lundi, mars 12, 2018

Le Grand Plan




Le Grand Plan


Le projet géopolitique de Nicholas Roerich, généralement appelé le « Grand Plan », était d'établir un nouveau royaume pan-bouddhiste et transnational s’étendant du Tibet au sud de la Sibérie.

Ce nouveau pays serait l'expression terrestre de l'invisible royaume de Shambhala, « le lieu saint, ou le monde terrestre se lie avec les états les plus élevés de conscience ».

L'ambition de Roerich n’était rien de moins que de préparer l’avènement d'un Nouvel Age de paix et de beauté, qui serait inauguré par la manifestation terrestre de Maitreya, le Bouddha du futur. Seul un petit cercle de confidents et de sympathisants à New York était initié aux véritables aspirations de Nicholas Roerich et de sa femme.

La publication des journaux d'Elena Roerich, qui contiennent les messages transcrits reçus entre 1920 et 1944 depuis la sphère astrale et transmis par les Maîtres spirituels d'une soi-disant "Grande Fraternité Blanche", révèle un projet mondial pour "favoriser l’évolution humaine". Ce projet pourrait être le moteur secret de ce qu'on appelle le "Grand Jeu", c'est-à-dire le contrôle de l'Eurasie et du monde par des occultistes.



Un livre clé 


Le livre de Saint-Yves d'Alveydre « Mission de l'Inde », écrit avant 1886  mais publié seulement en 1910, valorise l'ordre synarchique qui domine dans le monde souterrain d'Agartha. Les idées synarchiques de Saint-Yves ont surtout été portées par les membres fondateurs de l'Ordre Martiniste (établi en 1888) comme Papus (Gérard d'Encausse), Francois-Charles Barlet alias Albert Faucheux (1838-1921) et Pierre-Augustin Chaboseau (1868-1946). Les Martinistes et leurs associés étaient de fervents défenseurs du rapprochement franco-russe, non seulement à cause de leur profond dégoût de l'Allemagne bismarckienne, mais aussi parce que selon leurs points de vue, la Russie était un pays clé.

Selon les initiés, une confrérie maçonnique tibéto-mongole composé de 33 loges et d'un comité occulte suprême étaient impliqués dans les mystérieux enjeux géopolitiques du 19ème et 20ème siècle.



Alexander Barchenko 


Alexander Barchenko (1881-1938) était un occultiste du début de la Russie soviétique et l'ami d'un chef de la police secrète bolchevique, le cryptographe Gleb Bokii. Il tenta de synthétiser l'utopie sociale de Saint-Yves d'Alveydre avec le bolchevisme, la fascination pour le Tibet, la spiritualité bouddhiste et la recherche de Shambhala. Après son arrestation en 1937 par le GPU, il "confessa" lors des interrogatoires comment il avait été contacté en 1923 par deux membres de ce qu'il a appelé la "Grande Fraternité de l'Asie", soi-disant une organisation occulte pour l'ensemble de l'Asie intérieure, unissant diverses confréries mongoles et tibétaines, des ordres musulmans et derviches et même des groupes juifs hassidiques...

Le premier de ces hommes était le lama Naga Naven. Il se disait "le représentant de Shambhala" et vivait à cette époque dans la maison de la Mission tibétaine à Leningrad. Le lama était venu à Moscou pour négocier avec les dirigeants bolcheviques afin de "faire progresser un rapprochement entre le Tibet occidental et l'URSS ". Les lamas du Tibet occidental sous la direction du Panchen Lama étaient en désaccord avec la politique du dalaï-lama qui, après 1904, entretenait des relations plus amicales avec les Britanniques.

La deuxième homme, était Khayan Khirva, membre du TsK du Parti du peuple mongol. Les deux faisaient pression sur Gouvernement soviétique pour des relations politiques et culturelles étroites entre l'URSS et le Tibet Occidental et la Mongolie du Sud.



Roerich et Roosevelt 


Les Roerich avaient d'importants soutiens aux Etats-Unis en vue de la réalisation du « Grand Plan ». Le soutien financier américain était assuré par le Roerich Museum de New York et de riches clients comme Charles Crane et Louis Horch. 

A partir de 1933, ils pouvaient compter sur le soutien enthousiaste du Secrétaire à l'Agriculture, Henry A. Wallace (1888-1965), qui était lui-même un occultiste et un franc-maçon de haut-rang (32ème degré). Wallace participait également aux réunions de la Société Théosophique depuis 1919. Il avait rejoint l'Eglise Catholique Libérale associée à la Théosophie. En 1929, il rencontra Roerich qui fut dès le début des années 1930 son "Gourou". L'influence de Roerich était considérable. Quand Wallace suggéra en 1934 que le symbole de la grande pyramide serait approprié sur le billet d'un dollar, il avait probablement été influencé par Nicholas Roerich.

Avec l'aide de Wallace, les Roerich furent finalement en mesure d'approcher le président lui-même Franklin Delano Roosevelt. Roosevelt était fasciné par la géographie, l'histoire, les cultures et les religions de l'Asie, du Tibet à la frontière sibérienne.



Roerich et les nazis 


Heinrich Muller, responsable d'une section de la Gestapo, le Reichssicherheitshauptamt (RSHA), a déclaré lors de ses interrogatoires de 1948 que Roerich était connu de la Gestapo sous le nom de code "Lama". Roerich avait contacté le régime nazi en 1934 dans l'espoir d'obtenir un soutien de ses projets en Asie centrale, dont l'objectif principal restait la création du Royaume de Shambhala sur Terre.


Poutine 

La géopolitique occulte a trouvé un renouveau au début des années 1990 parmi les partisans du mouvement néo-eurasiste.

Une figure importante dans ce mouvement est Alexander Dugin. Il entretient d'étroites relations à la fois avec les droites européennes et les traditionalistes ésotériques, adeptes de Saint-Yves 
d'Alveydre, Papus, Evola, Guénon et autres... Un rumeur répandue dans ce milieu prétend qu'une fraternité secrète d'Agartha existe dans les rangs du GRU. 

Pour l'écrivain roumain Jean Parvulesco (1929-2010), Vladimir Poutine est un artisan du « Grand Empire Eurasiatique ». Parvulesco affirmait aussi la nécessité d’une lutte totale contre les forces de subversion contre-initiatique et le tantrisme. 


Roerich : Auto-portrait



D'après les recherches de Markus Osterrieder.

Livre de Saint-Yves d'Alveydre, La mission de l'Inde.



Une révélation fumeuse d'Elena Roerich 

(Extrait de ses "Lettres").

« Tout ce qui tend vers la pureté et la bonté devrait être encouragé et protégé. Mais on doit comprendre qu’aucun Maître de la Fraternité, après avoir passé plusieurs années dans la Citadelle principale, n’est en mesure de vivre au milieu des gens pendant le temps de la bataille d’Armageddon. Même des disciples avancés sont incapables de rester longtemps dans les vallées, et ne supportent pas la proximité de certaines auras. Cela est d’autant plus difficile pour les Maîtres de la Fraternité Blanche !

Dans les "Lettres des Mahatmas", on mentionne la grave maladie du Grand Instructeur K.H. (Koot Hoomi also spelled Kuthumi) après ses contacts avec les gens dans les vallées. Celui qui dirigeait alors à Shambhala le rappela au Tibet pour une longue période afin de réparer son filet protecteur. Bien sûr, les Mahatmas sont en mesure de se protéger complètement contre les influences de la foule, mais s’ils agissaient ainsi, beaucoup de gens se retrouveraient soudainement dans le Monde Subtil. Voilà pourquoi les Maîtres ne font pas usage de leurs pouvoirs. De même, le Grand Instructeur M. (Morya)en se rendant au Sikkim pour rencontrer H.P. Blavatsky, fumait continuellement une préparation d’ozone pour se protéger. C’est d’ailleurs ce qui a donné naissance au mythe que le Maître M. fumait du tabac. Dans sa description de la rencontre avec le Maître M., H.P. Blavatsky a fait mention d’une pipe indienne, mais a omis d’ajouter le genre de pipe et de quoi elle était bourrée. C’est ainsi que naissent certains mythes. »



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.