Président Américain Jimmy Carter est aujourd'hui caricaturé comme un « vieux fou ». Les crimes de guerres Judéo-chrétiens occidentaux infligés aux Musulmans Arabes d’Irak et le génocide Israélien des Musulmans et Chrétiens Palestiniens à Gaza sont pires que ce qui a été vécu par n’importe quel Chrétien noir Sud-Africain durant l’apartheid.

Leur cupidité est indescriptible. Ils ont aspiré la richesse de tout le genre humain par le vol légalisé (autrement connu comme inflation et prêts à intérêts), et prennent même aux pauvres le peu qu’ils possèdent. Au final, ils emprisonnent l’humanité toute entière dans un nouvel esclavage économique grâce à la Riba (usure). Ils prêtent d’énormes sommes d’argent contre intérêts tout en sachant que les nations endettées ne seront pas capable de les payer. Ils agissent de cette sorte dans le but d’acquérir une capacité de chantage financier tel, que les pays emprunteurs finissent par tomber sous leur contrôle. Ils remplacent aussi l’argent réel ayant une valeur intrinsèque comme les pièces d’or et d’argent, par de la monnaie-papier non échangeable, dont la valeur est attribuée à l’extérieur, et qu’ils peuvent manipuler à leur avantage. Comme la monnaie-papier a perdu de sa valeur, les populations du monde entier ont été réduites à ne misérable pauvreté, alors que ceux qui étaient déjà riches auparavant se sont enrichis d’avantage, au détriment de ceux qui sont devenus esclaves.


Enfin, c’est un ordre mondial qui est étrangement et mystérieusement obsédé par la libération de la Terre Sainte. L’Europe devint Chrétienne et lança essentiellement des Guerres Saintes Européennes appelées « Croisades » pendant un millier d’années jusqu’à ce qu’elle atteignit la victoire, lorsque l’armée Britannique dirigée par le Général Allenby vainquit l’Empire Islamique Ottoman, puis lorsqu’elle entra triomphalement dans Jérusalem en 1917. Allenby déclara lors : « Aujourd’hui, les croisades se sont achevées ». En vérité il aurait dû dire : « Aujourd’hui, les croisades Européennes se sont achevées ». En fait, les Croisades Européennes se déroulent encore, et ne s’achèveront pas tant que les Musulmans résisteront a l’oppression Européenne Judéo-chrétienne en Terre Sainte, ainsi qu’ailleurs dans le monde.


Certains Européens sont aussi devenus Juifs et ont créé le mouvement Sioniste Euro-Juif, qui a fanatiquement et obstinément mené la cause du retour des Juifs en Terre Sainte, et de la restauration d’un État d’Israël en ce lieu. Ces Juifs Européens, natifs des tribus Khazars de l’Est de l’Europe, ont été convertis au Judaïsme. Les Européens ne sont pas un peuple Sémite, et pourtant ils ont ouvert la voie avec succès, en employant des moyens plus tordus que jamais, de la restauration d'un État d’Israël en Terre Sainte. Ils ont agi de la même manière pour littéralement forcer les Juifs Israélites Orientaux (Sémites, donc non Européens), qui ont vécu longtemps au sein du monde Musulman, à migrer vers l’État laïque d’Israël. Ils ont diabolisé toute résistance à leur oppression en la qualifiant d’antisémite. L’ordre mondial Européen Judéo-chrétien a protégé et renforcé Israël à un point tel, que celui-ci est désormais devenu une superpuissance. En effet, il deviendra bientôt « l’État Dirigeant » du monde.


Imran Hosein Nazar