Friday, November 25, 2011

La guerre populaire en Inde




En Occident, les indignés subissent matraquage et gazage avec stoïcisme, la résistance non-violente oblige. Mais au pays de Gandhi, les paysans victimes des multinationales ne croient plus aux manifestations pacifiques où l'on pratique Ahimsa, la non-violence prêchée par les bouddhistes, les jaïns...

En Inde, terre de spiritualité, une armée de prolétaires athées s'oppose à la plus grande « démocratie » du monde. L'armée populaire, fondée par des paysans maoïstes, lutte contre le pouvoir capitaliste de Delhi qui dépouille les villageois de ressources naturelles enviées par les multinationales.

En Inde, les paysans endoctrinés par les prêtres étaient résignés quand on les spoliait. "C'est votre karma !" leur disait-on. A la fin des années 60, un vent venu de Chine maoïste balaya les superstitions et les dogmes religieux qui font si bien le jeu des exploiteurs.

La rébellion indienne s'est répandue dans 20 des 29 États de l'Inde, en particulier le long d'un « corridor rouge » couvrant le Jharkhand, le Bengale occidental, l'Orissa, le Bihar, le Chhattisgarh, l'Andhra pradesh.

Les médias n'évoquent jamais la lutte armée du peuple
indien contre le capitalisme, cela pourrait donner des idées aux populations occidentales qui subissent la crise et la rigueur pendant que les riches continuent à s'enrichir sans modération.




Kishenji a été assassiné par l’État indien

Le 23 Novembre 2011, Kishenji, porte-parole du Parti Communiste-maoïste Indien, a été assassiné dans le cadre de l'opération Green Hunt, véritable terrorisme d’État ! Kishenji était connu pour apparaître dans les médias de dos, le fusil en bandoulière.
http://drapeaurouge.over-blog.com/article-notre-camarade-kishenji-a-ete-assassine-par-l-etat-indien-90003718.html




No comments:

Post a Comment