Saturday, November 10, 2012

Tibet, près de 70 immolations par le feu





On peut comprendre le geste de Mohamed Bouazizi, le jeune tunisien qui a préféré mourir que de vivre dans la misère (les autorités lui ayant confisqué son outil de travail, une charrette de marchand ambulant). En s'immolant par le feu le 17 décembre 2010, Mohamed Bouazizi fut à l'origine d'un mouvement social qui se répandit dans toute la Tunisie et mit fin à la dictature.

Au Tibet, les immolations par le feu de moines bouddhistes posent une question : 

Comment des moines peuvent-ils être affectés par les méandres de la politique et les autres illusions du samsara au point de s'autodétruire ? Tous les bouddhistes savent que l'existence humaine est trop précieuse et trop difficile à obtenir pour être gaspillée.

Dans le bouddhisme il est possible de mettre fin à ses jours en prétextant le suicide altruiste. En effet, selon les Jâtakas (les récits des nombreuses vies antérieures du Bouddha), Shākyamouni, avant de devenir le Bouddha historique, aurait dans une lointaine existence offert son corps à une tigresse affamée allaitant 5 tigrons. Ainsi, la notion de suicide altruiste permet de manipuler des personnes dans un but social, politique ou militaire. Durant la seconde guerre mondiale, les kamikazes étaient « bénis » par des responsables religieux du Japon, des dignitaires bouddhistes et des prêtres shintoïstes. En outre, les lamas tibétains propagent une doctrine guerrière parmi les initiés de Kalachakra. Dans une vie future, ces initiés seront, leur dit-on, les combattants glorieux de Shambhala qui viendront établir le nouvel ordre mondial de la bonne loi ou du saint Dharma ; le suicide altruiste ne crée pas de mauvais karma.

Autre chose, sans pour autant dédouaner les autorités non démocratiques de Chine, les personnes qui connaissent un peu la fausseté des hiérarques tibétains et les ambiguïtés du dalaï-lama sont toujours prudentes sur la question de la répression des libertés au Tibet. Personnellement, il y a quelques années, j'avais parcouru une grande partie du Kham et le nord du Yunnan sans être inquiété par la police chinoise. Pourtant, j'avais souvent revêtu ma tenue monastique (à l'exception du gilet bleu, cette tenue est identique à celle de l'école du dalaï-lama).

Dans le Yunnan, à Shangrila (anciennement Zhongdian en chinois et Gyalthang en tibétain), j'avais rencontré un américain installé dans cette région comme éleveur de bétail. Pour rien au monde, il aurait envisagé de repartir aux USA. Quand on a vu le Yunnan, il est facile de comprendre ce yankee. Mais, c'est bien connu, la privation de liberté enlaidit tout...

On ne peut nier que les Hans, l'ethnie chinoise majoritaire, posent des problèmes au Tibet et dans d'autres régions de Chine où vivent les shǎoshu mínzú, littéralement « peuples en petit nombre », c'est-à-dire les « minorités ethniques ». En effet, les Hans sont de redoutables concurrents pour les commerçants, artisans, ouvriers, employés, chômeurs... de ces minorités. De plus, au Tibet, la politique de sédentarisation accentue les tensions. Les Tibétains sont forcés d’installer des clôtures de barbelés autour de leurs troupeaux. « Les nomades tibétains, écrit la réalisatrice Geneviève Blault, qui avaient réussi à préserver leur mode de vie ancestral jusqu’à tout récemment, voient désormais leur existence menacée au quotidien. Le gouvernement de Beijing est convaincu que la population nomade doit accéder à des standards de développement occidentaux. En 2010, les autorités chinoises visaient un taux de sédentarisation de 80% des nomades à la grandeur du plateau tibétain. »

En réalité, comme en France et partout dans le monde, le peuple tibétain est confronté aux problèmes générés par le capitalisme et la mondialisation (chômage, pauvreté, domination de l'argent, despotisme oligarchique...). 

Ce qui est certain, les Tibétains n'ont pas l'intention de restaurer l'ancienne dictature religieuse des lamas.





10 comments:

  1. Anonymous4:29 PM

    En Occident, les partisans du Dalaï-lama récupèrent les mouvements de contestation qui luttent au Tibet pour défendre leurs intérêts face aux Hans et aux autorités chinoises. Mais la jeunesse tibétaine ne donnera jamais le pouvoir au lamas. Le Dalaï-lama est un symbole de la contestation dont l'image est une sorte d'épouvantail qu'on exhibe pour irriter les Chinois, rien de plus...

    ReplyDelete
  2. Anonymous5:56 PM

    Je pense qu'il y a au contraire une réalité de la jeunesse tibétaine, mais que l'on ne nous montre pas. un peu comme la boutique, avec les rubans, les dorures et le folklore coloré pour les généreux donateurs en dollars US de préférence, et puis il y a l'arrière boutique qui reste cachée, qui est celle d'une vraie souffrance. C'est celle-ci qui m'émeut. Les rubans ne m'intéressent pas, ni les dorures.Pourrions-nous savoir et voir la vérité ?

    http://lg2boutique.com/fr/realisations/116/rapport-d-activites-edition

    ReplyDelete
  3. Anonymous7:34 PM

    Celui qui comprend ce que représente le Tibet au niveau géopolitique, sait immédiatement qui orchestre les tentatives de déstabilisation de la région.

    ReplyDelete
  4. Anonymous7:44 PM

    Il ne fait aucun doute que les lamas, ces auxiliaires de la CIA régnant sur des cheptels de méditants lobotomisés, œuvrent tous au Nouvel Ordre Mondial.

    ReplyDelete
  5. Anonymous7:50 PM

    Bonjour,
    J'ai lu ce que Van Rijckenborgh, grand maître de la Rose-Croix d'Or, a écrit au sujet des lamas dans les années 1950. C'est effrayant. Je me suis débarrassé de tout ce qui se rapporte de près ou de loin au bouddhisme tibétain. Les lamas sont des satanistes déguisés en bouddhistes.

    ReplyDelete
  6. Anonymous9:06 PM

    Tous les pays participent à la déstabilisation de la région,parce que tous les Etats sont intéressés par le profit. La responsabilité est donc collective.
    La géopolitique nous enseigne précisément que les relations interagissent un peu comme la thermodynamique et la tectonique des plaques: quand ça bouge à un endroit le mouvement se répercute ailleurs. D’ailleurs les séismes sont d’actualité.

    Les lamas satanistes ? Ah bon ??? Je vois que vous aimez bien rigoler sur ce Forum...

    Moi aussi, alors gardons le sourire, la vie est belle pour cleui qui sait la voir ainsi : http://youtu.be/2n4e_t0zdc0

    ReplyDelete
  7. Anonymous12:31 AM

    Lisez donc les textes tibétains comme « la biographie secrète du cinquième dalaï-lama contenue dans « Le Manuscrit d’Or ». Le texte révèle la passion du pontife tibétain pour la magie. Des cérémonies macabres exigent des ingrédients répugnants. Selon le cycle du rD-rje gro-lod gnam-lcags ‘bar-ba, l’encens est remplacé par la chair humaine brûlante (sha-chen-gyi bdug-spos), les lampes sont alimentées par de la graisse humaine fondue (tshil-chen-gyi mae-me), le sang remplace l’eau rituelle, les fleurs sont substituées par des yeux… Une peau humaine (g.yang-gzhi) et un crâne sont utilisés par les magiciens tantriques qui suivent les instructions données par le Zur Chos-dbying rang-grol. L’initiation à la déesse gSang- sgrub, un aspect particulier de dPal-dan lhamo, demande une tête humaine fraîchement coupée. » (extrait trouvé dans ce blog)
    C'est donc ça le bouddhisme ésotérique de l'« élite ».

    ReplyDelete
  8. Anonymous9:58 AM

    Où se situe le serveur de ce website ???Quelle est votre source ?

    Hollywood ou "Holy-Wood" ?

    A chacun de choisir la sienne........



    ReplyDelete
  9. Le post d'aujourd'hui, 12 novembre, vous permet de constater la réalité des rituels lamaïstes criminels, notamment la description de rites attribués au cinquième dalaï-lama qui exigent le cœur d'un enfant, une tête humaine fraîchement coupée, etc.

    Vous y trouverez les références demandées.
    http://bouddhanar.blogspot.fr/2012/11/conspiration-cybernetique-lamaisme.html

    ReplyDelete
  10. Anonymous10:38 AM

    Le bouddhisme tibétain sataniste... Comment peut-on écrire de telles âneries ? Mais c'est une vieille histoire. Déjà au XIX ème siècle des occidentaux confrontés aux religions indoues et tibétaines croyaient qu'ils adoraient des démons. Heureusement, ceux qui connaissaient vraiment le tibet comme Boogle, qui vécu dans le pays et était ami avec le Panchem Lama, avaient une toute autre vision des choses et considérait le Tibet comme un pays plus "heureux" que l'occident de l'époque. Il faut lire ses lettres... maintenant pour ce qui se passe actuellement il existe une multitude de témoignages sur les horreurs perpétuées par les communistes chinois. Par ailleurs, comme l'explique la tibétologue Marie José Lamotte, ce sont eux qui ont provoquée les premières famines dans le pays des neiges en voulant remplacer l'orge traditionnel. Seulement la propagande du gouvernement de Pékin trouve un écho étrange chez des néo-maoïstes... Le site "retour à Guénon" était un des rares à les avoir dénoncé à l'époque. Maintenant, j'ai lu quelques ouvrage de Van Rijkkenborg. Ils sont particulièrement délirants. Cet auteur est d'ailleurs un lointain avatar de la théosophie de madame Blavasky... Alors profitons plutôt des trésors du dharma que les maîtres tibétains authentiques nous ont apportés. Même si la communauté tibétaine en occident, COMME TOUTES LES COMMUNAUTES, vit certains disfonctionnements, d'ailleurs moins importants que veulent bien le dire certains "anonymes" de votre site...

    ReplyDelete