mardi, mars 06, 2018

Le sourire du Dalaï-lama ... et ce qu'il y a derrière




Depuis une vingtaine d'années, il existe en allemand une littérature critique sur le Dalaï-lama. Le théologien bâlois Bruno Waldvogel-Frei figure parmi ceux qui ont alerté l'opinion sur le pan mystique et secret du bouddhisme tibétain.

Pour Bruno Waldvogel-Frei, les français ont une image erronée du lamaïsme. Il souligne l'influence et le rôle médiatique du moine Matthieu Ricard.

En France, dit Bruno Waldvogel-Frei, « il n’y a pas vraiment d’analyse approfondie du bouddhisme tibétain du point de vue de la philosophie de la religion. L’entourage du Dalaï-lama a magnifiquement réussi à escamoter complètement l’orientation religieuse spécifique de sa « star ». Il est le plus haut représentant de l’Ordre de Gelougpa, un système tantrique (mystico-sexuel) qui fait froid dans le dos. Rares sont les Occidentaux à savoir, par exemple, que le sexe avec des adolescentes à partir de douze ans joue un rôle central dans cette voie d’illumination. Quand j’ai découvert cela, j’ai crû m’être trompé de film. Ce courant propre au Dalaï-lama, qui se présente sans façon comme représentant du bouddhisme, est du reste directement désavoué par d’autres courants du bouddhisme et non des moindres.

Question : Comment situer le Dalaï-lama par rapport à d’autres figures religieuses qui s’adressent beaucoup aux politiques, le pape, par exemple ?

Bruno Waldvogel-Frei : Je l’ai déjà dit, il se présente comme quelque chose qu’il n’est absolument pas dans la vision bouddhiste globale. Le Dalaï Lama n’est pas le pape des bouddhistes, même si son fan-club de Hollywood et lobby dalaïste le clament haut et fort. Son système religieux n’est ici ou là (zum teil) pas du tout compatible avec d’autres courants. Et ce n’est de toutes façons même pas le programme – contrairement au Pape et aux catholiques, par exemple.

La situation relève de la schizophrénie. Voilà un homme dont on a fait une icône, mais dont on voudrait passer sous silence le système religieux dont il est issu… et c’est ce qu’on fait. L’histoire du bouddhisme tibétain est, même si elle n’est pas la seule, une longue liste de luttes de pouvoir, d’empoisonnements, de cabinets de torture jusqu’à une armée de moines. C’est toujours le cas aujourd’hui. En Inde, les adorateurs de Dordjé Shugden [une manifestation «concurrente» du Bouddha – ndlr] sont expropriés, jugés, leurs maisons détruites. Le Dalaï-lama au sourire perd le Nord et on ne peut pas parler d’entente cordiale avec de tels courants différents du bouddhisme.

Si l’on prend une autre comparaison, par exemple, celle de Maharishi Mahesh Yogi, propagateur de la paix mondiale par la paix intérieure grâce à la MT dans les années 80.

Bruno Waldvogel-Frei : Oui, il y a des points communs entre le Dalaï-lama et Maharishi. Tous deux sont célébrés comme des popstars ; ils sont la coqueluche de nos élites. Et tous deux ont réussi à apprêter l’ésotérisme oriental pour les salons de l’Occident.

Le Dalaï Lama est le tenant, historiquement, l’héritier, aujourd’hui, d'un pouvoir dynastique et autoritaire. Son peuple le soutient-il ?

Bruno Waldvogel-Frei : Sa base s’effrite. D’une part parce que les Tibétains en exil n’ont plus qu’un rapport distant avec leur propre tradition ; ils ne comprennent plus guère ce qui se passe pendant ces cérémonies interminables. D’autre part, ils sont déçus par le peu d’influence qu’a le Dalaï-lama sur l’occupation chinoise. Ici, on peut aussi préciser que notre histoire du Tibet est complètement focalisée sur la 20e siècle ; par le passé, les principaux agresseurs des Chinois ont été les Tibétains. Les actions violentes de 2008 ont montré que, tant les moines que les jeunes Tibétains, veulent de la nouveauté, que ça bouge ; et pour finir, il y a un ressentiment à voir l’establishment religieux dorer leur temple plutôt que de prendre soin des nécessiteux.

Beaucoup s'agacent des fastes de la cour de Dharamsala [le gouvernement en exil des Tibétains se trouve en Inde ndlr].

Il n’y a pas de discours ouvert sur l’avenir du Tibet. Mais ça, personne ne vous le dira ouvertement, parce que le Dalaï-lama incarne l’espoir des Tibétains. Et tant qu’il est de la partie, on s’agrippe à toute poutrelle, c’est bien compréhensible. Il faut lui reconnaître cependant d’avoir réussi à faire de la situation au Tibet un thème des relations internationales. Cela force le respect.

Le bouddhisme tibétain présente-t-il un risque au niveau européen, disons autre que personnel? 

Bruno Waldvogel-Frei : En Europe, le bouddhisme est plutôt un produit de consommation.

Difficile d'imaginer la jeunesse occidentale persévérer dans une voie qu'on dit vraiment exigeante. Par ailleurs, le bouddhisme tibétain n’a pas de puissance démographique, politique ou militaire, contrairement à l'islam, par exemple.

Le bouddhisme tibétain a effectivement très peu de pratiquants. 
(Toutefois, une "élite" de dégénérés, fascinée par l'occultisme et les pratiques magico-pédophiles du Vajrayana, soutient les lamas contre vents et marées. ndlr)


Bruno Waldvogel-Frei est l'auteur de "Le sourire du Dalaï-lama". Le livre est épuisé.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.