Thursday, March 04, 2010

Amflora, la patate de la discorde


Des scientifiques de l’industrie agro-alimentaire sont-ils des mages noirs au service d’un pouvoir diabolique en guerre contre la vie, le naturel, l’harmonie, la santé ? On peut tout imaginer quand on sait que ces esprits pervers fabriquent des plantes avec des gènes de bactéries, de scorpion, etc.

Comme le soja et le maïs génétiquement modifiés, la pomme de terre transgénique Amflora sera utilisée pour nourrir les animaux. Les OGM pénètrent à notre insu dans la chaîne alimentaire via l’alimentation des animaux d’élevage.

La viande est à éviter pour plusieurs raisons :

Elle contient des OGM.
Elle est l’un des facteurs de décès les plus importants dans les pays industrialisés.
Son coût est extrêmement élevé par rapport à sa valeur nutritionnelle.
Sa production entraîne un énorme gaspillage d’énergie et contribue à la pollution.
Elle manque de deux éléments nutritifs essentiels : les fibres végétales et les hydrates de carbone.
Contrairement à la croyance populaire, il est difficile de parvenir à un bon équilibre nutritionnel en consommant régulièrement de la viande.
Une alimentation variée, sans viande, permet d’éviter beaucoup de problèmes de santé.
L’élevage des animaux est très souvent cruel.

Herbert Shelton, fondateur de l'hygiénisme, pensait que l’alimentation carnée s’était répandue à cause d’anciennes pratiques religieuses dégénérées qui recouraient au sacrifice rituel d’animaux. « Je suggère, écrit Shelton, la possibilité et même la probabilité que les pratiques alimentaires carnivores avaient surgi, non par nécessité comme le prétendent couramment les végétariens, mais qu’elles ont découlé directement de ces pratiques sacerdotales. »

Les lamas tibétains, souvent carnivores, connaissent tous des rituels d’offrande de viande aux entités de leur panthéon.

Le rituel lamaïste d’offrande des cinq viandes (sha-Inga) mentionne les viandes de vache, en sanskrit « go », de chien, « kukkura », d’éléphant, « hastin », de cheval, « damya » et d’homme, « nara ». Source : « Magic and Ritual in Tibet, The Culte of Târâ », Stephan Beyer. Toutes les personnes qui idolâtrent le grand hiérophante du Kalachakra, le dalaï-lama en personne, ne peuvent ignorer l’usage des cinq viandes. Le chapitre VI du "Tantra de kalachakra" mentionne la consommation de la viande animale et humaine :

« Le Bouddha enseigne maintenant la prise des cinq chairs.
Les viandes de vache, de chien, de cheval, d’éléphant et d’homme, mettent fin à toutes les maladies, si on les consomme après les avoir mélangés avec du suc d’abeilles, c’est-à-dire du miel. » Source : « Tantra de Kalachakra », traduit par Sofia Stril-Rever.

En parallèle de la science des docteurs Folamour, destructeurs du vivant et empoisonneurs de l’humanité, le lamaïsme, mélange de sorcellerie, de démonologie et de mysticisme shivaïte recouvert par un vernis de bouddhisme du Mahayana, répand-il à travers le monde une magie inquiétante, un cancer de l’âme ?

Le lama végétarien, c’est l’arlésienne du bouddhisme. Personnellement, en Inde au Népal, au Tibet (Kham), je n’ai jamais croisé le chemin de cette espèce rare.

55 milliards d'animaux sont tués chaque année pour notre consommation. Les spiritualistes ne devraient pas être indifférents à cette immense onde de souffrance et de peur. Dans les abattoirs, les animaux terrorisés génèrent des toxines que les carnivores ingurgitent avec de nombreux produits nocifs comme les résidus d'hormones et antibiotiques utilisés dans le traitement des animaux.

***

Dalaï-lama : Un moine de la CIA & Relations US-Chine qui dégénèrent :


No comments:

Post a Comment

Note: Only a member of this blog may post a comment.