Thursday, August 13, 2015

Les juifs de l'espace


L'animateur du blogue
xenotype estime que l'acteur-journaliste-historien-franc-maçon-juif Christophe Bourseiller, de son vrai nom Christophe-François-Guy Gintzburger-Kinsbourg, crée un rideau de fumée avec son livre sur les délires de l'Histoire, « Et si c'était la vérité ? » édité par Vuibert. Pour ce blogueur, et contrairement aux affirmations de Bourseiller, la théorie des juifs de l'espace n'a pas été imaginée par Marc Dem, elle se trouve dans les codex hébraïques initiaux traduits par Mauro Biglino. « Mauro Biglino est l'un des grands spécialistes au monde de la traduction des textes en vieil hébreu constitutifs de l'Ancien Testament. Ayant participé de manière officielle aux traductions révisées de la Bible pour le Vatican. […] En rupture avec la lecture traditionnelle juive ou chrétienne, et par honnêteté intellectuelle, Mauro Biglino ose affirmer que la Bible est un livre qui raconte l'arrivée sur notre planète d'une race extra-terrestre, les véritables créateurs de l'espèce humaine. »

« Et si c'était la vérité ? Enquête sur les délires de l'Histoire », livre du franc-maçon Gintzburger-Kinsbourg, alias Christophe Bourseiller, mixe-t-il le farfelu (Jésus, c'était Jules César) et le sérieux (les attentats du 11 septembre 2001) afin que le quidam voit dans les divulgations dérangeantes de vulgaires « délires conspirationnistes » ?



LES JUIFS VIENNENT DE L'ESPACE 


par Christophe Bourseiller


La sous-culture antisémite génère un lot inépuisable de « pseudo-historiens », plus ou moins délirants, accréditant la thèse d'un complot juif mondial. On connaît le célèbre faux des Protocoles des sages de Sion, dans lequel de soi-disant dirigeants des communautés juives, réunis en conclave secret, expliquent comment assujettir en douceur l'humanité entière.

Certains ourdissent cependant des scénarios encore plus tortueux. Une théorie antisémite particulièrement aberrante circule dans la nébuleuse ésotérico-occultiste du new age depuis les années 1990. L'idée centrale se résume à une supputation : les Juifs sont les complices privilégiés d'une secte extraterrestre qui opère depuis plus de quatre mille ans une colonisation rampante. Tel est le scénario exposé notamment dans le « Livre jaune », une sorte d'almanach des sous-cultures occultistes, disponible sur Internet et dans les librairies ésotériques, qui connaît chaque année une réédition actualisée et rencontre un large succès. Selon l'opuscule diffusé dans le monde entier, les extraterrestres ont entrepris la colonisation de la planète via une société secrète : les Illuminati... Le terme fait référence aux Illuminés de Bavière, une organisation paramaçonnique révolutionnaire fondée le mai 1776 à Ingolstadt par Adam Weishaupt (1748-1830). Mouvement de libres-penseurs arc-boutés sur la défense des Lumières et hostiles à toute forme de despotisme, l'Illuminate-norden (ordre des Illuminés) influence une partie de la franc-maçonnerie. Il est interdit par le gouvernement de Bavière en 1785. Son existence réelle s'avère donc relativement brève. Mais pour un grand nombre d'auteurs évoluant dans la sphère sous-culturelle du « conspirationnisme », les Illuminati constituent un mot de passe récurrent. L'appellation désigne actuellement un groupe fermé de dirigeants qui entend instaurer un « nouvel ordre mondial » sous domination extraterrestre... Dans cet écheveau, les Juifs occupent une place privilégiée. Ils sont alliés à l'envahisseur. Ce sont les « vassaux » des aliens... La thèse est à la fois monstrueuse et farfelue.

Mais il y a plus baroque encore... En France, un journaliste proche de l'extrême droite, de tendance nationaliste catholique, a commis en 1974 un ouvrage sidérant, dont le titre résume la teneur : « Les Juifs de l'espace ».

D'emblée, Marc Dem s'interroge : « Pourquoi les Juifs, pendant des millénaires, ont-ils toujours été haïs, méprisés, persécutés ? Pourquoi des peuples et des régimes aussi différents que ceux de saint Louis et de l'Allemagne d'Hitler se rencontrent-ils, à sept siècles de distance, sur un point de doctrine : les Juifs doivent disparaître ? » La problématique parait terriblement tendancieuse. L'auteur veut-il se livrer à une analyse historique de l'antisémitisme? En aucune façon. Observant qu'il n'existe pas selon lui de « race juive », que l'on trouve des Juifs athées ou religieux, et que le « judaïsme » fait l'objet de nombreuses gloses souvent divergentes, Marc Dem expose ce qu'il nomme « l'énigme » juive : « Un Juif, on ne sait pas ce que c'est, et pourtant ça existe. »

De même, Marc Dem ne comprend pas pourquoi la Bible est depuis toujours un best-seller: « Quel intérêt particulier présente donc l'histoire des tribus d'Israël pour qu'elle garde la vedette si longtemps » La clef, c'est Yahweh - qu'il écrit YHWH -, un personnage équivoque que l'on présente généralement comme le Dieu de la Bible. Pour Marc Dem, le soi-disant créateur n'a rien de divin. Il n'est qu'un « voyageur de l'espace ». Ce refrain rappelle l'antienne des « astroarchéologues ». Marc Dem diverge toutefois des récits « pseudo-historiques » affirmant que l'homme a été créé en laboratoire par des extraterrestres. Dans sa trame, l'audacieux savant YHWH a certes créé sur terre un peuple expérimental à partir de gènes extraterrestres... mais il y avait déjà des hommes sur Terre. YHWH a donc enclenché un processus de colonisation, en établissant une souche alien. Notre planète sert ainsi d'incubateur à une espèce non humaine. Dès lors, pour l'auteur, « tout » s'éclaire : « Les Juifs ne sont pas de cette terre et c'est pourquoi ils ont toujours été opprimés par les autres hommes, comme il arrive dans les greffes d'organes, en vertu d'un phénomène de rejet. »

Les Juifs sont-ils donc des extraterrestres qui évoluent parmi les humains depuis des milliers d'années ? Marc Dem se montre catégorique : « Les Juifs viennent de l'espace et ils y retourneront. » Tout au long du livre, l'auteur décrit longuement les prouesses de YHWH. Il démontre que l'arche de Noé n'était qu'un vaisseau hôpital destiné à préserver quelques spécimens sains pour mieux détruire une première version ratée du peuple juif. Il narre que la totalité des miracles divins s'explique par la technologie extraterrestre. Il réinterprète l'Ancien Testament de fond en comble, pour le transformer en un roman de science-fiction.

Puis il se mue soudain en un devin catastrophiste. YHWH est parti il y a bien longtemps. Il a abandonné le peuple juif après avoir édicté des règles sanitaires et religieuses visant à le séparer des autres nations pour garantir la pérennité de l'observation scientifique. Marc Dem affirme toutefois que le visiteur des étoiles s'apprête à revenir. Pire, il apportera malheur et destruction : « Le retour du satellite va s'accompagner de terrifiantes secousses qui feront de la planète - la nôtre - un immense brasier, un champ de décombres. » L'auteur des « Juifs de l'espace » évoque même une « opération planète morte ». Mais pourquoi YHWH nourrirait-il un tel courroux ? Il nous reproche d'avoir développé une civilisation qui se rapproche de son niveau technologique. Malgré nous, nous le menaçons. Il ne supporte pas la concurrence... et la punition devrait intervenir au tout début du XXIe siècle : « Il n'y a plus d'espoir pour la Terre, désert couvert de la putréfaction des cadavres. »

Seuls survivront... les Juifs, puisqu'ils ne sont pas Terriens. Ils repartiront in extremis vers la planète dont ils sont lointainement originaires : « Avant que le chaos ne soit totalement établi sur la Terre, avant que le dernier Gentil ne crève, touché par une radiation mortelle ou pour avoir bu l'eau amère de l'étoile Absinthe, les Juifs auront été sauvés », conclut Marc Dem.

Le compte à rebours est enclenché. Pour l'auteur, il a été lancé le 2 novembre 1917, avec la publication de la déclaration Balfour, qui envisageait la création d'un « foyer national juif » en Palestine. Le rassemblement du peuple juif en Israël prouve ipso facto que le cataclysme arrive. Israël est en effet un lieu de rendez-vous. YHWH a décidé de rassembler son peuple pour un futur exode spatial.

Catholique traditionaliste, Marc Dem évoque par ailleurs la question de Jésus. Le Christ a tenté en vain de contrecarrer les plans de YHWH. C'est pourquoi il a été liquidé par les extra-terrestres, qui bénéficient par ailleurs d'une milice secrète : les Templiers.

On peut rire ou pleurer d'un charabia aussi délirant. Seule demeure une question taraudante : qui est exactement Marc Dem ? Le livre « Les Juifs de l'espace » s'accompagne en 1974 d'une courte notice biographique. Nous apprenons que l'auteur est né à Douai en 1926 dans une vieille famille flamande. Après des études de lettres et de philosophie scolastique, il a enseigné au Moyen-Orient, puis au Sénégal. Il est ensuite « parti à l'aventure » en Amérique latine en 1956, avant de se consacrer au journalisme. Un résumé particulièrement succinct...

En réalité, Marc Demeulenaere se présente comme un personnage complexe. Il se fait connaître sous le nom de Marc Dem, mais a également publié des romans policiers dans la collection « Le Masque », sous celui de Marc Demwell. Ancien séminariste, il a enseigné le français, le latin et le grec au Liban, au Sénégal puis en Colombie. De retour à Paris, il a travaillé pour la Fédération du Bâtiment dans les années 1970. Journaliste, il a signé de nombreux articles dans des périodiques d'extrême droite, tels Minute ou Le Choc du mois.

Il apparaît principalement dans les années 1980 et 1990 comme un défenseur de l'intégrisme catholique. Il publie notamment de 1990 à 1997 la lettre confidentielle hebdomadaire Iota Unum, qui défend les thèses traditionalistes de Monseigneur Marcel Lefebvre, lui-même proche de l'extrême droite. Il meurt le 2 avril 1997.

En exergue des "Juifs de l'espace", Marc Dem écrit : « Les intentions de l'auteur ne sont pas de fournir quelque aliment que ce soit à l'antisémitisme. » Dont acte. Pourtant, quand un livre explique que les Juifs sont des aliens qui constituent ici-bas un corps étranger, que leur planète s'apprête à détruire la nôtre et qu'ils seront les seuls survivants, il est permis — au minimum —de douter d'une telle affirmation... « Pseudo-histoire » et « conspirationnisme » culminent parfois dans l'antisémitisme.

1 comment:

  1. Un maçon pas franc du collier

    Christophe Bourseiller est franc-maçon. Il est donc naturel de le suspecter de dissimuler la vérité. La dissimulation est une pratique maçonnique. D'ailleurs, à cause du secret qui règne dans cette secte d'affairistes ambitieux et des réseaux qui permettent de constituer de quasi-mafias, la franc-maçonnerie est devenue une redoutable machine à manigancer ou comploter. Pierre Marion, numéro 3 de la GLNF, quand il a démissionné de cette obédience, reconnaissait que ce à quoi il avait adhéré était devenu quelque chose de tout à fait incontrôlable.

    ReplyDelete