Monday, November 08, 2010

Eloge de la paresse, rejet du capitalisme


Paul Lafargue

Une étrange folie possède les classes ouvrières des nations où règne la civilisation capitaliste. Cette folie traîne à sa suite des misères individuelles et sociales qui, depuis des siècles, torturent la triste humanité. Cette folie est l'amour du travail, la passion moribonde du travail poussée jusqu'à l'épuisement des forces vitales de l'individu et de sa progéniture. Au lieu de réagir contre cette aberration mentale, les prêtres, les économistes, les moralistes, ont sacro-sanctifié le travail. Hommes aveugles et bornés, ils ont voulu être plus sages que leur Dieu ; hommes faibles et méprisables, ils ont voulu réhabiliter ce que leur Dieu avait maudit. Moi, qui ne professe d'être chrétien, économe et moral, j'en appelle de leur jugement à celui de leur Dieu ; des prédications de leur morale religieuse, économique, libre-penseuse, aux épouvantables conséquences du travail dans la société capitaliste.
Dans la société capitaliste, le travail est la cause de toute dégénérescence intellectuelle, de toute déformation organique.[...]

Si, déracinant de son cœur le vice qui la domine et avilit sa nature, la classe ouvrière se levait dans sa force terrible, non pour réclamer les Droits de l'homme, qui ne sont que les droits de l'exploitation capitaliste, non pour réclamer le Droit au travail, qui n'est que le droit à la misère, mais pour forger une loi d'airain, défendant à tout homme de travailler plus de trois heures par jour, la Terre. La vieille Terre, frémissant d'allégresse, sentirait bondir en elle un nouvel univers... Mais comment demander à un prolétariat corrompu par la morale capitaliste une résolution virile ?


Livre en ligne : « Le Droit à la paresse » (1880) :

Paresse et Révolution
Ecrits 1880-1911


De Paul Lafargue (1842-1911), on connaît surtout le célèbre Droit à la paresse, voire son lien avec Marx, dont il était le gendre. Pamphlétaire, militant et journaliste prolixe, il fut aussi un acteur et un théoricien du socialisme. Membre de la Ire et de la IIe Internationale, il participa aux débats socialistes pendant plusieurs décennies. Dans une langue élégante, presque désuète, où perce un esprit brillant, souvent caustique et incisif, ses articles, pamphlets et discours laissent un témoignage historique considérable. S'attaquant au Capital devenu dieu et religion, mais aussi critiquant Victor Hugo, " ce tournesol que sa nature condamnait à tourner avec le soleil ", la condition de la femme, Jaurès, le réformisme et la bonne conscience républicaine et nationale issue de la Révolution française, il nous plonge dans un temps dont les contradictions, les luttes et les espoirs ne sont pas sans résonance avec celles et ceux d'aujourd'hui.

Alexandre le bienheureux


« Alexandre est cultivateur dans une petite ferme française, mais sa femme le pousse à bout de force en lui imposant chaque jour une liste de travaux démesurée. Devenu brutalement veuf, il éprouve un grand soulagement et se sent libéré de son labeur : il décide de s'accorder un repos qu'il juge mérité, afin de prendre le temps de savourer la vie. Son comportement sème rapidement le trouble dans le petit village par l'exemple qu'il donne, et une partie des habitants décide de le forcer à reprendre le travail. Mais ils échouent, et Alexandre commence à faire des émules, qui s'essayent comme lui à la paresse. »

Les principales conditions de l’affranchissement :

- Vivre sur un terrain cultivable (fruits et légumes, pas de céréales) ;
- Etre végétarien (gage de santé) ;
- Ne pas avoir de dettes, se contenter d’une petite maison écolo qui revient à quelques centaines d’euros ;
- Pratiquer la solidarité au sein d’un collectif d’affranchis…


Illustration :
Le B.E.L.L. de Bordeaux Szekely, The Biogenic Ecodesic Living Lighthouse. http://earthstar.newlibertyvillage.com/BELL.htm


1 comment:

  1. Anonymous3:47 AM

    Oui,prenons le temps de sentir le vent, les fleurs, le chant des oiseaux. Couchés sur la terre à ne rien faire qu'a se laisser aller.

    ReplyDelete

Les commentaires sont momentanément désactivés.

Note: Only a member of this blog may post a comment.