Thursday, December 27, 2012

Le péché originel selon une ex-star du porno





Le péché originel 


par Brigitte Lahaie 


Brigitte Lahaie, de son vrai nom Brigitte Lucille Jeanine Van Meerhaegue, est une ancienne actrice de films pornographiques. Depuis plus de dix ans, elle anime l'émission radio « Lahaie, l'Amour et Vous » sur RMC, de 14 heures à 16 heures, qui traite des relations amoureuses et sexuelles.


Vingt siècles de judéo-christianisme ont considérablement influencé notre sexualité. Onan, les habitants de Sodome et les femmes adultères sont considérés comme des pécheurs devant l'Éternel, et les choses de l'amour ont toujours été suspectes aux yeux de l'Église. Sans doute les théologiens nourrissaient-ils l'espoir fou d'identifier toute femme à la Vierge...

L'homme primitif pratiquait le coït de manière agressive et violente, se rapprochant en cela des animaux. La civilisation et la religion ont tenté de refréner les instincts plutôt que de les harmoniser. La notion de famille s'est construite autour d'un père tout-puissant (à l'image de Dieu), et la femme a été réduite au rôle de mère. La procréation devient alors essentielle, le plaisir luxure, et la luxure l'un des sept péchés capitaux. Mais pourquoi l'Église s'est-elle tant focalisée sur celui-ci ? Pourtant l'orgueil, l'envie, la colère ou l'avarice me paraissent des vices bien moins compatibles avec l'amour de son prochain !

Si l'on se réfère aux textes ésotériques, la luxure est jugée dangereuse simplement parce qu'à cause d'elle l'initié peut avoir envie de transmettre des secrets au sexe opposé en échange de ses faveurs. Nous sommes bien loin du décret religieux qui fait de la luxure la mère de tous les vices !

Pour détourner l'être humain de la jouissance, l'Église lui propose les saints comme modèles. Ces hommes et ces femmes symbolisant le Bien et la Vertu montrent le chemin qu'il faut suivre pour atteindre le paradis. Et s'il n'a jamais été question d'imposer le vœu de chasteté à toute la chrétienté, c'est qu'il fallait bien que cette dernière se perpétue. Le catéchisme s'est contenté de proclamer que la chair est faible et le mariage un remède, à condition toutefois que l'homme choisisse avec sa raison et non avec son cœur.

Saint Augustin fut l'un des plus ardents défenseurs de la vertu. À cet égard, il est intéressant de constater qu'avant d'être un saint il mena une vie de débauche. La sainteté, qui s'oppose à la perversion, peut donc succéder à celle-ci. Est-ce une raison pour ensuite condamner sans pitié ? Quand on considère l'acharnement avec lequel Augustin combattit le sexe, faisant même de la concupiscence (penchant pour le plaisir de la chair) le péché originel qui a condamné les hommes à venir au monde en état de péché et de souillure, puisqu'ils ont été conçus par un acte charnel, on se pose des questions.

Avec ce genre de théorie, l'amour du prochain prôné par Jésus semble vidé de toute substance ou presque. Le rapport Kinsey a démontré qu'une certaine pratique religieuse pouvait freiner les relations sexuelles. Il est vrai que toute fantaisie est proscrite, l'accouplement n'ayant d'autre but que le renouvellement des générations.

Il y a encore un siècle la religion était toute-puissante, elle formait un État dans l'État et son rôle principal consistait à canaliser les passions des hommes. De nombreux préceptes prétendument moraux n'étaient édictés qu'à des fins fort éloignées de toute préoccupation spirituelle.

Comment s'étonner, dans ces conditions, que des millions d'hommes aient été massacrés au nom de Dieu ? Guerres sacrées, Croisades, Saint-Barthélemy et conquêtes sous prétexte d'évangélisation ont fait les ravages que l'on sait. [...]

Et comment s'étonner de la position du pape sur le préservatif, même si le sida est en passe de décimer les populations d'Afrique ? Le condom fut condamné par l'Église dès le XIXe siècle car « il entravait les décrets de la providence qui a voulu punir les créatures par là où elles ont péché ». Résultat : toute publicité sur la capote a été interdite jusqu'en 1987, et de nos jours encore la seule méthode contraceptive trouvant grâce aux yeux du Vatican reste celle d'Ogino !

On sait ce que disait Karl Marx de la religion, qu'il taxait d'« opium du peuple » parce qu'elle rend l'homme docile et sans résistance : pourvu qu'il obéisse aveuglément et sans chercher à comprendre ce qui est meilleur pour lui, sa bonne conduite sur Terre lui vaudra la vie éternelle...

Quant au principe de la confession, il prend sa source dans le complexe de culpabilité intrinsèque à la nature humaine en nous offrant le moyen de vivre en paix avec notre conscience. La pénitence efface les remords ou les doutes qui peuvent subsister après avoir « péché », et par l'absolution le croyant se sent « lavé » de ses « fautes ». Tant pis s'il en commet d'autres, pourvu qu'il se soit confessé avant de communier. Car n'oublions pas que pour le catholicisme la punition suprême reste l'excommunication : tant que le pénitent fait encore partie de la grande famille de l'Église, il est protégé.

Si la religion ne sait pas évoluer, la société humaine, elle, est en mutation permanente. Avec le progrès technique scientifique et médical, l'homme du XXIe siècle ne vit plus dans le même contexte culturel que son ancêtre du Moyen Âge. D'ailleurs la racine du mot culture est la même que celle d'agriculture. Nous sommes cultivés dans la mesure où nous n'avons pas fini de croître...

Toute civilisation doit évoluer pour ne pas mourir Elle doit intégrer les progrès et redéfinir régulièrement les bases qui la structurent.

Le patriarcat vieux de quatre millénaires s'est construit sur le sens du devoir. Dans ce régime, il n'y a aucune place pour le plaisir. Dès sa naissance l'être humain subit cette influence et son caractère se façonne sur un mode autoritaire. Ainsi doit-il apprendre à respecter ses parents plus par obligation que par amour.

L'énergie sexuelle spontanée fait place à une sexualité secondaire pervertie. L'existence même de notre culture est fondée sur le refoulement de nos instincts. Pour s'en convaincre il suffit de regarder autour de soi. Combien de femmes ne connaissent pas la jouissance et combien de parents répriment les premiers flirts de leur progéniture ou tout geste ayant une connotation sensuelle ! Il se développe alors chez l'enfant un sentiment de dépendance et de culpabilité qui, avec son cortège d'angoisses et d'inhibitions sexuelles, l'empêche de s'épanouir et de s'émanciper. Rien ne lui est épargné, pas même cette castration symbolique qui consiste à le convaincre de son impuissance à se débrouiller seul. À n'en pas douter, cet enfant deviendra un adulte névrosé qui reproduira les mêmes erreurs avec sa propre descendance.

Les traditions conservatrices - qui s'appuient sur la culpabilité et le refoulement des pulsions - permettent de garder l'homme dans un état de soumission, tel l'étalon qui castré devient plus docile, plus obéissant, plus régulier dans le travail...

Pétri de contradictions et ayant reçu une éducation qui le bride en nourrissant son manque de confiance en lui, l'homme se laisse diriger, obéit aux ordres, se repose sur le père puis sur l'État tout-puissant. Seuls quelques individus, grâce à des circonstances fortuites, parviennent à se libérer de ce carcan.

Pourtant, ce qui transcende l'homme, ce n'est sûrement pas sa vertu mais son intelligence. C'est elle qui lui a permis d'évoluer et d'améliorer ses conditions de vie. Je connais le discours des moralistes : ils pensent que le déclin d'une civilisation est toujours consécutif à son manque de vertu, affirment que la perte du sens moral et des valeurs sacrées conduit irrémédiablement à la déchéance. Et ils en veulent pour exemple l'Empire de Rome et la Grèce antique. Est-il seulement permis de leur faire remarquer que le sens du divin poussé au stade du fanatisme et de l'intolérance mène aux mêmes résultats ?

Le plaisir enracine l'individu dans son « vouloir-vivre », l'éloigne de l'idée de la mort. La religion peut tromper l'homme sur cette question essentielle en lui promettant l'éternité s'il ne s'adonne pas au Mal et au Malin. Pourtant, c'est en acceptant notre partie sombre que nous pouvons accéder à la lumière. Il s'agit en quelque sorte de l'« œuvre au noir » dont parlent les sciences ésotériques. En se confrontant à ses démons, on parvient à les dompter et à les rendre inoffensifs. Cette théorie s'applique à tous nos vices : un homme coléreux parviendra à l'apaisement lorsqu'il acceptera de reconnaître sa tendance à l'emportement. Il apprendra à sentir les prémices de ses pulsions pour mieux se maîtriser. Et cela est aussi vrai pour la luxure...

De même la souffrance n'est pas un but en soi. Pourquoi se délecter d'un état douloureux ? Elle sert
de signal d'alarme quand le corps et le cœur sont en danger. Dès que le sens de son message a été compris, la souffrance a accompli sa tâche. 

Je ne dis pas que chaque individu est capable de se diriger seul. D'abord la jeunesse n'a pas encore acquis la « sagesse » relative de l'adulte, même si bien des adolescents ont plus de bon sens et l'esprit plus ouvert que beaucoup de leurs aînés ! Une société a nécessairement besoin de lois, mais pas de celles qui font que notre monde manque par trop d'amour et de tolérance. Il ne s'agit pas pour autant de promettre le paradis sur Terre, bien sûr: la vie est cruelle et quand les éléments se déchaînent la nature est redoutable, mais l'expérience - même douloureuse - est riche de découvertes.

Les contes de fées l'ont bien compris, qui décrivent les inévitables épreuves de la vie et démontrent surtout que, si on les affronte, même les plus injustes peuvent être surmontées.

Prenons par exemple « La Belle au bois dormant ». L'histoire met en scène une jeune fille qui s'endort après s'être piqué le doigt à l'âge de quinze ans - le sang est le symbole des premières règles - pour se réveiller grâce au baiser d'un prince. Les adolescents vivent d'autant plus mal leur puberté qu'ils veulent se prouver qu'ils existent. Le sommeil de la Belle symbolise ce repli sur soi indispensable à un épanouissement ultérieur Le conte indique aussi que, malgré les efforts des parents pour surveiller ou endormir la sexualité de leurs enfants, elle s'éveillera un jour. La jeune fille devient femme et le Prince Charmant, par son baiser, lui révèle sa sensualité. En ouvrant les yeux la princesse induit chez le mâle la conscience de sa virilité, et le conte se termine par ces mots : « Ce fut le bonheur pour eux jusqu'à la fin des jours. » La morale de cette histoire est qu'un événement traumatique (les premières règles, le premier rapport sexuel) peut avoir un effet très bénéfique. Il faut savoir se préparer à la réalité de sa personnalité pour trouver l'harmonie avec l'autre.

Et si le premier conte de fées, le premier mythe en tout cas, était celui du péché originel ? Adam et Ève furent chassés du paradis pour avoir mangé le fruit de l'Arbre de la connaissance. La pomme symbolisant les bas instincts de l'homme, ses désirs vils qui entraînent sa déchéance, il ne peut impunément « croquer la vie à pleines dents » !

En interdisant l'accès à la connaissance, non seulement Dieu n'autorise pas l'homme à choisir mais il le mutile également, puisque être libre - en termes de spiritualité - c'est posséder son libre arbitre, avoir la possibilité de s'élever en se libérant de ses instincts. L'évolution est à ce prix, et vouloir le payer ne va pas sans conflit.

Ève, initiatrice de tous nos malheurs, représente en fait la partie clivée de la personnalité d'Adam, c'est-à-dire tout ce qu'il refuse en lui-même. N'a-t-elle pas enfreint la loi du Père après avoir dialogué avec le serpent, symbole phallique par excellence ? Car le serpent symbolise bel et bien la sexualité perverse, le mensonge et la perfidie. Mais où se trouvait Adam pendant ce temps ? Cultivait-il son jardin d'Éden, ou dormait-il à l'ombre de l'Arbre ?

Un Adam endormi, une Ève inquiète, perturbée par un serpent rusé qui guette le moment idéal. Le Mal parvient à s'« introduire » quand il y a une brèche dans le couple, une séparation. La Faute est possible parce qu'il y a désunion. Si la Femme est responsable, l'Homme l'est également en ce sens qu'il n'est pas présent pour la protéger du danger.

La Genèse doit toujours être interprétée de manière allégorique. Exemple frappant, Adam et Ève ont eu deux enfants, Abel et Caïn. Comment ces deux garçons ont-ils pu fonder une famille ? Comment deux éléments masculins peuvent-ils être à l'origine de l'humanité ? C'est que l'explication est ailleurs : Abel représente le Bien et Caïn la partie sombre qui existe en chacun de nous.

De même on peut envisager un être initial doté de deux polarités créatrices. Cet androgyne primordial en se séparant a généré deux êtres distincts, et la vie a commencé. La sexualité n'est pas seulement dualité, elle est aussi épanouissement et construction. Le serpent devient alors trait de séparation ou trait d'union entre les deux sexes. Son image est ambivalente. Il est certes le tentateur mais aussi le symbole même de la connaissance, puisqu'il sert d'emblème à la médecine et aux arts.

Source de vie, il fut le premier vertébré a avoir conquis la terre ferme. En Inde il représente la « kundalini », énergie inestimable de nos forces naturelles. Dans le shivaïsme, philosophie hindoue qui préconise l'acte d'amour comme moyen de participer au Grand Tout, le sexe viril prend des proportions cosmiques, celles d'un pilier qui soutient l'univers. En Inde le phallus est sacré, et l'on voue un culte à la féminité. Le sexe faible représente la fécondité, la tendresse maternelle et l'altérité.

Cette vision de la sexualité a souvent été déformée par l'Occident. Certaines sectes n'ont retenu que le coït, excluant la notion d'amour. Ainsi le gourou doit-il honorer toutes ses adeptes pour les remplir d'une parcelle de divin ! Ce genre de réunion qui se termine en orgie n'a bien sûr rien à voir avec une communauté spirituelle...

La sexualité, comme les habitudes alimentaires, constitue un critère de civilisation. Et elle peut avoir des valeurs totalement différentes d'une culture à l'autre. Chez les Arabes, les seins d'une femme ne passent pas pour un symbole sexuel, et dans certaines tribus africaines les hommes sont par-dessus tout attirés par les femmes qui sentent le beurre rance. Mais partout l'intégrisme se caractérise par l'asservissement des femmes et la répression de leur sexualité.

Le christianisme a souvent flagellé les chairs, enserré le corps dans des vêtements étroits et des corsets étouffants agissant à la façon des ceintures de chasteté. Il vénère un Christ qui souffre sur la Croix, mais pourquoi justement l'image de Jésus est-elle celle d'une victime torturée puis mise à mort ? Quoi qu'il en soit, cela explique comment la religion qui nous a bercés rend difficile l'identification à un être humain libre et joyeux.

Si l'homme du XXIe siècle n'est pas devenu maître de son noyau intérieur, comment peut-il prétendre maîtriser celui de l'atome ? Le grand péché est de se croire tout-puissant, de continuer à dire « Je suis moi » tout en refusant son appartenance au Cosmos. On lui coupe le cordon ombilical à la naissance et l'homme passe le reste de sa vie à se regarder le nombril alors que, en plongeant à l'intérieur de lui-même, il pourrait peut-être apprivoiser son serpent intérieur. Pour Jung, dans nos rêves, cet animal ne symbolise-t-il pas ce qui est incompréhensible en nous ?


Brigitte Lahaie, « Les chemins du mieux aimer ».


Site de Brigitte Lahaie : 


3 comments:

  1. slanpa10:43 AM

    ...puissions nous tous re-découvrir l'apport inestimable de W.Reich!...

    ReplyDelete
  2. Anonymous7:05 PM

    l'industrie du porno est là pour defonc.. oups..éduquer nos petits....c'est fantastique....ALLELUIA

    ReplyDelete