Thursday, September 17, 2015

L'étrange mitre du pape




Depuis 1964, les papes renoncent à la Tiare ou Trirègne qui contenait dans ses trois couronnes, une claire et unique symbolique des trois pouvoirs d’origine divine attribués au Pontife. Il est devenu d’usage courant depuis lors de « couronner » un nouveau Pape avec une simple mitre.

La mitre, dit Franco Adessa, n’ayant pas de claire et précise symbolique historique codifiée, peut être sujette au risque d’altération ou même de bouleversement de sa signification des pouvoirs d’origine divine attribués au Pape. L’absence d’une symbolique codifiée à attribuer à la mitre ferait alors retomber la pleine responsabilité de la symbolique utilisée directement sur le Pontife qui l’approuve, la reçoit et l’accueille sur sa tête. »

La mitre de la bête

« Puis je vis monter de la terre une autre bête, qui avait deux cornes semblables à celles d’un agneau, et qui parlait comme un dragon. »

« Ce verset, écrit Simon André, signale l’avènement d’une bête qui avait deux cornes semblables à celles d’un agneau, c’est-à-dire d’un homme élevé à la dignité épiscopale (la mitre est une bicorne). Nous le voyons monter de la terre, c’est-à-dire qu’il est épris des biens terrestres et non des biens célestes. Il s’agit là de la marque des faux docteurs, qui poursuivent des fins intéressées. Ce faux docteur ressemble extérieurement à l’Agneau, c’est-à-dire à Jésus-Christ, qui a institué à la tête de l’Église un Vicaire pour le représenter. Ainsi, les trois bêtes, les antipapes Wojtyla, Ratzinger et Bergoglio, sont aux yeux du monde de vrais Vicaires du Christ, mais chacun peut s’apercevoir qu’ils n’en sont pas, en réalisant qu’ils parlent comme un dragon. Ils sont les faux prophètes précurseurs de l’Antéchrist-personne. »

La mitre ci-dessus a été portée par Benoît XVI. « Mitre sans un symbole chrétien, constate Franco Adessa, mais qui, par de symboles occultes, glorifie l’Homme-Dieu et la Triple Trinité maçonnique. »

Simon André, auteur très catholique, est catégorique :

« La franc-maçonnerie a orchestré l’éclipse de l’Église de façon progressive. Sous un certain rapport, cette secte a enveloppé la terre de ténèbres dès 1962, puis en 1972, 1975, 1978 et 1986/1988, 1993, 2002, 2011 et 2014. Ces dates correspondent respectivement à l’ouverture de Vatican II, à la neutralisation progressive de Paul VI (1972, 1975 et 1978), aux rencontres d’Assise (1986, 1993, 2002, 2011), à la fausse excommunication de Mgr Lefebvre (1988) et à la pseudo-béatification (2011) et prétendue canonisation (2014) de Wojtyla. »

Toujours selon Simon André, « les différentes organisations maçonniques diffusent dans le monde entier la pensée anticatholique, et elles sont bien plus influentes et efficaces que beaucoup ne le pensent. En 2012, François Hollande, président de la République française, n’a pas hésité à déclarer : « Si l’on croit, comme c’est mon cas, dans la République, à un moment il faut passer par la franc-maçonnerie. » Le cas de Vincent Peillon est typique. Dans sa biographie wikipedia, on lit qu’il est le fils de Gilles Peillon, banquier communiste décédé en 2007 qui était autrefois directeur de la première banque soviétique hors d’URSS. Sa mère Françoise Blum était une juive alsacienne et son oncle maternel Étienne Blum est coinventeur de la pilule RU 486 (abortif). Enfin, sa grand-mère Thérèse Lion était féministe. Il a été nommé ministre de l’Éducation nationale le 16 mai 2012. L’Église Catholique est aujourd’hui si affaiblie qu’il n’a pas hésité à exposer ouvertement l’idéologie franc-maçonnique, son travail de destruction et sa continuité, depuis la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen jusqu’à aujourd’hui, en proposant ses deux livres comme pistes de réflexion permettant de poursuivre l’œuvre de ce qu’il appelle lui-même « la Révolution. » Ces deux livres sont intitulés la Révolution française n’est pas terminée et une religion pour la République : la foi laïque de Ferdinand Buisson.

A la page 277 de ce dernier volume, publié en 2011 aux éditions du Seuil, on lit : « Car toute l’opération consiste bien, avec la foi laïque, à changer la nature même de la religion, de Dieu, du Christ, et à terrasser définitivement l’Église. Non pas seulement l’Église catholique, mais toute Église et toute orthodoxie. […] Comprise ainsi, dans la réalité de son instauration, la laïcité apparaît pour ce qu’elle est : non pas une simple tolérance, une simple neutralité, un simple juridisme, mais, comme religion recherchée par la Révolution, une doctrine à la fois philosophique, morale, politique, pédagogique et religieuse précise et déterminée. Dans une République où la raison a besoin des secours de l’émotion, où les lois ne seront rien sans les mœurs et l’esprit sans le cœur, elle vient fournir un fondement et une doctrine à ce nouveau monde, issu de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, qu’il nous reste à bâtir. » Admettons donc que la franc-maçonnerie est une Synagogue de Satan, une conjuration satanique qui cherche à exterminer le catholicisme. »

Simon ANDRÉ « Le retour de Paul VI et les Apôtres des derniers temps ».

L'étrange mitre de Benoît XVI




Le retour de Paul VI et les Apôtres des derniers temps 

Ce livre a pour but d'expliquer que les prêtres de la Tradition Catholique ont commis l'erreur de négliger l'étude de l'enseignement des Pères de l'Église concernant la succession des âges. Ainsi, ils sont restés ignorants des événements annoncés par la Tradition Prophétique médiévale concernant les derniers temps de l'Église. Ils n'ont pas compris le message de la Salette et de Fatima car ils ne savaient pas que les exégètes de renom tel Saint Robert Bellarmin ont annoncé que Rome apostasierait à la fin des temps et chasserait le Pape. Tout au moins, quand ils étaient au courant, ils n'ont pas établi de rapport avec la prophétie de Saint Malachie, les prophéties de Merlin, et les Vaticinia de Summis Pontificibus. Malgré les avertissements du Ciel, ils n'ont pas réalisé que Flos Florum, Paul VI, était le pape martyr de la fin des temps exilé par la prise de pouvoir d'une antipapauté préparant le règne de l'Antéchrist.







24 comments:

  1. Anonymous7:19 PM

    Le Père Gabriele Amorth, l'exorciste officiel du Vatican, dit dans ses mémoires que Satan est au Vatican.

    ReplyDelete
  2. Anonymous7:55 PM

    Tout ce qui commence finit, et la phase de pourrissement est la plus visible.

    ReplyDelete
  3. Anonymous1:57 AM

    Le principe même de la papauté est anti-christique.
    Jésus s'est présenté explicitement comme notre frère.

    Toute notion de hiérarchie ou d'intermédiaire divin hormis Jésus en personne est fondamentalement contraire au message évangélique.

    Pourquoi perdre son temps en vains bavardages pour savoir qui sont les vrais ou les faux papes ? Cette distinction est elle-même une apostasie. Il n'y a jamais eu de vrai pape selon la parole du christ.

    Se poser comme le "Saint Père" donc comme supérieur à notre frère Jésus constitue non seulement une absurdité théologique mais une preuve consternante d'orgueil.

    Cette hiérarchie ecclésiastique est un emprunt à d'autres religions. Selon l'authenticité des évangiles, la hiérarchie religieuse et donc la papauté sont des importations païennes.

    Cela entretien le folklore et la bigoterie populaires mais n'a absolument rien à voir avec le message évangélique.

    Que de vains palabres situés à mille lieues de toute recherche spirituelle.

    ReplyDelete
  4. Anonymous2:11 AM

    Tout sorcier, exorciste ou autre saltimbanque qui se fait appeler "Père" (d'autant plus avec une majuscule) au nom de Jésus est un charlatan baignant dans l'apostasie.

    Si cet exorciste était un disciple authentique du christ, il se ferait appeler "frère" avec humilité.

    Quoi de plus simple pour un démon que de se laisser "exorciser" ostentatoirement pour légitimer un faux disciple de Jésus et berner ainsi les fidèles crédules. Quelle ruse grossière..

    Pratiquer l'exorcisme ne constitue en rien un témoignage des évangiles. Sorcellerie de bas étage.

    Où avez-vous lu dans les évangiles que Jésus invitait ses disciples à pratiquer l'exorcisme en son nom ?

    "Répandez la bonne nouvelle et aimez-vous les uns les autres."

    L'antéchrist est celui qui falsifie la parole du christ afin qu'elle serve ses propres croyances et superstitions.

    Du temps de Jésus, il n'y avait même pas de crucifix !

    Qui est assez sot pour gober une aussi stupide mascarade ?

    ReplyDelete
    Replies
    1. Anonymous2:27 AM

      ... berner les fidèles crédules ou berner l'exorciste lui-même et l'entraîner dans un système démoniaque de croyances tordues radicalement éloigné du message évangélique et de sa simplicité.

      Delete
    2. Anonymous2:43 AM

      Chasser les mauvais esprit n'est pas plus propre à une religion particulière que de soigner les maux d'estomac. Il s'agit d'une pratique thérapeutique. On peut être un très bon médecin sans pour autant être une référence dans le domaine de la spiritualité.
      L'exorciste officiel du Vatican n'est pas plus spirituellement crédible que le dentiste du Pape ou le tailleur qui a confectionné papale ou le banquier du Vatican.
      Chacun sa spécialité.
      De grand théologiens ou guides spirituels inspirés n'avaient aucune connaissances médicales.
      Attention au mélange des genres.

      Delete
  5. Anonymous2:22 AM

    Que la pratique de l'exorcisme ou de toute autre thérapie, naturelle ou non, produise des effets bénéfique sur la santé mentale ou psychique, tant mieux pour le patient.
    L'exorcisme, pas plus que le yoga, ne témoigne du message des évangiles.

    Ceci n'a rien à voir avec la mission évangélique sinon dans le seul sens où cela constitue une expression de l'amour du prochain et si l'intention est strictement altruiste et sans aucun calcul.

    Si cet exorcisme est par contre mis au service de la propagande vaticane ou autre charlatanisme au détriment du message évangélique, alors il s'agit de l'oeuvre de l'antichrist.

    ReplyDelete
  6. Anonymous7:19 AM

    Le culte catholique constitue un syncrétisme de tous les cultes païens que son expansion a rencontrés sur son passage.
    Cette récupération syncrétique fut le fruit d'un prosélytisme articulé sur des ambitions politiques, lesquelles sont vite devenues prioritaires par rapport à la portée spirituelle.
    L’épisode de Constantin n’opte certes pas en faveur de l’authenticité évangélique du culte.
    Les ambitions politiques d’un chef de guerre comme Clovis non plus.
    Quant à la corruption papale multiséculaire et aux innombrables intrigues politiques, elles ôtent définitivement toute pertinence spirituelle à cette institution corrompue au-delà des limites du grotesque.

    Par ambition politique, l’aspect spirituel a été falsifié au fil des siècles par l’assimilation de toutes les superstitions païennes au culte catholique. Ceci fait dire aux prophéties que la grande prostituée s’est corrompue avec tous les rois de la Terre (la tiare en est le symbole).

    Les églises ne sont pas non plus des monuments inspirés par les évangiles.
    Le clocher s’inspire des rites de fertilité des anciennes religions païennes. Les prêtres païens utilisaient des pierres dressées, des piliers, des obélisques ou des tours élancées pour représenter l’organe sexuel mâle.
    Les cloches puis l’horloge s’inspirent d’anciens cultes des luminaires et du découpage du temps des égyptiens et des chaldéens.
    Le découpage sexagésimal du temps vient du culte sumérien de Sin.

    Même la date de la nativité a été fixée abusivement au solstice d’hiver, repère temporel païen.

    Le symbole de la croix ne trouve pas non plus son origine dans les évangiles.
    Les suppliciés de l’empire romain n’étaient pas attachés sur une croix de cette forme.

    Dans le culte catholique, toute la mise en scène est fausse.

    Quant au contenu théologique du dogme, il s’agit d’un amoncellement invraisemblable de superstitions, inspirées en bonne partie des superstitions antiques de la philosophie grecque, surtout aristotélicienne (superstition des substances, etc.).

    La simple tiare conique d’origine est déjà un signe de souveraineté alors que Jésus a affirmé explicitement : mon royaume n’est pas de ce monde.
    Quelle que soit l’évolution ultérieure de la forme de cette tiare, elle constitue par définition un symbole de l’anti-christ.

    Un théologien, surtout d’inspiration chrétienne, qui se répand en cogitations stériles sur la forme supposée la plus authentique de ce chapeau de clown serait bien avisé de consulter un psychothérapeute.
    C’est grave docteur ? La psychose n’est pas loin si elle n’est déjà là.

    ReplyDelete
  7. Anonymous9:31 AM

    Vos commentaires sont dignes d'un expert en ésotérisme ! Il est inutile d'en dire plus pour comprendre ce qui inspire votre démonstration. Votre mental est contaminé par l'art de discourir et de tromper de l'Adversaire. Songez au salut de votre âme au lieu d'étaler votre fausse érudition. J'ai pitié de vous !

    ReplyDelete
    Replies
    1. Anonymous10:50 AM

      Je suis heureux d'apprendre que votre omniscience innée vous dispense de toute érudition et de tout esprit critique.
      J’espère toutefois que ce savoir inné ne vous dispense pas de l’érudition proposée par un livre que vous avez peut-être aussi mis de côté ... la Bible.
      A chaque époque ses pharisiens.

      A propos, simple détail de vocabulaire : les livres d’Histoire ne sont pas "ésotériques", sauf peut-être pour certains.

      Je vous souhaite de tout cœur d’accéder en temps opportun au salut.
      Mais je suppose que lui aussi vous l’avez déjà atteint ainsi que l’humilité, comme votre ton le laisse supposer.

      Je vous remercie toutefois de vous préoccuper du salut de mon âme, touchante attention.

      Je vous propose humblement de vous renseigner sur le mot très ésotérique : bibliothèque.
      Vous serez surpris de ce qu’il cache.

      Bien à vous.

      Delete
  8. Anonymous11:07 AM

    Le catholicisme est loin de constituer la voie unique et orthodoxe de fidélité au message évangélique.
    De l’avis général des commentateurs (exotériques et officiels des autres voies chrétiennes), il serait même la voie la plus corrompue par la compromission aux affaires de ce monde.
    Si selon votre vision omnisciente, ceci participe aussi de l’ésotérisme alors je ne peux vous être d’aucune aide.
    Bonne journée et bon voyage au pays des certitudes illusoires et des fausses doctrines.

    Epître à Timothée.
    " En effet, un moment viendra où certains ne voudront plus écouter l’enseignement juste. Mais ils suivront plutôt leurs désirs. Ils feront appel à une foule de maîtres qui leur diront ce qu’ils ont envie d’entendre.
    Ils fermeront leurs oreilles à la vérité et ils les ouvriront pour écouter des histoires fausses.
    Mais toi, sois raisonnable en toutes choses. Supporte la souffrance, travaille à annoncer la Bonne Nouvelle, sois un parfait serviteur de Dieu. "

    Les épîtres ne sont, de mon humble avis d’âme perdue et damnée, pas classées parmi la littérature ésotérique.
    Vous m’apprendrez peut-être le contraire.
    Je reste ouvert à tout enseignement.

    Seriez-vous chargé du prosélytisme d’une secte ?

    ReplyDelete
    Replies
    1. Anonymous11:10 AM

      L'Eglise catholique est une secte qui s'est imposée aux autres par ses intrigues multiséculaires.

      Delete
  9. Anonymous11:55 AM

    Je me permettrai de faire remarquer, du fond de mon ignorance spirituelle déguisée en savoir ésotérique (puis que toute forme de littérature est aujourd’hui devenue ésotérique ; heureux de l’avoir appris), qu’un auteur qui écrit "l’Adversaire" et non "l’adversaire" s’égare de ce fait dans l’idolâtrie et le polythéisme.

    Cette majuscule témoigne d’une forme subtile mais toutefois remarquable d’idolâtrie envers cet "adversaire".
    Il n’y a nulle raison de nommer l’adversaire avec une majuscule pour qui ne l’adore pas.
    Cette écriture trahit une dérive théologique manifeste.

    Pour rappel, le message de Jésus était oral et par ailleurs, il ne parlait pas français.

    L’usage de la majuscule pour nommer cet adversaire témoigne sans conteste de l’emprise sournoise de l’anti-christ.

    Du point-de-vue de l’approche théologique monothéiste stricte, il n’y a qu’un Dieu. L’adversaire ne peut en aucun cas constituer une entité concurrente de Dieu, même soumise, sinon cette approche dogmatique sombre dans le polythéisme.

    Il semble ici qu’une certaine omniscience religieuse, dictée par le dogme prétentieux et désuet de l’infaillibilité papale, a omis d’inclure la culture historique mais aussi la culture théologique.
    Cela fait un peu beaucoup pour qui chercherait à se présenter comme directeur de conscience.

    La théologie ne fait pas partie, elle non plus, de la littérature ésotérique ... sauf peut-être chez certains.

    ReplyDelete
    Replies
    1. Anonymous2:25 PM

      La sainte inquisition commence par étiqueter toute forme de savoir "d'ésotérique", "d'oeuvre du diable", puis finit par brûler tous les livres qui osent remettre en question la pensée unique et l'absolutisme des omniscients autoproclamés.
      On sent, chez certaines personnes peu enclines à se donner la peine de se cultiver, le retour de ce sombre désir propre à cet âge barbare.
      Une languissante envie de brûler toute forme d'expression de la culture ... comme d'autres extrémismes le font aujourd'hui ailleurs.

      Delete
  10. Anonymous1:05 PM

    Qui voit "l'adversaire" chez autrui ne l'a pas encore cherché en soi-même.
    Il est plus aisé de voir la paille dans l’œil du voisin que la poutre qui est dans le sien.
    Etc.
    Rien d'ésotérique en ceci.
    A chaque époque ses pharisiens.

    ReplyDelete
  11. Anonymous2:38 PM

    Désolé. Je vous faisais marcher. J'avoue tout.

    Le Saint Père est le seul représentant de Dieu sur Terre.
    La Terre est plate et les dinosaures n'ont jamais existé.

    Vous avez raison sur toute la ligne.
    Mea culpa.

    ReplyDelete
  12. Anonymous9:50 PM

    Comme s'il n'y avait pas de sujet plus important en ce moment :
    http://www.lemonde.fr/europe/article/2015/09/18/munich-se-prepare-a-eviter-la-rencontre-entre-buveurs-de-biere-et-migrants_4762977_3214.html?xtmc=munich&xtcr=1
    je veux dire pour « les buveurs de bière bavarois qui ne sont pas habitués à croiser dans les escaliers des gens extrêmement pieux qui égorgent un mouton dans leur salle de bains ; [il faudra veiller à] séparer les différents groupes pour qu’aucune situation de conflit n’apparaisse pendant l'Aīd al-Kabīr, c'est-à-dire dès 24 septembre prochain, le prix de la côte d'agneau va... flamber ! »
    http://www.dailymotion.com/video/xdx5eh_les-envahisseurs-interpretes-par-le_news

    ReplyDelete
    Replies
    1. Anonymous10:53 PM

      Voudriez-vous dire que la situation d'actualité que vous décrivez n'aurait aucun lien ni avec le passé ni avec les traditions religieuses ?
      Pourriez-vous développer votre intervention avec plus de détails et arguments.
      On a du mal à suivre le fil de votre pensée et à deviner le but de votre propos.
      Merci pour ces éclaircissements.

      Delete
    2. Anonymous12:29 PM

      Je veux simplement dire que DAESH nous as vaincus à plate couture
      et qu'il vaut mieux se préparer à l'Occupation plutôt que de continuer à discuter de tout et n'importe quoi.
      Nous avons sous-estimé l'Etat Islamique qui a réussi à faire imploser l'Union Européenne sous le nombre, sans tirer une seule balle.

      Delete
    3. Anonymous1:06 PM

      Merci pour votre réponse.
      Votre émotion est tout à fait compréhensible car la situation actuelle est déconcertante.
      Je disais "avec plus de détails et d'arguments" et ceci est important.

      Par exemple le nombre de soldats de Daesh.
      Avez-vous une vague idée du nombre de soldats nécessaires pour occuper un territoire comme l'Europe ?
      L'armée rouge elle-même n'y est pas parvenue.
      Je pense que votre réaction est motivée par la seule phobie d’une situation amplifiée émotionnellement par les médias.
      Les pays limitrophes de la Syrie et de l’Irak sont concernés plus directement par ce problème et ne sombrent pourtant pas dans des réactions paniques.
      Cette agitation médiatique reste ici, en Europe de l’Ouest, le fruit d’une poignée de personnes mal intentionnées.

      Vous avez bien plus à craindre, à terme, des ambitions impérialistes de Poutine ou surtout des magouilles planétaires des USA et de la CIA (qui œuvrent d’ailleurs en coulisses de cette immigration, puisque l’invasion américaine de l’Irak par les troupes américaines est à la base de cette situation catastrophique) que d’une poignée de soldats, fanatisés certes mais peu équipés et plus entraînés à la guérilla locale qu’à la conquête impérialiste.

      L’amplitude politique prise par les événements de l’actualité est surfaite et bricolée.

      Le problème humanitaire, quant à lui, reste interpelant. Mais les immigrants sont les premières victimes de cette situation conflictuelle et non les coupables. Ne nous trompons pas de cible.
      Un enfant de trois ans, quelle que soit son éducation, ne porte pas de fusil !

      Et ce problème humanitaire est indépendamment du nombre de victimes.
      La souffrance d’un seul enfant dans le monde reste une souffrance de trop.
      La souffrance n’est pas non plus une grandeur numérique. Elle ne se mesure pas.
      Compter le nombre de victimes, comme le font systématiquement les médias, participe du cynisme.
      Une victime, c’est une de trop.

      Si le citoyen français doit attendre un certain nombre de victimes pour se sentir concerné, cela signifie que l’éducation laïque n’est absolument pas efficace dans la transmission des valeurs humanistes.

      Je vous invite, si vous vous sentez concerné par cette situation (révélée par l’actualité mais d’une ampleur planétaire et à plus long terme), à vous proposer comme bénévole dans des ONG humanitaires.
      Quant à exacerber les phobies populaires, cela ne constitue en rien une voie vers une quelconque solution du problème.
      Le public a pris conscience de la situation. En amplifier artificiellement la portée émotionnelle ne sert à rien.
      Cette réaction émotive, toute compréhensible, ne rend service qu’aux puissants qui profitent de ces troubles mais s’en tiennent prudemment à l’écart.

      Encore merci pour votre réponse.

      Delete
  13. Anonymous3:30 AM

    Le GODF et sa culture sous serre des extrémismes ...

    La laïcité enferme les traditions religieuses dans la sphère privée au lieu de leur offrir l'opportunité d'évoluer en corrélation avec la société civile.

    Cette pratique laïque française constitue le vecteur le plus efficace pour cristalliser les diverses religions sous leurs formes les plus archaïques et les plus radicales.
    La France est devenue aujourd'hui un nid d'archaïsmes et de radicalismes religieux de tendances diverses.

    La laïcité, par son fonctionnement aveugle et borné, se présente aujourd'hui non seulement comme un échec flagrant mais constitue une grave source de danger pour la stabilité sociale.

    Cette pratique laïque du confinement confessionnel à la sphère privée fonctionne comme une cocote pression.
    La casserole est aujourd'hui prête à exploser.

    Les génies qui ont mis en place cette pratique expérimentale irréfléchie sont d'une irresponsabilité consternante.

    Comment réagit le GODF face à l'échec flagrant de cette laïcité radicale et archaïque ? En imaginant des solutions nouvelles et adaptées ? Non.
    En se radicalisant encore plus sur des principes figés qui ont démontré leur manque flagrant de pertinence politique et historique.

    Quel est le discours actuel de monsieur Keller devant cette casserole prête à exploser ? Ouvrir la soupape et offrir des opportunités d'expression dans la sphère publique ? Non ! Pousser de plus belle sur le couvercle censeur en attendant que tout explose.

    Cet individu, à l'image de ses frères du GODF, montre son absence totale de sens des responsabilités politiques.
    Qu'attendre de plus, il est vrai, d'un personnage qui trouve comme solution à la crise écologique d'augmenter la construction automobile ?

    Lorsque l'on se fait "initier" lors d'une mise en scène factice, il ne devient alors pas étonnant que l'on confonde ensuite le théâtre et la réalité.

    Pauvre France. Pauvre laïcité.

    ReplyDelete
  14. Anonymous10:52 AM

    Quand le "mal" se déguise en "bien" (1)

    Comment berner une personne naïve au point de croire que l’adversaire du "mal" est nécessairement le défenseur du "bien" ?
    Voici une technique de séduction qui a fait ses preuves dans le cinéma de série Z, dans la fausse politique ou dans la fausse religion ... ou dans diverses situations.

    Au cinéma, dans les scénarii rudimentaires, lorsqu’un séducteur veut charmer une victime naïve, il organise avec un complice l’entourloupe suivante, simpliste mais efficace. Le complice met la victime en danger par une mise-en-scène spectaculaire (agression, etc.). Le séducteur vient alors se poser en vaillant défenseur de la victime et chasser l’importun. Ce séducteur passe alors trompeusement pour un héros, représentant du "bien" aux yeux de sa victime ... alors qu’il ne s’agit que d’un vulgaire manipulateur.

    En politique extérieure, ce subterfuge est employé dans les stratégies impérialistes à grande échelle. Les USA, ayant maintes fois observé ce scénario dans leur cinéma hollywoodien, l’appliquent en politique étrangère.
    La CIA joue le rôle du complice et envoie des agitateurs dans un pays à conquérir. Ceux-ci y développent une opposition au pouvoir central, une dissidence politique ou un extrémisme religieux, puis soit l’armée américaine intervient directement pour mettre en place un pouvoir à la botte américaine, soit les USA financent sous table le dictateur local qui va mâter la rébellion. Ce nouveau pouvoir passe alors aux yeux des citoyens naïfs pour le représentant des "forces du bien", alors qu’il s’agit en réalité d’un pouvoir corrompu au service de la politique impérialiste américaine.

    En religion, "l’adversaire", "l’anti-christ", le "dajjal" ou "le séducteur" usent de cette même tromperie multiséculaire.
    Pour établir la fausse crédibilité d’une secte religieuse corrompue, il envoie un complice, un "mauvais esprit" fauteur de trouble. Le séducteur prend alors possession (par son pouvoir de séduction) d’un prêtre corrompu ou crédule et l’invite à pratiquer un exorcisme. Cet exorcisme ne constitue en rien une prédication saine fondée sur un message spirituel mais une mise-en-scène grossière, tenant plutôt des techniques de sorcellerie, opposées à toute spiritualité véritable.
    La victime de cette supercherie ainsi que les témoins crédules vont alors considérer, à tort, cet exorciste comme le représentant incontestable des "forces du bien".
    En réalité, tout ceci n’est qu’une mise en scène trompeuse. L’exorciste lui-même peut être victime de cette tromperie et s’être lui-même laissé séduire par orgueil.
    Ceci reste de la sorcellerie, à la limite de la médecine non conventionnelle mais certes pas de la spiritualité.

    ReplyDelete
  15. Anonymous10:52 AM

    Quand le "mal" se déguise en "bien" (2)

    C’est par des techniques semblables que le "grand séducteur" a imposé son emprise multiséculaire sur le catholicisme et la papauté.
    La papauté n’a eu cesse, au cours de son histoire, de se présenter en (fallacieux) défenseur du bien fasse à de fausses représentations du mal.
    Cette corruption s’était déjà manifestée avec l’empereur romain Constantin.
    Les multiples croisades, fondamentalement contraires à l’esprit des évangiles, se sont attaquées à une représentation illusoire du mal pour assurer aux yeux des adeptes crédules le pouvoir illégitime des faux représentants du bien.
    La Sainte Inquisition et sa chasse aux sorcières a usé du même stratagème de séduction. Même principe : stigmatiser une victime innocente comme étant sous l’emprise des forces du mal. Puis se poser, fallacieusement, comme les prêtres de l’Inquisition, en héros défenseurs des forces du bien ... alors que ces psychopathes torturaient jusqu’à la mort ou brûlaient d’innocentes victimes.
    Aujourd’hui encore, les prêtres du Vatican continuent d’user de ce stratagème de séducteur, comme l’exorcisme ostentatoire, pour berner les personnes crédules et proposer leur fausse doctrine, radicalement opposée au message évangélique ... car le message de Jésus se base sur l’amour et non sur la haine d’autrui.

    Le message de Jésus est tout autre.
    Qui juge sera jugé.
    Aime même ton ennemi.

    Méfiez-vous comme de la peste des séducteurs, des inquisiteurs, des chasseurs officiels d’anti-christ, des exorcistes et de tous ces manipulateurs orgueilleux qui, depuis les croisades et l’Inquisition, se présentent comme des héros défenseurs des forces du bien alors qu’ils sont sous l’emprise manifeste du grand séducteur.

    L’exorcisme n’est qu’une technique de sorcellerie dont use le grand séducteur pour berner les personnes crédules et les exorcistes eux-mêmes.
    Tout le monde a aujourd’hui compris que les horreurs et cruautés des croisades, de l’Inquisition, du catholicisme et de la papauté ne constituaient en rien le témoignage du message de Jésus mais l’expression de l’emprise du grand séducteur.

    Méfier du catholicisme, de la papauté et du Vatican. L’emprise de la séduction y est omniprésente.

    Pour vous garder de toute séduction, relisez inlassablement le message évangélique. Jésus n’a jamais invité ses disciples à pratiquer l’exorcisme mais à répandre la bonne nouvelle et à aimer son prochain comme soi-même ... même son ennemi.

    ReplyDelete
  16. Anonymous10:54 AM

    Quand le "mal" se déguise en "bien" (3)

    L’exorcisme reste une pratique de sorcellerie naturelle. Tout chamane maîtrise une technique contre les mauvais esprits. Il s’agit là d’une simple thérapie. Cela ne témoigne en rien de la valeur spirituelle de celui qui la pratique.
    Tout médecin n’en devient pas pour autant un guide spirituel.

    Jésus a rarement usé de techniques thérapeutiques. Les évangiles ne relatent que quelques cas a portée surtout symbolique mais la mission de Jésus ne s’attardait pas à ces manifestations ostentatoires.
    Les évangiles s’orientent vers l’essentiel : le message spirituel.

    Le catholicisme, comme tout séducteur, se focalise sur les apparences et les mises en scène ostentatoires plutôt que sur l’authenticité du message spirituel.
    La tiare ou tout autre artifice ostentatoire s’éloigne aussi de la spiritualité saine. Y accorder de l’importante révèle des préoccupations de séduction.
    Jésus, les apôtres et les disciples ne se distinguaient de leurs contemporains par aucun artifice vestimentaire.
    Il était même admis le principe fondamental selon lequel le fidèle authentique se distinguait par sa vertu et non son apparence.

    Toute cette histoire de tiare apparait comme une préoccupation de mentalités sous l’emprise du grand séducteur.
    L’exorcisme ostentatoire de même.

    Si l’exorcisme permet d’améliorer la santé physique et psychique d’un malade, tant mieux. Cela participe de la compassion et de l’amour envers on prochain. Tant qu’il se fait dans la discrétion (le secret médical). Cela s’arrête là.
    Plus loin, cela devient de la tromperie et une technique de séduction.
    L’exorcisme ostentatoire, comme tout signe ostentatoire, lorsqu’il cherche à cautionner un dogme religieux, devient alors un artifice de séduction contraire à une spiritualité saine.

    Dénoncer le satanisme au Vatican participe, lui aussi, d’un artifice de séduction comparable.
    Celui qui dénonce le satanisme, surtout de manière ostentatoire dans une publication lucrative et en opposition à l’amour du prochain, n’en devient pas pour autant un héros "représentant du bien".

    Les "forces du mal" s’opposent parfois aux "forces du mal" elles-mêmes. Elles n’en deviennent pas pour autant des "forces du bien" mais cet artifice de séduction leur permet ainsi berner les personnes crédules.

    Méfiez-vous des "chasseurs de démons" qui se présentent comme disciples de Jésus.
    Nombre d’entre eux ne sont que des séducteurs.

    L’église catholique et la papauté sont les championnes multiséculaires toutes catégories de cette séduction.
    Les textes ne la nomment-elles pas "la grande prostituée", la femme dévouée du grand séducteur ...

    ReplyDelete