Thursday, February 25, 2016

Pédophiles, racistes et cannibales


Peau humaine et calottes crâniennes utilisées dans les rituels secrets du Ve dalaï-lama. 
(source Le Manuscrit d'Or


Les méthodes enseignées par le lamaïsme permettraient de créer un homme nouveau, un surhomme maîtrisant huit grands siddhi qui confèrent :

- le pouvoir de vaincre avec une épée magique,
- le pouvoir de découvrir les trésors cachés,
- le pouvoir de se déplacer très rapidement sans se fatiguer,
- la faculté de se rendre invisible,
- le pouvoir de transmuer les métaux en or et d'acquérir la jeunesse éternelle,
- le pouvoir de voler,
- la faculté d'aller n'importe où sur terre en un instant,
- le pouvoir sur le monde des esprits et des démons.

Pour devenir un maître accompli du tantrisme tibétain, les lamas exigent une longue purification préliminaire. Les néophytes doivent accomplir de nombreux exercices afin d'obtenir la qualification exigée par le lamaïsme. C'est un entraînement qui comprend quatre ou neuf pratiques principales. Chacune de ces pratiques est répétée cent mille fois. Les élèves des écoles Nyingma et Bön se livrent à neuf pratiques purificatrices préliminaires pour transformer leur esprit, c'est-à-dire qu'ils doivent totaliser près d'un million d'exercices spirituels.

Les neuf pratiques préliminaires des Bönpo

La pratique du gourou yoga est une visualisation du maître de la lignée bénissant le corps, la parole et l'esprit du disciple qui l'a invoqué.

La pratique des neuf réflexions sur l'impermanence (perte des biens, vieillesse, mort, état post-mortem, etc.).

La pratique de purification est une visualisation d'un Bouddha du panthéon lamaïste et la récitation de son mantra de cent syllabes.

On se prosterne cent mille fois devant l'image des maîtres de la lignée tout en récitant la formule de refuge. On prend refuge dans les Bouddhas, les maîtres et aussi les statues, stupas et textes sacrés...

L'offrande du mandala et la récitation de trois mantras sont particulièrement prisées pour compléter le programme de purification de l'adepte.

L'offrande de son corps est nommée « Tcheu » (la découpe). L'adepte visualise son propre corps dépecé et mis à cuire dans un chaudron afin d'alimenter toutes les créatures des six royaumes du samsara et les êtres des huit classes (démons compris). Cette visualisation morbide est répétée cent mille fois.

Après un long séjour dans un monastère de l'école kagyu du bouddhisme tibétain, l'anthropologue Marc Bosche s'interroge :

« Que pouvons nous déduire des pratiques répétitives du bouddhisme de tradition himalayenne, en particulier des mantras, des prières, des supplications au gourou, ou des préliminaires ? Cette répétition (des dizaines de milliers de fois, jusqu'à cent mille, voire un million pour le mantra de Chenrezig) est-elle toujours compatible avec l'idée de créativité, de richesse culturelle, de variété et de découverte ? N'y a-t-il pas là quelque chose qui peut éventuellement réduire cette ouverture et cet appétit d'apprendre et de connaître ? […]

Et dans les retraites du tantrisme bouddhique, la question se pose de l'intensité des pratiques répétitives. Quatre sessions de (3 heures chacune) de rituel quotidiennes (comportant ces nombreuses répétitions de mantras, de gestes ou de prières), plus le rituel collectif (protecteur courroucé) du soir rendent sans doute restreint le temps de la contemplation et des activités personnelles. »

Une doctrine secrète immorale et criminelle

Les pratiques préliminaires ont pour but d'éradiquer les désirs grossiers, de brider l'égoïsme, de réduire l'attrait du monde et d'inculquer une morale religieuse. Ce formidable conditionnement transforme le plus grand nombre des pratiquants en dévots dociles, mais il n'affecte pas des « élus » qui, parvenus aux initiations supérieures, adoptent une doctrine totalement immorale. Doctrine qui enseigne exactement le contraire de ce que soutenait l'ascétisme bouddhique. Par exemple, la pédophilie est une pratique préconisée par les rites secrets des initiés lamaïstes, c'est même une sorte de devoir sacré.

Un lama tibétain, spécialiste des rites de Kalachakra, écrit :

« Le rite commence avec des fillettes de 10 ans. Jusqu'à leur vingtième année, les partenaires sexuelles représentent des vertus positives. Au-delà, elles comptent comme porteuses d'énergie de colère, de haine, etc. et comme femmes-démons. Dans les étapes initiatiques de 8 à 11 du tantra de Kalachakra, l'expérimentation se fait avec une « seule » femme. Pour les étapes de 12 à 15 appelées le Ganashakra, 10 femmes participent au rite aux côtés du maître. L'élève a le devoir d'offrir les femmes comme « présents » à son lama. Les laïcs se faisant initier doivent amener leurs parentes féminines (mères, sœurs, épouse, filles, tantes, etc.). En revanche, les moines ayant reçu la consécration ainsi que les novices peuvent utiliser des femmes de diverses castes qui ne sont pas leurs parentes. Dans le rite secret lui-même, les participants font des expériences avec les semences masculines et féminines (sperme et menstruation) ; les femmes ne sont pour l'initié masculin que des donneuses d'énergie et leur rôle cesse à la fin du rite ».
(Gen Lamrimpa, « Transcending Time, an explanation of the Kalachakra Six-Session », cité par E. Martens.)

Pourquoi le dalaï-lama, les dignitaires du lamaïsme et les grands initiés de Kalachakra et de ses arcanes criminels ne sont-ils pas interdits de séjour dans les pays qui punissent pénalement la pédophilie, le racisme, le cannibalisme ? 

Nous avons vu que la pédophilie est bien réelle dans certains rites secrets du lamaïsme. Le racisme est particulièrement présent dans le l'idéologie guerrière des lamas qui déclarent que les musulmans sont les ennemis de Shambhala et du dharma. Quant au cannibalisme, on le trouve dans plusieurs textes et notamment le tantra de Kalachakra.

Le kalachakra Tantra, " La Roue du Temps ", est le texte le plus sacré du bouddhisme tibétain. Selon la légende, sa rédaction est attribuée au premier roi du royaume mythique de Shambhala. Ce texte fondamental a été traduit en français. Il est distribué dans toutes les grandes librairies. Certains libraires, peu attentifs au contenu des livres qu'ils vendent, l'ont mis à côté de délicats textes religieux empreints de poésie mystique. Pourtant, le chapitre six du texte sacré des bouddhistes tibétains comprend un traité d'alchimie et de démonologie qui n'a rien de poétique. En effet, La strophe 125 évoque un recette de sorcellerie peu ragoûtante. Il est écrit :

"La consommation de matière fécales et d’urine, de sperme et de sang menstruel, mélangés à la chair humaine, prolonge la vie. Ce sont les cinq ingrédients qui entrent dans la composition des pilules de nectar".

D'après les lamas, c’est le Bouddha lui-même qui aurait expliqué comment préparer et utiliser ces ingrédients pour rajeunir, supprimer toutes les maladies, mettre fin aux difformités corporelles…

De nos jours, des lamas distribuent parfois ces " pilules de nectar " à leurs élèves les plus zélés. C'est une faveur rare, toujours appréciée comme une grâce. Toutefois, le lama Kelsang Gyatso, entré dans la dissidence qui ébranle l’école Gelug, recommande de ne pas consommer ces pilules fabriquées avec des substances impures, telles que de l’urine et des excréments. Kelsang Gyatso ne croit pas que tous les lamas peuvent transformer de répugnants ingrédients en nectar thérapeutique. Mais la majorité des adeptes du lamaïsme pensent que Kelsang Gyatso est un séditieux qui cherche à saper l'autorité du dalaï-lama.

La sorcellerie est présente dans beaucoup d'autres textes religieux tibétains. Le Hevajra Tantra, particulièrement vénéré par les Sakyapa, indique les mantras utilisés pour les principales catégories de rites magiques. Des rites qui ignorent totalement la moralité et la compassion bouddhiques.

Les rites des lamas de haut rang permettraient d'obtenir le pouvoir :

- d'ensorceler ;
- d'arrêter les actions d'autrui, de les pétrifier ;
- de séparer deux amis, des parents, des amoureux, etc., et de créer de l'animosité entre les gens ;
- de faire fuir les ennemis, de les faire tomber en disgrâce, de détruire les habitations des ennemis ;
- de tuer ou de blesser les ennemis au moyen de pratiques en apparence inoffensives...

Ainsi des lamas, qui prétendent adhérer à la doctrine du renoncement du Bouddha, pratiquent secrètement un occultisme profondément immoral et criminel.

Mandala Matrix

Dans « Mandala Matrix » Marc Bosche se livre à une réflexion qui enchantera les newagers amateurs de technicité psychique :

« Je pensais rencontrer un monde psychique et spirituel, antique, ancien et hiératique pendant ma retraite spirituelle. Il est en effet apparu au début, un peu comme un décor, une toile peinte : les yidams, les mandalas et les formules des mantras apparaissant un peu en trompe l’œil comme aux avants scènes. Puis c'est - derrière - un autre monde qui s'est invité, comme s'il était une réalité plus active et efficiente, se " servant " de ces images traditionnelles et figées du bouddhisme himalayen.

Ce monde, qui s’est avéré au final prédateur et exploitif, n'avait rien d'antique, de vieux ou de traditionnel. Il m'est apparu comme ultra moderne selon nos critères, un monde de technologies sophistiquées venues de " mondes " parallèles aux nôtres. Il était doté de sciences appliquées psycho somatiques subtiles agissant "par osmose". Elles servaient en particulier à prélever nos énergies subtiles, les échantillonnant par qualités.
Ces activités subtiles étaient dotées de " feed back " (capacités de rétroaction), de coordination et d'auto contrôle cybernétique, etc.

Il m'a semblé que ce monde psychique du tantra bouddhiste n'est pas seulement peuplé de vieux "démons" ou de vieilles "dakinis" rouges, mais mu par des activités de technologies, inconcevables encore pour nous, qui prélèvent notre vitalité subtile, nos énergies de conscience et de vie de manière rationnelle et organisée. Ces activités ne nous renvoient des leurres yoguiques et des images tantriques toutes faites que pour mieux brouiller les pistes, comme pour mieux se cacher derrière. Le monde tantrique serait habité par une réalité technologique subtile, une bio science exploitive venue d'autres mondes, d'autres dimensions imperceptibles de l'expérience consciente et collective, dont nous n'avons encore aucune idée.

Nous ne serions ainsi pas seulement le "bétail des dieux", comme l'écrit le voyageur tantrika Daniélou. Nous ne serions pas seulement le bétail humain trait pour le lait de notre vitalité et de nos énergies subtiles. Nous serions aujourd’hui dans une sorte d'élevage industriel imperceptible, dont les clôtures barbelées nous sont invisibles, reliés à des dimensions peuplées de collectivités inaccessibles. Leurs activités autonomes s'installeraient progressivement et perceptiblement dans les canaux et plexus subtils à l’intérieur du corps, en particulier lors de l'adhésion au tantra et de l'ouverture dévotionnelle.

Comme vous le voyez personne ne pourra y croire un seul instant, en-deçà de la faculté imaginative suscitée par l’évocation littéraire. Il est impossible de le prouver ou d'en apporter la moindre présomption de preuve. De plus je ne suis pas sûr des limites, ni des enjeux réels de ces phénomènes s'ils existent, ni qu'ils soient strictement limités au monde tantrique. En particulier l’éveil spontané de la kundalini s’apparente aussi à ces phénomènes en terme de symptômes perçus. Il est donc bien difficile chez un tantrika de différencier les activités subtiles qui ressortissent de l’ouverture à sa lignée de lamas, et ce qui est dû à l’activation autonome et universelle de la kundalini en lui. »

Ouvrages consultés :

Tantra de Kalachakra  

Un exemplaire de cette édition du Tantra de Kalachakra, contenant des recettes de la sorcellerie des lamas, est vendu au prix de 440 €. Cette édition est rare. Les amis du dalaï-lama préfèrent éditer de nouvelles versions édulcorées de ce texte fondamental du Vajrayana magique et guerrier.

18 comments:

  1. Hum, je crois que je vais attendre encore un peu, moi, avant de m'engager dans la finalement-pas-si- placide-que-ça voie du bouddhisme.

    ReplyDelete
    Replies
    1. Anonymous8:36 PM

      Comme le dit un proverbe tibétain : "1000 moines, 1000 religions"
      Faites-vous la vôtre !

      Delete
  2. Anonymous11:38 AM

    Cette voie, la tibétaine est à mon avis bien plus affiliée aux pratiques shamaniques Bön, religion pratiquée chez les tibétains depuis la nuit des temps. Que le Bouddha lui-même l'ait initié tient plus de la légende que de la réalité. Il y a deux voies bien distinctes dans le bouddhisme: L'hynayana, tirée directement des enseignemùents du Bouddha historique, Gautama, pratiquée dans l'Asie du sud-est & le Mahayana, pratiquée principalement au Tibet. UIl me semble, après avoir pratiqué la première, qui n'a aucune de ces pratiques & qui se recentre sur l'essentiel: La connaissance de soi & du monde, que le Mahayana, pratiquée localement, n'est qu'une perversion de la première. A bon entendeur...

    ReplyDelete
  3. Je trouve toutes ces histoires de mondes dont nous n'avons pas idée ni conscience (mais l'auteur lui sait sans doute de quoi il parle ?), de frontières invisibles, de super-technologies d'une autre dimension totalement dépourvues de crédibilité et elles desservent le propos qu'elles prétendent étayer.
    L'enseignement du Bouddha historique invite à ne pas adhérer à des croyances, à porter son analyse et son intelligence sur toutes les propositions de cet enseignement même. Un peu de raison dans les propos ne nuirait pas me semble-t-il.

    ReplyDelete
  4. This comment has been removed by a blog administrator.

    ReplyDelete
  5. This comment has been removed by a blog administrator.

    ReplyDelete
  6. Anonymous10:00 AM

    Les pratiques occultes et perverses du lamaïsme sont prisées par les maîtres pédophiles de ce monde.

    Où sont les 10 000 enfants immigrés et isolés kidnappés depuis le début du phénomène migratoire?

    Les occultistes au pouvoir (la mystérieuse gouvernance mondiale annoncée par MINC) contrôlent des réseaux pédophiles.

    ReplyDelete
  7. Anonymous10:39 AM

    Les rituels secrets des tantras "supérieurs" du bouddhisme tibétains sont SATANIQUES ! Le succès de la secte du Dalaï Lama dans l'Occident chrétien c'est la revanche de SATAN !

    ReplyDelete
  8. Anonymous10:58 AM

    Recommandation :
    Les bouddhistes repentis ou victimes d'infestations devraient brûler leurs accessoires rituels (les pratiquants du Tcheu tibétain utilisent des instruments de musique diaboliques faits avec des crânes et des fémurs humains).
    Ils devraient recourir à l'exorciste diocésain (certains ont un véritable pouvoir contre les esprits démoniaques).

    ReplyDelete
  9. Anonymous11:08 AM

    Merci pour l'info !
    Mon erreur de jeunesse (époque de pleine bouddhamania) m'avait fait acheter le tantra de Kalachakra. D'après de prix affiché dans votre article et si un amateur me l'achète, je pourrai m'offrir un séjour d'une semaine dans un palace marocain, c'est la basse saison en ce moment.

    ReplyDelete
    Replies
    1. aaah ,d'accord ,t'etais un bouddhamane et puis t'as raccroche ,curieux quand meme que les plus enrages soient toujours les convertis recents ,c'est pas parce que t'aimes plus la clope qu'il faut en degouter les autres ,je ne sais pas quant a moi si bruler ce qu'on a adore est un gage systematique d'honnetete intellectuelle ou si ca consiste juste a echanger un fanatisme contre un autre ,plus confortable sur le moment ,mais apres tout ,chacun son vice...,du moment que ca fait du bien

      Delete
  10. Anonymous11:33 PM

    Mardi dernier, CHERIE 25 (!) a diffusé un film de 2006 : "Chronique d'un scandale". Curieux, mais la relation entre prof de collège et élève de 15 ans passe mieux la rampe, je trouve, entre une enseignante et un adolescent de vingt ans son cadet que dans le sens inverse. Surtout lorsqu'il s'agit de Cate Blanchett - affublée d'un mari de vingt ans son aîné - et de Andrew Simpson !
    https://www.youtube.com/watch?v=vEGIZKrVoqw
    Et puis, nous n'en sommes plus à "Mourir d'aimer" - Gabrielle Russier (1937-1969), si tu nous écoutes... - mais les "Risques du métier" (1967) sont pourtant réels...

    ReplyDelete
  11. Encore des tarés qui se font prendre dans les filets des illusions ... je dirais que rien ne change même si tout change, question de point de vue ^^

    ReplyDelete
  12. Encore des tarés qui se font prendre dans les filets des illusions ... je dirais que rien ne change même si tout change, question de point de vue ^^

    ReplyDelete
  13. Anonymous11:46 PM

    J'espère que les "trolls", "comments removed" et autres euphémismes pour le vilain mot de CENSURE, sont précieusement conservés par Monsieur l'Administrateur qui nous les resservira un jour dans un post SPECIAL BÊTISIER (sinon, ce serait par trop frustrant... ). Pauvre Phil Perri, par exemple, qui croyait tenir un "scoop" : le péri-scoop.

    ReplyDelete
    Replies
    1. Bonjour,
      Un SPECIAL BÊTISIER ? Pourquoi pas à condition de trouver plus de bêtise que de méchanceté dans les "trolls".
      Vous constatez que Z.Z. a envoyé 2 x son commentaire. Le doublon a été laissé afin de vous permettre de comprendre que Phil Perri a envoyé à 3 reprises le MÊME commentaire, 2 ont été supprimés. Comme vous, nous sommes restés sur notre faim, sa récusation des super-technologies (hypothèse de Marc Bosche) est trop succincte.

      Delete
  14. Oui les tibétains (et les autres) font n'importe quoi sous prétexte de spiritualité mais il y'a dans ce texte un soupçon d’ethnocentrisme. Je ne suis pas sûr que racisme (ou xénophobie?), sexisme et pédophilie aient un sens dans la culture himalayenne. Systématiser une pratique spirituelle est le moyen le plus sûr pour la foutre en l'air. Croisons les doigts pour que toutes les supérettes ne s'approvisionnent pas au marché du bas-astral.

    ReplyDelete
  15. http://realbouddhisme.jimdo.com/don-au-comit%C3%A9-nobel/

    ReplyDelete