Thursday, January 31, 2008

L'antagonisme entre le Bön et le bouddhisme

L’antagonisme a souvent été très profond entre le Bön et le bouddhisme. L’érudit bönpo Nyima Ténzin, Abbé du monastère de Menri, décrit en 1842 l’expulsion des prêtres bönpo du Tibet central sous le règne du roi bouddhiste Trisong Détsèn (8ème siècle), dans les termes suivants :

Dans l’année Terre-Bœuf, un démon entra dans le cœur du roi, la prière malveillante d’un démon en étant la cause ultime, et celui qui se présenta comme un moine mais qui était en réalité envahi par les cinq poisons (c’est-à-dire le moine bouddhiste Shantarakshita) en étant la cause immédiate. Le mérite du Tibet étant épuisé, le jour vint où le soleil de la Doctrine sacrée (c’est à dire le Bön) se coucha. Pour le bien de tous les êtres, la multitude des saints cachèrent les cinq trésors secrets et les mille sept cents trésors mineurs, et quittèrent le pays pour des domaines spirituels de lumière.

Pour Nyima Tenzin, l’introduction du bouddhisme au Tibet se présenta comme une catastrophe, entraînant le " coucher du soleil de la Doctrine sacrée ", la chute de la dynastie et la dissolution de l’Empire tibétain. Quant aux bouddhistes, ils méprisèrent les bönpo, lesquels, comme l’affirme l’érudit guélougpa Thuken Chöki Nyima, " aimaient à boire et s’entouraient de femmes ".
Per Kvaerne


Heinrich Harrer, ami du jeune 14ème Dalaï-lama, sait bien que les guélougpa n’ont pas besoin de fréquenter les femmes pour assouvir leur instinct sexuel. Il écrit :
" L’homosexualité, elle, est courante dans les monastères ; non seulement on ne la considère pas comme un vice, mais on voit même dans la pédérastie un gage de chasteté ! "

Des bouddhistes, homosexuels et misogynes invétérés, jettent furieusement l’anathème sur la vieille culture matriarcale du Bön. L’habilité consommée des religieux pour les discours moralisateurs et hypocrites leur permet de mieux exploiter les êtres humains. De vieux lamas réduisent des enfants à l’état d’esclaves sexuels (drombo) et se prétendent vertueux.

Celui qui se donne la peine d’approfondir les traditions spirituelles n'ignore pas que des courants libérateurs, respectueux de la nature et des femmes, ont été combattus par les institutions religieuses et le pouvoir. Le patriarcat agressif et exploiteur a toujours persécuté les mystiques libertaires peu productifs.

De nombreux textes nous permettent de mieux connaître la spiritualité. Dans la bouquinerie de Bouddhanar vous trouvez le Kalachakra Tantra, le Hevajra Tantra, le Zhang-zhung Nyengyü et de nombreux ouvrages qu’il est préférable de lire avant de faire confiance à un dignitaire religieux.

No comments:

Post a Comment

Note: Only a member of this blog may post a comment.