Tuesday, December 18, 2012

Un génocide chez les bouddhistes





Les médias français ne parlent pas beaucoup du génocide qui se déroule actuellement en Birmanie. Dans ce pays, où la population est majoritairement bouddhiste, on n'a pas de compassion pour les Rohingyas, une ethnie de confession musulmane.

Parler de l'ethnocide perpétré par les bouddhistes birmans revient à reconnaître que le bouddhisme est loin de rendre les gens meilleurs et plus sages. 

Le développement du bouddhisme en Occident n'a été qu'une scandaleuse mystification. 

Comme le Vajrayana tibétain, le bouddhisme Theravâda comprend des pratiques magiques rituelles et un occultisme fondé sur des entités nommées « Nat » en Birmanie.

« Selon la tradition, écrit Ingrid Fisher-Schreiber, la Birmanie serait entrée en contact avec la doctrine bouddhiste sous le règne du roi Ashoka (IIIe siècle avant J.-C.). Une autre légende raconte que le bouddhisme aurait été importé en Birmanie par deux marchands, du vivant même du bouddha Shâkyamuni. Les deux hommes auraient rapporté d'Inde des cheveux du Bouddha qui sont toujours conservés dans la pagode de Shwe-Dagon à Rangoon. 

Après le Ve siècle, les témoignages prouvant un développement florissant du bouddhisme en Birmanie abondent. On y retrouve des traces du Theravâda, ainsi que d'une autre école utilisant le sanskrit, sans doute le Sarvâstivâda.

Au VIIe siècle, le Hînayâna cohabitait avec le Mahâyâna, en particulier dans le nord du pays. Au cours du siècle suivant, la Birmanie commença à subir l'influence du bouddhisme tantrique. Au XIe siècle, le pays tout entier fut autoritairement converti au Theravâda par la volonté du roi Anaratha, ce qui signifia la fin du Mahâyâna en Birmanie. Le Theravâda assimila lentement la croyance populaire locale à des esprits nommés « Nat » et l'infléchit progressivement dans le sens du bouddhisme.

Pagan, au nord du pays, devint la capitale du bouddhisme. La Birmanie entretenait des relations étroites avec Ceylan où, vers la fin du XIIe siècle, on déclara obligatoire pour tous les fidèles la forme de bouddhisme pratiquée au monastère de Mahâvihâra. Cette mesure eut un effet négatif sur le courant birman, car, de l'avis de moines birmans ayant séjourné à Ceylan, seule l'ordination célébrée par les autorités de Mahâvihâra avait une valeur reconnue. Cette position provoqua un mouvement de résistance à l'intérieur de la Sangha birmane et entraîna la scission de la communauté en plusieurs groupes rivaux. Il fallut attendre le XVe siècle pour que le roi Dhammacheti réunifiât la communauté bouddhiste sous l'égide de la doctrine du monastère de Mahâvihâra. C'est ainsi que cette branche du Theravâda devint la forme la plus répandue du bouddhisme en Birmanie.

La conquête du pays par les Anglais au XIXe siècle eut de graves répercussions sur les règles traditionnelles de la Sangha. Ce n'est qu'après avoir recouvré l'indépendance en 1947 que la communauté put rétablir ses anciennes structures, sur incitation de l'État.

Un concile se déroula à Rangoon en 1956. On y révisa le texte intégral du Tripitaka. Aujourd'hui, 85 % environ de la population birmane confesse la bouddhique, devenue religion officielle du pays. »

Ingrid Fisher-Schreiber, université de Vienne.

2 comments:

  1. Anonymous9:03 AM

    Qualifiée par l’ONU de Palestine d’Asie, la communauté Rohingyas a besoin d’un soutien pour tenter de contrer la purification ethnique dont elle fait l’objet. Subissant viols, agressions et meurtres, la population tente, en vain, de partir de Birmanie.

    http://www.islamophobie.net/articles/2012/09/25/islamophobie-birmanie-rohingya-massacre-femme-voilee

    ReplyDelete
  2. Chauve qui peut !3:20 PM

    Je ne sais pas si les cheveux du Bouddha peuvent être utiles aux moines birmans. Le fait d'être chauve n’est pas un handicap à la compréhension et la mise en pratique des principes bouddhistes , le nationalisme virulent déborde largement le chauvinisme.

    Tout au plus, pourraient-ils retenir l’enseignement suivant : le Bouddha ne privilégiait non pas ce qui est sur la tête mais ce qui est dedans.

    Les chauves-souris, les chauves sourient, le bouddha aussi.

    ReplyDelete