Friday, December 12, 2014

Freud & la kabbale


Dans un curieux ouvrage, le juif américain David Bakan vient de dévoiler que le freudisme est un avatar de la (prétendue) mystique juive, un travestissement laïcisé.

Le Prof. Baruk, et bien d'autres, avaient déjà fait remarquer que la psychanalyse était plutôt une (fausse) religion qu'une science. Elle a ses dogmes et ses rites, et surtout. son interprétation presque mystique, en tout cas, fort peu contrôlée. Le propre de la Science c'est que l'hypothèse doit ensuite être passée au feu de la vérification. Alors seulement elle se transforme en fait scientifique. Dans la psychanalyse, l'hypothèse, c'est-à-dire l'interprétation fournie par son auteur, le médecin doit être contrôlé par le résultat thérapeutique. Or, sur ce point, les résultats sont bien maigres. On ne connaît que très peu de cas d'obsessions guéris par la psychanalyse malgré l'intense propagande de ses disciples.

Au contraire, le prof. Baruk a dû « dé-psychanalyser » des sujets, « c'est-à-dire, recoudre, au sens propre du mot, le tissu mental qui avait été mis en pièces », en vue de les guérir par sa méthode de Justice et de Confiance.

Joseph Breuer avait guéri une jeune hystérique en 1894... Freud s'empara de cette expérience pour en tirer une interprétation sexuelle alors que Breuer avait bien spécifié que jamais l'amour ne s'est manifesté dans la vie mentale de cette jeune fille. Mais Freud, « qui passa toute sa vie dans un monde virtuel, un monde composé presque exclusivement de Juifs » est un névrosé en révolte contre la vérité.

Le Dr F. Pasche, préfaçant l'étude de Bakan, écrit : « Pour Freud, le surmoi avait un visage, celui de Moïse, et un langage, les interdits et les injonctions du Décalogue. N'est-ce pas le dogme kabbalistique d'une énergie divine, créatrice, sexualisée qui est à l'origine du concept de libido ? N'en est-il pas de même des notions freudiennes d'instinct de mort, sécularisation de l'esprit du Mal — de bisexualité — le Dieu de la Kabbale est bisexuel — de l'inceste comme crime mythique, de l'assimilation de la connaissance à l'inceste, etc.... Tous ces délires sont en effet kabbalistiques.

Freud a voulu « tuer Moïse », c'est-à-dire, s'émanciper du Décalogue et, en même temps, laïciser le Zohar. Comme il le prétend, « seul un juif pouvait créer la psychanalyse ». Rectifions. Seul un infra-juif, névrosé, pouvait avoir le toupet de présenter comme science un ramassis de délires. Disons que, vu l'ignorance par les Goïm (christianisés depuis 20 siècles) du satanisme zoharique, seul un infra-juif pouvait être initié au kabbalisme et en profiter pour le transposer.

Freud fut initié par le Dr Wilhelm Fliess avec lequel il entretint une correspondance de 1887 à 1901, correspondance où il fait figure d'adepte.

Ce docteur était un fervent de la numérologie. Pour lui, le cycle mâle était de 23 jours, le cycle femelle de 28. La mort de Goethe est survenue au 30 156 jour de sa vie, soit 1 077 cycles de 28 jours... féminin (type de bisexualité). « Goethe est mort quand la 1 077 menstrue féminine eut épuisé la dernière parcelle de sa merveilleuse constitution » !

Freud finira par « désespérer des extravagances scientifiques de Fliess » mais fit bien pis en introduisant la Kabbale laïcisée dans la médecine. Il l'empoisonna, comme avait été « infecté le judaïsme tout entier » (Théodore Reinach).

Freud, rappelons-le, a connu Adolph Jellinek « le plus grand des prêcheurs juifs modernes » déclare la Jew-Ency qui prêcha à Vienne jusqu'à sa mort en 1883. Or, le premier ouvrage de Jellinek porte sur la Kabbale et fut suivi d'autres sur la prétendue mystique kabbaliste. Le premier auditoire auquel Freud exposera sa théorie. fut, précisément, la loge des B'nai B'rith composée, exclusivement, de juifs kabbalistes.

La pensée freudienne est issue de la pensée juive hérétique, aile de la Kabbale. Freud a-t-il fait un « pacte avec le diable » suivant « l'hypothèse très convaincante » de D. Bakan. Freud s'est-il cru le Messie ? A-t-il vraiment supposé que Moïse était égyptien ? Qu'importe. Freud n'a jamais été qu'un psychopathe et nullement un génie, sauf pour l'exploitation de la crédulité publique. Son équation : religion = névrose, s'applique particulièrement à lui-même. Sa fausse religion n'a pu qu'augmenter sa révolte animale et ses traumatismes le ramenèrent aux instincts les plus primitifs. Mais il y a aussi du « Kanular » chez ce dément... intéressé. Un tel personnage est vraiment une honte pour le judaïsme. La justice fait un devoir de démystifier celui qui, de l'homme debout a fait un homme couché, un chien sur un divan.

Ce qui est infiniment grave dans tous les occultismes, c'est qu'ils désagrègent progressivement les volontés de ceux qui les pratiquent. Le Décalogue, comme tout obstacle aux instincts, développe les « muscles » de la volonté. Lui seul peut faire passer l'espèce humaine du stade animal au stade spirituel. Telle était la leçon que devaient apporter les Hébreux à l'aube de l'Humanité.

N'oublions pas qu'Emil Ludwig a révélé que Freud avait fondé un Ordre secret une fraternité avec réunion et langage secret. Comment David Bakan ose-t-il ne pas le mentionner ? l'escamoter.

Emil Ludwig (dont le père, un ophtalmologue réputé, s'appelait Hermann Cohn) l'a su, étant juif ; son ouvrage a été traduit en plusieurs langues. (Je l'ai connu en portugais, au Brésil). J'ai même reçu un jour la photo officielle de cette loge qui fait partie de la « Collection du Palais de la Découverte ».

En 1920, à 6 de ses disciples, Freud a remis un anneau avec chaton d'Agathe quartz à zones concentriques, de teinte trouble. Cet anneau est le symbole d'une anti-circoncision. Il s'est constitué ainsi une véritable maçonnerie spécialisés, dont les loges secrètes sont réparties dans le monde entier. « Elles se déchaînent dès qu'on attaque le Mage noir » observe Ludwig. Le Prof. Henri Baruk en a su quelque chose. Il m'avait confié n'avoir jamais pu publier un ouvrage contre la psychanalyse par opposition de son entourage israélite.

Vous rencontrez, une fois de plus, le mensonge par omission. On veut bien reconnaître les sources judaïques de la pensée de Freud publiquement exprimées. Mais quant l'organisation secrète, motus. C'est un tabou. Freud est démoniaque mais, hélas, il n'a rien inventé ; le démon étant « le père du mensonge et du meurtre ». Comme il s'entourait de statuettes païennes, il a simplement travesti, sous des mythes grecs, ce qu'il trouvait dans la fausse tradition juive. Statuettes... obsession... magie !

On est effaré de constater que dans le Talmud, les interprétations des songes, par R. Yossé, sont immédiatement sexuelles. Si « l'on arrosait un olivier avec de l'huile... c'est qu'il a des relations avec sa mère » ; si l'autre songe « qu'un de ses yeux baisait son voisin... c'est qu'il a des relations illicites avec sa sœur » ! Voici les exemples fournis par le Talmud de Jérusalem, lequel est bien moins ordurier que celui de Babylone. D. Bakan résume ainsi ce dernier : « les rives sont l'accomplissement d'un désir, ils peuvent s'interpréter à l'aide de jeux de mots, Ils ont une signification sexuelle... Mensonge que Freud a ajouté, faussement, à l'expérience de Breuer. Les rêves manifestent le désordre des influx nerveux, hors l'état de veille.

Comment ne pas en arriver là, d'ailleurs, quand la Kabbale a placé le neuvième Sephiroth dans les organes sexuels de Dieu ? Quelle caricature de l'amour pur, de la Vibration Pure. Si Freud a tout ramené à l'instinct et fait de l'homme une bite, c'est par auto-analyse et parce que la Mytho-magie juive ne procède pas autrement. Elle est le type même de l'anti-Mosaïsme. Elle aussi tue Moïse.

Le prétendu « meurtre du Père » appartient au « règne animal » sangliers ou babouins par ex. où un jeune mâle élimine l'ancien chef d'une harde.

Observons — au passage — que Karl Marx n'a point voulu faire autre chose que « tuer Moise ». Il ne l'a point proclamé explicitement, mais sous forme cachée : « La critique de la religion est la condition de toute critique ». Il est son point de départ satanique. Les commentateurs ont vu là une attaque contre l'Etat luthérien. Ils oublient que Marx avait, derrière lui, vingt siècles d'esclavage rabbinique, pire que « l'opium du peuple ». Et que vouloir expliquer Marx, en dehors de son « hérédité émotionnelle » juive, est un leurre. Marx, par réaction anti-judaïque — comme le fera Freud — choisira comme héros un grec : Prométhée. Marx n'est point athée, il ne hait point simplement « tous les dieux ». Il est anti-Jéhovah sans le dire. Il peut se révolter, mais ce n'est point une révolte de socialiste-à-la-française. Cette révolte vient du zèle pour la justice de tous les Juifs. Non la Justice authentique, surnaturelle d'obéissance à Dieu, mais la Justice toute chamelle, purement naturelle de la Thora déformée. Ce n'est point simple coïncidence si la Ligne Communiste a succédé, en Juin 1847, à la Ligue des Justes. Ce mot aimé par Baruk, ici usurpé.

Le matérialisme dialectique est issu du matérialisme religieux du Talmud. La dialectique marxiste « mouvement indéfini qui traverse une série jamais arrêtée de déterminations successives » n'est qu'une caricature de l'inachevé-achevé de la grammaire hébraïque. Une sécularisation de la Vibration Pure.

Marx, comme Freud, est un sous-produit du Talmud, par révolte contre lui.

Jean-Gaston Bardet, « Qabalah de joie, Kabbale de mort ».



Jean-Gaston Bardet


La pratique du yoga peut-elle aider ou faciliter la prière et la méditation ? Qu’est-ce à dire de toutes ces méthodes de méditation orientale qui s’infiltrent dans l’Eglise ? Représentent-elles un danger pour la vie chrétienne ou bien est-ce la prière de demain ?

S’élever par la montée de la Kundalini (serpent vibratoire subtil), qui part du bas de la colonne vertébrale et va jusqu’au cerveau en ouvrant au passage, successivement les sept chakras (centres vibratoires subtils) de l’ensemble, c’est s’élever comme Satan qui a voulu se faire semblable à Dieu.

Les religions orientales font toujours un gigantesque effort pour se libérer des conditionnements de ce monde afin d’entrer dans la vraie paix et la sérénité parfaite, afin de dépasser tout dualisme entre le moi et le non-moi, entre la conscience de soi et l’univers. Mais il n’y a pas de bonheur sans conscience, sans altérité du sujet par rapport au bien qui le comble. Ce bonheur sans conscience n’est pas la perfection mais une sorte de sommeil ; tout le contraire de l’expérience mystique chrétienne qui est toujours et essentiellement l’expérience d’une Présence, la rencontre au plus intime de Quelqu’un.

Les médecins ayant oublié l’âme, ont dû aller à sa « découverte » comme Jung. Ce fut le rôle de la psychanalyse. La psychanalyse freudienne est le paradis des agnostiques ; tout y est faux : sa conception de l’homme, sa méthode, sa doctrine. C’est l’une des plus belles résurgences de la gnose et du panthéisme, qui emprunte à l’hindouisme comme au transformisme.

Le behaviorisme qui centre tout sur les réflexes conditionnels fait de l’homme un animal bien dressé. La psychologie de l’instinct – d’où dérive la psychanalyse- en fait un animal dont le dressage provoque des maladies.

Tout nous ramène à la conscience et nous voyons clairement que cet inconscient du XXème siècle n’est qu’une pure invention en vue de supprimer les responsabilités morales.

Nous voilà au cœur du problème : la désagrégation méthodique de l’Occident porte sur cette suppression de la responsabilité, fondement même des préceptes chrétiens.

Si la désagrégation est entreprise en Occident par certains personnages d’étiquette tibétaine, c’est parce qu’elle est depuis longtemps réalisée en Inde. Le Yoga, soit par pratique auto-hypnoïde, soit par manœuvre hypnotique du gourou n’a point d’autre but que de libérer la psyché du pneuma, c’est-à-dire de supprimer la responsabilité, la conscience morale.

Par une méthode ou par une autre, par des théories philosophiques, psychologiques, biologiques, par une métaphysique erronée, ou par des pratiques d’ordre hypnotique, il s’agit donc avant tout d’ôter la responsabilité afin d’obtenir des esclaves psychiques, menés par leurs sens.

8 comments:

  1. Anonymous12:32 PM

    Dans le sud de la France,j'ai rencontré de vieilles nymphomanes qui se disent adeptes de la psychanalyse et du yoga tantrique. Le résultat n'est pas très joli à voir.

    ReplyDelete
  2. VICTOR1:01 PM

    Bonjour,

    Madonna a écrit trois livres pour enfants qui ont été traduits en 30 langues et vendus dans plus de 100 pays.
    Tous les profits de la vente de ces livres vont enrichir le Centre de la Kabbale dont elle est l'adepte.

    ReplyDelete
  3. N'importe quoi cet article. Qui sert-il? Attaquer la personne de Freud pour mieux étouffer ces inestimables apports à la compréhension de la psychologie humaine, casser et interdire les recherches de ceux qui ont poursuivi ses recherches... pff... ce n'est vraiment pas intelligent. Bah de toute façon, la Bête a gagné: l'âme humaine, la psychologie humaine, sont maintenant traitées à coups de DSM, de drogues, etc... Triste. Mais la vérité n'est pas facile à arrêter. Je garde espoir. Pour moi Freud est un génie. Et j'attends toujours celui qui viendra comme lui, jeter un gros pavé dans la mare de nos endoctrinements et nous libérer un peu plus.

    ReplyDelete
  4. Anonymous11:13 AM

    René Guénon - Les méfaits de la psychanalyse
    http://youtu.be/XktN4rVvjkM

    ReplyDelete
  5. Anonymous11:18 AM

    ATTENTION !
    Touche pas à Freud !
    Les gourous du new age et leurs adeptes ont de nombreux prophètes noirs parmi lesquels figure Freud...

    ReplyDelete
  6. Anonymous6:34 PM

    freud, nous invite à découvrir que l'argent c'est de la merde (pour un enfant la merde est à lui et veut la garder, voir jouer avec, jusqu'à ce qu'on lui apprenne que c'est sale, caca, non! pas garder, pas jouer avec! depuis il l'a transféré à l'argent et on voit le résultat) a t il raison ?

    pourquoi y a t il quelque chose plutôt que rien?
    MISOTHEISME

    ReplyDelete
  7. Anonymous9:17 AM

    Des commentaires semblent confirmer la pertinence du texte, notamment quand il affirme que Freud et le freudisme sont défendus par une "véritable maçonnerie spécialisés, dont les loges secrètes sont réparties dans le monde entier. « Elles se déchaînent dès qu'on attaque le Mage noir » observe Ludwig".

    ReplyDelete
  8. Anonymous12:53 PM

    Le livre de Jean FOURTON "FREUD Franc-maçon" l'atteste : le père de la psychanalyse était initié du B'nai B'rith, société secrète réservée aux juifs.

    ReplyDelete