samedi, septembre 22, 2018

Un danger européen, les sociétés secrètes musulmanes.


En 1890, Napoléon Ney (1849-1900), petit-fils du maréchal Ney, dénonce le danger islamiste dans un texte intitulé "Un danger Européen, les sociétés secrètes musulmanes". 

Extraits :

L'islam est [...] un monde fermé, rétif à l'idée du progrès, que sa religion a condamné sans appel. Or ici la religion est tout. Sa base est le fatalisme, où le musulman puise sa force par lequel il est redoutable. [...] Le vrai musulman (homme résigné à la volonté de Dieu) puise dans son dédain et dans son mépris pour les non-croyants une force invincible, alors même qu'il ne leur a pas voué une haine sanglante. Le Djihad (la guerre sainte) est prescrite par le Coran. Le Prophète a dit La guerre durera jusqu'au jour du jugement. Il peut y avoir des trêves, jamais de paix. [...]

(...) les chefs religieux de l'Islam ont, non sans succès, resserré les liens spirituels qui unissent tous les disciples du Prophète. Ces efforts, timides d'abord, se sont peu à peu organisés et développés dans tous les pays musulmans.

Aujourd'hui ils ont réussi à déterminer un mouvement secret qui s'étendant des îles de la Sonde à l'Atlantique constitue un véritable danger pour tous les peuples européens ayants des intérêts en Afrique et en Asie.


Ce mouvement a comme force et comme moyens d'action de nombreuses associations religieuses qui ont pris un énorme développement sur tous les points du monde musulman et exercent une immense influence sur les masses aveugles et fanatiques. 

Les Confréries constituent de véritables sociétés secrètes avec leurs formalités d'initiation, leurs degrés d'affiliation, leurs signes, leurs mots de passe et leurs moyens de reconnaissance. Leur réseau s'étend jusqu'aux points les plus éloignés de l'Islam. C'est le foyer toujours latent où couvent les insurrections, où s'avive sans trêve la haine ardente de l'infidèle qu'il soit chrétien, juif, païen ou idolâtre. [...]


L'invasion


Si nous ne nous étions limités à dessein le champ du présent travail, nous montrerions aux lecteurs de l'Initiation (revue de l'Ordre Martiniste fondé par Papus, alias Gérard Encausse) quelles éventualités redoutables menacent l'Europe chrétienne au courant du vingtième siècle. Il est à craindre qu'elle ne se trouve prise entre la marche en avant vers le nord des musulmans d'Afrique et la marche en avant vers l'ouest des musulmans d'Asie. Nous ne parlons pas de la réserve innombrable des peuples de race jaune qui, comme une invasion de sauterelles, viendra achever et clore l'œuvre destructive et dévastatrice si bien commencée par les Mahométans dans une Europe qui a oublié la solidarité qui devrait unir les nations menacées. [...]

Il nous a paru toutefois intéressant de soulever, pour les lecteurs de l'Initiation. un coin du voile qui cache à nos regards profanes l'Orient musulman, mystérieux creuset où s'élabore peut-être pour le vingtième siècle une force expansive, dont le monde occidental sentira tout à coup la redoutable puissance de destruction. L'heure n'est pas venue encore, mais les temps sont proches. Déjà nous sommes menacés.

Depuis trente ans, dans le renouveau de la foi islamique fermentent sous l'apparence des formules et des doctrines religieuses des échanges d'idées, des tendances, des groupements, une concentration musulmane qui à un instant donné seront devenues formidables. Notre curiosité, notre intérêt, l'esprit de solidarité européen, notre sécurité même nous font un devoir d'étudier autant qu'il nous sera possible ce monde fermé et obscur. Nous devons y pénétrer très profondément afin de le mieux connaître et de déjouer le moment venu ses trames et combattre en état de légitime défense.

Napoléon Ney, 
précurseur de l'analyse du danger islamiste

Petit fils du maréchal Ney, par son père Joseph Napoléon Ney, lui même prince de la Moskowa, pair de France, général, président du Jockey club, député de la Moselle et même écrivain, Jules Napoléon Ney fut lui aussi un personnage haut en couleurs. Comme son père et son grand-père, il va d'abord servir dans l'armée, mais n'y dépassera pas le grade de capitaine. Il n'eut d'ailleurs pas droit, à la mort de son père, à ses titres, car il n'était que fils naturel.

Né à Paris le 6 juillet 1849, Jules Napoléon Ney n'a que 21 ans quand, en octobre 1870, il se distingue au combat de Buzenval.
En 1873, il est dans l'armée d'Afrique.
En 1874 et en 1877, il sert dans le sud Algérien.
En 1877, il publie Histoire de la carte d'Etat Major
En 1878, il accède au grade de capitaine.
En 1880, il remplit des missions en Orient.
En 1881 il s'inscrit à la Société de Géographie, en se présentant comme capitaine d'infanterie. Il est alors domicilié 73, avenue des Champs-Elysées à Paris.
En 1882, il est en Espagne et au Portugal, puis à Tunis en 1882. Cette même année, il devient le premier président du Racing Club, qui vient d'être fondé par les élèves du lycée Condorcet, et qui deviendra le Racing club de France.
En 1883, il démissionne de l'armée, et entame une carrière d'explorateur mondain. Il collabore à des revues comme la Revue des traditions populaires, ou l'Initiation, fondée par Gérard Encausse, dit Papus.
En 1885, il écrit la genèse du canal de Suez.
En 1886, il fait partie de la délégation française pour l'inauguration de la statue de la Liberté, et décrit l'exposition universelle d'Anvers.
En 1888, profitant de l'inauguration du chemin de fer Transcaspien, il s'offrit un périple de 43 jours, à travers Odessa, Sébastopol, Batoumi, Tiflis, Samarkande (où il côtoya le colonel Niox), Kiev... et en tira un livre "En Asie centrale à la vapeur". Fini le temps des explorateurs avec casque colonial, sac à dos, machette et carabine. Vive le progrès technique, et bonjour le temps de l'exploration en chemin de fer !
Il s'inscrit en 1889 à la société astronomique de France, sous le numéro 204, en affichant la profession d'explorateur. Il est alors domicilié 7, rue Bastiat.
En 1890, il écrit : Un danger Européen. Les sociétés secrètes musulmanes. [...]
Il meurt en 1900, au même âge que Napoléon.


Napoléon Ney
Date de l'édition originale : 1890


"Le présent ouvrage s'inscrit dans une politique de conservation patrimoniale des ouvrages de la littérature Française mise en place avec la BNF.

Certains de ces ouvrages reflètent des courants de pensée caractéristiques de leur époque, mais qui seraient aujourd'hui jugés condamnables.

Ils n'en appartiennent pas moins à l'histoire des idées en France et sont susceptibles de présenter un intérêt scientifique ou historique."




Le texte de Napoléon Ney, une inversion accusatoire ?

L'immigration massive aurait été planifiée par les décideurs de la haute franc-maçonnerie. Napoléon Ney correspondait avec l'Ordre Martiniste, était-il martiniste ou/et franc-maçon, comme son grand-père le maréchal Ney, initié en 1801 à la loge Saint Jean de Jérusalem de Nancy ?


Un PDF gratuit :

Martinisme et franc-maçonnerie, de Gérard Encausse (Papus).




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.