Wednesday, July 14, 2010

La Fausse Unité de la Noosphère


par Sébastien

La noosphère est un concept du jésuite Teilhard de Chardin pour exprimer la « conscience globale planétaire ». C’est l’objectif des fausses démarches spirituelles, ce qui prouve que le nouvel âge est une manipulation pour amener la conscience de l’humanité dans le filet d’une fausse unité planétaire – la prison ultime.

Il y a chez beaucoup d'entre nous cette nostalgie d'un temps passé où il existait une unité bien plus grande entre les êtres. C'est une vision floue, loin derrière nous, et peu d'individus sont prêts à fournir les efforts intérieurs nécessaires pour y retourner. Alors nombreux sont ceux qui se contentent des fausses solutions que leur donne le système et qui plaisent à leur ego paresseux, s'éloignant encore plus du but de leur aspiration.

C'est souvent cet espoir d'un retour à la Source qui pousse à prendre des drogues psychédéliques, une certaine soif – particulièrement aiguisée dans l'occident matérialiste – de sentir que l'on fait intimement partie de l'univers, que nous sommes tous connectés et que notre vie a un sens. Mais l'impatience de notre ego finit par nous rendre vulnérable à des illusions encore plus grandes.

Ken Kesey, de l'institut Tavistock spécialisé dans le contrôle social, disait ainsi que son régime quotidien de LSD, pendant sa participation dans les années 60 au bus psychédélique des Merry Pranksters, lui donnait l'impression que son âme fusionnait avec celle des autres membres du groupe. Il évoquait alors la noosphère, «l'enveloppe mentale de la Terre», conceptualisée par le jésuite Teilhard de Chardin.

Ce qui se passe en réalité dans le cas des drogues, c'est que l'on met volontairement notre âme sous la tutelle de l'égrégore – l'entité dans l'astral – derrière cette substance, qui nous montre sa propre réalité. Il est donc normal de se sentir connectés avec les autres âmes qui sont également sous son emprise, et dont les gestes et paroles en sont l'expression. Mais, étant déconnectés de nous-mêmes, ce n'est pas notre être intérieur que nous partageons.

Ces technologies occultes – que l'on pourrait nommer lucifériennes selon les termes de Steiner – ont inspiré un autre type de technologies, celles-là ahrimaniennes.
Lorsque Marshall McLuhan annonce en 1968 que « les ordinateurs sont le LSD du monde des affaires », il ne s'agit pas d'un jeu de mot mais d'une réalité étrangement concrète. Nombre d'ingénieurs du monde de l'informatique – de Apple à Microsoft – ont admis avoir pris certaines substances psychédéliques pour trouver de nouvelles idées. Internet semblerait donc être un produit de telles «inspirations».

Internet, justement, peut donner l'impression de combler ce besoin d'unité et de communication, et les technologies à venir – que ce soit ordinateurs de poche wireless ou réalité virtuelle – devraient continuer dans cette direction. Pourtant nous n'avons jamais été aussi éloignés les uns des autres et il semble que l'on ne sait plus se parler de cœur à cœur, mais seulement à travers des machines, ce qui nous fait devenir des machines nous aussi.

On peut parler et «s'informer» des heures durant sur le Web – tout comme on peut perpétuellement se promener dans les illusions de l'astral – mais, au final, nous restons dans le petit monde confortable de notre écho, choisissant ce qui nous plaît de croire, de plus en plus incapables de nous confronter avec la réalité des gens qui nous entourent, et donc de plus en plus éloignés d'une certaine objectivité. La distance physique causée par les «miracles» de la télécommunication empêchent de plus cet échange énergétique nécessaire au captage des énergies divines. Il est alors beaucoup plus difficile de sentir la vérité et d'accéder à des réalités plus subtiles.

Les implications de cette recherche illusoire d'unité vont beaucoup plus loin que la simple névrose personnelle. Plus les individus cherchent à se connecter en passant par des moyens extérieurs à eux-mêmes, plus ils nourrissent certains égrégores avec l'énergie de leur âme, plus ces égrégores deviennent puissants et ont de l'influence sur la réalité. Il en va de même pour Internet qui est en train de devenir «vivant» à force d'être nourri par des millions d'âmes.

Pour des promoteurs de la noosphère tels que José Arguëlles, fondateur d'un énorme mouvement spirituel autour du calendrier maya, la « technosphère » est un passage obligé pour passer de la biosphère à la noosphère. Cela signifie que c'est à travers des infrastructures telles que Internet que l'humanité va se mettre sur la même fréquence vibratoire et ensuite, ayant acquis des pouvoirs supra-psychiques tels que la télépathie, la technologie deviendra obsolète. Ou, plus vraisemblablement, le développement de la nanotechnologie – combinée avec la biotechnologie, la technologie de l'information, la science cognitive et la sociotechnologie – la rendra invisible.

Tout comme les technologies convergent vers un contrôle total de la matière, les égrégores de l'astral sont en train de s'unir en un seul égrégore planétaire, que l'on pourrait nommer Gaia. Les individus déconnectés de leur essence divine se trouvent graduellement absorbés par cet écho planétaire – la noosphère ou la Matrice – mus uniquement par un instinct de conservation et non par des valeurs spirituelles telles que la Vérité, l'Amour et la Liberté, même si ceux qui s'enferment dans cette prison collective, poussant les autres à les suivre, disent le faire « par amour ».

En s'ouvrant avec des drogues ou en restant hypnotisé devant des écrans, ces personnes se vident de leur âme jusqu'à devenir des canaux pour des forces supérieures – c'est-à-dire pour la hiérarchie négative qui contrôle l'humanité depuis des millénaires. Leurs pensées télépathiquement transmises par la noosphère, ils perdent toute individualité, bien que leur ego s'en trouve gonflé. Teilhard de Chardin parlait d'un processus d'homogénéisation et de dépersonnalisation (dans la fusion au point de convergence planétaire « Omega » qu’il identifiait au Christ alors que c’est le contraire !).

Ces personnes croient être libres mais, leur âme étant emprisonnée énergétiquement, leur choix se limitent à un certain cadre, que ce soit le binaire de l'informatique, l'astral des drogues (des pratiques new age) ou tout autre cadre à l'intérieur de ce monde.
Julian Huxley, fondateur de l'UNESCO, voyait ainsi la noosphère comme « l'union de l'humanité à l'intérieur d'un seul cadre de pensée ». Son frère Aldous, quant à lui, est responsable d'avoir répandu le culte du LSD dans les années 60. Ayant écrit « Le Meilleur Des Mondes », il connaissait bien l'avantage des drogues comme moyen de contrôle social.

Comme il n'y a pas de coïncidences dans le monde des élites, on notera aussi au passage que le grand-père de ces deux frères, le franc-maçon Thomas H. Huxley, était un grand défenseur des théories de Darwin et dédia sa vie à éliminer les thèses concurrentes.
La croyance en une évolution biologique progressive est un terrain nécessaire à l'implantation de la croyance en une évolution mentale (certains diront «spirituelle»), qui est à la base du concept de la noosphère. Cela justifie aussi l'idéologie de « l'évolution consciente » qui affirme que l'homme doit maintenant prendre en main son évolution biologique à l'aide de l'eugénisme et du génie génétique, plutôt que de la laisser au hasard de la nature. Une fois de plus, on voit comme cette «évolution spirituelle» qu'on nous promet est intimement liée à l'évolution technologique.

Pour revenir à ces personnes qui ont vendu leur âme au Diable en intégrant la hiérarchie négative, il faut tout de même se rendre compte que, même si leur libre-arbitre est réduit au strict minimum, ils ont potentiellement accès à toutes les informations de la noosphère et ont par conséquent un pouvoir énorme. Par contre, ceux d'entre nous qui cherchons cette information pour nous libérer, nous devons fournir des efforts surhumains pour y parvenir. Mais nous avons le pouvoir de transcender et d'utiliser toute situation comme un catalyseur pour notre libération.

Dans les années qui viennent, l'émergence de la noosphère va créer un conditionnement social tellement fort qu'il faudra beaucoup de volonté et de pouvoir personnel pour ne pas se laisser entraîner dans le courant. Ceux qui ne suivront pas se sentiront fortement aliénés, alors que tous les gens autour d'eux donneront l'impression de se comprendre et d'être « remplis d'amour ». Le test du « jugement dernier » consistera alors à voir que cette union est artificielle et que l’Amour véritable a été détourné.

Il s'agira alors d'avoir le courage de refuser cette culture de mort et de se détacher du reste de l'humanité au niveau des croyances. Ce n'est qu'en faisant ce pas dans le vide – en ayant Foi que « Dieu n'abandonne pas ses brebis » – que l'on aura l'opportunité de rencontrer d'autres âmes dissidentes afin de pouvoir, ensemble, créer un monde nouveau en accord avec les lois divines et effectuer notre retour vers la vraie Unité cosmique.


***

Le 14 Juillet et les parasites de la république


Source :
http://christroi.over-blog.com/article-33074688.html

No comments:

Post a Comment

Note: Only a member of this blog may post a comment.