Wednesday, August 15, 2012

Massacre des musulmans du Myanmar





Sur le site de Mediapart, Maryam al Shamiya dénonce le « massacre à huis-clos des Birmans musulmans et le silence honteux des médias ».

Une photographie (ci-dessus) accompagne l'article de Maryam al Shamiya (ci-dessous). Sur cette photo on distingue nettement des moines du bouddhisme Mahayana (probablement des Tibétains). Ils sont confondus avec les moines birmans appartenant au bouddhisme Hinaya qui est très répandu au Myanmar. Les tenues monastiques des deux traditions bouddhistes sont différentes. Ce document photographique est probablement un grossier montage. Mais nous ne doutons pas que des atrocités sont commises en Birmanie (Myanmar) au nom de la religion.

L'article de Maryam al Shamiya :

Depuis la prise du pouvoir par une junte militaire en 1962, et particulièrement depuis les années 1980, les déplacements forcés et les persécutions des minorités ethniques sont devenues un phénomène courant en Birmanie.

Le Comité International de la Croix Rouge (CICR) affirme que le gouvernement militaire birman crée un climat de peur permanent parmi la population et a forcé des milliers de personnes à joindre les rangs de déplacés vers l’intérieur ou de fuir à l’étranger.


On estime à 2 millions le nombre de Birmans qui ont fui en Thaïlande à l’Est du pays.

Les Rohingyas, minorité musulmane convertie au XVIème à l’Ouest du pays dans l’État de l’Arakan (ou Rakhin), sont une cible privilégiée des différents pouvoirs birmans qui leur ont nié leur nationalité et les considèrent comme immigrés clandestins. Une loi promulguée en 1982 les a déchus de leur citoyenneté, les transformant en apatrides et étrangers dans leur propre pays.

Ils connaissent un premier exode en 1978. 200 000 Rohingyas ont fui le pays pour le Bengladesh pour échapper aux persécutions lancées à l’occasion d’un recensement destiné à déterminer la nationalité des habitants.

Le deuxième exode en 1991-1992, 260 000 personnes, eut lieu pour éviter leur enrôlement dans des travaux forcés.

Actuellement, depuis le mois de mai 2012, les persécutions contre les Rohingyas se multiplient. La communauté bouddhiste majoritaire dans l’Arakan appuyée par les autorités militaires empêche l’acheminement des denrées alimentaires et produits de première nécessité vers leurs villages. Assassinats et viols sont perpétrés dans l’impunité. Les mosquées et des villages entiers sont brûlés.


Ces exactions menées sur les 800 000 Rohingyas résidant encore dans leur pays d’origine constituent un véritable génocide.


Nous interpellons les différentes associations et organisations des droits de l’homme pour qu’elles exigent que ces zones soient visitées par des médias indépendants et des équipes d’investigation.

Aucun groupe humanitaire n’a accès aux réfugiés Rohingyas.

La répression qui s’abat sur eux s’est accrue dramatiquement depuis le lancement de réformes soutenues par Washington et la visite du chef du Département d’État étasunien en la personne de Hillary Clinton.

Nous demandons à toutes les instances si promptes à encourager des interventions y compris militaires dans des pays souverains qui ne mettaient pas en danger leur population civile comme en Libye de faire pression sur le gouvernement birman et que cessent les massacres de cette minorité la plus persécutée au monde selon le Haut Commissariat aux Réfugiés de l’ONU.


Les Rohingyas n’ont d’autre possibilité que de joindre le Bengkadesh frontalier lequel est déjà saturé des migrations précédentes ne peut les recevoir et les refoule.


Cette situation intenable risque de dégénérer en un conflit entre les deux États voisins.


Nous demandons à Aung San Suu Kyi, Secrétaire Générale de la Ligue Nationale pour la Démocratie (LND), la Dame de Rangoun nobélisable par l’Occident, d’intervenir au Parlement birman pour abroger la loi qui dénie leur citoyenneté birmane aux Rohingyas.

Nous demandons au gouvernement français qui préside pour le mois d’août le Conseil de Sécurité de l’ONU de provoquer une résolution de l’Assemblée Générale de l’ONU qui condamne la crise humanitaire que constitue le massacre des Rohingyas et qui prenne toutes mesures qui contraindraient efficacement le régime birman.


A propos de la photo 

Merci de la contribution d'un lecteur sur l'origine de la photographie utilisée par des musulmans pour incriminer les moines bouddhistes dans des atrocités commises au Myanmar (commentaire du 17 août) :

Il ne s'agirait pas d'un montage. Cette photo de moines tibétains aurait été prise au cours de leur travail de secours dans le Kyegudo (Yushul), au Tibet oriental, après le tremblement de terre dévastateur qui a frappé la région le 14 Avril 2010.

Le gouvernement tibétain en exil a exprimé ses préoccupations concernant l'utilisation abusive de photographies dont le but est de provoquer des conflits entre bouddhistes et musulmans.

Pour en savoir plus (article en anglais)





9 comments:

  1. Anonymous8:33 AM

    Voici l’adresse d’un post que j’ai adressé sur le Forum de l’altruisme créé par Matthieu Ricard le 25 mars 2012 et qui a été censuré par les administrateurs du site.

    Ce même post a été adressé sur un autre Forum à l’adresse suivante : http://camisard.hautetfort.com/archive/2008/10/19/khyabje-dilgo-khyentse.html#c7196013 (sous le pseudo: Une réfugiée parmi d’autres)

    En avril 2012, le Bonheur National Bhoutanais a été présenté devant l’ONU comme un modèle de Bonheur pour la planète, alors que le Bhoutan a expulsé dans les années 1980 de son territoire des milliers de personnes venant grossir les camps de réfugiés au Népal. Si la pureté écologique peut être une composante du Bonheur humain, en aucun cas l’épuration ethnique appuyée par des doctrines religieuses ne peut constituer un modèle de bonheur.

    Pourtant la proposition émise par le Bhoutan a été soutenue par l’ONU et avalisée par de nombreux Etats, sans qu’il y ait la moindre protestation.

    Rappelons également que le génocide syrien est appuyé par le gouvernement chinois en collusion avec la Russie et l’église orthodoxe russe. En définitive, toutes les idéologies se rejoignent qu’elles soient athées ou spirituelles, communistes ou d’extrême droite.

    ReplyDelete
  2. Anonymous5:54 AM

    http://www.phayul.com/news/article.aspx?article='Don't+misuse+pictures+to+provoke+tension%2C'+CTA+appeals&id=31906


    DHARAMSHALA, August 15: The exile Tibetan administration has expressed concerns over the misuse of photographs showing Tibetans to provoke conflict between the Buddhist and Muslim communities.

    Following reports of recent clashes between Buddhists and Rohingya Muslims in Myanmar, certain sections of the media as well as social websites have portrayed photographs involving Tibetans to misinform the public and to lead a hate campaign.

    The recent ethnic clashes in the Indian northeastern state of Assam have raised further tensions.

    The Dharamshala based Central Tibetan Administration in a release yesterday said it was “deeply disturbed and concerned” over the circulation of a misleading photograph in some section of the media showing Tibetan monks.

    The release noted that many websites in the Muslim countries, especially Pakistan have used a photograph of Tibetan monks standing in front of a pile of dead bodies in their reports on the clashes in Myanmar.

    “This photo of Tibetan monks was actually taken during their relief work in Kyegudo (Yushul), eastern Tibet, after a devastating earthquake hit the region on 14 April 2010,” CTA clarified. “The Tibetan monks extended remarkable service in the rescue and relief operations at the time.”

    The release said that a particular website in Pakistan which was carrying the picture removed it after CTA pointed out the factual and misleading error.

    “But the photo is still in circulation, as some Muslims carrying the photo during their recent protest in Mumbai on 11 August 2012, appeared in Zee News, a leading news channel in India,” the exile Tibetan administration noted.

    ReplyDelete
  3. Merci de votre contribution sur l'origine de la photographie utilisée par des musulmans pour incriminer les moines bouddhistes dans des atrocités commises au Myanmar

    Selon cet article, il ne s'agirait pas d'un montage. Cette photo de moines tibétains aurait été prise au cours de leur travail de secours dans le Kyegudo (Yushul), au Tibet oriental, après le tremblement de terre dévastateur qui a frappé la région le 14 Avril 2010. 

    Le gouvernement tibétain en exil a exprimé ses préoccupations concernant l'utilisation abusive de photographies dont le but est de provoquer des conflits entre les communautés bouddhistes et musulmanes. 

    ReplyDelete
  4. Anonymous9:23 AM

    http://www.come4news.com/le-silence-d-aung-san-suu-kyi-sur-les-musulmans-recoit-des-critiques-692641

    http://www.usinenouvelle.com/article/apres-coca-cola-pepsico-reinvestit-le-marche-birman.N180048

    http://www.premiere.fr/Cinema/News-Cinema/La-Birmanie-va-decouvrir-Titanic-sur-grand-ecran-15-ans-apres-sa-sortie-3459920


    Très bien Félix : les questions sont les suivantes :

    1. Dans la guerre des images, que doit-on montrer ?

    2. Dans la guerre des mots , quels sont ceux qui doivent être prononcés ?


    Dans le contexte global actuel, où la raison a cédé au chaos anarchique, il est utile de comprendre le fonctionenement de l'idéologie médiatique. Il est également nécessaire d'entendre que le silence ne vaut pas vérité.

    "If you are neutral in situations of injustice, you have chosen the side of the oppressor."

    Desmond Tutu

    Cordialement

    ReplyDelete
  5. Malheureusement je ne crois pas qu'il soit question ici d'un photo montage... C'est d'une atrocité sans égal...

    ReplyDelete
  6. Anonymous1:36 PM

    Les précisions du gouvernement tibétain en exil quant à l'origine de la photo suscitent des questions. Depuis quand les secours déshabillent les cadavres lors d'une situation d'urgence (tas de vêtements entassés au premier plan)? Les cadavres dénudés reposent sur des sortes de claies métalliques laissant une aération dessous (en vue d'une crémation? Ou reposent-ils sur des civières employée pour le transport de la première couche de corps). Lors d'un tremblement de terre la collecte des cadavres, écrasés par les constructions écroulées est lente, la majorité des cadavres n'est pas dégagées des décombres, mais dégagées avec des moyens mécaniques lourds lors du début de la reconstruction (déblaiement). A moins que le tremblement de terre ait été très violent et meurtrier dans un environnement d'habitation relativement légères (peux élevées).
    La région côtière habitée par les Rohingyas est fertile, verdoyante et tropicale. L'environnement de la photo incriminée montre une zone escarpée aride, les moines semble relativement chaudement vêtus. Ce n'est pas le lieu de vie usuel des Rohingyas. Ces cadavres semblent avoir été déplacés vers ce qui semble un lieux d'ensevelissement anonyme et collectif (cf le poid lourd en arrière plan).
    Au delà de ces questions, il es probable que la région ou habite ce peuple soit riches de ressources naturelles. Comme le Rwanda, comme la région ou les Tigres Tamouls combattaient, comme le Biafra, etc... Probable que le prisme ethnico-religieux ne soient pas le bon, mais juste un levier pour arriver au but.
    L'implication du Bangladesh dans le soutien à une guerrilla Rohingyas est possible. La guérilla dure jusqu'au moment du début de l'exploitation des ressources (cf région des Grands Lacs en Afrique avec la fin des rebellions en cours).
    Avoir un avis personnel fondés sur une situation telle que celle-là implique de vastes connaissances, quand à la géographie physique, humaine, l'histoire, les ressources naturelles, la géo-stratégie, etc... A moins d'avoir un relation privilégiées avec des habitants de la région qui parlent librement (via un mariage par ex) c'est très difficile pour des personnes extérieures comme moi/nous (?).
    Analysons les faits, reprendre les infos d'autrui et les commenter a travers un prisme personnel (critique du Lamaisme thibétain) aboutit à quoi?

    Ce que je conclus provisoirement: Les vagues successive de réfugiés Rohingyas en Thaïlande et au Bangladesh, le silence médiatique témoigne assurément d'une situation dramatique pour ce peuple. Etant personnellement impliqué comme victime du Génocide des Tutsi rwandais j'essaye de ne plus m'impliquer émotionnellement dans ce genre de situation. Ceci m'est trop préjudiciable.

    PS: Ceci dit je suis très critique quant à ''l'océan de sagesse'' et à ''monsieur ''apéritif anisé''.

    ReplyDelete
  7. Anonymous10:08 AM

    Pour comprendre les conflits entre bouddhistes et musulmans il faut remonter loin dans le temps. Lorsqu'ils envahirent le Nord de l'Inde les musulmans massacrèrent des milliers de moines bouddhistes et détruisirent les temples, les monastères et les universités de cette religion. De ce fait, les tibétains qui sont les héritiers de ce bouddhisme indien, gardent depuis toujours la mémoire de ces événements Ils considèrent qu'à la fin des temps, le Roi de Shamballah viendra combattre l'équivalent de l'antéchrist qui est, pour eux musulman. Malgré cela une communauté musulmane existe à Lhassa depuis longtemps et elle n'a jamais été persécuté. On peut consulter l'étude de Thierry Zarcone sur le sujet (Arché). Par ailleurs, des musulmans vivent aussi au Shri Lanka. Car, globalement, si l'on regarde l'histoire, les bouddhistes sont infiniment plus tolérants que les chrétiens, les musulmans, les juifs et la grande religion communiste avec ses goulag, sa révolution culturelle maoïste qui a fait des millions de morts et Pol Pot...

    ReplyDelete
  8. c'est un massacre satanique

    ReplyDelete
  9. une femme thaïlandaise que je connais très bien m'a dit que lorsqu'elle était enfant, des rohingyas sont venus en pays Isarn , ils violaient et volaient. Vous me semblez bien naïfs, en ce qui concerne les musulmans.

    ReplyDelete