Sunday, April 07, 2013

L’intégrisme islamique : une création de la politique étrangère des États-Unis



Il nous faut répéter avec insistance que le terrorisme international ne doit jamais être considéré comme un phénomène sociologique surgi spontanément et directement de l’oppression et de la misère. Le terrorisme international et les mouvements de libération nationale sont toujours relayés par un certain niveau d’organisation clandestine où les agences de services secrets jouent un rôle décisif. Bon nombre de groupes terroristes internationaux sont, à l’origine, des activismes placés sous une fausse bannière. D’autres prennent un tel statut par suite d’arrestations coordonnées, d’assassinats ou de noyautage par les services secrets. Même lorsqu’il existe une authentique organisation de libération nationale, les services secrets ne manquent jamais de créer des opérations sous fausse bannière, qu’ils font attribuer à cette organisation, ni de commettre des atrocités en son nom afin de l’isoler et la discréditer. Une nouvelle fois, la tromperie et la dissimulation sont la règle.

Les groupes terroristes soutenus par les Anglo-américains sont intervenus un nombre incalculable de fois contre les nationalistes progressistes du monde arabe et pour encourager leurs rivaux intégristes islamiques. Le recrutement pour les groupes terroristes, une fois qu’ils existent, est une autre histoire. La capacité de recrutement est fortement influencée par la misère, la pauvreté et l’oppression. À cet égard, il faut tenir compte de la relative détresse économique et politique du monde arabe ainsi que de certaines parties du monde économique en général. Nous y trouvons les fruits de l’impérialisme, du colonialisme et du néo-colonialisme. Le climat politique actuel du monde arabe ne peut pas se comprendre comme le résultat de facteurs autochtones, comme voudraient nous le faire croire des penseurs adeptes de la Kultur d’Oswald Spengler tels que Samuel Huntington ou Bernard Lewis. Ces spécialistes préfèrent oublier que le monde arabe tel qu’il se présente à eux a été occupé, pillé et manipulé par deux siècles d’interventions européennes, depuis la campagne d’Égypte de Napoléon. Les néo-conservateurs tels que Lewis et Huntington privilégient en outre une approche radicalement anti-historique selon laquelle l’intégrisme islamique anti-occidental, surtout dans ses émanations terroristes, va de soi. Or, tel n’est pas le cas, comme nous allons tenter de le démontrer.

Il faut bien comprendre que la politique étasunienne, à l’instar de celle de l’empire britannique avant elle, favorise objectivement la montée de l’intégrisme islamique. Cette expression peut recouvrir beaucoup d’acceptions ; ici, nous la comprenons comme un régime théocratique anti-occidental dans lequel le clergé islamique, les mollahs, les imams et les ayatollahs, le cas échéant, jouent un rôle prépondérant. N’oublions pas que, jusqu’au démembrement de l’empire ottoman par les Britanniques et les Français au cours de la 1re guerre mondiale, la plupart des pays du Proche-Orient étaient assujettis au sultan ottoman de Constantinople qui était, en même temps, le calife de l’Islam. L’empire ottoman prétendait appliquer le droit islamique, ou charia. Pendant des siècles, les Britanniques soutinrent les petits groupes ethniques de l’empire ottoman dans le but de les inciter à se rebeller contre le sultan. Ainsi, les Britanniques commencèrent à travailler avec les Serbes pendant la révolution américaine et aidèrent les Grecs à devenir indépendants après les guerres napoléoniennes. Sous Lord Palmerston, dans les années 1830 et 1840, les Britanniques lancèrent l’idée d’une patrie pour les Juifs en Palestine. Au début, cette idée ne séduisit pas les Juifs britanniques : on disait à l’époque que Lord Rothschild voulait un siège à la Chambre des Lords et pas sous un palmier en Palestine. Plus tard, les Britanniques développèrent leur présence parmi les Coptes, les Arméniens et d’autres communautés. Les Français se posèrent en protecteurs des Chrétiens levantins et devinrent les défenseurs des Maronites au Liban.

Pendant ces années, le Bureau arabe britannique et le Bureau britannique pour l’Inde étudièrent soigneusement la psychologie et l’idéologie arabes. Ils partirent de l’idée que les Arabes deviendraient inéluctablement hostiles au colonialisme britannique et qu’il était impossible de contrer une telle évolution. Néanmoins, ces orientalistes conclurent aussi qu’il serait tout à fait possible de fournir à l’inévitable révolte des Arabes des idéologies synthétiques de nature à l’isoler, à la faire avorter et à la rendre impuissante. Pour ce faire, il fallait de toute évidence que cette révolte ne soit pas dirigée spécifiquement contre les Britanniques, mais contre l’Occident et l’Europe en général, de peur que les Arabes ne soient à même de s’allier à la Russie ou à l’Allemagne pour se débarrasser de la présence britannique. La tradition musulmane offrait la matière première pour la fabrication d’une idéologie synthétique de rejet de l’Occident à laquelle les idéologues les plus fantasques des mondes arabe et islamique doivent beaucoup.

Quand l’empire ottoman se rangea aux côtés des Allemands au cours de la 1re guerre mondiale, le colonel britannique T.E. Lawrence réussit à inciter les Arabes du Hedjaz (actuellement Arabie Saoudite) à se rebeller contre le sultan ottoman. Les Britanniques promirent que toutes les terres arabes occupées par les Turcs ottomans leur reviendraient quand la guerre serait gagnée. Mais, avec la Déclaration de Balfour en 1917, les Britanniques promirent également une partie de ce même territoire aux Juifs pour en faire leur patrie. Pour ne pas arranger les choses, les Britanniques et les Français se promirent de surcroît les uns aux autres une grande partie de ces mêmes territoires en vertu de l’accord secret Sykes-Picot.

Du fait même qu’elle était impériale, la loi ottomane n’encourageait pas le progrès intellectuel ou matériel, comme le comprirent Eneas Silvius Piccolomini et Nicolas Cusanus dès la fin du XVe siècle, au début de la domination ottomane. Les peuples ottomans ne prirent part ni à la Réforme européenne ni aux guerres de religions, notamment à la Guerre de Trente ans, qui fit comprendre aux Européens que les solutions politiques et le non recours à la guerre étaient préférables aux hécatombes et aux massacres engagés par les factions religieuses doctrinaires. Le développement économique ottoman prit lui aussi du retard par rapport à l’Europe. Pour toutes ces raisons, il existe à l’heure actuelle essentiellement 4 types de régimes possibles dans les territoires jadis ottomans. À savoir :

1. Les monarchies réactionnaires : cette variante fut celle favorisée par les Britanniques à l’origine quand ils occupèrent divers États arabes sous mandat de la Société des Nations après 1918. En liaison avec la dynastie des Saoud et les Hachémites, les Britanniques instaurèrent la monarchie en Égypte, en Arabie Saoudite, en Irak, en Syrie et en Jordanie. Ces régimes, comme celui du roi Farouk d’Égypte, étaient en fait les marionnettes corrompues des impérialistes qui ne souhaitaient pas faire progresser leur pays mais plutôt amasser des richesses personnelles. En Arabie Saoudite, par exemple, l’esclavage est resté légal jusqu’en 1965 et a été encore largement pratiqué après cette date, surtout dans les ménages.

L’esclavage domestique reste courant dans les émirats du Golfe et se retrouve même dans les pages locales des journaux de Washington chaque fois qu’un diplomate du Golfe vient en en mission avec un ou deux de ses esclaves. L’ironie veut que l’esclavage a été aboli au Koweit grâce à l’invasion irakienne de 1990 et a été rétabli à la faveur de l’opération Tempête du désert de Bush en 1991 (Tarpley, 1996). La plupart des monarchies arabes ont été renversées, mais la monarchie demeure au Maroc, en Arabie Saoudite, en Jordanie et dans les micro-principautés du Golfe. L’Iran, bien que non arabe, a été dirigé par un empereur jusqu’en 1979. Il est clair que ces régimes ne sont pas favorables au développement économique ni au progrès des pays en général.

2. Les régimes nationalistes en voie de modernisation : il peut s’agir de républiques démocratiques, mais plutôt de gouvernements militaires éventuellement susceptibles d’évoluer vers une forme plébiscitaire de démocratie. Ils peuvent se dénommer eux-mêmes socialistes arabes, comme Nasser. Le meilleur espoir qu’ont les Arabes de rattraper les régions du monde les plus avancées en termes de progrès scientifique et technologique est offert par les régimes nationalistes dont le programme inclut le développement économique et la modernisation. Le meilleur exemple en est celui de Mustafa Kemal Atatürk qui créa la première épublique permanente en Asie, la République turque de 1923. Rejetant le sultanat et le califat au profit de la nation turque, Kemal introduisit la séparation de la religion et de l’État, faisant ainsi de la Turquie une république moderne et laïque. Il remplaça l’écriture arabe par l’alphabet latin, interdit le voile pour les femmes et le fez pour les hommes et encouragea le port du chapeau européen considéré comme un « couvre-chef civilisé. » Il découragea l’existence de harems et donna aux femmes le droit de voter et d’occuper des postes publics. Atatürk fit adopter le calendrier grégorien, le système métrique et les noms de famille. Un plan quinquennal dirigiste pour le développement économique fut introduit en 1933. Le droit public fut basé sur les codes civil et pénal européens et non plus sur la charia. Atatürk considérait que la religion devait être une question strictement personnelle et privée ; il toléra donc toutes les religions. Il faudrait mettre Atatürk en tête de la liste des créateurs de nations et des modernisateurs du XXe siècle (ou en tout cas parmi les premiers). Entre autres, il aida la Turquie à être la seule puissance vaincue de la 1re guerre mondiale à échapper à un régime fasciste.

Rétrospectivement, s’il y avait une seule expérience dans le monde musulman que les États-Unis auraient dû aider, cela aurait dû être celle d’Atatürk. Si ses idées avaient été plus largement répandues, on ne parlerait pas aujourd’hui de clash des civilisations. Face à des résultats aussi impressionnants, comment les Alliés de la 2e guerre mondiale, États-Unis compris, traitèrent-ils Kemal Atatürk ? Ils essayèrent par tous les moyens de le renverser, de l’isoler et de diviser la Turquie en une série de petits États. Si la paix de Paris en 1919 et le Traité de Versailles avec l’Allemagne étaient mauvais, le Traité de Sèvres imposé à la Turquie fut un acte dément et grotesque. C’était manifestement une paix destinée à mettre à jamais fin à la paix. La Turquie devait être divisée en zones d’occupations française, italienne et grecque ; le Bosphore et les Dardanelles étaient occupés par les Britanniques et les Français. Il y eut une tentative de créer une Arménie indépendante en Anatolie de l’Est. Les Britanniques et les Français essayèrent même d’inciter les États-Unis à s’emparer d’un morceau de Turquie mais, à l’époque, les Américains furent assez sages pour refuser. Ce fut une bonne idée car Atatürk était capable de battre les armées lancées contre lui par les Alliés ; il était capable de garantir l’indépendance et l’intégrité territoriale de son pays. Le sort brutal qu’il réserva aux Grecs et aux Arméniens, qui étaient du côté des Alliés, doit être replacé dans ce contexte. Mustafa Kemal ne fut pas le premier dans son genre, cet honneur est dévolu à Mohamed Ali Pacha d’Égypte, un général à l’ambitieux programme d’industrialisation et de réformes qui annexa également la Syrie en 1839, présageant la République arabe unie de Nasser.

3. Les dictatures héréditaires : Celles-ci sont apparues à la suite de la chute des monarchies ; parfois, elles prennent aussi la forme dégénérée d’un État nationaliste et modernisateur. Les exemples types en sont le régime de Hafez el-Assad et de son fils en Syrie après 1963 et, sans aucun doute, celui de Saddam Hussein en Irak, le premier étant de loin le plus odieux. Hafez el-Assad a dirigé un État policier meurtrier et envahissant où la minorité allaouite dominait une majorité mécontente. Pourtant, il a toujours été le chouchou de New York et de Londres : Kissinger a déclaré un jour qu’il espérait que Dieu lui pardonnerait mais qu’il y aurait toujours une petite place dans son cœur pour Hafez el-Assad. Les régimes de Hosni Moubarak en Égypte et de l’inconstant Kadhafi en Libye sont à classer dans cette catégorie.

4. Les théocraties intégristes : Le meilleur exemple en est l’Iran, ce qui est suffisant pour montrer que ce genre de régime ne peut pas être efficace pour assurer le développement national dans le climat hostile de la mondialisation. En 1978, le directeur de la Sécurité nationale de Carter, Zbigniew Brzezinski, désireux de se venger du soutien soviétique au Vietnam du Nord, se laissa convaincre par les arabisants et orientalistes britanniques que l’intégrisme islamique pouvait être utilisé pour déstabiliser les 5 grandes républiques d’Asie Centrale à majorité musulmane de l’URSS : le Kazakhstan, l’Ouzbékistan, le Tadjikistan, la Khirguizie et le Turkménistan. Cette stratégie pouvait également être employée pour faire voler en éclats le labyrinthe ethnique du Caucase et de la Trans-Caucasie, notamment en Tchétchénie. De cette manière, affirmait Brzezinski, l’intégrisme islamique pourrait devenir le « rempart ultime contre le communisme. » Afin d’avoir un centre puissant à partir duquel irradierait cette nouvelle idéologie, Brzezinski et Carter fomentèrent une pseudo-révolution typique de la CIA, du style « le peuple au pouvoir », cette fois avec des nuances d’intégrisme islamique, afin de renverser le Shah d’Iran en 1979. Sur le plan personnel, le Shah était un monstre à plusieurs titres ; la Savak n’avait rien à envier aux polices secrètes les plus meurtrières au monde. Toutefois, le Shah faisait venir des entreprises de construction européennes pour créer des infrastructures et des villes entièrement nouvelles. Citons en exemple la gigantesque opération de construction à Bandar Abbas (aujourd’hui Bandar Khomeini) par l’entreprise de génie civil Condotte d’Acqua sous Loris Corbi. Mais comme le Shah ne tolérait aucune activité politique libre, il n’avait aucun parti populaire derrière lui. L’instrument choisi pour le renverser fut l’Ayatollah Khomeini, un personnage ignorant d’une noirceur ineffable, pire que Savonarole. Ne nous leurrons pas : Brzezinski fit tout pour renverser le Shah et pour s’assurer ensuite qu’aucun politicien laïc, tel que Shapour Bakhtiar, ne prenne le pouvoir. Le général de l’armée de l’Air américaine, Robert Huyser, de l’état-major de Haig à l’OTAN, fut envoyé en Iran avec le message que seul Khomeini serait accepté par les États-Unis (Dreyfus et La Levée, p. 50-53). L’ascension de Khomeini représenta une innovation dans l’histoire récente du Moyen-Orient : l’Iran devint une théocratie de religieux et de mollahs, financée par de riches marchands du bazar et leurs intérêts. L’avènement de Khomeini signifia le gel, voire la régression, du développement économique et culturel de l’Iran pendant plus de vingt ans. Mais l’Iran de Khomeini devint un centre de propagation de l’idéologie intégriste islamique, exactement comme Brzezinski l’avait souhaité, même si ceux qui en payèrent le prix ne furent pas uniquement les Soviétiques. Bientôt, les services secrets anglo-américains purent monter l’Irak contre l’Iran dans la guerre des années 1980 qui dura 8 longues années et ruina encore plus les deux pays. Les Israéliens furent si satisfaits de cette guerre (où les mollahs iraniens lançaient des assauts suicides d’enfants contre les positions irakiennes fortifiées) qu’ils auraient préféré qu’elle ne se termine jamais.

En dépit des sottises proférées par les néo-conservateurs sur la démocratie, et ce qu’on appelle l’initiative de Bush pour le Proche-Orient, les États-Unis n’ont jamais eu de plan sérieux pour instaurer la démocratie en Irak. Pour commencer, on ne peut pas sérieusement qualifier les États-Unis de démocratie ; les États-Unis ont toujours été et sont encore une oligarchie selon la définition de Platon : « constitution où grouillent beaucoup de maux… basée sur la propriété… où les riches détiennent tous les postes et d’où les pauvres sont exclus », un système qui favorise « les membres d’une classe dirigeante, l’oligarchie » (La République, p. 544c, 550c, 545a). À n’en pas douter, le régime instauré par les États-Unis en Irak au printemps de 2003 était une… oligarchie composée de 25 oligarques fantoches triés sur le volet et dotés d’une présidence tournante faible. Ces arrangements ont été repris lors du prétendu rétablissement de la souveraineté de l’Irak. L’intervention des États-Unis en Russie post-communiste a favorisé de la même manière la domination oligarchique à travers la coterie Eltsine. À l’heure actuelle, la base matérielle et économique permettant d’établir une démocratie à l’occidentale en Irak est sans doute insuffisante, même s’il est vrai qu’elle pourrait apparaître après plusieurs années de reconstruction économique. Mais en tout état de cause, il est clair que les États-Unis, dans leur constitution actuelle, ne sont plus une puissance progressiste sur la scène mondiale, ce qui n’a pas toujours été le cas dans le passé.

Le secret de Polichinelle du monde après 1945 est que les États-Unis et les autres pays de l’OTAN se sont systématiquement et implacablement opposés au scénario raisonnable du nationalisme laïque modernisateur dans les pays arabes et islamiques, tout en favorisant l’alternative intégriste, de préférence aussi ignorante que possible. Les nationalistes laïques modernistes sont de loin les adversaires les plus efficaces de l’impérialisme : ils ont le potentiel de réaliser des progrès politiques, diplomatiques et culturels pour leur pays. Les théocrates réactionnaires sont plus faciles à isoler car leur séduction est plus limitée. Dans la pratique, Washington et Londres ont toujours encouragé la montée des intégristes tout en tentant d’éliminer les nationalistes modernistes.

Ajoutons que si des personnages intégristes tels que l’Ayatollah Khomeini étaient funestes à de nombreux titres, il existe aujourd’hui des personnalités qui se disent islamistes et sont parfaitement raisonnables, par exemple Adel Hussein en Égypte ou Hassan Tourabi au Soudan. On semble trouver chez eux comme l’écho de l’impulsion progressiste des années 1950-1960, exprimée aujourd’hui dans l’idiome islamique dominant. De façon significative, ces individus sont sans cesse vilipendés et pris pour cibles par les impérialistes de tout poil. Si des politiques raisonnables devaient un jour réapparaître en Occident, les islamistes modérés n’auraient pas de mal à trouver des modes de coopération.

En dépit de l’hostilité anglo-américaine, les dirigeants arabes du style de Nasser avaient une certaine marge de manœuvre tant que les Soviétiques offraient une sorte d’alternative à Washington et Londres. Mais quand l’URSS périclita pour finir par se désintégrer, cette marge rétrécit de plus en plus et disparut définitivement en 1991, date à laquelle les Soviétiques ne purent rien faire pour leur ancien allié, l’Irak.

L’Iran : À la suite de la 2e guerre mondiale, la première tentative d’instaurer un nationalisme progressiste à la Mustafa Kemal survint à l’ascension du Premier ministre Mossadegh en Iran. Le programme de Mossadegh se concentra sur la nationalisation, en 1951, de l’Anglo-Iranian Oil Company, connue de nos jours sous le nom de BP. Avec la fin du protectorat britannique en Iran, la toute jeune CIA d’Allen Dulles et Kermit Roosevelt organisa un coup d’État contre Mossadegh suivi du rétablissement de la mainmise impérialiste sur le pétrole iranien et d’une ère réactionnaire sous le Shah.

L’Égypte : En 1952, un groupe d’officiers nationalistes détrôna le roi Farouk, notoirement inepte et corrompu. Un coup d’État de jeunes officiers porta au pouvoir le colonel Gamal Abdel Nasser. Le programme nationaliste progressiste de Nasser commença par l’expulsion des Britanniques et se poursuivit avec la nationalisation du canal de Suez, les sommes récoltées par les droits de passage étant destinées à financer la construction du barrage d’Assouan sur le Nil. Le projet d’Assouan était indispensable pour la régulation des crues et pour l’énergie hydroélectrique, sur le modèle de la Tennessee Valley Authority de Franklin D. Roosevelt. Après le départ des Britanniques, Nasser s’empara en fanfare du canal et devint un héros national. Il se heurta aussitôt au Premier ministre Sir Anthony Eden et aux frères Dulles et devint bientôt la cible d’une intrigue anglo-franco-israélienne : Israël allait lancer une attaque surprise dans le Sinaï et les forces d’intervention anglo-françaises reprendraient le canal sous prétexte de rétablir l’ordre. Cette conspiration grossière mena à la crise d’octobre/novembre 1956 et fut considérée par le Président Eisenhower comme un affront personnel. L’URSS ayant envoyé un unique ultimatum nucléaire aux Anglo-Français, menaçant Londres et Paris de destruction atomique, les États-Unis s’associèrent à l’URSS au Conseil de sécurité de l’ONU pour voter contre les impérialistes Anglo-Français à l’ancienne mode et leurs auxiliaires israéliens. La position des États-Unis au Proche-Orient après 1956 s’appuya sur la large sympathie conquise par Washington qui avait ainsi torpillé l’aventure impérialiste britannique et française. Malheureusement, ce capital-amitié fut totalement dilapidé dans les décennies suivantes, où les États-Unis jouèrent, à leur tour, le rôle d’oppresseur impérialiste n° 1 des États arabes. Mais en 1956, l’Égypte de Nasser était manifestement devenue le chef de file des États arabes et le noyau d’une tentative de réunification du monde arabe sous la forme d’une République Arabe Unie, à laquelle se joignirent la Syrie et le Yémen, et vers laquelle l’Irak sembla un moment se rapprocher. Nasser utilisa sa radio, la Voix des Arabes, pour condamner la monarchie saoudienne pour sa pratique de l’esclavage mobilier, particulièrement de Noirs africains. L’Égypte fut la cible d’une autre attaque surprise d’Israël, la Guerre des Six Jours de juin 1967. Elle ne fut pas capable de prendre sa revanche lors de la Guerre du Kippour de 1973 orchestrée par Kissinger. Quant à Nasser, il fut impitoyablement traqué jusqu’à sa mort en 1970. Il fut remplacé par Sadate qui expulsa les conseillers soviétiques que Nasser avait fait venir. Mais même Sadate se montra trop nationaliste pour les Anglo-américains : il fut assassiné en 1980 par un groupe parmi lequel on trouvait al-Zawahiri, réputé être actuellement le bras droit et le médecin personnel de ben Laden. Malgré son rôle dans l’assassinat de Sadate, Zawahiri put vivre ouvertement à Londres pendant des années. Cela laisse penser qu’il est bel et bien un agent du MI-6.

L’Irak : Quand les Britanniques prirent le contrôle de l’Irak en 1919, ils y instaurèrent la monarchie réactionnaire des Hachémites. En 1958, le monarque fantoche Fayçal fut assassiné. Le général Kassem devint Premier ministre et lança un programme de réformes qui comprenait la constitution progressiste de 1959. Cette constitution et les autres lois de l’époque de Kassem imposèrent l’alphabétisation, abolirent l’esclavage et garantirent aux femmes l’égalité des droits. L’impact de ces réformes fut durable. Pour ne citer qu’un exemple, au milieu des années 1970, l’Irak était représenté à Rome par l’ambassadrice Selima Bakir, une femme extrêmement intelligente. Comme tout bon nationaliste, Kassem décida que le Koweit faisait partie intégrante de l’Irak. Il avait raison sur ce point, car le Koweit avait été illégalement détaché de l’empire ottoman par les Britanniques en 1899 pour empêcher que le chemin de fer Berlin-Bagdad, financé par les Allemands, ne puisse atteindre l’extrémité du Golfe. En 1962, les Britanniques fomentèrent une révolte des Kurdes du clan Barzani et Kassem fut assassiné en 1963 par la CIA. Lorsque Kassem fut remplacé par Saddam Hussein, à l’époque pion de la CIA, les chances de développement de l’Irak furent fortement restreintes. Les aspects positifs de l’Irak sous Saddam Hussein étaient dans une large mesure le legs de Kassem.

Le Pakistan : La grande chance de modernisation du Pakistan se présenta sous Ali Bhutto au milieu des années 1970. Bhutto était décidé à mettre son pays à la pointe de la technologie moderne avec un programme nucléaire pacifique dans la tradition d’Eisenhower et de « l’atome pour la paix. » Il ne tarda pas à trouver sur son chemin Kissinger, qui le menaça d’en faire un terrible exemple s’il n’abandonnait pas ses projets ambitieux. Peu après, Bhutto fut renversé par le coup d’État du général Zia ul Haq, soutenu par les États-Unis. Bhutto, sous le coup de diverses accusations, fut pendu par le nouveau régime, conformément aux menaces de Kissinger. Plus tard, sa femme et ses enfants se réfugièrent en Allemagne de l’Ouest. Les tendances intégristes proliférèrent depuis sa mort.

Le Kosovo : Quand la République Fédérale de Yougoslavie commença à se désintégrer en 1991, la population albanaise musulmane du Kosovo, sous la direction du parti laïc nationaliste LDK, réagit par une auto-administration efficace et non-violente qui lui permit de défier les occupants serbes jusqu’à la fin des années 1990. Mettant en pratique la résistance passive, les Kosovars créèrent leur propre gouvernement parallèle, avec leur propre système scolaire, leurs élections distinctes, leur système de santé publique et leur réseau parallèle d’entreprises. Le chef de cet effort remarquable était Ibrahim Rugova qui effectua pèlerinage sur pèlerinage à Washington dans les années 90, portant toujours l’écharpe parisienne de soie rouge qui le caractérisait. Mais les États-Unis ne voulurent jamais lever le petit doigt pour Rugova et le très raisonnable LDK. Quand la Slovénie, la Croatie et la Bosnie se séparèrent de la Yougoslavie dominée par les Serbes, Rugova hésita : les Kosovars, contrairement aux autres, n’avaient pas d’armes et les États-Unis ne leur en avaient jamais fourni. En 1997, l’Albanie voisine, avec qui les Kosovars voulaient se réunir, se désintégra à la suite de l’effondrement d’une escroquerie spéculative. Lors de la désagrégation de l’État albanais, ses dépôts d’armes furent pillés et celles-ci prirent rapidement le chemin du Kosovo. Cela permit la constitution de l’Armée de libération du Kosovo (KLA), ensemble douteux composé de trafiquants de drogue, d’intégristes islamistes, kosovars ou non, et de terroristes purs et durs. Les conflits s’intensifiant entre la police serbe et la KLA, les Serbes se mirent à se comporter comme n’importe quel occupant, et les atrocités de part et d’autre devinrent monnaie courante. Cette fois, les États-Unis, en la personne de Madeleine Albright, apportèrent leur soutien direct aux terroristes de la KLA. À partir de mars 1999, les États-Unis et l’OTAN entamèrent une campagne criminelle de 78 jours de bombardements contre la Serbie. Ce fut l’un des grands actes de vandalisme international de la fin du XXe siècle. Le tout, pour soutenir les revendications liées à la KLA. Quant à Rugova et au LDK, ils furent écrasés et les États-Unis devinrent de plus en plus tributaires de la KLA.

Afghanistan : Dans les années 50, sous le règne du roi Mohammed Zahir Shah qui était monté sur le trône en 1933, le pays avançait peu à peu sur le chemin de la modernisation. Le développement de l’Afghanistan a toujours dépendu de la construction, jamais terminée, d’un vaste complexe hydroélectrique au centre du pays. Le roi fut déposé en 1973. Vers 1978, on vit émerger le régime progressiste de Noor Mohammed Taraki, poète et romancier pro-marxiste aux talents très particuliers. Taraki légalisa les syndicats, instaura un salaire minimal, soutint le logement, les services publics de santé et d’assainissement. Il encouragea des améliorations au statut des femmes et essaya d’éradiquer la culture du pavot qui faisait de son pays le premier producteur mondial d’héroïne. Il effaça également les dettes des agriculteurs, y compris des métayers, et entama des réformes agraires pour briser la mainmise des propriétaires absents et des latifundistes. Taraki toucha donc aux intérêts féodaux, très puissants dans le pays. Brzezinski, qui pensait que Taraki était un pion des Soviétiques, se vanta plus tard auprès du Nouvel Observateur qu’en 1979, des équipes de déstabilisation étasuniennes avaient lancé une opération clandestine contre Taraki en jouant principalement la carte de l’intégrisme islamique. Cela fut suivi en septembre 1979 d’un coup d’État soutenu par les États-Unis et fomenté par Hafizulla Amin, agent de la CIA, qui exécuta Taraki et annula ses réformes au nom de l’instauration d’un État islamique au service des propriétaires terriens féodaux. Les mesures réactionnaires d’Amin provoquèrent un retour de flamme contre lui et il fut renversé à son tour 2 mois plus tard. Face aux assauts répétés des moujhahidin « pavot-culteurs » de Brzezinski, les Soviétiques envahirent l’Afghanistan à Noël 1979. Dans les différentes phases de la guerre d’Afghanistan qui suivit, la CIA ne cessa jamais de soutenir les factions les plus incultes, les plus réactionnaires et les plus favorables à la culture de l’opium, en particulier celle de leur favori : Gülbuddin Hekmatyar.

La CIA recherchait des forces d’une négativité absolue qui s’isolent elles-mêmes, incapables de s’entendre avec l’Iran ni avec quiconque. Au cours des 10 années de guerre qui suivirent (décembre 1979-février 1989), l’Afghanistan fut économiquement et démographiquement anéanti. La 2e génération des moudjahidin de Brzezinski (étudiants islamiques intégristes ou talibans) prit le pouvoir en 1994. Comme Pol Pot au Cambodge à la suite des bombardements destructeurs de Kissinger dans les années 1970, les talibans instaurèrent une régression inqualifiable vers la barbarie. Mais tout comme Kissinger et G.H.W. Bush avaient soutenu Pol Pot, l’administration Bush trouva de nombreuses manières de soutenir les talibans qui étaient très bien vus en raison de leur incapacité à s’allier à l’Iran ou à la moindre république ex-soviétique d’Asie centrale. Comme le souligne Michael Parenti, en 1999, les salaires de l’ensemble du gouvernement talibans étaient payés par les contribuables américains (Parenti, p. 65). Sous Bush, ce soutien devint encore plus explicite : les lobbyistes d’Unocal proposèrent aux talibans un marché en vue de construire leur oléoduc vers l’Asie centrale. Au cours de cette phase, Kissinger, le néo-conservateur Zalmay Khalilzad, le fonctionnaire antiterroriste du Département d’État à la retraite Robert Oakly et Leila Helms (fille de l’ancien directeur de la CIA) menèrent des efforts de lobbying couronnés de succès au profit d’Unocal.

Le but du jeu était que les talibans ne figurent pas sur la liste des terroristes du Département d’État, ce qui aurait bloqué la construction de l’oléoduc. Au cours du premier printemps de son mandat, Bush offrit une importante subvention aux talibans. Cela poussa le chroniqueur Robert Scheer à faire observer : « Mettez vos filles et vos femmes en esclavage, accueillez des terroristes anti-américains, détruisez tout vestige de civilisation dans votre pays et l’administration Bush vous aimera de tout son cœur. Tel est le message que comporte le cadeau récent de 43 millions de dollars fait aux dirigeants talibans d’Afghanistan. Ce cadeau… place les États-Unis en première place dans la liste des sponsors des talibans » (« Le pacte faustien de Bush avec les talibans », Los Angeles Times, 22 mai 2001).

La Palestine : À la suite de l’occupation par Israël de la Cisjordanie, de la bande de Gaza et de la péninsule du Sinaï en juin 1967, les Israéliens se retrouvèrent avec quelque 2 millions de Palestiniens à gouverner. Le système des Nations Unies interdit d’annexer des territoires conquis militairement sans l’aval du Conseil de sécurité, aval qui, en l’occurrence, fut refusé. Au contraire, le Conseil de sécurité vota la résolution 242 demandant à Israël de se retirer jusqu’aux frontières internationalement reconnues de juin 1967. Pendant la course à la guerre d’Irak, les porte parole de Bush accusèrent l’Irak d’avoir violé quelque 17 résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies, oubliant fort à propos qu’Israël était le champion en la matière puisque depuis 1967, ce pays viole régulièrement pas moins de 30 résolutions sur les territoires occupés. Mais les États-Unis n’ont jamais menacé d’appliquer la force pour obliger Israël à les appliquer. En Palestine, l’occupation israélienne fut opprimante et humiliante ; bientôt, la résistance s’organisa avec l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP). Son chef était Yasser Arafat, un nationaliste laïc plus ou moins de mouvance nassérienne. Comme l’OLP n’avait presque pas d’armes et que la présence de l’armée israélienne était dominante, les Palestiniens se mirent à faire ce que les Juifs avaient fait entre 1945 et 1948 contre l’occupation britannique sur le même territoire : ils lancèrent une guérilla, aussitôt qualifiée de terrorisme par les occupants. Israël refusa toujours de reconnaître l’existence du peuple palestinien. La preuve du contraire ne tarda pas. Dès le début, le Mossad s’employa activement à perpétrer des actes de provocation en cherchant à les faire attribuer à l’OLP et à ses partisans. C’est pourquoi on est en droit de douter de la paternité des détournements d’avions et de l’attaque commise lors des Jeux Olympiques de Munich en 1972. Plus ces attentats étaient horribles, plus l’opinion publique condamnait l’OLP. Il ne fait pas de doute que le Mossad contrôlait une partie du comité central de l’organisation connue sous le nom d’Abou Nidal d’après le nom de guerre de son chef Sabri al-Banna. En 1978-1979, l’organisation connue sous le nom de Hamas vit le jour dans les territoires occupés, juste après le commencement de l’Intifada. Le Hamas combina un fort engagement dans les services sociaux de voisinage avec le refus de négocier avec Israël et la revendication d’une solution militaire qui n’allait pas manquer d’être taxée de terrorisme. Il est intéressant de noter que l’un des principaux sponsors du Hamas était Ariel Sharon, ancien général, à l’époque membre du cabinet ministériel.

Ces faits sont largement admis : l’ambassadeur étasunien en Israël Daniel Kurtzer, Juif pratiquant, déclara à la fin de l’année 2002 que le Hamas était né « avec le soutien tacite d’Israël » parce que, vers la fin des années 80, « Israël avait cru qu’il était préférable que les gens se tournent vers la religion plutôt que vers une cause nationaliste » (Ha’aretz, 21 décembre 2001). À peu près au même moment, en Israël, lors d’un débat acrimonieux au cabinet, le député extrémiste à la Knesset Silva Shalom déclarait : « Entre le Hamas et Arafat, je choisis le Hamas… Arafat est un terroriste déguisé en diplomate alors qu’on peut frapper impitoyablement le Hamas » (Ha’aretz, 4 décembre 2001). Là-dessus, Shimon Peres et les autres ministres travaillistes quittèrent la salle. Arafat fit connaître son propre point de vue : « Le Hamas est une création d’Israël qui, à l’époque du Premier ministre Shamir, lui a donné de l’argent et lui a offert plus de 700 institutions dont des écoles, des universités et des mosquées. Même Rabin [Premier ministre d’Israël] a fini par l’admettre quand je l’en ai accusé en présence de Moubarak » (Corriere della Sera, 11 décembre 2001). Avec une arrogance incroyable, les États-Unis déclarèrent qu’Arafat n’était pas un partenaire de négociation acceptable. Cela revenait à choisir effectivement le Hamas (ou pire), ce qui représentait un acte de démence incommensurable pour Israël et pour les États-Unis eux-mêmes.

La liste pourrait s’allonger indéfiniment. Au Bangladesh, Kissinger persécuta Sheikh Mujibour Rahman, de la Ligue Awami, principale force nationaliste après l’indépendance au début des années 1970. Au Liban, Kissinger fit son possible pour détruire la constitution multi-religieuse de 1947 et provoquer une guerre civile. Plus tard, quand le général Aoun, Chrétien maronite mais surtout nationaliste libanais, tenta de sauver l’indépendance de son pays, il fut saboté par les États-Unis.

Le revers de la médaille est le traitement brutal infligé aux Européens désireux de conclure des transactions de développement avec les d’États arabes, bien évidemment en vue d’avantages mutuels. L’élimination d’Enrico Mattei, de la compagnie pétrolière nationale italienne ENI, est un exemple bien connu de cette politique. Le banquier allemand Jürgen Ponto voulait financer des projets de développement dans le monde arabe et en Afrique ; il fut liquidé en 1977 par la bande Baader-Meinhof, qui servait évidemment de couverture à la CIA et au MI-6. 

Le général de Gaulle survécut à une trentaine de tentatives d’assassinat, dues à des motivations multiples, mais parmi lesquelles figurait en bonne place la diplomatie pro-arabe du gouvernement français.

Vu la persécution implacable des chefs nationalistes arabes par les États-Unis et par l’OTAN, cette lignée a presque totalement disparu de la scène. Devant le choix restreint offert par les monarchies réactionnaires, telles que celle des Saoud, les dictatures répressives dans le genre de celle d’Hafez el Assad, ou les expériences d’islamisme intégriste, il n’est pas surprenant que beaucoup de jeunes Arabes choisissent l’islamisme. Si cela ne plaît pas aux puissances occidentales, il faut leur rappeler que ce sont elles qui ont causé, par leur arrogance impérialiste, la quasi-extinction du nationalisme progressiste.

Comme je l’ai dit en 1994 dans mon discours à la Conférence inter-religieuse à Khartoum (Soudan), le christianisme repose sur deux grands commandements : aimer Dieu et aimer son prochain comme soi-même. L’amour de Dieu est une question de foi, et il peut s’avérer impossible de s’entendre sur les détails de ce précepte. En revanche, un accord est éminemment possible sur la deuxième partie de la proposition : la règle d’or de l’amour du prochain. Dans le monde actuel, aimer son prochain se traduit par des bonnes œuvres sous la forme de projets de développement économique et infra-structurel à grande échelle, dans le but de mener à bien tout ce qui n’a pas encore abouti depuis la fin de la 2e guerre mondiale : assurer l’intégralité du progrès scientifique, technique et économique des anciennes colonies du Tiers-monde. Là-dessus, la charité chrétienne rejoint la solidarité sociale musulmane, la bienveillance confucéenne, les impératifs semblables du Bouddhisme et de l’Hindouisme ainsi que la bonne volonté des citoyens laïcs.

Il n’y a pas si longtemps, l’ONU célébrait les Décennies du Développement, organisait de nombreuses conférences destinées à échanger du pétrole contre du savoir-faire technologique et engageait des efforts internationaux connexes pour promouvoir le développement économique dans
le monde. Aujourd’hui, tous ces efforts ont disparu. La seule chose qui reste est la mondialisation, qui est en train de détruire les mondes arabe et islamique tout comme elle détruit le reste de la planète. Les penseurs au cerveau dérangé tels que Huntington, Brzezinski ou Kissinger s’imaginent que leur géopolitique rudimentaire défend intelligemment, et même subtilement, les intérêts impérialistes des États-Unis. En réalité, leur politique est suicidaire. Si l’on voulait dresser la liste des politiques qui ont été bénéfiques pour les États-Unis dans le passé, on obtiendrait ceci :

La Doctrine Monroe : pour que les États-Unis s’imposent comme le soutien au droit des petits pays à disposer librement des espaces marins et comme des opposants à la colonisation européenne.

La Charte Atlantique de 1941 : pour proposer que les 4 libertés (liberté de parole, liberté de culte, droit de vivre sans peur et droit d’être protégé du besoin) constituent la base du monde d’après-guerre.

Les accords de Bretton Woods de 1944-1971 : pour appliquer les méthodes du New Deal à l’instauration du plus grand développement économique jamais connu dans le monde.

Le Plan Marshall de 1947 : pour fournir un modèle de reconstruction à l’Europe ravagée par la guerre et empêcher la résurgence d’une dépression économique aux États-Unis.

La réaction des États-Unis à la crise de Suez en 1956 : pour répudier la domination impérialiste sur le Proche-Orient et plaider en faveur d’un traitement équitable des Arabes.

Ces politiques ont largement contribué à accorder aux États-Unis une position dominante dans le monde au cours du 3e quart du XXe siècle. Les néo-conservateurs d’aujourd’hui et leurs compagnons de voyage sont structurellement et caractériellement incapables de proposer quoi que ce soit d’aussi efficace. Il faut une équipe dirigeante nouvelle dans la foulée du réalignement des partis attendu aux États-Unis. Bien sûr, ces politiques devront s’accompagner de la création d’un d’État palestinien indépendant et souverain en Cisjordanie et à Gaza, rendu viable par un programme général de développement économique dont bénéficieraient tous les d’États de la région, Israël compris.

D’ici là, les États-Unis doivent abandonner leur hypocrisie en matière de terrorisme : la politique israélienne d’assassinats ciblés d’opposants, sans procès ni jugement, est l’essence même du terrorisme parrainé par l’État, et cela restera vrai même si cette politique est avalisée par Cheney. Les États-Unis ont fourni à Israël pour 70 milliards de dollars d’armes, dont des F-16 et des missiles qui servent à tuer des civils palestiniens en violation directe du droit étasunien. Toute cette aide américaine devrait plutôt servir de moyen de pression pour faire accepter à Israël la solution des deux États. Ces démarches seraient éminemment utiles pour paralyser le recrutement de terroristes.

Webster G. Tarpley, La Terreur Fabriquée, Made in USA


La Terreur Fabriquée, Made in USA

1 comment:

  1. Anonymous1:02 PM

    Les drones tuent lâchement des hommes sans défense. Le terrorisme occidental ne fait que développer la colère des populations. Des hommes courageux sont de plus en plus nombreux à s'engager dans le combat contre les impériaux.

    ReplyDelete