Friday, August 27, 2010

Questions à Joël Labruyère


Dans l'Apocalypse, il est écrit : « Je connais tes œuvres. Je sais que tu n'es ni froid ni bouillant. Puisses-tu être froid ou bouillant! Ainsi, parce que tu es tiède, et que tu n'es ni froid ni bouillant, je te vomirai de ma bouche. »

Joël Labruyère n'est certainement pas un tiède. C'est un franc-tireur qui combat le système et dynamite toutes les idoles idéologiques et religieuses vénérées par l'humanité. Dans le monde de la spiritualité, ce guérillero pratique la stratégie de la terre brûlée. Mais s'il harcèle impitoyablement le spiritualisme tronqué du Kali Yugä, Joël Labruyère demeure fidèle à une Gnose éternelle et à son arcane : le moi des profondeurs, la « conscience elfique ».

« Le moi des profondeurs, écrit Jean-Louis Bernard, est une supra-conscience ou conscience parallèle, inconsciente, qui est celle du double. Inconnue de la psychanalyse de Freud, soupçonnée par celle de Jung, elle est absente aussi de l'anatomie occulte propre aux écoles de yoga – ce qui démontre que la tradition hindoue du yoga est aujourd’hui tronquée. »

Un peu de philosophie pour commencer. On se doute que l’esprit elfique méprise notre intellectualité, mais il important de comprendre cette tournure d’esprit si différente de la manière de penser à laquelle nous sommes habitués dans notre culture humaine. L’intelligence elfique est-elle comparable à l’intelligence humaine ?

Réponse de Joël Labruyère : Non. La conscience elfique transcende le plan humain. La culture humaine considère qu’il n’y a que sa représentation du monde et sa manière de penser, mais il y a d’autres dimensions de conscience.

Est-ce que les états transcendants comme ceux dont témoignent les mystiques et les spirituels atteignent la dimension elfique, comme vous l’appelez ?

Réponse : Non. Les états transcendants humains demeurent humains quoiqu’ils puissent s’exalter au point de s’imaginer atteindre le divin. Les hommes vivent dans des projections mentales, émotionnelles et spirituelles. Ils adorent leur propre reflet dans une mare stagnante qu’ils appellent “l’au-delà”. Ils sont victimes d’illusions transcendantales.

L’esprit elfique est une conscience qui vit dans l’Ether. Cet esprit n’est pas tributaire du mental analytique et des émotions astrales. La conscience humaine est parasitée par la pensée qui est un miroir où l’être prend conscience de lui-même. C’est sa façon de se sentir exister individuellement dans la dimension terrestre où il est tombé.

L’esprit elfique s’exprime à travers le corps éthérique qui est la dimension christique décrite par certains clairvoyants. Pour utiliser le langage spiritualiste, on pourrait dire que l’esprit du Christ provient de la dimension elfique, alors que l’esprit humain est “satanisé”, c’est à dire terrestre.

Un être humain peut-il s’élever jusqu’à cette conscience christique éthérique ?

Réponse : Oui, s’il abandonne le vieil homme et le fatras culturel et religieux.

La mort du vieil homme nous semble être un saut périlleux dans le vide. C’est pourquoi beaucoup en parlent, mais peu le réalisent. On voudrait bien mourir à soi-même pour trouver le Soi éternel, mais on ne voit pas comment faire. On s’exerce à toutes sortes de disciplines, on suit des gourous qui prétendent y être parvenus, mais les conseilleurs ne sont pas les payeurs.

Pourquoi est-il si difficile de se libérer ?

Réponse : Les humains ne veulent pas abandonner leurs chaînes par peur de l’inconnu. Ils préfèrent la sécurité. C’est l’obstacle fondamental. La raison en est qu’ils manquent d’imagination pour se représenter la vraie vie. Ils n’ont pas la foi qui soulève les montagnes des préjugés. Ils ne désirent pas la liberté, quoiqu’ils disent. Sinon, ils trouveraient l’issue comme un noyé cherchant désespérément de l’air.

Avons-nous des croyances et des rêves qui nous tiennent lieu de réalité ?

Réponse : L’au-delà est le reflet subtil de l’existence terrestre. Tout ce qui existe ici-bas possède son reflet dans l’au-delà.

Le monde spirituel avec ses paradis et ses enfers est le reflet des pensées et des désirs accumulés depuis l’origine de la vie sur cette planète. Dans l’au-delà, l’homme prend ses désirs pour des réalités, mais tout est soumis à la dissolution, quoique sur un temps très étiré, dix fois plus ralenti que dans la matière. Ceci fait croire aux entités spirituelles qu’elles sont immortelles. Mais lorsqu’un cycle cosmique arrive à sa fin, il y a des cris et des grincements de dents dans les paradis artificiels de l’au-delà. On se mord la langue car il faut déguerpir, et les soi disant êtres de lumière qui peuplent les hiérarchies lucifériennes sont dissous, tandis que tous les anormaux de l’invisible, sont éjectés sur la terre, comme cela arrive de nos jours. Toutefois, les rapaces de l’invisible tiennent bon. Ils survivront en s’adaptant.

On dit que Satan est lié mais qu’il est libéré à nouveau. Disons qu’il est en mauvaise posture. C’est pourquoi il met en place dans l’urgence une nouvelle religion mondiale. Mais il a encore de beaux millénaires devant lui, avant que la surface de la terre ne soit devenue un champ de poussières.

Et l’aide des anges, des saints, des esprits désincarnés qui inspirent les médiums ?

Réponse : Ce sont des phénomènes qui apparaissent et se dissolvent. Les hiérarchies angéliques régulières vivent sur des dimensions qui ne sont pas contaminées par notre pollution psychique. Quant aux morts, une âme désincarnée ne stagne pas dans l’au-delà. Soit elle revient en incarnation, ou bien elle se transfère sur une dimension éternelle, au-delà du système planétaire.

Les messages “d’en-haut” proviennent généralement du plan de l’illusion astrale. Les hiérarchies de l’au-delà se maintiennent artificiellement en soustrayant l’énergie des humains. Il y a des égrégores puissants qui survivent en transférant l’énergie des religions de la terre, il y a des organisations magiques au service d’entités rétrogrades qui sont le déchet d’anciennes civilisations.

Ces hiérarchies vampiriques s’imaginent être des bienfaiteurs de l’humanité. Ces entités sont parfois bonnes, quoique ignorantes et inconscientes de la souffrance qu’elles génèrent sur la terre – comme les riches en ce monde se moquent des nécessiteux mais se livrent aux bonnes œuvres pour garantir leur sécurité.

Les humains souffrent pour entretenir ces parasites et les élites qui leur servent de relais sur la terre, tous les puissants.

Si vous émettez des pensées triviales, elles nourrissent les entités inférieures, mais si vous émettez des prières, celles-ci nourrissent des entités supérieures. Alors, quel comportement adopter pour se libérer ?

Les sages recommandent de ne plus entretenir de commerce avec l’invisible. “Soyez votre propre lumière” disait Krishnamurti. Y a t-il des êtres spirituels qui n’exploitent pas le genre humain ? Qui sont les hauts elfes et les immortels ?

Réponse : Les hauts elfes et les immortels dont parlent les légendes ne vivent pas dans l’au-delà du monde, mais sur une dimension supérieure de l’Ether.

Pour rejoindre ces dimensions sublimes, il faut sortir du circuit vie-mort, et se fabriquer un corps d’immortalité.

Il est écrit : “Dieu est plus proche que les pieds et les mains”. Cette parole signifie que la dimension de l’Eternité n’est pas éloignée extérieurement dans l’espace.

Nous sommes spirituellement dans cette dimension, ici même. Il suffit de prendre conscience de notre nature intérieure réelle. Cela nécessite une mutation totale. C’est le grand problème…

Comment prendre conscience de notre vraie nature ?

Réponse : On peut le formuler de diverses manières. Il semble que ce qui a été tenté par de grands instructeurs spirituels a eu peu d’impact car nous sommes obtus.

L’être humain écoute d’une oreille, et s’enthousiasme, mais il oublie tout l’instant d’après. A un moment, il parle de Dieu, de l’absolu et de la libération comme d’un bien désirable, et le moment d’après, il retombe dans ses soucis et les trivialités affligeantes. Si vous devez vous soucier de quelque chose dans la vie, alors, inquiétez-vous pour votre salut éternel, et ne vous en faites pas pour le reste. Hélas, que de tracas pour entretenir le corps, et quelle dispersion dans un million de sottises !

Pour prendre conscience de notre nature réelle, il faut abandonner l’identification à notre nature illusoire. Il faut dépasser l’identification à l’esclave, ce misérable humain, ce nigaud qui s’est laissé séduire par les autorités terrestres et leur obéit comme un enfant. Parfois, l’enfant se révolte. On le gave alors de sucettes idéalistes.

Il est pourtant possible de se désidentifier de l’esclave, autrement dit, de se hisser au-dessus du troupeau. Observez ce qu’enseignent les autorités ? Que disent-elles sur la vie et la mort ?

Avec quels mensonges nous a t-on lavé le cerveau depuis votre naissance et durant les millénaires qui ont précédé ?

Pour nous exploiter, on nous maintient dans l’ignorance de votre origine.

Le moyen le plus efficace pour le dressage des esclaves, c’est la crainte et la croyance qu’ils sont des êtres mortels. La peur et la mort. Et la peur de la mort.

Vous croyez que vous êtes mortels, et vous avez peur de la mort. Ayant peur, vous obéissez pour ne pas aggraver votre cas. Cette obéissance craintive vous conduit à vous soumettre aux autorités dans tous les domaines : philosophique, religieux, social, médical, politique, financier, etc… ou d’adopter les beaux idéaux qu’ils réservent aux récalcitrants. La plus révoltante des manipulations auxquelles vous avez été soumis, la tromperie la plus funeste, c’est de croire que vous êtes un corps de matière avec un vague principe d’âme. Dans l’époque moderne, cette âme n’est même plus utile, et les psychologues ont trouvé mieux avec l’inconscient glauque.

Sur quoi peut-on s’appuyer pour redevenir conscient de notre véritable nature ? Si la conscience qui découle de notre identification au corps matériel, est constituée de croyances, de rêves et d’illusions, sur quoi s’appuyer ?

Réponse : la pensée s’appuie sur des leurres, sautant d’une illusion à l’autre, et nous laissant finalement dans le désarroi. Donc, on ne peut pas compter sur elle. On la laisse à ses singeries puisqu’on ne peut la supprimer. Quant à la conscience identifiée à la réalité corporelle, qui est notre base tangible, la cause de notre disparition lorsque le corps est usé, comment transférer cette conscience sur un support immortel ? Vous comprenez la question ? Il ne suffit pas de croire qu’une conscience pourrait se libérer sans disposer d’un corps spirituel. La religion et la philosophie se contentent d’abstractions et de principes creux : l’esprit, l’âme, etc.

Le secret qu’on nous cache, c’est que nous disposons déjà d’un corps spirituel, le corps éthérique, qui, à l’inverse du corps matériel, se régénère en permanence. Il pourrait devenir immortel si…

Si… ?

Réponse : Si on enseignait aux humains qu’ils sont immortels ! Si on leur disait qu’ils peuvent retrouver leur nature éternelle en cessant de s’identifier à leur structure psycho-corporelle mortelle.

Le secret réside dans le corps éthérique - la forme elfique de l’éther – notre double énergétique. Ce corps vital épouse la forme du corps physique.

Tandis que le corps matériel se dirige droit vers la décrépitude et la mort, le corps éthérique, à l’opposé de l’entropie naturelle, est dans un état de constant rajeunissement. Vous pensez bien que cela est enseigné nulle part, ou alors de manière très secrète.

Le corps éthérique puise à une fontaine de jouvence perpétuelle. Alors que le corps physique s’use, le corps éthérique se régénère en permanence. N’est-ce pas un processus intéressant ?

On pourrait en déduire qu’il est possible de devenir immortel si on trouve le moyen de transférer notre conscience sur la dimension éthérique où agissent des forces de régénération. C’est bien cela ?

Réponse : Exactement. Mais il y a un problème. Notre conscience est très fortement identifiée au corps et à la mort, à la suite du lavage de cerveau opéré par les autorités terrestres et les éons.

Imaginez qu’un grand nombre d’humains mutent sur la dimension éthérique, qu’arriverait-il aux hiérarchies qui vivent de l’exploitation de l’énergie humaine ? Ce serait une cessation d’activité. La nature entière se sublimerait de manière accélérée sur une dimension éternelle.

Pourquoi les enseignements spirituels de bonne foi n’enseignent-ils pas ce merveilleux secret sur le fonctionnement du corps éthérique ?

Réponse : Des alchimistes ont décrit le processus de transmutation, de manière voilée, par des symboles parfois grotesques, parce qu’ils ne disposaient pas d’un langage approprié, mais surtout parce qu’il fallait craindre les autorités religieuses et civiles - deux larrons qui vont main dans la main.

Est-il plus facile de concevoir ces choses clairement aujourd’hui ?

Réponse : Oui. Il y a des forces spirituelles qui agissent dans ce sens, et nous bénéficions de la percée opérée par les chercheurs de vérité du passé, les vrais spirituels qui ont imprimé cette vérité dans l’éther, souvent au sacrifice de leur vie. Toutefois, il serait faux de prétendre que l’immortalisation de l’être est facile. C’est une voie de dépassement de soi. En principe, il faut mettre notre ego sous nos pieds, sinon, on demeure identifié à l’esclave humain.

Si on parvient à anticiper qu’on est un corps éthérique immortel et pas seulement un corps de matière putrescible, cela aide beaucoup. Mais c’est justement ce que la culture terrestre nous cache. La science médicale est une escroquerie. Il suffirait d’un déclic pour reprendre conscience de notre nature immortelle. Que deviendrait la médecine, la science, les lobbies, etc ?

Si le corps éthérique se renouvelle pendant que le corps physique s’use, nous devrions nous retrouver dans un état immortel après la mort, lorsque nous abandonnons le corps derrière nous ?

Pourtant, les enseignements ésotériques expliquent qu’après la décomposition du corps physique, le corps énergétique se dissout progressivement sur la dimension éthérique. Il n’est donc pas immortel ?

Réponse : Il ne peut redevenir immortel si un transfert conscient de notre individualité n’a pas été opéré pendant l’incarnation. Si le signal du processus d’immortalisation n’a pas été envoyé, le corps éthérique du défunt se fond dans l’éther, car il est désormais privé du principe de l’individualité. C’est comme un nuage qui s’estompe.

L’éther doit être structuré par une conscience individuelle. C’est pourquoi, le principe individuel qu’on appelle “christique” doit être sauvegardé à travers cette mutation.

L’incarnation dans la matière permet de maintenir un principe d’individualité cohérent, car le plan physique produit une conscience de la précision – c’est son rôle.

L’être incarné, doté du principe d’individualité, devrait se consacrer à son immortalisation, mais il se disperse dans des activités sans lendemain. Il sert de pile énergétique aux hiérarchies et il engraisse les élites par ses émotions et ses pensées.

Il faut se réveiller du rêve de l’existence. (existare = être dehors) Il faut sortir de l’hypnose culturelle séculaire.

Comment ?

Réponse : Il y avait la pédagogie des anciens Manichéens. Ils enseignaient à leurs élèves à voir lucidement la réalité de l’exploitation en ce monde. Ils arrachaient le masque du Mal cosmique et des autorités qui le servent. Parallèlement, on montrait au jeune initié la beauté du monde originel. Il faisait ainsi la différence entre la mort et l’éternité.

L’âme pleine de désir pour la vie supérieure, dégoûté du monde mortel, il entrevoyait alors le chemin de l’Eternité, et il y consacrait toutes ses forces.

Aujourd’hui, on fait miroiter les délices de l’astral sans montrer la face obscure du monde. Pire, on la dissimule, on la nie, sous le fallacieux prétexte de non-dualisme, si bien qu’on va nulle part. C’est pourquoi, nombre de chercheurs de vérité tombent dans les illusions de l’au-delà ou sous l’emprise de leur Satan subconscient. La plupart demeurent dans les croyances. Ils stagnent en refusant de VOIR.

La force des Manichéens fut de regarder le mal en face, tout en développant une culture artistique légère et joyeuse.

Celui qui veut connaître la profondeur du Bien doit accepter la profondeur du Mal. La vision lucide de la réalité le propulse vers le haut. Si les gens n’avancent pas spirituellement, c’est qu’ils manquent de courage pour aller au fond des choses. Ils flottent dans la tiédeur, ni chauds, ni froids. Et la Vérité les vomit.

Quel est le critère d’une voie spirituelle ?

Réponse : Une véritable voie spirituelle - la voie droite elfique - enseigne le Retour à la vie originelle, à se détourner du vortex de la mort et des séductions des basses hiérarchies. On doit pratiquer la transmutation du corps matériel en un corps immortel. On doit s’extraire du genre humain et de son esclavage, muter dans une nouvelle race immortelle.

Ces paroles sont parfois dures à entendre. Elles ne concernent pas tout le monde. On ne peut les dire qu’à celui qui démontre un intérêt sincère pour la haute spiritualité.

L’Absolu n’est pas de l’ordre de l’humain ordinaire et il ne peut se confondre avec un quelconque idéalisme. La vie divine est une conquête héroïque. C’est pourquoi, nous préférons lever toute ambiguïté en parlant d’une voie radicale elfique, d’un retour à l’éternité, sans nous mêler de spiritualité évolutionniste et d’idéalisme mondain.

La terre n’est pas un but pour l’être elfique. Il sait que le monde physique est progressivement en train de s’user et que toute forme se dirige vers la destruction finale. Les matérialistes pensent autrement, et nous pouvons les comprendre car ils n’ont que la matière à adorer. Or, le salut de la nature passe par sa transfiguration sur la dimension originelle de la vraie vie.

Le combat pour une civilisation terrestre est un combat d’arrière garde en cet âge noir. Une authentique voie spirituelle est radicalement Spirituelle. Elle doit nous reconduire vers la Terre promise de l’Eternité. Il faut savoir ce qu’on veut. Beaucoup s’égarent en tentant de préserver ce qui n’a pas de caractère d’éternité. Si l’on éprouve de la compassion pour les êtres, alors, il faut se hâter de mettre nos âmes à l’abri, pour aider les autres depuis un plan plus élevé. Sinon, tout le monde se noie.

Sommes-nous aidés depuis une dimension supérieure ?

Réponse : Nous ne pourrions pas parler de ces choses si des intelligences supérieures ne maintenaient des lignes de communication, et si elles n’émettaient des signaux rédempteurs en direction de cette pauvre planète. Toutefois, nous ne voulons pas être des parasites. Nous voulons la victoire par nos propres efforts, et d’ailleurs, on ne nous l’apportera pas dans une pochette surprise. L’heure de l’embarquement a sonné, et nous pouvons avoir confiance dans le fait que des vaisseaux spirituels surveillent le transfert des âmes vers les zones universelles où règne le Bien, le Beau et le Vrai.

N’y a t-il pas un espoir de redressement de la civilisation terrestre ?

Réponse: Pourquoi le cycle de l’âge noir s’infléchirait-il ? Si vous sortez vous promener dans la campagne, observez bien le paysage. De jour en jour, on constate que ceux qui s’intitulent humains coupent les arbres autour d’eux, dans leurs jardins, et souvent les plus beaux individus du règne végétal, comme obéissant à un signal collectif de destruction. Ils ne font qu’obéir à une impulsion. Ils vous affirment avec un aplomb diabolique que l’arbre qui était là depuis des dizaines d’années, subitement, il fait trop d’ombre à la maison, ses branches menacent de tomber sur le toit, ses feuilles mortes encombrent la gouttière, ou bien tombent dans la piscine, etc. Sur le bord des routes, c’est pour la sécurité, et dans les forêts c’est pour le profit.

En rentrant chez elle, une dame voit avec ahurissement que son mari a abattu le grand saule devant leur maison, comme s’il avait été pris d’une envie de meurtre. Il ne pouvait trouver une raison justifiant son acte. Ce sont là des gens qui aiment leur jardin et qui sont pour la protection de l’environnement. Le destructeur de la nature est partout à l’œuvre, acharné avec sa tronçonneuse, qui, une fois en marche, dévore tout sur son passage. Plusieurs hectares sont coupés chaque minute. Faites le calcul pour une heure et pour une année.

De quelle amélioration du monde parlez-vous ? Croyez-vous que les bureaucrates des forêts éprouvent votre compassion pour la nature ? Allez-vous les convaincre de l’utilité de protéger le peuple des gnomes, les ondines et les sylphes ? Allez-vous leur tirer une larme sur la disparition des papillons ? Vous risquerez-vous à leur expliquer qu’un papillon est un être spirituel qui danse dans l’extase de ses couleurs, illuminant ainsi la dimension subtile autour de la terre ? Irez-vous vous faire ridiculiser aux réunions écologiques avec votre magie de la nature et la fonction spirituelle des papillons ? Plusieurs hectares de forêts sont détruits chaque minute sur la terre. Faites le calcul.

Quand l’Inde n’aura plus un seul fagot pour brûler ses morts de manière rituelle, ce sont les forêts vierges d’Asie ou d’Amérique du sud qui partiront en sacrifice d’agréable odeur aux naseaux de Shiva. Om Shiva ! Jaï ma kali ! Partout le béton avance. Avant de construire une maison, aujourd’hui on rase toute la végétation alentour. C’est une tendance générale qui est inspirée à l’homme par un certain type de démons du matérialisme. Ces démons de la matière jubilent lorsque les arbres tombent, car l’arbre constitue un ancrage spirituel pour l’être humain. L’arbre était un rempart pour l’humanité car c’est une émanation de l’âme collective. La nature entière est une extériorisation de la vie intérieure. On assiste donc à un mouvement de retrait des espèces en voie d’extinction. En perdant son environnement végétal, l’homme perd aussi sa conscience. Par exemple, on sait que les gnomes qui travaillent dans les racines, nous procurent un esprit de vigilance et stimulent l’éveil intérieur. Et oui, le gourou de l’éveil n’est pas dans l’Himalaya, il est dans votre jardin. Les éveilleurs d’importation annoncent la désertification, la religion du désert. C’est l’annonce de la religion mondiale médiatique.

Si le matérialisme est une stratégie démoniaque pour affaiblir l’être humain, pour le robotiser, et si le résultat ultime est la destruction de la planète, quelle est la finalité de ce plan ? Que leur restera t-il lorsque la terre sera devenue un désert ?

Réponse : Il ne faut pas se tromper d’adversaire. Les autorités terrestres ne sont que les représentants des hiérarchies occultes qui vivent sur d’autres dimensions, comme par exemple les entités spirituelles de Mars. Voyez l’état physique de la planète martienne. Les entités de cette zone ne vivent pas dans un environnement biologique. Ils peuvent désirer posséder des corps organiques comme on utilise une voiture, mais leur monde est spirituel. Pour mieux s’infiltrer dans nos corps, ces esprits détruisent d’abord notre environnement naturel protecteur. Ils ont hypertrophié le mental analytique pour établir la civilisation matérialiste qui a envahi la terre depuis deux siècles. Ce sont des créatures mentales hyper intelligentes dont les savants matérialistes, les techniciens et les mathématiciens sont les médiums inconscients. La science et la technologie servent leur plan de conquête. La nature organique n’a aucune utilité pour eux, et au contraire, elle doit être rasée comme un virus détruit la barrière immunitaire pour s’installer dans l’organisme. Ces martiens sont les véritables esprits-serpents qui sont à l’origine du mythe de la chute de l’homme hors de l’Eden. C’est à partir de la sphère spirituelle de Mars que l’attaque a commencé. L’homme terrestre adamique a transité par la dimension de Mars (au plan spirituel), avant sa déportation sur la Terre. Le nom ADM (Adam = sang) est le même que M-ADM (mars = la planète rouge). Le sang rouge est polarisé par le fer de mars. Nous sommes des cousins de ces envahisseurs spirituels. Notre sang est un élixir éthérique qui doit leur procurer une énergie vitale directement assimilable. C’est pourquoi, mus par leur farouche instinct guerrier, ils ont envahi notre sphère psychique, d’abord en s’introduisant dans le subconscient humain, puis en mettant en place la civilisation matérialiste scientifique. Enfin, ils prendront possession des corps en expulsant l’individualité humaine qu’ils ne peuvent pas anéantir, mais seulement domestiquer et robotiser.

N’y a t-il pas une résistance instinctive de la part des castes dirigeantes qui prospéraient dans l’ancien système en s’appuyant sur la religion et non sur le matérialisme ?

Réponse : Les esprits de Mars les ont d’abord réduit à l’impuissance. Ils ont attaqué les élites aristocratiques qui maintenaient le peuple dans un enracinement traditionnel. Le premier acte fut de prendre le contrôle des religions, puis des trônes, et enfin des masses. C’est un puissant génie de Mars, incarné dans le médium Ignace de Loyola qui a lancé cette opération gigantesque. Ayant pris possession de l’église catholique, les envahisseurs se répandirent sur toute la terre, s’infiltrant dans les palais et les temples. Puis, ils lancèrent l’assaut révolutionnaire, d’abord en France, grâce à l’argent de leurs alliés incarnés dans les banquiers juifs qui constituent la nouvelle aristocratie planétaire. Finalement, les démons de Mars, élimineront les argentiers juifs lorsqu’ils pourront se passer de leurs loyaux services. Le complot juif international n’est pas qu’un mythe, mais il ne fonctionne pas comme les antisémites l’imaginent. Les maîtres du jeu exploitent le messianisme Judaïque pour canaliser les juifs dans leur rêve atavique de domination sur la Terre promise. Les juifs amusent la galerie dans les médias et la société du spectacle, mais la haute politique leur demeure fermée.

Quoiqu’il en soit, il y a une alliance entre les lobbies occultes pour établir l’ordre mondial. Après, ils recommenceront à se combattre pour la suprématie sur les dimensions invisibles. Tout cela est finalement réjouissant. Les titans se détruiront les uns les autres dans le Ragnarok final.

A propos du complot Jésuite, certains spécialistes de la conspiration prennent cela plutôt à la légère. On ne voit pas comment un ordre ecclésiastique pourrait dominer le monde et tenir l’égrégore Judaïque et les puissants Rothschild sous contrôle ?

Réponse : Il ne faut pas juger selon les apparences. Ceux qui analysent la situation planétaire d’après les effets visibles et médiatiques de la politique mondiale, sont des ignorants. La logique ordinaire est incapable de remonter jusqu’aux causes. Il faut une conscience ésotérique affinée. Il faut connaître la structure du monde invisible où se tiennent les hauts conseils décisionnels des maîtres de la Terre. Il faut également connaître l’histoire occulte du monde. Les reptilomaniaques qui font remonter le début de l’invasion à Sumer, semblent ignorer que plusieurs civilisations archaïques ont précédé cette époque. Chaque civilisation a généré des hiérarchies d’entités rétrogrades qui parasitent la sphère invisible de l’au-delà. Leurs égrégores se partagent le pouvoir. Il existe trois centres de pouvoir principaux, en correspondance avec les trois centres énergétiques intérieurs de l’homme desquels ces égrégores extraient leur alimentation spirituelle. Tant qu’on ne comprend pas ce système de vampirisation énergétique de l’humain à partir des plans invisibles, on ne comprend rien à la politique. La politique mondiale ne s’explique que pour ces raisons énergétiques et par la guerre spirituelle entre les lobbies vampiriques. De haut en bas de la grande Babylone visible et invisible, il règne une exploitation des ressources énergétiques et principalement de la précieuse essence extraite de l’âme humaine. Cette essence spéciale permet aux égrégores invisibles de se maintenir anormalement dans l’au-delà grâce aux relais des centrales d’alimentation énergétique qui pompent l’émotion et la pensée collective de l’humanité. jadis, les religions magiques, et aujourd’hui la religion cathodique et médiatique. Tant qu’un amateur de conspiration ne peut admettre ce processus, il ne comprend rien à la politique.

L’énigme des Jésuites, c’est à dire l’influence démesurée d’un groupe ecclésiastique discret et numériquement faible, qu’on croit occupé à des bondieuseries, est un leurre extraordinaire.

Ignace de Loyola raconte dans ses mémoires qu’il a été investi par un serpent lumineux qui “lui donnait beaucoup de consolation car cette forme était extrêmement belle, et avait toutes sortes de choses qui brillaient comme des yeux”. C’est lui qui l’avoue par le truchement de ses biographes officiels. Ce n’est pas une rumeur de conspirationiste halluciné. Par clairvoyance, Steiner a identifié cet esprit serpent comme étant un “puissant génie de Mars” ayant pris possession d’Ignace de Loyola. Avant de se lancer à la conquête de Rome, Ignace initia ses premiers disciples à Paris dans une grotte de Montmartre - la montagne de Mars. (voir Rudolf Steiner /Le Karma, tome VI. Pour l’apparition de la “chose en forme de serpent”, voir le “Testament d’Ignace de Loyola raconté par lui-même” au père Louis Gonzalés de Camara / chapitre III)

On peut se demander pourquoi la biographie officielle du fondateur de l’ordre des jésuites ne dissimule pas ce détail scabreux qui semble avoir échappé depuis quatre siècles aux pires ennemis de la Compagnie de Jésus ? Une fois installé à Rome, et ses premiers disciples lancés à la conquête de l’Asie, Ignace déclara à un diplomate français que “sans avoir besoin de quitter son bureau, il contrôlait le monde”.

Comment les jésuites ont-ils pu s’installer en Inde, au Japon, en Chine et dans tous les pays d’Orient où les missionnaires chrétiens n’étaient pas les bienvenus ?

Réponse : La Compagnie de Jésus a étendu sa toile sur un réseau international déjà existant. Quel était ce réseau mondial capable de se croiser avec les jésuites, ces talmudistes chrétiens ?

Ce sont les juifs de la diaspora internationale, installés dans les pays d’Asie depuis plusieurs générations. Ignace était un Marrane d’une famille juive convertie au christianisme et son secrétaire le père Lainez était juif de naissance. On suppose que les recommandations des rabbins d’Occident auprès des communautés juives d’Orient ont favorisé le contact et la collaboration. Le commerce et les opérations bancaires ont été le vecteur de pénétration dans tous les pays du monde, d’abord pour la diaspora juive, et ensuite pour leurs cousins jésuites qui ont profité de ces relations d’affaires pour s’enrichir dans le commerce international - denrées rares et esclaves - mais également le pillage des trésors des Incas et des Mayas.

La relation entre le Judaïsme et la Compagnie de Jésus est pleine d’ambiguïté. C’est une sorte d’union contre nature entre Israël et le Vatican, avec l’antisémitisme comme une épée de Damoclés sur la tête des juifs. Quel est ce grand secret politique ?

Réponse : Nous savons, si nous exerçons notre perspicacité, que la politique occulte est un jeu entre trois pouvoirs au plan cosmique : la classe possédante, les hiérarchies sacerdotales et le pouvoir passif des masses qui est une force d’inertie considérable. Les deux castes dirigeantes disposent du pouvoir temporel et du pouvoir spirituel par lesquels elles contrôlent les masses. L’humanité en tant que troisième force, sert de réservoir énergétique aux deux castes dominantes. L’humanité est la pile qui alimente les égrégores sacerdotaux de l’au-delà, et elle fournit la richesse matérielle des classes possédantes ici-bas. La caste des grands prêtres de l’invisible organise l’activité religieuse et magique, tandis que la caste politique dynamise l’activité industrieuse et économique. Or, depuis plusieurs siècles, la banque internationale impose sa loi à la religion et aux élites politiques. Le pouvoir est l’otage de la finance. L’argent est devenu l’enjeu de la politique. La finance internationale contrôle le jeu, mais il semble qu’un pouvoir politique supérieur la manipule. L’ordre occulte des jésuites agit sur les hauts grades maçonniques, et influence ainsi la société civile. Il y a donc un équilibre pour préserver les intérêts des trois titans du monde. Ils se déchirent, mais doivent respecter un statu quo pour maintenir la cohérence de l’empire mondial. Comment concilier les appétits voraces des démons du matérialisme avec les intérêts supérieurs des hiérarchies sacerdotales qui règnent sur la dimension astrale ? C’est la grande question de la politique mondiale.

L’ordre mondial est donc fondé sur un contrat entre les trois titans. Aux masses humaines, on donnera une société socialiste, couverte par une élite défendant ses privilèges matériels, et l’ensemble sera coiffé par un régime théocratique représenté par une religion mondiale, chargée de transférer l’énergie vers les éons de l’invisible. Si les titans ne parviennent pas à s’entendre durablement, chacun voulant une plus grosse part de galette, ce sera la guerre totale, symbolisé par l’effondrement de la Grande Babylone. Nous en sommes encore loin, et il faut donc espérer que les processus de la crise vont s’accélérer plutôt que de vouloir les ralentir par des jérémiades idéalistes et pacifistes pour un soi disant “ monde meilleur ”.

Dans ce jeu, le puissant ordre politico-occulte jésuite - dont la Compagnie de Jésus n’est qu’un masque - a pour mission de s’emparer du pouvoir mondial au profit de la caste sacerdotale afin de prolonger le règne des grands prêtres de l’invisible, menacé depuis que l’athéisme s’est répandu sur la terre. Toutefois, l’ordre jésuite, tout en défendant l’ordre sacerdotal ancien, doit s’opposer à un renouvellement spirituel. C’est pourquoi, le jésuitisme collabore avec la science matérielle pour maintenir le dogme d’un univers matériel créé par Dieu. C’est le dogme catholique romain.

Les jésuites sont particulièrement jaloux de leur monopole sur les secteurs de l’astronomie, la cartographie sous-marine, la paléontologie, l’archéologie, etc. Ils s’opposent à toute révélation spirituelle qui réduirait à néant la vision matérielle de l’univers. Vous savez pourquoi ?

Parce qu’ils envisagent d’organiser le système solaire d’une manière rationnelle et technocratique, pour mieux s’en assurer un contrôle bureaucratique. On reconnaît ici la puissante volonté guerrière du génie de Mars qui inspira Ignace : réduire le système solaire à une forme de socialisme théocratique.

Qu’avons-nous à voir dans cette histoire ?

Réponse : A moins de bêler de joie en se faisant tondre par les bergers du monde, ceux qui désirent une libération, n’ont qu’une chose à faire : tourner le dos radicalement à ce monde étranger.

C’est pourquoi, nous parlons de conscience elfique pour mieux signifier notre rejet de toute identification avec la sous conscience du troupeau humain.

Par sentimentalité, de nombreux idéalistes se sont identifiés à la masse sans voir qu’ils se livrent ainsi inconsciemment au jeu des titans du monde. Prendre parti, c’est abdiquer. Il faut sortir du jeu.

L’examen sérieux de la politique occulte ne peut que convaincre un être intelligent de la nécessité de se dégager définitivement du circuit terrestre – le camp de la mort.

Lorsque de nombreux êtres se seront transférés sur une dimension d’immortalité, les éons, dévitalisés par manque d’énergie, se dissoudront pour toujours. C’est pourquoi, ils résistent et mènent un combat impitoyable contre les transfuges qui s’organisent pour s’échapper de la zone de l’internement planétaire.

Pour revenir au point de départ, nous comprenons pourquoi la culture humaine avec sa philosophie, sa religion et sa science, constitue un système de lavage de cerveau. On veut empêcher que les êtres incarnés découvrent que la porte de leur cage est grande ouverte sur l’Ether universel.

Cette porte, c’est celle du cœur. C’est le désir de liberté absolue. Celui qui la cherche sincèrement la trouve nécessairement.

Une contre attaque pour reconquérir l’espace planétaire est-elle possible ?

Réponse : Elle est sans doute possible, et on pense que des fraternités secrètes y sont occupées. Si ces forces parvenaient à neutraliser les pouvoirs en place, on pourrait évidemment accélérer les processus de sauvetage spirituel en établissant sur terre une culture qui enseignerait la voie du Retour au monde originel.

Pour réaliser cette “reconquista”, il faudrait disposer de guerriers extrêmement motivés, puissamment armés psychiquement, dotés d’une énergie intérieure pouvant rivaliser avec la technologie et les ondes de l’adversaire. Si une telle organisation existe, elle ne se fera pas connaître.

Nous ne pourrions pas regarder ces êtres dans les yeux, nous qui ne sommes capables que de bêler “la paix, la paix !”, en suppliant les maîtres du monde de nous envoyer un sauveur. Nous qui espérons modifier le cours de l’histoire par un bulletin de vote. Nous qui pleurons pour la sécurité.

Il n’y aura pas de sauveur ?

Réponse : On peut espérer que des vaisseaux de la grande Fraternité viendront tirer d’affaire les communautés que la persécution risquerait d’éliminer de manière prématurée, avant que leur processus de transmutation ne soit suffisamment avancé. C’est une possibilité qui ne s’adresse pas aux tièdes qui nous regardent d’un air narquois. Celui qui aura résisté ne sera pas abandonné par les forces libres galactiques.

Quant au “messie” de l’ordre mondial, on peut être assuré que les hommes auront le sauveur qu’ils ont eux-mêmes invoqué.

Il sera séduisant… au début. Il réglera les problèmes urgents, pour commencer sa campagne de séduction. Il fera semblant de sauver la terre. Puis, insensiblement, une tyrannie extrême s’étendra.

Ne croyez pas que les titans du monde sont des sentimentaux. Considérez les crimes du passé, et vous pouvez imaginer quelque chose d’immensément plus terrifiant. Vous avez alors une idée de ce que le chef de la théocratie mondiale nous prépare en guise de nouvel âge et de société idéale.

A titre d’hypothèse, que peuvent faire des êtres qui ne sont pas encore disposés au travail de transmutation, mais qui sont remplis d’ardeur pour résister à la tyrannie ? Je parle de vrais guerriers, pas de contestataires de l’Internet.

Réponse : Il n’est pas certain qu’il existe aujourd’hui un profil de combattant déterminé à s’engager dans une armée de résistance secrète, un être dédaignant sa propre sécurité, et qui aurait la capacité de se former au maniement des armes psychiques. On entend parfois des jeunes qui expriment ce désir, mais l’instant d’après, ils sont à nouveau à la recherche d’une distraction.

Il faudrait qu’ils se dépolluent d’abord du système culturel où ils sont nés. Sans doute des centres de formation seront ouverts aux guerriers de l’avenir. De toute façon, il sera impossible de survivre sans se protéger activement, et il arrivera un temps où le développement spirituel sera comme l’armement d’un chevalier du passé.

Pour le moment, les gens ont encore une idée mystique de l’action spirituelle, et ils ne peuvent entendre le mot de “guerre sainte” sans frémir, à cause de la connotation religieuse débilitante fournie par la propagande médiatique. N’oublions pas que la Spiritualité véritable consiste à se doter de la Force Universelle, de l’énergie de la Mère Divine.

Aujourd’hui, c’est la spiritualité passive des “hommes femelles” qui domine, mais à l’avenir une impulsion dynamique sera donnée par les femmes, les nouvelles walkyries.

Demain, toujours demain…

Réponse : c’est à chacun de voir ce qu’il peut faire s’il veut se rendre utile.

Source : Undercover.

5 comments:

  1. Labruyère nous soumet de puissants textes de réflexion . Il arrache le masque de ces dieux jaloux, colériques (ou entités) qui nous font du mal pour nous faire du bien plus tard . Il s’attaque au fond du problème : le mal sur terre et son impermanence .
    C'est peut-être Albert Camus qui l'a exprimé de la façon la plus lapidaire :
    " On connaît l'alternative, a-t-il écrit, ou nous ne sommes pas libres et responsables et Dieu tout puissant est responsable du mal. Ou nous sommes libres et responsables, mais Dieu n'est pas tout puissant . "
    Epicure, plus complet, pose le problème comme suit :
    " Ou bien Dieu veut supprimer les maux, mais il ne le peut pas. Ou bien il peut mais il ne le veut pas. Ou bien il ne le peut ni ne le veut... S'il le veut et ne le peut pas, il est impuissant, ce qui est contraire à sa nature. S'il le peut et ne le veut pas, il est mauvais, ce qui est également contraire à sa nature. S'il ne le veut ni ne le peut, il est à la fois mauvais et faible, c'est-à-dire qu'il n'est pas Dieu... Mais s'il le veut et le peut, ce qui seul convient à ce qu'il est, d'où vient donc le mal, et pourquoi ne le supprime-t-il pas?"
    Il s’attaque au grand tabou que toutes le religions et philosophies acceptent à savoir qu’elles s’accommodent de la souffrance et des larmes pour expier , mérite ou évoluer. Nous devons fuir cette dimension de toute urgence. Il s’est passé quelque chose de dramatique avec nos âmes et Joel Labruyère est un de très rares à nous montrer la caverne de Platon dans laquelle nous ont enfermé des entités malveillantes . Mais peut être le mécanisme de la vie et de la conscience est très éloigné de nos conceptions et il serait urgent de s'y interesser.
    Je le remercie et souhaite le lire plus souvent

    ReplyDelete
  2. J'avais déjà remarqué ce parallélisme juif-jésuite.

    Première mission des jésuites : faire mieux accepter l'usure par l'Eglise. J'ai l'impression que les dominicains ont pu jouer un rôle similaire avant eux.

    La casuistique ressemble à un pilpoul chrétien.

    Quand on me dit que les jésuites répondent toujours à une question par une autre question, je réponds : "t'as vu Rabbi Jacob ?"

    ReplyDelete
  3. Balzac9:57 AM

    et l'islam dans tout ça?....

    ReplyDelete
  4. Anonymous8:32 AM

    Merci pour cet article, c'est bien ficelé et je reconnais que ma logique est dans sa zone de confort en entendant tout ça. Mais essayer de comprendre par la pensée quelque chose de transcendant notre nature humaine n'est-il pas naïf? Et lorsque vous parlez n'êtes vous pas dans la peur au lieu d'être dans l'Amour qui vous permet d'augmenter votre vibration? J'ai cru comprendre que la Vérité était intérieure et ne pouvait être atteinte que grâce à l'intuition/discernement. Si vous voulez suivre la voie de la pensée rationnelle, alors allez jusqu'au bout et envisagez aussi que ces idées exposées dans l'articles peuvent très bien être du réchauffé d'égrégores oeuvrant depuis la nuit des temps gnostiques. Un filet de sécurité pour contrôler les trop libres penseurs. J'aurais tendance à dire fuyez ceux qui pensent avoir trouvé la vérité, et forgez la votre, car dans un monde illusoire holographique, celle-ci peut très bien avoir été façonnée à votre image pour mieux vous berner, et donc être différente de toutes les autres. Contrairement à ce texte qui me laisse avec un gout amer d'amertume et de non-solution au problème (a-t-on une quelconque preuve objective que quiconque soit vraiment sorti de tout ça honnêtement?), sachez qu'il existe des approches plus optimistes pour sortir de cette matrice. Creusez les lignes de temps temporelles et le pouvoir de la pensée et son impact sur la réalité (quantique). Il est aussi envisageable que la décadence de notre monde soit dûe au fait que l'on ait oublié notre pouvoir créateur et qu'on l'ait laissé aux mains d'entités peu scrupuleuses qui façonnent à notre place notre réalité. Au plaisir d'en discuter plus en profondeur, avec les véritables libres penseurs loin des chemins tout tracés. Blind Pilot

    ReplyDelete
  5. Anonymous11:19 AM

    Dans la même veine, je recommande chaudement de lire aussi cet article sur la manipulation exercée par l'ordre occulte tibétain et son pape noir: http://bouddhanar-1.blogspot.fr/2011/12/lumiere-sur-le-tibet.html. Blind Pilot

    ReplyDelete

Note: Only a member of this blog may post a comment.