Thursday, February 11, 2016

Comment parvenir à la sagesse ?


Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères, quitte son poste. François Hollande l'a nommé mercredi (10 février 2016) à la présidence du Conseil constitutionnel, le prétendu Conseil des sages de la République française.


L’élite véritable ne peut se contenter de détenir un savoir théorique ; elle doit tendre à la réalisation métaphysique des états supra-humains ; elle doit être reliée au « Centre ».

D
ans un remarquable livre consacré à René Guénon, Erik Sablé résume en quelques lignes un parcours qui conduit à la réalisation spirituelle et à la véritable sagesse :

"Selon les Lois de Manou, qui sont l'un des fondements de la législation des brahmanes, la prière à voix basse est dix fois supérieure au rituel : si elle est murmurée, elle est cent fois supérieure enfin, dite mentalement, elle est mille fois préférable.

Au cours de la pratique, le méditant (sadhak) verra des couleurs intenses. Elles correspondent à l'essence des quatre éléments qui composent toutes les formes matérielles. La vision de ces couleurs, lorsqu'elle se prolonge, est l'indice que l'individualité est en train de se défaire. Cela fait partie du processus de la « mort initiatique ». Le sadhak peut aussi avoir la vision de jardins de fleurs, de palais. de montagnes. de temples d'or, etc., ou bien entendre des sons qui ne sont pas issus du monde des sens : ils naissent dans le centre du cœur et accompagnent le processus d'intériorisation. [...] Le « sens de l'ego » tend à s'effacer. Il éprouve un grand désir de solitude. Une paix profonde l'habite. Autant de signes qu'il vit une transformation de tout son être.

Et un jour se produit une rupture et la conscience se renverse l'esprit se retrouve complètement absorbé à l'intérieur de lui-même : les sensations du monde extérieur ne lui parviennent plus. l'esprit est parfaitement clair, unifié, plongé dans un état de plénitude. Cet état d'absorption intérieur est ce que les Yoga-Sutras de Patanjali nomment le samadhi. Tout d'abord, le disciple expérimente cet état d'absorption un bref instant, puis durant des périodes de plus en plus longues. Enfin, il arrivera à le maîtriser et pourra retrouver cet état à volonté. Cette expérience correspond au « sens de l'éternité », à la réintégration au centre de l'être humain. « L'être qui l'a acquise la possède désormais d'une manière permanente et immuable, et rien ne saurait la lui faire perdre ; il lui suffit de se retirer du monde extérieur et de rentrer en lui-même, toutes les fois qu'il lui convient de le faire, pour retrouver toujours. au centre de son propre être, la véritable "fontaine d'immortalité." » (René Guénon, » Aperçus sur l'initiation ») À partir de ce moment, le disciple peut découvrir une multitude de « mondes célestes », de « Terres de béatitude ». Ce sont autant d'étapes sur le chemin, qui amènent chaque fois un sentiment de liberté plus grand.

Mais ces myriades d'états spirituels ne sont encore que des prisons pour le « fidèle d'amour », le disciple habité par une soif véritable de la « Seule Réalité », de l'éternité, de l'« Unité ». Un jour ces phénomènes cessent et le yogi plonge dans l'océan de la divinité inconditionnée ; alors la multitude des univers grossiers et subtils, avec forme ou sans forme, ne sont plus pour lui que des ombres sans consistance, car Dieu seul existe réellement. « La "Délivrance" (Moksha ou Mukti), c'est-à-dire cette libération définitive de l'être [...], qui est le terme ultime auquel il tend, diffère absolument de tous les états par lesquels cet être a pu passer pour y parvenir, car elle est l'obtention de l'état suprême et inconditionné, tandis que tous les autres états, si élevés qu'ils soient, sont encore conditionnés, c'est-à-dire soumis à certaines limitations. » (René Guénon, « L'Homme et son devenir selon le Védanta ».)"

Erik Sablé



La véritable élite

"Une élite véritable [...] ne peut être qu'intellectuelle
(c'est-à- dire connectée à la Réalité, au Centre) ; c'est pourquoi la "démocratie" ne peut s'instaurer que là où la pure intellectualité n'existe plus, ce qui est effectivement le cas du monde moderne ». Cela signifie qu'une société harmonieuse doit être dominée par des êtres de spiritualité. Ils constituent la seule véritable élite car une société « normale », traditionnelle, doit se fonder sur le spirituel..." (selon René Guénon)








5 comments:

  1. Anonymous9:28 AM

    " L’institut GfK a réalisé pour «l’Obs» un classement exclusif des meilleures ventes d'essais et d'ouvrages de fiction sur les cinq dernières années. Premier enseignement, au top des ventes, on trouve les prescripteurs de nouvelles voies vers le bonheur et la spiritualité : Frédéric Lenoir, Christophe André, Pierre Rabhi, Alexandre Jollien et Mathieu Ricard...

    A côté de quelques philosophes ou essayistes à l’ancienne – Erik Orsenna, Jacques Attali, Michel Serres, André Comte-Sponville –, on constate aussi la percée des auteurs à fort potentiel polémique, Michel Onfray, Eric Zemmour et (assez loin derrière) Alain Finkielkraut. En revanche, BHL et Alain Minc, valeurs sûres des années 1980 et 1990, s'écroulent. " extrait d'un article du NOUVEL OBS de cette semaine, n° spécial : Les intellos et l'argent.
    P.S. : Je ne suit ni robot, ni troll, ni pirate !

    ReplyDelete
    Replies
    1. Anonymous11:42 AM

      Les éditeurs veulent gagner de l'argent, ils éditent des livres racoleurs. Nous sommes loin du cheminement héroïque et solitaire qui conduit à la Libération. Les lecteurs d'aujourd'hui recherchent ce qui permet d'améliorer leur petit bien-être et leur sacro-sainte harmonie corps-esprit, de préférence à deux à trois ou à plus. Ils achètent alors de pseudo-textes tantriques. On médite mieux en groupe surtout s'il y a de jolies tantrikas. Les livres tantriques (tant triques) ne déplaisent pas à Onfray, l'hédoniste libertaire.
      Je ne suis pas droll mais je ne suis pas un troll.

      Delete
  2. Anonymous11:00 AM

    A l'exception de Pierre Rabhi (le bonheur dans la simplicité), les autres participent plus au spiritualisme frelaté et commercial qu'à la spiritualité libératrice : Frédéric Lenoir, Christophe André, Alexandre Jollien, Mathieu Ricard...

    ReplyDelete
  3. Anonymous11:06 AM

    Fabius le lieutenant de Satan :
    http://www.egaliteetreconciliation.fr/Les-dessins-de-la-rentree-19884.html

    ReplyDelete
  4. Anonymous1:15 PM

    La mise au placard - certes, placard doré - de Laulau, à 69 ans, s'explique sans doute aussi par une mise à l'écart des affaires, au moment où son fils, Thomas FABIUS, est placé en examen...
    Les victimes d'une autre affaire, celle du sang contaminé, s'excusent de ne pas être en mesure de s'associer au concert d'éloges "pour l'ensemble de la carrière" du consul.

    ReplyDelete