Friday, May 10, 2013

Sciences Po



Pipoland, Pipolisme & Poéthique



Pipoland


Pipolisme

On s'inquiète du populisme
Et pas du peopolisme (lire pipolisme)
La démocratie est en danger
Dix vingt trente ans qu'on le sait
Depuis qu'on la fait la défait la refait
Mais la France et ses étrangers
Ses intellos et ses conférenciers
N'a pas le droit de s'affoler
Ni nous donner le droit au doute éthique
Bien sûr mes chéris vous exagérez
Vos enfants vont vous assassiner
Vous ne vous méfiez pas assez.

Jacques Catinat

Poéthique

Avertissement : l'homme au chapeau s'enrhume facilement. Et voici pourquoi.

Rappelle-toi Marie Mèglin travaillant sur l’œuvre de Marcel Jouhandeau :
« Jeux de miroirs » ou « un art de vivre.., une sage administration de nous-mêmes ».

Pas si sage! plus j'avance plus mes dédicaces s'entassent, plus j'obéis à des jugements péremptoires, plus je me morfonds en me relisant en me détestant dans ce rôle. Nous sommes au XXIe siècle et encore et encore « on traque les nazis » !
Je pense un peu trop facilement qu'il suffit
De dire ce que l'on pense pour avoir raison
J'espère dire aussi ce que d'autres pensent
Ce n'est pas raison de vulgariser une poéthique.

Cette poéthique est la réponse aux questions qu'on ne m'a pas posées. Mais rassurez-vous,
pendant les travaux, le poème du moi continue.

Je ne construis pas une œuvre poétique, je construis ma vie et son bonheur: la poésie est sa chronique.

Se vouloir écrivant sur le tard c'est sans ambition, seulement prolonger le plaisir d'exister.
Et puis c'est comme un fruit tardif et vieux, c'est plus goûteux.

La « vieillardise », comme dirait Chapsal, est lucide. En ces temps de course folle, ça devient rare la lucidité, en dehors du discernement intellectuel.
Hélas la lucidité a cette particularité de parfois paraître très cruelle.

Je m'implique, je m'engage, en particulier dans le privé. À quoi bon ?! — Ça m'encolère, me crève, m'oblige à critiquer, défendre bec et ongles, donner des leçons, avaler des couleuvres, ne pas être tout à fait moi; ça m'oblige à tricher, exagérer, exacerber, ne plus respecter. Comme en politique, tout engagement nous enferme.

En réalité, je suis sauvagement libre et entier dans mes choix. À l'égard de tout pouvoir, tout supérieur, toute force, je suis déterminé à demeurer libre de mes actes et de mes pensées.

Quelquefois je me sens si bête avec tous ces poèmes inutiles. J'aurais voulu faire Sciences Po, Sciences Poétiques bien sûr.

Le poète est manichéen en nous montrant nos trahisons, nos monstruosités nos animalités ; il nous les montre pour qu'on sache et qu'on en fasse usage.

Il est évident que la violence rompt le dialogue ou le suspend 
Il est évident que la barbarie de ce siècle est montante
On subit on accepte notre sort on nous pousse à bout pour voir 
Si l'on va tenir et combien de temps et combien seront morts.

Jacques Catinat, Poéthique 1.




No comments:

Post a Comment