Wednesday, February 10, 2016

Un conspirationniste nommé René Guénon


Aujourd'hui, René Guénon, dont l'œuvre a marqué plusieurs artistes et écrivains : André Breton, Antonin Artaud, René Daumal, Paul Ackerman, Raymond Queneau..., serait qualifié de « complotiste ».




"Chose assez curieuse, écrit René Guénon, le sceau officiel des États-Unis figure la Pyramide tronquée, au-dessus de laquelle est un triangle rayonnant qui, tout en en étant séparé, et même isolé par le cercle de nuages qui l’entoure, semble en quelque sorte en remplacer le sommet ; mais il y a encore dans ce sceau, dont certaines des organisations « pseudo-initiatiques » qui pullulent en Amérique cherchent à tirer un grand parti en l’expliquant conformément à leurs « doctrines », d’autres détails qui sont au moins étranges, et qui semblent bien indiquer une intervention d’influences suspectes : ainsi, le nombre des assises de la Pyramide, qui y est de treize (ce même nombre revient d’ailleurs avec quelque insistance dans d’autres particularités, et il est notamment celui des lettres qui composent la devise E pluribus unum), est dit correspondre à celui des tribus d’Israël (en comptant séparément les deux demi-tribus des fils de Joseph), et cela n’est sans doute pas sans rapport avec les origines réelles des « prophéties de la Grande Pyramide », qui [...] tendent aussi à faire de celle-ci, pour des fins plutôt obscures, une sorte de monument « judéo-chrétien."


L'empire des ténèbres

"On croit qu’il n’y a pas de gouvernance mondiale, c’est faux ! Il y a une forme de gouvernance mondiale sauf qu’elle n’est pas codifiée. Elle est empirique ! Elle est implicite ! Mais elle est décisive !" déclara Alain Minc le 26 septembre 2009 sur France Inter.

Il y a plus de 70 Ans, René Guénon dénonçait la gouvernance mondiale et son chef en ces termes :

« ...on voit déjà s’esquisser notamment, dans des productions diverses dont l’origine ou l’inspiration « contre-initiatique » n’est pas douteuse, l’idée d’une organisation qui serait comme la contrepartie, mais aussi par là même la contrefaçon, d’une conception traditionnelle telle que celle du « Saint-Empire », organisation qui doit être l’expression de la « contre-tradition » dans l’ordre social ; et c’est aussi pourquoi l’Antéchrist doit apparaître comme ce que nous pouvons appeler, suivant le langage de la tradition hindoue, un Chakravartî
(ou « monarque universel ») à rebours.

Ce règne de la « contre-tradition » est en effet, très exactement, ce qui est désigné comme le « règne de l’Antéchrist » : celui-ci, quelque idée qu’on s’en fasse d’ailleurs, est en tout cas ce qui concentrera et synthétisera en soi, pour cette œuvre finale, toutes les puissances de la « contre-initiation », qu’on le conçoive comme un individu ou comme une collectivité ; ce peut même, en un certain sens, être à la fois l’un et l’autre, car il devra y avoir une collectivité qui sera comme l’« extériorisation » de l’organisation « contre-initiatique » elle-même apparaissant enfin au jour, et aussi un personnage qui, placé à la tête de cette collectivité, sera l’expression la plus complète et comme l’« incarnation » même de ce qu’elle représentera, ne serait-ce qu’à titre de « support » de toutes les influences maléfiques que, après les avoir concentrées en lui-même, il devra projeter sur le monde. Ce sera évidemment un « imposteur » (c’est le sens du mot dajjâl par lequel on le désigne habituellement en arabe), puisque son règne ne sera pas autre chose que la « grande parodie » par excellence, l’imitation caricaturale et « satanique » de tout ce qui est vraiment traditionnel et spirituel ; mais pourtant il sera fait de telle sorte, si l’on peut dire, qu’il lui serait véritablement impossible de ne pas jouer ce rôle. Ce ne sera certes plus le « règne de la quantité », qui n’était en somme que l’aboutissement de l’« antitradition » ; ce sera au contraire, sous le prétexte d’une fausse « restauration spirituelle », une sorte de réintroduction de la qualité en toutes choses, mais d’une qualité prise au rebours de sa valeur légitime et normale ; après l’« égalitarisme » de nos jours, il y aura de nouveau une hiérarchie affirmée visiblement, mais une hiérarchie inversée, c’est-à-dire proprement une « contre-hiérarchie », dont le sommet sera occupé par l’être qui, en réalité, touchera de plus près que tout autre au fond même des « abîmes infernaux ».

Cet être, même s’il apparaît sous la forme d’un personnage déterminé, sera réellement moins un individu qu’un symbole, et comme la synthèse même de tout le symbolisme inversé à l’usage de la « contre-initiation », qu’il manifestera d’autant plus complètement en lui-même qu’il n’aura dans ce rôle ni prédécesseur ni successeur ; pour exprimer ainsi le faux à son plus extrême degré, il devra, pourrait-on dire, être entièrement « faussé » à tous les points de vue, et être comme une incarnation de la fausseté même. C’est d’ailleurs pour cela même, et en raison de cette extrême opposition au vrai sous tous ses aspects, que l’Antéchrist peut prendre les symboles mêmes du Messie, mais, bien entendu, dans un sens également opposé ; et la prédominance donnée à l’aspect « maléfique », ou même, plus exactement, la substitution de celui-ci à l’aspect « bénéfique », par subversion du double sens de ces symboles, est ce qui constitue sa marque caractéristique. De même, il peut et il doit y avoir une étrange ressemblance entre les désignations du Messie (El-Mesîha en arabe) et celles de l’Antéchrist (El-Mesîkh) ; mais celles-ci ne sont réellement qu’une déformation de celles-là, comme l’Antéchrist lui-même est représenté comme difforme dans toutes les descriptions plus ou moins symboliques qui en sont données, ce qui est encore bien significatif. [...]

La contre-initiation, « ...allant au rebours de l’initiation, par définition même, va par conséquent dans le sens d’un accroissement du déséquilibre des êtres, dont le terme extrême est la dissolution ou la « désintégration » dont nous avons parlé ; l’Antéchrist doit évidemment être aussi près que possible de cette « désintégration », de sorte qu’on pourrait dire que son individualité, en même temps qu’elle est développée d’une façon monstrueuse, est pourtant déjà presque annihilée, réalisant ainsi l’inverse de l’effacement du « moi » devant le « Soi », ou, en d’autres termes, la confusion dans le « chaos » au lieu de la fusion dans l’Unité principielle... […]



Les institutions et les "fonctionnaires" de l'empire sont des cadavres psychiques.

« ...il n’y aurait en somme extérieurement aucun moyen de distinguer la « contre-tradition » de la tradition véritable, et il faut bien, pour que les « élus » tout au moins ne soient pas séduits, qu’elle porte en elle-même la « marque du diable ». Au surplus, le faux est forcément aussi l’« artificiel », et, à cet égard, la « contre-tradition » ne pourra pas manquer d’avoir encore, malgré tout, ce caractère « mécanique » qui est celui de toutes les productions du monde moderne dont elle sera la dernière ; plus exactement encore, il y aura en elle quelque chose de comparable à l’automatisme de ces « cadavres psychiques » [...] et elle ne sera d’ailleurs, comme eux, faite que de « résidus » animés artificiellement et momentanément, ce qui explique encore qu’il ne puisse y avoir là rien de durable ; cet amas de « résidus » galvanisé, si l’on peut dire, par une volonté « infernale », est bien, assurément, ce qui donne l’idée la plus nette de quelque chose qui est arrivé aux confins mêmes de la dissolution. 




Il y aura un grand nettoyage

Nous ne pensons pas qu’il y ait lieu d’insister davantage sur toutes ces choses, conclut Guénon. Il serait peu utile, au fond, de chercher à prévoir en détail comment sera constituée la « contre-tradition », et d’ailleurs ces indications générales seraient déjà presque suffisantes pour ceux qui voudraient en faire par eux-mêmes l’application à des points plus particuliers, ce qui ne peut en tout cas rentrer dans notre propos. Quoi qu’il en soit, nous sommes arrivés là au dernier terme de l’action antitraditionnelle qui doit mener ce monde vers sa fin ; après ce règne passager de la « contre-tradition », il ne peut plus y avoir, pour parvenir au moment ultime du cycle actuel, que le « redressement » qui, remettant soudain toutes choses à leur place normale alors même que la subversion semblait complète, préparera immédiatement l’« âge d’or » du cycle futur. »




L'aveu d'Alain Minc le 26 septembre 2009 sur France Inter



7 comments:

  1. Anonymous8:51 AM

    La notion de "cadavres psychiques" permet de mieux comprendre l'autisme des politiciens complètement coupés du peuple.

    ReplyDelete
  2. Anonymous7:16 PM

    Des sites et des blogs complotistes sont complètement loufoques. Mais qu'on ne s'y trompe pas, c'est souvent une stratégie de tortillage de la véritable critique. Les crapules du Web, l'armée de trolls et de faux conspirationnistes font beaucoup d'efforts pour nuire aux sites qui proposent une analyse sérieuse des méfaits de l'inquiétante gouvernance mondiale évoquée par Alain Minc.

    ReplyDelete
  3. Anonymous7:29 PM

    J'écoute moi aussi parfois la radio.

    Le 7 novembre 2011, à l'émission Service Public de France Inter, le moine bouddhiste Matthieu Ricard et interprète du Dalaï-lama a dit : « On doit en arriver à une gouvernance mondiale ».

    ReplyDelete
    Replies
    1. Anonymous7:42 PM

      L'hyper présence médiatique de Matthieu Ricard ne colle pas avec un véritable cheminement spirituel.

      Matthieu Ricard appartient à l'école du maître tibétain Patrul (1808-1887) qui disait :

      « Ce ne sont pas des hommes que vous voyez, mais des fourbes :
      Ils ne vous parlent pas, ils vous mentent.
      Vous ne pouvez plus faire confiance à personne :
      Vivez donc seul, comme bon vous semble. (...)

      Cachez-vous, physiquement, en vous retirant dans les montagnes désertes ;
      Cachez votre parole, en parlant peu, en coupant tout contact ;
      Cachez votre esprit, en y regardant vos seuls défauts en face,
      Et vous serez ce qu’on appelle un « yogi caché ».

      Delete
  4. Anonymous7:04 PM

    C'est incroyable Alain Minc révèle l'existence d'un gouvernement mondial secret ("non codifié" dit-il, c'est-à-dire hors des lois démocratiques et ayant un pouvoir décisif = qui emporte la décision; décide, apporte des solutions et qui est déterminant). Cela ne donne pas tort à ceux qui affirment que les terroristes (Daesh et autres) sont au service de l'empire (américano-sioniste) afin d'annihiler le véritable islam.
    L'extraordinaire déclaration de MINC, c'est comme la 3ème tour qu'on a vu s'effondrer sans véritable raison le 11 septembre 2001, PERSONNE N'EN PARLE !!! Quel mépris du peuple de la part des journalistes et des politiciens. Et les gens payent la redevance TV pour se faire lobotomiser !!!

    ReplyDelete
    Replies
    1. Anonymous7:09 PM

      Minc, Attali, Fabius sont, de par leur origine, au service d'une cause qui ne concerne pas le bonheur des Français.

      Delete
  5. Anonymous12:50 PM

    Le véritable complot, c'est l'Existence elle-même par qui l'illusion se propage. Tous les aspects qui en découlent ne sont que des représentations mentales auxquelles il ne faut pas donner une grande importance. Le plus important consiste à être le spectateur qui regarde son propre spectacle.

    ReplyDelete