Thursday, January 08, 2015

L'islam ne dominera pas le monde





« Nous ne croyons pas que l’Orient et l’Occident puissent constituer demain une terre de mission pour le véritable islam, ni encore moins pour le véritable bouddhisme ou le véritable judaïsme — qui, d’ailleurs, n’y a jamais prétendu jusqu’à présent. Il ne restera alors que le « New Age » auquel s’allieront un hindouisme contrefait, un bouddhisme psychanalytique, un judaïsme instrumentalisé, un christianisme sécularisé et un islam politisé. »

Abd-al-Wahid Pallavicini




Orient et Occident

« La métaphysique », écrivait René Guénon, « n’est ni orientale ni occidentale » et Dieu, qui n’est pas né en Orient ni mort en Occident, n’est ni juif, ni chrétien, ni musulman. Cependant, en ces temps où l’on ne peut plus comprendre le concept de Tradition primordiale, ni avoir le sens de la Présence divine, il nous faut bien parler d’Orient et d’Occident, de christianisme et d’islam. Il faut en parler aussi parce que ces deux dernières Révélations abrahamiques semblent avoir renoncé à leur universalité d’origine pour se réduire à une juridiction dogmatique et à une circonscription géographique, l’une pour substituer à Dieu la seule nature humaine inaugurée par l’avènement historique de l’Incarnation, l’autre pour se placer dans une croisade à l’envers, anachronique, contre une citadelle chrétienne identifiée — et s’identifiant elle-même — avec l’Occident moderne.

Les « trois hypothèses » sur le devenir de l’Occident, que René Guénon envisageait dans son livre « Orient et Occident » rappellent les questions qui nous ont été posées lors d’un congrès dédié à sa mémoire. A la première question : « Le christianisme est-il dépassé ? », nous avons été tenté de répondre « oui », et à la seconde question : « Quelle religion pour demain ? », nous aurions voulu dire « non » pour ce qui regarde l’islam. L’œuvre de René Guénon permet d’expliquer ces positions.

Le Christianisme était à l’origine une confrérie juive ou mieux abrahamique, sinon primordiale et universelle, au sein de laquelle s’est réalisée une nouvelle irruption du Sacré dans le monde, constituée par la première venue de Jésus, Sayyidunâ ‘Isâ (sur lui la Paix). Selon René Guénon, cet ésotérisme s’est répandu providentiellement en Occident, dont la Tradition gréco-latine s’était perdue, comme une religion qui a pu sauver cette partie du monde pour mille ans au moins. Il est tentant de fixer cette période de l’édit de Constantin, en 313 après Jésus-Christ, date de l’officialisation de la juridiction chrétienne en Occident, jusqu’au procès des Templiers en 1313, qui marque la fin de la présence visible des organisations initiatiques et contemplatives chrétiennes liées au catholicisme.

Si le christianisme, après la perte de son ésotérisme, devait aussi perdre complètement son orthodoxie exotérique, il pourrait en venir à constituer le réceptacle de l’antitradition. En effet, l’on ne parle pas d’un « anti-Bouddha » ou d’un « anti-Muhammad », mais bien d’un « anti-Christ ».

Cela ne revient pas à dire que tous les chrétiens seront soumis aux pièges de celui dont il est dit « qu’il saura tromper même les élus, si c’était possible », pour autant qu’il restera encore à quelque poisson la possibilité, au sein même du christianisme, de remonter le courant des formes vers sa source originelle, vers le Christ de la deuxième venue que nous attendons, de la même façon que les juifs orthodoxes attendent encore le Messie.

« Le scandale doit venir, mais malheur à celui qui provoquera le scandale », dit l’Evangile, soit en accélérant le processus de décadence en vue de la restauration finale, soit en anticipant illusoirement cette même restauration, en dépit de la décadence des institutions et des hiérarchies d’aujourd’hui, dans un projet de chrétienté renouvelée, même sans le Christ, et sans avoir su attendre l’événement de la Parousie.

De trop nombreuses voix, au sein de l’Eglise catholique, semblent vouloir substituer au Père éternel un Fils qui n’est plus éternel lui-même et dont elles n’entendent retenir que la seule nature humaine, suivant les tendances protestantes et rejoignant ainsi l’hérésie arienne qui seule pourrait donner lieu à l’inversion antéchristique. De son côté, l’islam est accusé de monophysisme pour sa conception que Jésus, né de la Vierge et attendu, selon le saint Coran, comme l’ « annonce de l’Heure » de la fin des temps, est Rûh Allâh, « Esprit de Dieu ».

Nous ne croyons pas que l’Orient et l’Occident puissent constituer demain une terre de mission pour le véritable islam, ni encore moins pour le véritable bouddhisme ou le véritable judaïsme — qui, d’ailleurs, n’y a jamais prétendu jusqu’à présent. Il ne restera alors que le « New Age » auquel s’allieront un hindouisme contrefait, un bouddhisme psychanalytique, un judaïsme instrumentalisé, un christianisme sécularisé et un islam politisé.

Quelle chance reste-t-il aujourd’hui aux hommes de bonne volonté ? Sûrement pas une intériorisation d’étiquette, ni un ésotérisme d’organisation qui ne les amènerait éventuellement qu’aux « petits mystères », ni un « parlement des religions unies » qui a célébré son centenaire, ni la « conférence mondiale des religions pour la paix », parodie de la rencontre d’Assise, ni la « fédération des religions pour la paix mondiale », produit de l’« Eglise de l’unification », où tous les rites sont présentés sans syncrétisme, mais avec le conseil subtil de ne pas tomber dans la niaiserie de participer, comme on le fait d’habitude, à ceux de sa propre religion...

Au-delà du « mélange des formes traditionnelles », comme l’écrivait René Guénon, nous constatons aujourd’hui que les doctrines et mêmes les rites, tels qu’ils sont compris et pratiqués par la majorité de croyants, ne semblent plus pouvoir les préserver suffisamment des infiltrations de l’ennemi, peut-être parce que les formes, n’étant plus parfaites, ne demeurent plus assez efficaces pour leur faire retrouver leur centre.

A la fin de l’article intitulé « Le sacré et le profane », qui constitue le onzième chapitre de son premier livre posthume, « Initiation et réalisation spirituelle », le Shaykh ‘Abd-al-Wâhid Yahyâ (nom musulman de René Guénon) s’interroge : « Quand les représentants authentiques d’une Tradition en sont arrivés à ce point que leur façon de penser ne diffère plus sensiblement de celle de ses adversaires, on peut se demander quel degré de vitalité a encore cette Tradition dans son état actuel ? ». [...]

Nous assistons malheureusement encore aujourd’hui à la résurgence des attaques contre une telle clarté de pensée et une telle largeur de vue de celui qui fut justement appelé « la boussole infaillible et la cuirasse impénétrable ». A l’imitation des critiques adressées à René Guénon par ses détracteurs ou même par ses soi-disant disciples, ces attaques, très significativement, proviennent en même temps des partisans des Traditions pré-chrétiennes et de ceux d’un prétendu « nouvel intégrisme chrétien ». Si, de la part des premiers, on a peut-être renoncé finalement à taxer le christianisme de « pseudo-tradition déviante de matrice sémitique » pour se réclamer de voies « aryennes » précédentes, les seconds, « méta-politiques chrétiens », profitant des fausses motivations de certaines conversions, invitent, sur la base d’autres motivations aussi fausses de sectarisme exclusiviste, à certaines reconstructions dangereuses de prétendus ésotérismes exploitant des « résidus psychiques » ou des « curiosités archéologiques ».

Shaykh Abd-al-Wahid Pallavicini


Abd-al-Wahid Pallavicini dénonce un œcuménisme « à bon marché qui voudrait tous nous rassembler dans un temple unique, un moralisme humanitaire, un espéranto religieux, un syncrétisme universaliste, pour en arriver à construire ce « parlement des religions unies » que certains semblent appeler de leurs vœux, royaume de l’Antéchrist... »


 

9 comments:

  1. Anonymous10:18 AM

    C'est l'anti-tradition qui veut dominer le monde, elle est derrière l'islam politisé.

    ReplyDelete
  2. Anonymous10:35 AM

    Les faux prophètes du Nouvel Age « annoncent la prochaine venue d'une « ère nouvelle» en la rapportant à l'humanité actuelle. Leur erreur, portée à son degré le plus extrême, sera celle de l'Antéchrist lui-même prétendant instaurer l'« âge d'or » par le règne de la contre-tradition... » (René Guénon)

    ReplyDelete
  3. Anonymous10:01 AM

    Le TEMPLE UNIQUE, que dénonce Abd-al-Wahid Pallavicini, me fait penser au NOACHISME, la religion mondiale qui s'imposera après avoir laminé l'islam dont les courants extrémistes sont orchestrés par les sabbataïstes qui ont infiltrés l'islam.

    ReplyDelete
  4. Anonymous10:07 AM

    correction : les sabbataïstes qui ont infiltré...

    ReplyDelete
  5. Anonymous11:07 AM

    21e (7x3) degré de la franc-maçonnerie de Memphis-Misraïm est
    Chevalier Noachite.

    ReplyDelete
  6. Anonymous11:21 AM

    21st Degree Patriarch Noachite Or Chevalier Prussian.

    ReplyDelete
  7. Anonymous1:05 PM

    D'après Maurice Caillet, ex-Chevalier Rose-Croix du Grand-Orient de France, Laurent Fabius est juif, franc-maçon, membre de la Trilatérale et du Bilderberg. C'est un individu louche (affaire du sang contaminé) qui dirige la politique étrangère de la France. En Syrie la France (comme Israël, les USA et l'Arabie Saoudite) soutient les djihadistes, des mercenaires sans foi ni loi. Ce sont ces mercenaires qui ont commis l'attentat contre Charlie Hebdo. Leur objectif est de mettre fin aux libertés, l'islam n'est qu'un prétexte.

    ReplyDelete
  8. Anonymous1:32 PM

    Toute initiation est faite d'épreuves.
    La vie, individuelle ou collective, est initiation.
    Le seul habilité à choisir les épreuves existentielles adaptées à chacun est le numen.

    Si la divine sapience juge bon de créer un "adversaire" nouménal ou un "séducteur" comme épreuve, la sagesse humaine doit s'y plier.

    L’antichrist se manifeste en faussant le processus initiatique divin
    (bien que le numen dans son infinie science prévoie depuis longtemps ces détours).

    Les manifestations de l’antichrist sont multiples.
    Soit il organise lui-même des parodies initiatiques, par des mises en scène dans des loges notamment.
    Soit il organise lui-même des épreuves collectives en manipulant l’Histoire.
    Soit il cherche à éluder l’épreuve par toutes sortes de voies compensatoires (consumérisme, new age, paradis artificiels, faux yoga, bouddhisme de salon, etc.).
    Liste non-exhaustive.

    Quiconque manipule le procédé initiatique en usurpant le rôle du numen participe de l’antichrist.

    Promettre un monde sans épreuve est une superstition de faux prophète destinée aux orgueilleux ; cela signifierait que chacun serait arrivé au terme de l’initiation. Ridicule.

    ReplyDelete
  9. Anonymous2:06 PM

    J'observe dans les milieux traditionalistes et dans ce texte un aveuglement même sur la notion de Tradition. Toutes les traditions ne sont-elles pas des formes qui apparaissent en des époques, des lieux afin de proposer un enseignement propice. Tous les enseignements ésotériques traditionnels prononcent que tout est conscience, que nous sommes tous comme le dit le Védanta des vagues d'un même océan. La réalisation, Moksha, Nirvana, Fan'illah etc nous amène en la reconnaissance de cette identité profonde qui nous relie à tout ce qui Est. Dans le constat du vécu plein et entier de tout ce qui est, où est la tradition ? Où est la contre-tradition ?

    Je ne vois que des êtres humains qui essayent de trouver un sens et qui sont curieux, ouvert et aimant, qui ont trop vu les excès des traditions mortes qui sclérosent les cœurs et les esprits et tentent de proposer une vision renouvelé provenant de la même source profonde et vaste !

    A quoi sert ce monde finalement ?

    A quoi sert d'avoir créé tout çà franchement ?

    A quoi sert cette division entre une même espèce qu'est l'humanité ?

    A quoi sert Dieu ? A quoi sert l'homme ?

    A quoi sert d'exister si c'est pour se soumettre ?

    A quoi sert Guénon s'il a voulu nous maintenir dans son ignorance ?

    A quoi sert le New Age s'il veut nous maintenir dans son errance ?

    A quoi servons nous mes amis ?

    Al Bidoun.

    ReplyDelete