Thursday, December 20, 2012

Crise mondiale & pédophilie




Nos enfants entendent participer à la construction d'une nouvelle culture globale plus ouverte et plus généreuse. La réforme de l'éducation, le développement de la créativité et de la confiance chez l'enfant, la protection de ses droits et la nécessité de cultiver la non-violence au quotidien, sont des outils qui permettront aux jeunes générations d'édifier un monde nouveau.

Les enfants et les adolescents sont les victimes d'un système prédateur

Cependant, alors que ces jeunes générations incarnent le futur, le monde ne semble pas vouloir leur faire de place. L'écrivain marocain Mohamed Nedali nous parle de la tristesse de la jeunesse marocaine en proie au chômage et aux frustrations . Mais il n'est pas nécessaire de faire de grandes distinctions entre les pays, car désormais le monde global dans son entier est concerné par la tristesse de la jeunesse, des pays d'Asie aux États-Unis en passant par l'Europe et les pays Africains. C'est comme si le monde avait oublié ses enfants. S'agit-il d'un acte manqué ? Selon la théorie psychanalytique, l'acte manqué serait la réalisation d'un désir inconscient. Que révèle alors cet acte inconscient ? Il 'apparaît dès lors que les faits suivants peuvent nous éclairer :

— l'ignorance du potentiel créatif des enfants et des adolescents à travers le monde depuis des décennies,

— la négation de leurs droits et la persévérance en ce sens, malgré la reconnaissance internationale des droits de l'enfant depuis 1989 et l'action des agences onusiennes,

— la violation des droits des femmes et les préjugés sexistes persistant à travers le monde, les violences à l'égard des mères et des enfants,

— l'exploitation par le travail ou la prostitution,

— la violence qui s'exerce à l'encontre des enfants dans les conflits internationaux et au quotidien,

— l'assimilation des adolescents vivant dans des conditions sociales précaires à des citoyens de « seconde zone »,

— l'ignorance de leurs besoins de développement, de leurs désirs, de leurs aspirations,

— la destruction des vraies richesses de la Terre sans considération des besoins des générations futures.

Tous ces faits sont dans leur ensemble des actes de prédation. Le monde capitaliste s'est construit historiquement sur l'esclavage auquel a succédé le colonialisme. Ce système était largement cautionné par la morale occidentale qui souhaitait apporter le progrès aux populations lointaines dites « sauvages ». Or, ce système édifié sur l'exploitation, l'asservissement et la domination des populations vulnérables, n'a pas cessé. De telles pratiques se sont au contraire intensifiées et généralisées, en permettant à un système économique de se développer aux dépens des jeunes générations. La jeunesse et les enfants constituent un vivier à bon marché. Ils sont devenus les nouveaux esclaves. Alors pourquoi leur reconnaître un potentiel créatif, pourquoi leur accorder le droit de rêver leur vie ?

Les universités ont fabriqué des diplômés qui ont de moins en moins de débouchés. Car les conditions de la rentabilité et de la compétitivité rendent les humains de plus en plus superflus. Lorsque les robots informatiques ne remplacent pas les hommes, une main-d’œuvre croissante et désœuvrée, mais certes mieux instruite, peut être utilisée à bon compte. Les « autres », représentés par les enfants exclus du système éducatif et ceux qui ne bénéficient pas d'un soutien familial ou les jeunes gens les plus pauvres, doivent s'arranger comme ils peuvent pour survivre, en mendiant, en volant ou en se prostituant ou bien. en accomplissant des tâches peu rémunérées.

Les conditions de la précarité et du chômage des parents affectent aussi le potentiel de développement des enfants et des adolescents. Des enfants jeunes quittent désormais l'école en Italie, en Espagne, en Grèce, au Portugal, ou dans les pays de l'Europe de l'est, pour gagner un peu d'argent et permettre à leur famille de survivre. En Grèce, depuis la crise, les mères abandonnent leurs enfants parce qu'elles ne peuvent plus les nourrir. Est-ce cela le progrès ? L'ultra capitalisme ne s'encombre même plus de considérations morales pour asservir les populations. Le monde est profondément déshumanisé.

Cette déshumanisation apparaît aux yeux de l'écrivaine américaine Toni Morrison comme l'aboutissement de plusieurs siècles d'esclavage. Les hommes sont devenus fous en essayant de donner à leur culture l'apparence de la vérité.

La vie moderne commence avec l'esclavage (...) Des stratégies de survie ont constitué l'individu vraiment moderne. Elles représentent une réponse aux phénomènes prédateurs de l'Occident. Vous pouvez appeler ça de l'idéologie ou de l'économie, c'est en fait une pathologie. L'esclavage a coupé le monde en deux, il l'a brisé sur tous les plans. Il a cassé l'Europe. Il a transformé les Européens, il en a fait des maîtres d'esclaves, il les a rendus fous. Vous ne pouvez pas faire ça pendant des centaines d'années sans que rien ne se passe. Ils ont dû se déshumaniser, et je ne parle pas seulement des esclaves eux-mêmes. Ils ont eu à tout reconstruire pour que ce système ait l'air vrai. C'est ce qui a rendu possible tout ce qui s'est passé pendant la seconde Guerre Mondiale. C'est ce qui a rendu la première Guerre mondiale nécessaire.

Éliminer les valeurs perverties au profit du respect de l'humanité et de l'unité de la vie

La culture économique qu'a répandue le monde occidental n'est pas seulement mensongère. Elle a permis l'infanticide à l'échelle planétaire. Les enfants sont aujourd'hui les victimes désignées de la pauvreté, des crises économiques et des conflits armés, mais aussi des crimes pédophiles. Ces crimes ne sont que l'aboutissement des dogmes édictés par des systèmes religieux qui ont nié les besoins du corps, sa sensualité et sa plénitude. Le philosophe Ivan Illich, lui-même prêtre, voyait d'ailleurs dans la société moderne la perversion de la véritable foi chrétienne. Dans une telle société, la perte du Bien et de la gratuité qui a été supplantée par des valeurs quantifiables a permis la perte de l'amour du prochain. C'est alors tout le mystère de la rencontre entre les hommes qui est perdu, ainsi que la rencontre avec cet « Autre » qui n'est autre que soi-même. L'homme a ainsi perdu la seule raison qu'il a d'être humain en perdant la croyance en la possibilité de l'amour. L'amour véritable ne peut être que désintéressé et gratuit. Seul cet amour-là permet le respect de l'innocence car il réside dans le don de soi. Mais l'être humain ignore ce qu'est l'amour véritable. Nous venons au inonde sans le savoir et nous cherchons toute notre vie des raisons qui nous permettraient de survivre à cette ignorance. Le manque d'amour est aujourd'hui profondément vécu et même intériorisé par certains enfants. La société dans laquelle ils vivent les blesse dans leur sensibilité profonde, dans leur chair. Leur détresse nous incite à retrouver de façon urgente une véritable humanité au sein de nos sociétés. Qu'est-ce qu'être humain ? Et quel sens pouvons-nous donner à l'existence ?

La crise du monde moderne n'est pas une crise économique. Elle est une crise spirituelle. Cette affirmation peut apparaître un peu trop métaphysique à certains. Mais sur ce plan, les économistes n'ont aucune prise. Et c'est bien là que réside notre avenir et notre chance, dans la possibilité de croire en nous-mêmes de façon unique, en voyant en nous la source possible de la beauté face à la laideur du mal et de la souffrance.

Mais nous devons donner aussi à nos enfants l'envie de construire leur vie, une vie authentique et saine. Nous devons surtout leur donner confiance en eux. La confiance est aussi une foi me de croyance, une croyance en soi. Alors il apparaît que la véritable foi est en soi. Car la survie n'est pas la vie. Il s'agit donc d'apprendre ce qu'est le sens de la vie et de la rendre possible. Ce n'est que dans cette dimension d'être qu'il sera alors permis d'être heureux et de partager ce que chacun de nous est au plus profond de lui-même, un être vivant.

Evelyne Vuillermoz, « Les graines semées à l'automne fleuriront au printemps ».


Les graines semées à l'automne fleuriront au printemps

Le phénomène "2012" est plus complexe qu'une vulgaire charlatanerie mondiale. Il permet de déceler un profond besoin, plus ou moins conscient de la population, de mettre fin au système actuel. Le livre d'Evelyne Vuillermoz, « Les graines semées à l'automne fleuriront au printemps », nous fait percevoir un autre monde en gestation.

Heureusement, la jeunesse n'attend pas l'aide du messie ou des extraterrestres pour changer de paradigmes. « En 2011, un groupe de jeunes américains répond à l'appel lancé par Stéphane Hessel à une jeunesse désenchantée : « Indignez-vous ! » Ils créent ainsi le mouvement Occupy Wall Street. qu'ils parent d'un leitmotiv infiniment poétique : « we sow seeds in the Fall. They blossom in the Spring. »

Evelyne Vuillermoz répond quant à elle au cri de cette jeunesse. celle qui refuse de se laisser engloutir par l'indicible chaos environnant. Reprenant le thème de la nature, exprimant par là-même l'importance de ralentit le rythme, l'auteur réconcilie les générations : l'automne crépusculaire sème les graines qui feront naître le vert printemps. Elle fait le constat d'un dérèglement social affligeant : augmentation du nombre de suicides, anorexie, immolations, addictions de toutes sortes violences, révoltes, troubles du comportement et désespoir... Autant de cas qui révèlent les failles d'un système économique vorace et agressif qui met les jeunes en joue.

L'auteur nous exhorte ici à agir, à nous sentir concernés et responsables. Nous avons un rôle à jouer dans cette économie globale qui détruit le monde vivant en attaquant tous les équilibres naturels et humains, la biodiversité comme la diversité culturelle.

Cet ouvrage est un hommage à la beauté du monde, à la créativité de l'Homme. C'est un hymne à l'harmonie universelle. C'est un mélodieux chant d'espérance dans la cacophonie des discours ambiants.


Evelyne Vuillermoz possède une expérience professionnelle et personnelle riche et variée : elle est consultante en Sémiologie Culturelle appliquée à la non-violence, en Psychologie de la créativité et Sciences de l’éducation. Elle est aussi artiste peintre et philosophe. Elle participe activement à la diffusion des idées telles que la non-violence, le respect de la diversité culturelle et de l’altérité, de la liberté d’expression, la nécessité du dialogue et du partage dans un monde global, qui doivent permettre à chacun de s’épanouir humainement.


Site d'Evelyne Vuillermoz :






4 comments:

  1. Anonymous9:50 AM

    Bonjour Félix,

    Mon livre n’est pas un livre sur la pédophilie. C’est un livre d’amour pour le monde, les enfants et la jeunesse.

    En mai 2010, j’ai remis en mains propres un manuscrit à Matthieu Ricard à Paris, qui contenait déjà la majeure partie des idées et analyses publiées le 19 septembre 2012 dans « Les graines semées à l’automne fleuriront au printemps ». Ces analyses résultent de pratiques et de recherches entreprises au cours de toute une existence, en engageant aussi celles d'autres personnes croisées sur mon chemin.

    Ce manuscrit a bien sûr été enregistré devant Notaire afin d’être protégé, accompagné d’une attestation de remise à Matthieu.

    En esprit visionnaire, je voyais arriver les difficultés, les violences identitaires et la nécessité de prendre « le temps de vivre et le temps d’aimer », la nécessité d’adopter une nouvelle approche du Temps et de la Vie dans sa dimension qualitative et non plus seulement quantitative (lire le chapitre 4 et le chapitre 6).

    Mais il ne s’agissait par pour moi de faire un « coup Littéraire », ni de m’allier à quelqu’un qui dispose d’une notoriété médiatique afin de me faire connaître. Non, il s’agissait d’attirer l’attention d’un homme généreux avec les enfants, afin qu’il puisse m’accorder 15 minutes en ouverture de l’une de ses conférences pour que je puisse faire passer en images la beauté du monde et parler d’amour.
    Mais les mots sont toujours limités, s’ils ne sont pas mis en actes. L’engagement, l’amour vécu pour lui-même, est alors le seul moyen de partager cette volonté d’agir pour le bien d’autrui.
    C’est pourquoi, aujour'dhui j’agis ailleurs.

    Merci à vous Félix

    ReplyDelete
  2. Bonjour Evelyne,

    Vos analyses de la condition de la jeunesse sont plus pertinentes que celles de beaucoup d'hommes politiques à la vision économique et sociale totalement obsolète.
    La crise qui tenaille notre société va-t-elle provoquer un sursaut républicain qui neutralisera cette oligarchie de parasites ? Le 3ème millénaire ne fait que commencer.

    Matthieu Ricard ?

    Les personnes qui ont été en contact avec le monde monastique tibétain n'ignorent pas les inégalités et les injustices générées par le système religieux des lamas. Kalou Rinpoché, jeune hiérarque du lamaïsme, a eu le courage de dénoncer les abus de pouvoir et la pédophilie qui sévissent depuis des siècles dans les monastères tibétains. Mais Matthieu Ricard, qui connaît parfaitement le monde monastique du Vajrayana, diffuse inlassablement des idées lénifiantes sur ses maîtres, le Tibet et le monachisme lamaïste. A-t-il de la compassion pour les moinillons pauvres ou orphelins qui vivent misérablement sous la férule des lamas ?

    J'ai croisé Matthieu Ricard à Bercy en 2004 lors de la venue du dalaï-lama, il était dans le cercle des dignitaires et des VIP du lamaïsme. Dans son monastère, M. Ricard jouit aussi de TOUS les privilèges de cette élite malsaine qui peut disposer de jeunes moines selon son bon vouloir. Servir docilement un lama de haut rang fait partie du cursus de certains moinillons ou jeunes moines.

    Cordialement.

    ReplyDelete
  3. Evelyne6:23 PM

    Cher Félix,

    Une prise de conscience a eu lieu à travers le monde, dans l'esprit et le coeur des hommes et des femmes, selon la conscience de chacun. Une transformation profonde est en cours.

    J'agis humainement et professionnellement, dans l'intérêt des jeunes générations,comme beaucoup d'autres agissent également. Je ne me sens investie d'aucune mission spirituelle ni planétaire.

    Il m'est donné de rencontrer parfois des personnes formidables, comme récemment cette femme ancienne toxico et séropositive qui lutte pour conserver la garde de son enfant, ou comme cette petite fille qui participe à des compétitions de natation pour récolter des fonds pour des familles démunies.
    Et puis, il y a des jeunes étudiants qui me demandent de temps en temps des conseils ou simplement ma voisine de 82 ans qui m'invite à prendre le thé et nous papotons de tout et de rien, ou du sesn de l'existence. Elle m'adresse une très belle carte de voeux chaque année, et je lui rends service quand elle en a besoin.

    Le monde est apparemment très complexe, mais chacun de nous fait partie du système. Acheter un simple paquet de pâtes au supermarché, peut être un acte politique et éthique, si l'on veut bien considérer dans quelles conditions les pâtes ont été fabriquées, et comment nous allons nous débarasser des déchets. Ce n'est qu'un exemple parmi d'autres.

    Je n'appartiens à aucun système religieux, aucun parti politique, aucun syndicat, aucune congrégation, ni organisation, ni confrérie. J'essaie simplement de comprendre le monde qui m'entoure et les êtres qui l'habitent. J'aime la nature et la vie simple.

    Chaque être humain est un être doué de conscience qui peut-être développée à chaque instant. C'est tout un programme, un challenge à réaliser pour chacun de nous, car nous sommes avant tout responsables de nos propres pensées, de nos actes et de nos paroles.

    J'essaie surtout de partager le fait qu'il n'existe pas de barrières entre les personnes et par conséquent pas de hiérarchie. Je peux rencontrer un ministre comme un éboueur et pour moi, c'est pareil. Tous deux ont droit au même respect. Essayons de ne plus coller d'étiquette sur les personnes que nous rencontrons. La vie est tellement plus facile et plus agréable pour tous, le dialogue aussi.

    Je suis intimement convaincue que le changement réel ne sera possible qu'à cette condition qui rend possible le partage sincère et authentique.

    Voilà c'est à peu près tout.Vous devez penser que je suis bien naïve. Mais, les conditions de l'existence sont simples quand on veut bien les simplifier.

    Amitiés

    ReplyDelete
  4. E. Vuillermoz3:14 AM

    A l’attention de l’auteur de ce blog figurant sous le pseudonyme « Daikini ». :

    Objet : Demande de suppression de données personnelles me concernant et concernant le livre intitulé « Les graines semées à l’automne fleuriront au printemps » éditions Baudelaire, sept. 2012, mises en ligne sur votre site internet aux adresses suivantes :

    http://bouddhanar.blogspot.fr/2012/12/crise-mondiale-pedophilie.html
    http://bouddhanar.blogspot.ch/2013/06/de-nouvelles-valeurs-pour-une-veritable.html

    Madame, Monsieur,

    Des informations me concernant personnellement et concernant des extraits d’un livre dont je suis l’auteur intitulé « Les graines semées à l’automne fleuriront au printemps » publié aux éditions Baudelaire en 2012, sont actuellement diffusées sur votre site internet aux adresses suivantes :

    http://bouddhanar.blogspot.fr/2012/12/crise-mondiale-pedophilie.html
    http://bouddhanar.blogspot.ch/2013/06/de-nouvelles-valeurs-pour-une-veritable.html

    Je tiens à confirmer que les publications de ces informations sur internet portent atteinte à la nature du message que je souhaite diffuser, à son contenu ainsi qu’à mes droits.

    En effet, ces publications effectuées précédemment sur le blog « Bouddhanar la liberté inconcevable » ont été faites sans mon accord préalable et de façon sauvage. Vous avez repris ces publications sur votre blog intitulé « Bouddhanar les signes des temps » de la même manière, sans mon accord préalable et de façon sauvage.

    Je tiens à préciser que suis naturellement non-violente et je vis en amitié avec le monde, sans tenir aucune parole de haine à l’encontre de qui que ce soit. L’interprétation détournée qui a été donnée au contenu de mon livre ainsi qu’aux termes de ma réponse qui ont été volontairement placés dans un contexte agressif, inexact et inapproprié, non conforme à son contenu, alors que l’auteur du blog dénommé « Félix » a lui-même tenu des propos hostiles à l’encontre d’une personne que je respecte, ces propos n’engageant que lui-même, sont pour moi inacceptables.

    Aussi, conformément à l’article 38 et suivants de la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée, je vous demande de supprimer la totalité des données figurant sur votre site me concernant, mes données personnelles, mes réponses y compris celle-ci, ainsi que l’intégralité des extraits du livre précité qui ont été publiés sans mon accord préalable ni mon approbation, aux adresses suivantes :

    http://bouddhanar.blogspot.fr/2012/12/crise-mondiale-pedophilie.html
    http://bouddhanar.blogspot.ch/2013/06/de-nouvelles-valeurs-pour-une-veritable.html

    Je vous demande également de faire le nécessaire pour que ces pages soient supprimées de votre site et de vos archives, et ne soient plus référencées par les moteurs de recherche.
    Je vous rappelle que vous disposez d’un délai maximal de deux mois suivant la réception de ce courrier pour répondre à ma demande (article 94 du décret du 20 octobre 2005 pris pour l'application de la loi du 6 janvier 1978 modifiée.).

    Mme Evelyne VUILLERMOZ

    ReplyDelete