Monday, March 19, 2018

Le bouddhisme celtique

Le Tartanyana



"Qu'est-ce qu'il faut faire
Quand on ne sait rien faire ?
On devient un homme à tout faire." 
Nino Ferrer 


Dans les années 1970, comme dans la chanson de Nino Ferrer « Les hommes à tout faire », John Perks, qui ne sait rien faire, devient l'homme à tout faire du lama tibétain Chogyam Trungpa. Perks se qualifie lui-même de « serviteur idiot » dans son livre « The Mahasiddha and His Idiot Servant ». 


Quelques années plus tard, le « serviteur idiot » réalise que parmi les nombreux disciples de Chogyam Trungpa il y a plus crétin que lui, ils sont même légion ; et ne sont pas tous radins... Bref, John Perks a la révélation de sa nouvelle vocation. Il s'installe gourou à son compte après avoir concocté une salade celto-bouddhique sans omettre de l'agrémenter de tantrisme et d'occultisme.

L'ancien larbin de Chogyam Trungpa a rapidement des disciples qui se prosternent devant lui en l'appelant "Votre Sainteté Seonaidh Perks".

Andrew Peers, "Idiot Servant" du bouddhisme celtique, suggère de créer un quatrième yana. Après les Hinayana, Mahayana et Vajrayana, il y a le  "Ticayana, dérivé de Celtica-yana, ou le Tartanyana".

Source :


His Holyness Seonaidh Perks

"La tradition celtique ressemble beaucoup à la tradition Bön du Tibet", révèle Sa Sainteté Seonaidh Perks. La couleur bleue distingue les religieux bönpo des moines bouddhistes.




No comments:

Post a Comment

L'agressivité des sectateurs et des extrémistes du néo-bouddhisme ne permet pas les commentaires.

Note: Only a member of this blog may post a comment.