jeudi, mars 22, 2018

Faut-il brûler le MAC ?


"Artiste" de fin de cycle

En 2013, Adel Abdessemed fait massacrer des animaux à coups de marteau. La souffrance animale lui procure indiscutablement du plaisir. A l'école on qualifiait son rire tonitruant de "satanique".


Artiste apprécié de riches collectionneurs

Adel Abdessemed est un des artistes les plus aimés de certains grands collectionneurs. "François Pinault lui a réservé une large place dans l'exposition que la ville de Lille a présentée de sa collection, d'octobre à décembre 2007. PS1, l'annexe contemporaine du Museum of Modern Art de New York, lui a fait l'honneur d'une exposition personnelle. Il a aussi intégré une des plus prestigieuses galeries de Manhattan, David Zwirner"... (Harry Bellet)


Il y a quelque chose de pourri au royaume du Danemark, comme dirait William Shakespeare.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.