Wednesday, October 03, 2012

La biographie non autorisée du Dalaï-lama




Sous le gouvernement des lamas, le Tibet c'était « Dallas, sexe, neiges éternelles, argent et pouvoir ».

En 2003, le livre de Gilles Van Grasdorff Le Dalaï-lama, la biographie non autorisée est publié chez Plon. Un lecteur de Bouddhanar a retrouvé l'interview de Gilles Van Grasdorff dans le n° 44 de la revue Bouddhisme actualités.

Dix ans d'enquêtes

« Ces années de rencontres avec le Dalaï-lama, dit Gilles Van Grasdorff, sa famille, ses amis, ses détracteurs, de plus en plus nombreux au sein de son peuple, toutes ces années de collaboration avec son médecin, Tenzin Chœdrak, ont été des moments intenses, uniques à vivre. Tous m'ont donné la possibilité de vivre une formidable expérience spirituelle et humaine. »

L'entourage du Dalaï-lama

« Trop de gens autour de Sa Sainteté tirent les ficelles. Il serait naïf d'imaginer que la société tibétaine ait pu échapper aux fléaux qui ont frappé nos civilisations. Ainsi, quelques familles continuent à se partager le pouvoir. C'était déjà le cas au Tibet, ayant l'invasion chinoise de 1949. Cela n'a pas changé. Ces familles participent au gouvernement de l'exil, ont parfois un ou deux ministres en place, se partagent les fonctions dans les principales institutions, multiplient les réincarnations en leur sein. Pour l'argent, simplement. Parmi eux, il y a des incapables que l'on déplace au gré des occasions ou des élections. Mais un incapable reste un incapable, qu'il soit ministre ou représentant de Sa Sainteté dans un Bureau du Tibet, en Occident ou en Asie. Dans le Tibet du XXe siècle, on complote, on empoisonne, on assassine, on corrompt, on trahit... »

La corruption

« La corruption a été le quotidien des régences au Tibet. L'interrègne de Reting Rinpotché et de Tagdra Rinpotché n'y a pas échappé. Les deux régents se sont comportés comme des voyous. C'est « Dallas, sexe, neiges éternelles, argent, pouvoir ». La famille du Dalaï-lama a été victime des perfidies de ces régents : son père a été assassiné pour avoir soutenu Reting Rinpotché et pour bien d'autres choses encore ; et le doute a été colporté par Tagdra Rinpotché sur le statut même de Tenzin Gyatso. Ici, les choses ont finalement bien tourné pour l'actuel Dalaï-lama : le régent avait imaginé l'élimination de tous les frères de Sa Sainteté, pour mieux pouvoir se débarrasser du Dalaï-lama ensuite, et, écarter amala, sa maman, une femme extraordinaire de bonté et d'honnêteté. »

Le rôle de la CIA et les services secrets chinois

« Et celui des services secrets indiens, aussi, précise Gilles Van Grasdorff. Je raconte, par exemple, une attaque par un groupe de résistants tibétains commandés par un mercenaire. Alors qu'ils s'apprêtaient à brûler les véhicules chinois, ils ont découvert des sacs de courrier et un dossier, qui furent expédiés à Langley, le siège de la CIA. Étudiés par leurs spécialistes de la langue chinoise, les documents s'avéraient d'une extrême importance. Mais, à l'époque, à Washington, des gens proches de la présidence n'y ont pas vraiment cru. Il leur a fallu du temps pour comprendre ! Je tiens à une précision : la CIA a dupé la résistance tibétaine. Quant aux services secrets chinois, ils recrutaient à l'époque des indiens pro-maoïstes. Autant dire qu'il leur a été facile d'infiltrer Dharamsala, dès 1960, dès l'installation du Datai-Lama. Quant à Gyalo Thondoup, le frère du Dalaï-lama, il entretenait des relations assez régulières avec les services secrets indiens. »

Le Dalaï-lama était-il informé de ce qui se tramait ?

« Pour certaines choses, oui. Ne l'oublions pas, il était le chef du gouvernement du Tibet en exil. Quant à la CIA, on la retrouverait dans l'évasion de Sa Sainteté Urgyen Trinley Dordjé. Rappelons-le, le XVIIe Karmapa a fui Tsourphou, son monastère, le 28 décembre 1999, au nez des Chinois. Une fois la chaîne himalayenne traversée, on est dans le Mustang, là où la résistance tibétaine avait ses bases arrières et son commandement. Toutes les enquêtes le prouvent, des Occidentaux traînaient dans les parages, prêts à voler au secours des fuyards, si les choses tournaient mal. C'est à l'orée d'un petit village de montagne, que le XVIIe Karmapa, Urgyen Trinley Dordjé, a grimpé à bord d'un hélicoptère loué à une société népalo-américaine. Le Karmapa a ensuite été « réceptionné » par un Américain. Nous étions en Inde. L'homme l'a conduit à une voiture. En route pour Dharamsala, où Sa Sainteté est arrivée le 5 janvier 1999. »

Les exactions des Gardes Rouges TIBETAINS

« Au cours de mes recherches, des Tibétains m'ont parlé du rôle ambigu de leurs compatriotes au moment de la Révolution culturelle chinoise de 1966. J'ai fouillé, interrogé, lu des documents, essayé de comprendre les non-dits, les silences coupables. En 2002, un article paru dans le Courrier international, écrit par un philosophe chinois, communiste, a attiré mon attention. Lors de mon dernier voyage en Inde, j'ai poussé mon enquête. Et, j'ai trouvé des réponses, lourdes de sens, non pas à Dharamsala, mais ailleurs. Oui, des Tibétains, enrôlés dans les Gardes Rouges, ont participé aux exactions commises sur le Toit du Monde. Oui, des Tibétains ont commis des crimes, détruit des monastères, torturé des moines et des nonnes. Ces gardes rouges tibétains étaient jeunes. Ils avaient seize, dix-sept ans, vingt ans pour quelques-uns. Enlevés à leurs familles au début des années 50, ils avaient été - s'ils survivaient - éduqués en Chine communiste. Lorsque la Révolution culturelle a éclaté, ces jeunes ont été renvoyés dans leur pays. C'était une aubaine pour Mao ! »

La situation actuelle des dignitaires du bouddhisme tibétain

« Le XXIe siècle ne semble guère varier du précédent. Les hommes restent les hommes. Ainsi, que ne ferait-on pas pour une coiffe noire, celle des Karmapas, actuellement à Roumtek ? Côté pile, Shamar Rinpotché a été accusé d'avoir voulu s'emparer des biens du XVIe Karmapa. Le procès qui lui a été fait, n'a abouti à rien. On dit aussi que Sa Sainteté à la coiffe rouge a échappé à un attentat. Côté face, Tai Sitou Rinpotché, l'autre régent de la lignée Kagyupa, est accusé de fricoter avec la Chine communiste. »

Où est la vérité ?

« Il ne m'appartient pas de prendre position pour ou contre Urgyen Trinley Dordjé, pour ou contre Trinley Thayé Dordjé, les deux XVIIe Karmapas. Je les connais tous les deux, je les apprécie tous les deux. Mais, en écrivant cette biographie, je me dois de témoigner. Et je m'interroge sur la tentative d'assassinat du XVIe Kannapa. Est-ce bien le gouvernement tibétain qui a recruté le tueur à gages pour assassiner Sa Sainteté Rangjoung Rigpé Dordjé ? »

Des révélations concernant le Xe Panchen-lama Choekyi Gyaltsen

« En fait, il y avait un autre candidat. Un jour, on m'a remis un document chinois. Il datait de 1938, et relatait l'histoire de cet enfant. La traduction a été réalisée par des amis chinois. Il s'agit de magouilles, de manipulations, de pressions autour des réincarnations. Ce n'était pas la première fois, ce ne sera certainement pas la dernière. Mais nous aurions très bien pu nous retrouver à l'époque avec deux Xe Panchen-lama, l'un proche de Lhassa, l'autre proche de Nankin et du Guomindang.

Concernant Guendune Choekvi Nyima, le XIe Panchen-lama, enlevé par les Chinois en 1995, aussitôt sa désignation par le Dalaï-lama et remplacé par Norbou, un garçon du même âge, né dans le même village que Guendune, dont les parents sont membres du Parti communiste local, je pense que le Dalaï-lama a commis une erreur grave en désignant cet enfant, sans l'avoir « mis à l'abri » auparavant. Dans la lignée Gelougpa, le rôle du Panchen-lama est essentiel à la mort du Dalaï-lama, il doit désigner le XVe Dalaï-lama, Nous nous retrouverons probablement avec un Dalaï-lama chinois et un Dalaï-lama « libre », du côté de Dharamsala ou ailleurs. A vous avouer le fonds de ma pensée, je prévois des années encore très noires pour le peuple tibétain. »

Site de la revue Bouddhisme actualités :


Le Dalaï-lama, la biographie non autorisée

La personnalité charismatique du dalaï-lama, ses actions en faveur de la paix qui lui ont valu le prix Nobel en 1989, son influence morale dans le monde en font un personnage de tout premier plan. Mais paradoxalement, le chef politique du Tibet est entouré de nombreux mystères.

Qui est-il exactement ? Quelle part a pris sa famille dans son accession au pouvoir ? Sa mère est toujours un symbole respecté des Tibétains. Mais son père ? Est-il décédé de mort naturelle ou a-t-il été assassiné ? Quel rôle ont joué les services secrets chinois et la CIA au pays des neiges ? Quels furent leurs agissements, leurs mensonges, leurs ambiguïtés ? Le gouvernement en exil à Dharamsala n'a jamais été reconnu par les autres nations. Pourquoi ? Et que deviendra le Tibet après la disparition de son leader ?

Ce livre, nourri d'informations inédites et d'entretiens avec plusieurs personnalités, notamment le dalaï-lama lui-même, invite à s'interroger sur l'avenir d'une nation et d'une civilisation menacées de disparition. 




Né en 1948 à Saint-Amand l’Escaut, près d’Anvers, Gilles Van Grasdorff débute comme reporter en Afghanistan, au Honduras, au Tchad, aux portes de la guerre. En 1993, de sa rencontre avec le XIVe Dalaï-lama naît un livre d'entretiens, Terre des dieux, malheurs des hommes. Avec Jetsun Pema, sœur du Dalaï-lama, il écrit Tibet, mon histoire, préfacé par Elie Wiesel, livre traduit en onze langues. Depuis, ont paru notamment L’Histoire secrète des dalaï-lamas (Flammarion, 2009) et Alexandra David-Néel, (Pygmalion, 2011). 

3 comments:

  1. VOICI LE MESSAGE DE SHAMAR RINPOCHE A SES DISICPLES QUI ETAIT LE SUIVANT
    nous avons tous le droits sur le corps de cette femme, Mireille 19 ans, de la mettre enceinte sans son consentement, de faire une cérémonie occulte pour la maudire, de lui enlever sa force afin qu'elle soit vulnérable et de la violer et de la torturer et la persécuter

    à chaque réincarnation tu t'acharnes à devenir puissant, par jalousie de ce que sont certains, mais tu n'as toujours été qu'une catastrophe ambulante
    http://enchainementdecriminalites.centerblog.net

    ReplyDelete
  2. oui, deux karmapas

    EN FAIT MON HISTOIRE C'EST L HISTOIRE D UNE INNOCENTE PUNIE PARCE QU'ELLE N A PAS FAIT CE QUE L ON ATTENDAIT D'ELLE BEN SI C EST CA TA RELIGION BOUDDHA C EST DE LA MERDE!

    Il existe deux karmapas car en fait toute cette barbarie a été rejetée par beaucoup de personnes à Aix en provence seuls sont restés avec shamarpa les merdes!!!!!!!!!! ceux qui étaient d'accord avec cette violence.

    c'est pour cela que tu existe Ogyen parce que ils sont trop méchants trop mauvais trop stupides et trop égoistes

    ReplyDelete
  3. je me demande si un jour le bouddhisme tibétain amènera autre chose que la souffrance

    ReplyDelete