Tuesday, November 02, 2010

Le végétarisme et les chrétiens


Des textes, comme « L’Evangile des Douze » ou le livre « Kerymata Petrou », « Les Proclamation de Pierre », proscrivent clairement l’alimentation carnée au sein des premières communautés chrétiennes. Or l’Eglise triomphante a combattu le végétarisme au nom de la Bible. La Bible a-t-elle été délibérément tronquée ?

Des Faussaires

Deux ans après la victoire de Constantin, le Concile d’Ancyre (aujourd’hui Ankara) ordonna en l’an 314 que tous les prêtres et les diacres qui ne voulaient pas manger la viande, même mélangée aux légumes, fussent relevés de leurs fonctions.

C’est ainsi qu’aucun végétarien, pour raisons éthiques (jusqu’au milieu du 19ème siècle on appelait les végétariens des « pythagoriciens ») ne pouvait recevoir de charge, que ce soit dans l’Eglise ou dans l’Etat. A cet égard les Eglises et tous les gouvernements du monde s’accordaient.

Nous pouvons ici trouver la raison pour laquelle les correcteurs expurgèrent les textes canoniques de tous les passages faisant mention de la nourriture carnée et de la renaissance de l’âme : car c’était là des principes fondamentaux du gnosticisme, qui était considéré par l’Eglise officielle comme une concurrence et craint comme tel. En éliminant ces passages, l’Eglise sapait peu à peu l’influence des gnostiques, tout en s’assurant pour elle-même un plus grand nombre de fidèles. Car l’abstinence que le Christ exigeait n’était pas du goût de chacun.

Notre respect pour les anciennes traditions nous empêche de croire à de tels agissements de la part de l’Eglise. Mais la falsification d’une épître de Paul, où les gnostiques sont décrits comme des impies, démontre que l’Eglise, dans sa lutte contre eux, n’a reculé devant aucun moyen. Le Dr W. Winsch écrit en effet à ce propos , dans son étude intitulée « Jésus était-il Nazaréen ? », ce qui suit : « Nous savons à présent de manière très précise que la première épître à Timothée a été falsifiée. En effet, le contrefacteur se trahit lui-même à la fin, en mettant en garde contre la secte des Gnostiques, alors que celle-ci n’existait pas encore du temps de Paul. »

Il est maintenant d’un grand intérêt de constater que cette lettre interpolée constitue le seul fragment du Nouveau Testament où soient recommandée la nourriture carnée (I Tim. 4 : 1-9) et les boissons fermentées (5 : 23). Il est ainsi très aisé de supposer que cette falsification n’a été perpétrée que dans l’intérêt des non-abstinents de la communauté chrétienne et seulement dans le dessein de les couvrir de l’autorité de Paul.

Nous disposons de nombreux témoignages de ce combat qui fit rage autour de ces deux interprétations, végétarienne et non végétarienne. Par exemple, le nombre des végétariens était, quatre cents ans après Jésus-Christ, encore si élevé que lors du Concile d’Ancyre (Ankara), il fut décidé que les prêtres qui voulaient vivre de mets végétaux seraient malgré tout tenus de goûter à la viande, cela sous peine de destitution !

Franz Susman (cité par Albert Mosséri dans "L'homme, le singe et le paradis").

L'Évangile des douze
ou de la vie parfaite


Extrait du chapitre 46 :
La transmission de la loi
Tu ne dois pas manger de viande ni boire le sang d’une quelconque créature sacrifiée, ni quoi que ce soit qui met le désordre dans ta santé ou tes sens.

***

Les chrétiens aiment… la chair et le sang



3 comments:

  1. Voilà un bon article... qui explique bien que ce n'est ni Jésus ni le Christianisme qui étaient "viandards"... mais que cet enseignement fut au contraire "SALI" par le si diabolique Empereur Constantin, qui, voyant l'inexorable progression du Christianisme, se l'appropria... pour mieux le vider de son âme !
    (Il paraît même qu'il faisait couler du plomb liquide dans la gorge des chrétiens qui s'obstinaient à ne pas vouloir manger de viande... c'est à dire à ne pas vouloir renier l'enseignement du Christ !

    Il serait temps que le Pape et les grands penseurs Chrétiens de notre temps retrouve enfin l'Enseignement Christique originel...
    Et enseigne le végétarisme comme l'un des piliers d'une authentique vie Chrétienne...
    C'est à dire une vie "Claire" !

    ReplyDelete
  2. Je suis tout-à-fait d'accord avec l'article et le commentaire et aussi effrayé par la somme de choses fausses qui ont été enseignées. Mon intuition est que se nourrir du fruit (lait, fruits, fruits secs) mais pas de l'arbre ou de la bête est conforme à la nature. Est-ce délire ou existe-il une doctrine qui aille dans ce sens ? Merci pour ce blog très riche (dommage qu'il n'y ait pas de fil RSS d'abonnement).
    C Tallon, professeur de français pour étrangers.

    ReplyDelete
  3. « Une nourriture de mort engendre la mort ! Une nourriture de vie engendre la vie ! »
    Jésus-Christ.

    Les animaux sont mangés morts. Manger des cadavres n’a jamais été bon à la santé !

    De plus, ces créatures sont faites de la même substance que nous. Leur esprit est issu aussi du même Père. Les animaux sont nos petits frères et sœurs.

    Dieu renouvela l’alliance de Paix avec tous les animaux, comme promis en Osée 2 :20-22.

    La tolérance faite pour la polygamie et l’acte de manger les animaux, en raison de la dureté du cœur des humains, fut annulée par Dieu lorsqu’Il vint sur Terre.

    Genèse 1 :30 ; Matthieu 6 :10 ; Jérémie 7 :22, 23 ; Osée 2 :20-22 ; Jean 13 :34, 35 ; Actes 15 :28, 29 « Abstenez-vous des animaux » (le terme « étouffés » fut ajouté bien plus tard à celui de « animaux »).

    Manger des animaux, c’est se rendre coupable devant Dieu d’effusions de sang de créatures innocentes. Le Gouverneur et Juge universels, l’Auteur de toute vie, demandera des comptes pour chaque animal mangé. Luc 12 :6.

    Deux historiens sérieux attestent que les premiers chrétiens fidèles ne mangeaient pas les animaux. Pline, historien Romain païen au premier siècle de notre ère ; Jérôme, historien chrétien.

    C’est pourquoi, depuis leur origine, les fidèles chrétiens ne mangent pas les animaux. Toutes les preuves historiques et scripturaires sur le site chretiensretablis.com à la rubrique « vérités rétablies ».

    Au quatrième siècle de notre ère, l’Empereur païen Romain Constantin le Grand (qui la veille de sa mort sacrifia au faux dieu Zeus) et l’Évêque hérétique de Rome Sylvestre 1er, persécutèrent les chrétiens fidèles végétariens.
    Ces autorités brûlèrent les manuscrits authentiques de l’Écriture Divine et ils en falsifièrent d’autres. Une terrible Inquisition fut menée.

    Les bibles actuelles sont basées essentiellement sur ces manuscrits postérieurs au quatrième siècle de notre ère, après la purge impie.


    La Bible d’aujourd’hui n’est pas celle que lisaient et utilisaient les premiers fidèles chrétiens jusqu’au quatrième siècle de notre ère. Toutes les bibles actuelles sont falsifiées, incomplètes et apocryphes. Toutes les preuves sur le site chretiensretablis.com à la rubrique « Écriture de Dieu ».

    En tant que fidèles chrétiens, nous avons le devoir de rejeter ces bibles apocryphes largement diffusées (Galates 1 :8). Nous avons la responsabilité de rétablir les vérités originelles et de pratiquer le mode de vie saint réclamé par Notre Seigneur sans lequel personne ne le verra.

    Un authentique chrétien, Jean-Jacques PUGIN.
    Site chretiensretablis.com

    ReplyDelete

Note: Only a member of this blog may post a comment.