Saturday, September 12, 2009

Damanhur

La Fédération de Damanhur, fondée par Oberto Airaudi, est une expérience sociale innovante pour certaines personnes. Mais ses détracteurs la considère comme une secte néo-païenne (1).

Quoi qu’il en soit, avec son labyrinthe souterrain de sanctuaires artistiquement décorés, Damanhur est une fédération de communautés unique au monde.

La Fédération du Peuple damanhurien comprend cinq communautés autonomes, Rama, Tentyris, Damjl, Pan et Etulte, réparties sur toute la vallée piémontaise de Valchiusella, près du village Canavese de Baldissero, au nord de Turin. Le domaine comprend en tout 200 hectares de bois, 20 hectares de surface urbanisée, 60 hectares de terres arables, et plus de 80 bâtiments à usage d’habitation, de studios, de laboratoires ou de fermes. La structure politique de Damanhur permettrait une pratique démocratique efficace. Les représentants élus exercent leur fonction durant une période assez courte et tout citoyen est invité à participer au débat public.

Damanhur est un mode de vie et de pensée établi sur l’expérimentation, le jeu et la transformation qui dépasse toutes les attitudes dogmatiques, c’est une société en évolution continuelle basée sur des principes spirituels.
La fédération puise son inspiration dans le principe de solidarité. Les communautés prises ensemble forment le peuple de Damanhur dont l’organisation sociale repose sur une constitution originale :

1. Ceux qui font partie du Peuple sont comme des frères et sœurs vivant ensemble, qui s’entraident en permanence, dans un climat de confiance mutuelle, de respect, de clarté, d’acceptation et de solidarité.

2. Chaque citoyen du Peuple s’engage à penser positivement et pour l’harmonie. Etant conscient de la portée extraordinaire de chaque pensée dans les faits, en vertu de sa multiplication et de sa réflexion dans le monde entier par le biais des lignes synchroniques, chaque personne est responsable de ses propres actions, socialement et spirituellement.

3. Au travers de la vie en communauté, la population cherche à former des individualités autonomes ; dont les relations sont régies par la connaissance et la conscience. Le peuple dans son ensemble vise l’accomplissement d’une autosuffisance totale.

4. Les règles de vie fondamentales sont basées sur le bon sens et l’appréciation d’autrui.

5. Le travail est compris comme un don de soi à autrui et comme une prière permanente, à travers laquelle chacun prend part, en fonction de ses propres possibilités, au progrès matériel et spirituel de la Nation. Toute tâche est méritoire et tout aussi digne que n’importe quelle autre, et dans la mesure du possible l’affectation des tâches tourne.







6. Ceux qui endossent des rôles ayant trait à la responsabilité sociale doivent s’acquitter de leurs fonctions dans un esprit de service envers le Peuple, sans rechercher d’avantages personnels et sans privilégier l’intérêt de quelques uns. Seuls ceux qui sont issus du Peuple peuvent prétendre être élus ou nommés à des postes impliquant une responsabilité sociale.

7. Chaque Citoyen vit en communion avec son environnement naturel et les forces subtiles qui s’y trouvent. La spiritualité et l’écologie doivent présider aux relations avec la terre et le monde animal, afin d’éviter toute forme de pollution et de rebut.

8. Le corps doit être nourri harmonieusement, maintenu en état de propreté, respecté et soigné. Les Citoyens de la communauté ne fument pas, ne se droguent pas, pas plus qu’ils n’abusent d’alcool ou de produits pharmaceutiques. Ils mettent en pratique des règles pour mener une vie saine, et développer harmonieusement le corps, le mental et l’esprit. Le Peuple attend de chacun de ses membres qu’il soit capable de se contrôler, de transmuter ses énergies personnelles et de montrer de la maturité dans ses choix.

9. La Nation encourage et soutient la recherche scientifique et le développement des arts ; elle favorise l’expérimentation en mode physique et non-physique, pour autant qu’elle s’exprime de manière harmonieuse. Tout Citoyen est censé développer ses connaissances en continu, élargir et approfondir son savoir dans les domaines de l’étude, des arts, du travail et des activités de loisir.

10. Le Peuple est une entité en évolution résultant de la somme organique de toutes les individualités qui le composent, des groupes et des structures de la Nation ; il conserve et fait la synthèse de toutes les expériences, de toutes les pensées et les sentiments exprimés à Damanhur, ce qui constitue sa richesse commune, culturelle, éthique et spirituelle. Le peuple est et reste un, même lorsque des communautés indépendantes ayant leur autonomie territoriale voient le jour. Il n’est pas que le nombre de membres d’une communauté donnée dépasse le chiffre de 200 à 220 personnes.

11. Chaque Citoyen dispose d’un espace personnel dans lequel il vit. Les logements sont assignés en fonction des besoins de la communauté et ceux qui y vivent doivent en prendre soin, les garder propres et leur conserver un aspect harmonieux.

12. Les Citoyens s’engagent à contribuer avec leurs propres ressources, leur travail ou tout autre moyen, à la subsistance économique de la Nation, qui de son côté prête assistance aux divers besoins de ses membres par le biais de fonds communaux. Tous ceux qui quittent le Peuple, pour quelque raison que ce soit, ne peuvent ni réclamer de dédommagement financier, ni faire état d’un quelconque droit de créance envers le Peuple.

13. Les Citoyens désireux de vivre une relation de couple, doivent annoncer publiquement leur liaison aux autres citoyens. Le couple, au cours d’une cérémonie publique, s’engage alors à fonder une union solide, qui puisse bénéficier à la communauté.

14. Les jeunes enfants nés au sein du Peuple sont aimé de tous, chaque citoyen en prenant soin, les éduquant et leur montrant l’exemple, dans le respect des règles communautaires d’éducation des enfants. Les enfants vivent au sein de la communauté, qui en fonction du programme de naissances, assume la responsabilité de leur entretien, de leur bien-être et de leur éducation.

15. Quiconque souhaite faire partie de la communauté doit formuler sa demande par écrit en précisant ses raisons. Si le candidat possède les qualités requises pour devenir Citoyen, il sera admis pour une période d’essai, au cours de laquelle il entend participer à la vie communautaire et se conformer à la présente charte et aux autres règles de la communauté. La demande d’admission ne sera acceptée que lorsque le candidat aura démontré qu’il a intégré les principes et l’héritage culturel du peuple. Cette acceptation a pour nom la « Concession de Citoyenneté ».

16. Une personne se verra retirer la citoyenneté, par exil volontaire ou par exclusion, en cas de mauvaise conduite aggravée si cela rend impossible la poursuite de la relation de groupe. L’exclusion doit être précédée d’une procédure disciplinaire qui permette à la personne en question d’exercer son droit de défense.

17. L’autorité supérieure de l’Ecole de Pensée et du Peuple est représentés par les Guides. Ils sont les garants de la constante adéquation entre les idéaux et les objectifs spirituels, et l’expression de la vie communautaire, tout en supervisant les trois organes majeurs. Ils dirigent et coordonnent toutes les décisions relatives aux affaires qui sortent du cadre des intérêts communautaires particuliers. Ils sont périodiquement élus par les membres de l’Ecole de Méditation dans le respect des règles en vigueur. L’accord unanime des guides est obligatoire pour tout poste individuel, groupe ou organisation du Peuple. En cas de besoin impérieux ou d’urgence particulière, ils peuvent cependant adopter toute mesure ou procédure qui leur semble appropriée.

18. Au sein du Peuple, tout regroupement de deux citoyens ou plus ayant un caractère social utile, peut mériter une reconnaissance particulière. Le groupe est une nouvelle entité formée par l’interaction entre les individualités différentes et complémentaires, qui gagne en capacité d’appréciation et de développement d’idées nouvelles, en rapport avec ses buts. Les fonctions qui ont trait au contrôle du respect des réglementations sont exercées par le Collège de Justice. Chaque citoyen est tenu de respecter ses décisions. Le Collège de Justice peut suspendre ou frapper de nullité les documents illégaux émis par d’autres organe, il définit et instruit les procédures disciplinaires, et son jugement est souverain pour arbitrer les conflits de toutes sortes au sein du Peuple.

19. Chaque communauté a son propre territoire, son propre Peuple et dispose d’une totale autonomie dans les limites fixées par les lois fédérales. Les dispositions afférentes à l’organisation, l’administration, le fonctionnement de la communauté et la coordination de ses activités, sont adoptés par le gouvernement local élu périodiquement. Le gouvernement et ses représentants peuvent même, dans un nombre limité de cas, prendre des sanctions envers les citoyens, s’exerçant de la manière prévue par les lois fédérales. La communauté peut, si elle l’estime nécessaire à un meilleur fonctionnement, créer ses propres organismes et promulguer de nouvelles règles, à condition de respecter la Tradition du Peuple et la prééminence des intérêts de la nation.

20. Les règles exécutives de la présente Charte ne doivent pas contenir de mesures qui lui soient contraires.


Les temples de Damanhur :

http://abcnews.go.com/GMA/popup?id=4210038&contentIndex=1&page=1&start=false

Site de la Fédération Damanhur : http://www.damanhur.org/


(1) Jacqueline de Croÿ « Damanhur : secte mégalo-satanique et syndrome de la diffamation » http://droitfondamental.eu/09-damanhur-fr.htm

No comments:

Post a Comment

Les commentaires sont momentanément désactivés.

Note: Only a member of this blog may post a comment.