Wednesday, December 19, 2012

Pédophilie : mythes et réalités



International Boy Love Day, le 22 décembre 2012.


En juin 1998, plusieurs pédophiles se sont réunis, tout d'abord en personne puis sur Internet, pour créer l'International Boy Love Day (IBLD), célébrée le 24 juin (et le 22 décembre). Selon eux, cette journée sert à revendiquer « le droit des hommes adultes à avoir des relations sexuelles avec des petits garçons ». Cette campagne voyage sur Internet et, pour célébrer ce jour, ces pédophiles allument des bougies bleues qui leur permettent de se reconnaître dans le monde entier, depuis les Pays-Bas jusqu'en Argentine, en passant par la Belgique, l'Égypte, l'Afrique du Sud, le Mexique, le Canada et les États-Unis.

Les réactions face à l'IBLD ne se sont pas fait attendre. Une partie de la société a préféré ne pas prendre position, trouvant le sujet désagréable. Certains groupes de jeunes, particulièrement en Europe, ont argumenté, au nom de la protection des tendances progressistes, que tous les individus doivent avoir le droit d'exprimer leurs opinions politiques, sexuelles et idéologiques. Certaines organisations de société civile et de défense des droits de l'enfant ont cependant souligné les retombées négatives de cette pratique, qui consiste à forcer les enfants à se soumettre pour satisfaire certains adultes plus puissants et anticonformistes.

Le 30 mai 2006, un groupe de pédophiles a créé un nouveau parti politique enregistré auprès des autorités néerlandaises, le Charity, Freedom and Diversity Party (CFDP). Fondé sur des mouvements de légalisation de la prostitution, cet organisme demande que la liberté de pensée et d'expression, garantie par la Constitution, passe avant les traités internationaux de défense des droits de l'enfant. Le CFDP affirme que ses membres comptent des hommes politiques hollandais importants, des chefs d'entreprise, des pères de famille, des instituteurs, des prêtres et « tous types d'hommes libres qui ont choisi d'exprimer leur sexualité et leur vie érotique à travers des relations libres avec des petits garçons et des petites filles ».

Dans son manifeste, le CFDP demande un abaissement de 16 à 12 ans de l'âge légal pour avoir des relations sexuelles consenties ainsi que la légalisation de la zoophilie, de la pornographie infantile et, bien entendu, de toutes les formes de violences sexuelles contre les mineurs. De plus en plus d'hommes de pays développés, parmi lesquels l'Espagne, la Norvège, les États-Unis, le Canada, l'Australie, l'Angleterre et l'Allemagne, s'unissent à ce mouvement.

Pédérastes ou pédophiles ?

Il est toujours nécessaire de revenir aux définitions. Le mot « pédéraste » vient du grec paiderastos, composé de paidos, qui signifie « enfant », et de erastos, qui signifie « amant ». À l'origine, dans la Grèce antique, la pédérastie correspondait donc aux rapports sexuels initiatiques entre un très jeune homme et un aîné. Aujourd'hui, le mot « pédéraste », devenu désuet et souvent péjoratif, a pris le sens d'homosexualité entre hommes adultes. En revanche, la « pédophilie », qui vient du mot paidofilia, est l'attraction sexuelle des adultes pour les enfants.

Historiquement, Freud et Lacan ont établi les principaux éléments qui permettent à la psychiatrie et à la psychologie actuelles de considérer que l'individu qui abuse d'enfants souffre de pathologies, parfois provoquées par des traumatismes. Sans arguments très solides, certains chercheurs expliquent la pédophilie comme la conséquence d'un traumatisme datant de l'enfance, les pédophiles ayant eux-mêmes été victimes d'abus sexuels. Certains scientifiques, comme R. J. Kelly et R. Lusk, soulignent que les préférences sexuelles du pédophile peuvent être dues à une réminiscence de l'époque où les premiers jeux sexuels ont normalement lieu avec les autres jeunes enfants. Selon la théorie de l'apprentissage social, les pédophiles pourraient en effet connaître une activation sexuelle précoce à ce moment-là, expliquant ainsi le fait qu'ils ne soient attirés que par les attributs physiques des enfants, comme l'absence de pilosité ou la petite taille des organes génitaux. En revanche, ces spécialistes ne mentionnent pas l'éventuelle situation de responsabilité du pédophile vis-à-vis de sa victime, qui a confiance en lui et sur laquelle il exerce un certain pouvoir. D'autre part, il a été démontré que la plupart des pédophiles sont des hommes et des femmes au fonctionnement social normal, capables d'assumer des responsabilités dans tous les aspects de leur vie quotidienne.

Les spécialistes de l'abus infantile

Le psychologue clinique argentin Jorge Garaventa, un des spécialistes les plus reconnus en Amérique latine dans le domaine de l'abus sexuel infantile, affirme que « les mauvais traitements et les abus sexuels sur des enfants ont lieu dans une situation d'inégalité, dans laquelle l'adulte dispose d'une autorité et utilise cette supériorité pour satisfaire le plaisir que lui procure sa victime, qui est anéantie et soumise ». Il assure en outre que « l'abus sexuel commis par un adulte sur un mineur, tout comme le viol, ne sont ni un besoin ni une pulsion sexuelle, mais un acte de domination et de soumission qui se traduit par une expression érotique ». Plusieurs spécialistes des nouveaux courants de psychologie humaniste, s'occupant de mineurs victimes de violence sexuelle, réfutent les vieux arguments qui considèrent la pédophilie comme une pathologie incontrôlable. Selon eux, il est dangereux de prétendre que les individus qui commettent de telles pratiques sont prisonniers d'une culture : en effet, il existe forcément un moment dans la vie où il faut choisir une voie, et ce choix se fait parfois dans la douleur. S'il est vrai que dans les cultures grecque et romaine, la pédérastie était socialement acceptée et que, pendant des siècles, la domination patriarcale a contribué à dissimuler cette forme de violence, il est néanmoins indispensable de remettre en question cette façon de penser dominante et d'écouter les spécialistes des pays du Sud, qui mettent actuellement en place de toutes nouvelles théories et des modèles efficaces d'assistance aux victimes.

Soigner les pédophiles ?

À ce jour, il n'existe aucune étude scientifique démontrant que les traitements psychiatriques contre la pédophilie fonctionnent sur le long terme. L'emprisonnement n'est pas non plus un moyen efficace : la plupart des cas de violence sexuelle les plus connus aux États-Unis et, plus récemment, en Autriche, ont été commis par des hommes emprisonnés pour des crimes sexuels, qui récidivent dès leur sortie de prison avec davantage d'animosité et de violence. Plusieurs pays ont opté pour la castration chimique afin de désactiver la partie du cerveau qui contrôle la libido ; cependant, il n'a pas encore été démontré que le contrôle des pulsions libidinales empêche les agressions sur les mineurs. Tandis que les pédophiles s'organisent en partis politiques et créent des réseaux de promotion des relations sexuelles infantiles, auxquels viennent se greffer quelques « hommes normaux », on estime que seulement un cas de viol sur trente-six est dénoncé. Les rapports de l'Unicef affirment qu'environ 1,2 million d'enfants dans le monde sont victimes de l'exploitation infantile. Que se passera-t-il si rien n'est fait pour enrayer ce courant, qui tend vers une normalisation des viols à l'encontre des mineurs ?

Lydia Cacho, Trafics.


Pédophilie & bouddhisme

Les réseaux de promotion des relations sexuelles infantiles auraient-ils favorisé l'essor du bouddhisme tantrique dont des textes majeurs préconisent la pédophilie rituelle ? Des propagandistes du bouddhisme tibétain (élite dégénérée, politiciens, tibétologues, lamas, auteurs, éditeurs...) sont-ils en relation avec ces réseaux ?

Jacques M, qui porte plainte contre une puissante institution lamaïste, fustige des responsables bouddhistes en ces termes :

« Par exemple, dans un livre que vous publiez (« La béatitude du feu intérieur », Éditions Vajra Yogini, 2008), Lama Y., qui fut à l'origine de la Fondation à laquelle vous êtes affilié, déclare ceci : « Afin que l'expérience de la grande béatitude soit totale, l'homme et la femme doivent s'aider mutuellement pour acheminer l'énergie de l'étreinte dans le canal central. » Et votre Maître de préconiser la pratique avec "consort" comme nécessaire, en insistant sur ce recours à un "daka" ou "dakini". Or, si l'on se réfère à d'autres ouvrages appartenant à la lignée dont vous relevez, on apprend qu'il s'agit en fait de commerce sexuel avec des partenaires âgé(e)s de 12 à 29 ans au maximum, le plus jeune étant le mieux, le "feu intérieur" étant plus intense plus on se rapproche des 12 ans. Aucun doute à ce sujet, les enseignements contenus dans ces textes dont j'ai les références exactes étant très explicites à ce sujet, allant jusqu'à dresser une nomenclature des différents types d'organes féminins : comme le lotus ( le plus approprié ), comme une conque, comme un éléphant, comme une biche.

Mais vous voyez ce dont je veux parler et il est inutile de vous faire un dessin. Maintenant, avez-vous jamais songé à la part de responsabilité qui vous incomberait si quelqu'un allait s'amuser à prendre à la lettre cette incitation à la débauche avec mineure de moins de 16 ans ? Je vous ai déjà adressé à ce sujet, il y a quelques années, le texte d'une petite annonce demeurée, à ce jour, sans réponse : je ne pense pas que s'enfouir la tête dans le sable soit la meilleure façon d'aborder certains points de doctrine plutôt scabreux. Puisque votre mission est de préserver la tradition mahayana, veillez aussi à protéger ce qui entoure ces secrets de Polichinelle, tout au moins évitez le déballage de ces vérités au grand jour, en place publique, cela ferait un tort considérable à votre image de marque. »

Dans un e-mail adressé à Bouddhanar, Jacques M précise que la pédophilie rituelle est préconisée dans des textes importants du lamaïsme édités récemment, entre autres :
  •  "Le Rugissement du Tonnerre", (Snow Lion Publications, 2012) ; 
  •  "Grand Trésor des Six Yogas de Naropa", Guéshé Acharya Thoubtèn Lodèn (Melbourne – AUSTRALIE – 2005) ;
  •  "La béatitude du feu intérieur : la pratique essentielle des Six Yogas de Naropa", Lama Thoubtèn Yéshé (1998) ;
  •  "Océan de Méthode et Sagesse Indivisibles", Guéshé Acharya Thoubtèn Lodèn (Melbourne – AUSTRALIE – 1999) ;
  • "Le Chemin Profond du Grand Secret", Tri Gyaltsen Sèngué (1678-1756) ;
  • "Nuage d'Offrandes pour Satisfaire Manjoushri", - id. - ;
  • "Puits de science / mine d'érudition du Joyau des Trois Corps, Instructions sur les deux étapes de Vajra Bhairava à Treize Déités", Lhundub Pandita (1781 – 1859) ; 
  • "Escalier qui mène aux Trois Corps", - id. - ;
  • "Claire Lumière de Félicité", Guéshé Kèlsang Gyatso (1982) ;
  • "Guide du Pays des Dakinis, La pratique du tantra du yoga suprême de Bouddha Vajrayogini", Guéshé Kèlsang Gyatso (1991) ;
  • "Les Terres et les Voies Tantriques", - id. - (1994)...
(D'après le lama Gen Lamrimpa, auteur de "Transcending Time, an explanation of the Kalachakra Six-Session" : Le rite sexuel commence avec des fillettes de 10 ans...)




Chaque année 1,4 millions de personnes, en grande majorité des femmes et des petites filles, sont achetées et revendues, comme une matière première, au point que le commerce sexuel est devenu, entre la vente d'armes et le trafic de drogues, le plus rentable du monde.

Dans cette enquête d'une ampleur sans précédent, menée pendant 6 ans sur trois continents, la parole est donnée à tous les acteurs : les trafiquants et les victimes devenues parfois elles-mêmes des exploitantes ; les intermédiaires et les clients, les « madames », les mafieux, les militaires et les services publics, souvent corrompus, dans tous les pays et à tous les niveaux ; les victimes qui ont réussi à revivre des rapports humains normaux (plus de 100 témoignages).

Cet ouvrage est un tour du monde de l'esclavage contemporain, qui mène le lecteur en Turquie, en Israël et en Palestine, au Japon, au Cambodge, en Birmanie, au Vietnam, mais aussi en Argentine, au Mexique, ainsi qu'en Turquie et au Moyen-Orient...

L'ouvrage dévoile comment l'armée d'hier et d'aujourd'hui délègue le sale travail de « recrutement » des prostituées et d'encadrement des bordels, comment les européens s'offrent des femmes ou des fillettes avec l'accord des autorités des pays pauvres, comment les trafiquants recrutent leurs victimes et les maintiennent sous domination.

Nous assistons au développement d'une culture qui promeut la chosification humaine comme s'il s'agissait d'un acte de progrès ou d'un libre choix, mais qui profite surtout aux mafias.

Mafieux, hommes politiques, militaires, entrepreneurs, industriels, leaders religieux, banquiers, policiers, juges, hommes de la rue, forment une chaîne du crime organisé. L'auteur montre que la prostitution forcée et l'esclavage sexuel sont un des négoces mafieux d'élection, à côté du trafic de drogues, de la pornographie, du trafic d'organes, de la vente d'armes... Elle brosse un tableau précis du fonctionnement des mafias et des liens entre ces différents commerces.

Un livre-choc, de nombreuses révélations, des témoignages bouleversants.


Lydia Cacho, née en 1963 à Mexico, est journaliste et activiste reconnue en faveur des droits de l'Homme. Elle a publié plusieurs ouvrages retentissants. Les Démons de l'Éden dénonce un important réseau pédophile au Mexique. Son investigation menée dans la clandestinité lui a valu d'être détenue et torturée par la mafia, expérience racontée dans Mémoires d'une infamie (Debate, 2008), un récit qui bouleversa l'opinion publique. Elle a reçu de nombreux prix dont le Prix national de journalisme en 2002, le Premier prix des Droits de l'homme et le prix Ginetta Sagan d'Amnesty International en 2007. Par ailleurs, elle dirige à Cancún un centre d'accueil pour les femmes victimes de violence et elle est porte-parole auprès du Bureau des Nations Unies pour la femme.


6 comments:

  1. Anonymous12:46 PM

    Oui, Félix

    L'engagement spirituel et humain est afffaire de vérité, de justice et de combat réel. Il ne s'agit pas d'une danse de salon,ni d'une affaire juteuse de droits d'auteur, ni de se contenter de faire des conférences moelleuses devant un auditoire choisi, ni de faire la une des journaux et des forums de tous bords bouddhistes ou non bouddhsites et encore moins de se faire mousser.

    L'engagement réel est inconfortable, douloureux, difficile et s'exerce souvent dans des conditons de précarité partagée et vécue.

    Vous dénoncez les mafias : il existe aussi des mafias médiatiques qui empêchent de dire la vérité, de la faire savoir. L'accès de la presse est réservé en France,en Belgique et en Suisse, à un lobby dit "spirituel" ou psychologique. Si vous ne faites pas partie du groupe de personnes affiliées au groupe de presse spécialisé,il est impossible de publier. C'est toujours la même soupe qui est servie en boucle dans les journaux, passée également en boucle sur le réseau Google Actualités.

    Ainsi, nous avons eu la chance et le privilège de savoir pendant près de 3 semaines que Matthieu Ricard est "l'homme le plus heureux du monde."

    Honte aux personnes qui diffusent de telles stupidités alors que dans le monde des millions d'hommes, de femmes et d'enfants souffrent et ne peuvent se faire entendre, ou crier leur douleur ou léeur désespoir, ni faire connaître l'injustice dont ils osnt les victimes !!!

    Honte aux Forums "bouddhistes" qui se prétendent Bouddhistes alors qu'ils se contentent de servir une propagande dogmatique qui n'a rien de spiriteulle et qui est mise au service des personnes qui ont des intérêts commerciaux éloignés de toute spiritualité authentique !!!

    Honte à ce système !!!

    J'ai trop d'estime pour Matthieu Ricard, pour penser un seul instant qu'il puisse continuer à être en accord avec tout ce système, faux, injuste et stupide.


    ReplyDelete
  2. Anonymous7:44 PM

    Durant une retraite à Lérab Ling (34 - Hérault), temple du lama tibétain Sogyal Rinpoché :

    Un « homme se met à raconter ce qui suscite le courroux de sa femme : « J'ai travaillé pendant vingt-cinq ans avec des enfants handicapés mentaux. Un jour, j'ai abusé de ma position avec l'un d'eux ». Frémissement dans l'auditoire. « Je l'ai dit à ma femme, et c'est pour ça qu'elle fait peser une pression terrible sur moi, elle a toujours peur que je fasse quelque chose à notre fille de 4 ans». Devant le manque d'ouverture d'esprit manifeste de l'épouse, le maître choisit le silence. Il commence à être à court de blagues. « Un jour, elle a dû partir quelques jours. J'ai fait couler un bain pour ma fille et moi... L'eau était trop chaude, j'ai eu une sorte de malaise : je pouvais entendre et voir, mais je ne pouvais pas bouger. Et c'est là que ma fille m'a sucé ». La salle est muette, interdite. Sogyal Rinpoché reprend la parole : « C'est très courageux de le dire devant tout le monde ». Des applaudissements compatissants viennent saluer l'aveu de ces deux crimes pédophiles. »

    Rapporté par Elodie Emery  

    ReplyDelete
  3. Anonymous7:52 PM

    Il y a des activistes du Charity, Freedom and Diversity Party (CFDP) et de l'International Boy Love Day dans les centres bouddhistes dirigés par les lamas.

    ReplyDelete
  4. Anonymous11:17 PM

    Le Charity, Freedom and Diversity Party ( Partij voor Naastenliefde, Vrijheid en Diversiteit , PNVD) parti politique hollandais fondé en 2006, était communément appelé « pedopartij » dans les médias, en raison de son engagement en faveur de la légalisation de la pornographie juvénile et l'abaissement de l'âge du consentement à 12 ans. Depuis le 14 Mars 2010, le parti n'existe plus officiellement. Mais son idéologie criminelle n'a pas disparu pour autant. Il n'est pas surprenant de trouver de nombreux Hollandais autour des lamas dont les textes tantriques font l'apologie de pratiques sexuelles avec des gamines.

    ReplyDelete
  5. Anonymous11:41 PM

    Le site Pedopolis dénonce l'International Boy Love Day (22 décembre 2012) et montre un diaporama des victimes des pédophiles. Le diaporama est accompagné d'une musique rituelle tibétaine.
    http://www.pedopolis.com/blog/do/tag/international-boy-love-day/

    ReplyDelete
  6. Anonymous1:58 AM

    http://fr.boywiki.org/wiki/IBLD

    http://fr.boywiki.org/wiki/Accueil

    ReplyDelete